Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un comité mandaté par le Sénat lance une campagne d'information relative à l'empreinte carbone du numérique
Et au projet de loi anti-gaspillage

Le , par Christian Olivier

22PARTAGES

12  0 
En décembre dernier, nous vous apprenions que les élus français voulaient que les internautes de l’Hexagone puissent mesurer l’impact environnemental de l’accès au réseau pour que ces derniers aient une meilleure idée de leur empreinte carbone. Pour ce faire, les députés avaient adopté un amendement, dans le cadre du projet de réglementation contre le gaspillage, qui pourrait à terme imposer aux opérateurs de téléphonie mobile et fournisseurs d’accès à Internet (FAI) d’informer chacun de leurs clients sur « ;l’empreinte carbone ;» de leur consommation de données suivant une méthodologie mise à disposition par l’ADEME.

Le jour des débats, la députée LREM Paula Forteza qui souhaitait faire comprendre le bienfondé de cette initiative législative a expliqué : « ;On sait aujourd’hui qu’Internet consomme plus de 10 % de l’électricité mondiale. Si Internet était un pays, par exemple, ce serait le troisième pays le plus consommateur en termes d’électricité ;». Comme cela se fait déjà chez certains voisins européens (la Belgique en l’occurrence), elle a par la suite proposé la mise en place d’un dispositif qui permettrait aux internautes de « ;mesurer concrètement ;» l’impact environnemental de leur accès au réseau en mettant en relation la « ;quantité de données consommées ;» par chacun d’entre eux et « ;l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre correspondant ;».

Le Sénat avait déjà adopté le texte relatif à ce projet de loi « ;anti-gaspillage ;» en septembre dernier. Le programme prévoyait par la suite que les députés et les sénateurs se réuniraient plus tard dans le cadre d’une commission mixte paritaire afin de trouver un compromis sur les différents et nombreux points de divergence résiduels.


Récemment, un comité interne mandaté par le Sénat (la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat) a lancé une campagne d’information relative à « ;l’empreinte carbone du numérique ;» et au projet de loi « ;anti-gaspillage ;». Cette mission devrait durer au moins « ;jusqu’à la fin du premier semestre 2020 ;» et s’attèlera à « ;dresser un état des lieux de l’empreinte carbone du numérique, d’évaluer son évolution dans les prochaines années et de formuler des pistes d’action ;». Une première table ronde qui a vu la participation de membres du think tank « ;The Shift Project ;» et du site « ;GreenIT ;» a d’ailleurs déjà été organisée la semaine dernière dans le cadre de ce programme.

Afin de justifier le bienfondé de cette nouvelle initiative des législateurs, le Sénat a expliqué : « ;Dans un contexte de numérisation croissante de notre société, la mission a pour objectif d’évaluer les impacts environnementaux du digital en France, directs et indirects, en tenant compte aussi bien des usages que de la fabrication des terminaux, des réseaux et des centres informatiques ;».

On peut malgré tout se demander pourquoi les législateurs consacrent autant d’énergie et d’argent pour relier l’impact environnemental de l’accès au réseau (et par ricochet l’empreinte carbone des internautes) à la hausse des émissions des gaz à effet de serre, quand on sait que des facteurs plus marquants tels que la surpopulation ou la promotion de certains modes de vie (toujours connecté, mode de consommation, position des fabricants vis-à-vis de la réparabilité) sont de loin les premiers responsables de la dégradation accélérée de notre habitat naturel. Ne devraient-ils pas rediriger leurs efforts, par exemple, pour obliger les entreprises technologiques à adopter des comportements plus responsables, incluant la prise en compte et le soutient de la réparabilité, la conception de produits innovants durables, mais pas « ;jetables ;», la lutte à tous les niveaux contre le gaspillage… ;?

Source : Sénat (Table ronde relative à l'empreinte environnementale du numérique), Sénat 2

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Le Sénat emboite le pas à l'Assemblée et institutionnalise la collecte généralisée des données publiques sur les réseaux sociaux et les plateformes de vente en ligne en France
L'Assemblée donne son feu vert à Bercy pour fouiller les réseaux sociaux à la recherche de fraudes à l'impôt, mais certains députés qualifient déjà cette initiative de liberticide
La Quadrature du Net demande à Matignon de mettre fin à l'usage abusif de son système d'identification automatique et massive des manifestants qui utilise illégalement la reconnaissance faciale

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !