IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La loi sur la sécurité des enfants en ligne (Kids Online Safety Act) est un cheval de Troie pour la censure numérique
Selon le Consumer Choice Center, un groupe de défense des consommateurs

Le , par Jade Emy

1.7KPARTAGES

6  0 
Une nouvelle version de la loi sur la sécurité des enfants en ligne (Kids Online Safety Act) vient d'être dévoilée. Selon le Consumer Choice Center, cette loi est un cheval de Troie pour la censure numérique. La CCC ajoute que "l'effet réel sera de dégrader considérablement l'expérience de tous les utilisateurs tout en mettant en danger leurs informations personnelles sensibles".

Une cohorte bipartisane de sénateurs américains a dévoilé une nouvelle version du Kids Online Safety Act, un projet de loi qui vise à imposer diverses restrictions et exigences aux plateformes technologiques utilisées par les adultes et les mineurs.

Yaël Ossowski, directreur adjointe du Consumer Choice Center, un groupe de défense des consommateurs basé à Washington, a réagi :

"Ce projet de loi est douteux sur le plan constitutionnel et créerait de nouveaux pouvoirs qui devraient effrayer non seulement tous les parents, mais aussi tous les utilisateurs de plateformes numériques telles que les médias sociaux. En rédigeant de nouvelles règles fédérales pour "protéger" les enfants en ligne, l'effet réel sera de dégrader considérablement l'expérience de tous les utilisateurs tout en mettant en danger leurs informations personnelles sensibles".

Le Consumer Choice Center est convaincu que si le Congrès devait adopter un tel projet de loi, les législateurs s'aligneraient sur l'idée que le gouvernement devrait avoir le dernier mot sur l'accès des jeunes à Internet, diminuant ainsi le rôle des parents dans la vie de leurs enfants.

"Il existe des moyens de protéger les enfants en ligne, mais cela commence à la maison avec l'autorité et la supervision des parents. C'est un faux choix que d'accepter de priver toute une génération d'une technologie qui fait désormais partie intégrante de la vie quotidienne et qui contribue à leur développement en tant que citoyens responsables", a ajouté M. Ossowski.


Les défenseurs de la vie privée et des consommateurs tirent la sonnette d'alarme quant aux conséquences pratiques de cette loi. Les règles émanant de Washington et accordant un "devoir de diligence" aux fonctionnaires du gouvernement éroderont l'autorité parentale et le choix des consommateurs en ligne. Le projet de loi vise à contrôler les "caractéristiques de conception" et à limiter l'inclusion par les développeurs de systèmes de recommandations personnalisées, de notifications, de filtres modifiant l'apparence et d'achats dans les jeux pour les applications utilisées par des mineurs. Il s'agit d'une répression non seulement des caractéristiques fonctionnelles de certaines applications, mais aussi de celles qui les rendent amusantes pour les utilisateurs.

"La KOSA (Kids Online Safety Act) a fondamentalement tort", conclut M. Ossowski. "En tant que société, nous devrions faire confiance aux parents pour décider si leurs enfants accèdent ou non à certains sites web ou services, et non à des fonctionnaires indifférents siégeant à Washington. Personne ne sait mieux que les parents ce qui est dans l'intérêt de leur enfant".

À propos du Consumer Choice Center

La CCC représente des consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Ils suivent de près les tendances réglementaires à Washington, D.C., Ottawa, Bruxelles, Genève et dans d'autres points chauds de la réglementation, et ils informent et mobilisent les consommateurs pour qu'ils se battent en faveur du choix des consommateurs.

Source : Consumer Choice Center

Et vous ?

Pensez-vous que l'avis du Consumer Choice Center sur la KOSA est crédible ou pertinent ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

La loi sur la sécurité des enfants en ligne (Kids Online Safety Act) serait préjudiciable à la liberté et à la sécurité des enfants, selon David Colborne, chroniqueur et responsable informatique

La loi KOSA sur la sécurité des enfants en ligne ciblera les contenus transgenres, pour "protéger les mineurs des transgenres dans la culture américaine", affirme une sénatrice américaine

Le projet de loi américain sur la sécurité des enfants en ligne pourrait renforcer la surveillance numérique et réduire l'accès aux services chiffrés, mais il vient d'être adopté par le Sénat

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/04/2024 à 11:41
Je vois que qu'effectivement c'est toujours dans les tuyaux...

Décidément l'Europe c'est vraiment pas l'amour des peuples et des nations, c'est bel et bien l'antichambre du quatrième Reich.

Et dire qu'ils sont aussi en train de pousser à la création d'un état européen pour définitivement nous spolier des états nations, on sera vraiment tout nus si ils arrivent à passer ça.
9  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 13:41
Citation Envoyé par BugFactory Voir le message
A quelques jours des élections européennes, sait on quelles sont les positions des différents candidats à ce sujet ?

(J'ai cherché mais mon Google Fu semble insuffisant.)
aucun partis politique ne s’intéresse à la tech et aucun candidat n'a de connaissance dans ce milieu, la raison est simple: ce sujet n’intéresse pas la majorité des électeurs et donc aucun intérêt d'en parler.

Le seul partis politique à ma connaissance qui parle de tech (sans dire de connerie sur ce sujet comme le pare feu libre office) c'est le partis pirate.
L'UPR étant assez actif que sur le net et évité comme la peste sur les télés, je suppose qu'ils doivent avoir des positions cohérentes sur la tech aussi puisque c'est leurs seul outil de communication.

Coté partis principaux, j'imagine que LFI doit vouloirs des logiciels gratuits et open source et le RN des logiciels 100% français, mais c'est juste des trucs balancé au pifs sans réel actions si il étaient élus.

Sinon LREM, Macron a dit que les jeux vidéos étaient la cause des violences, avant de dire que finalement les éditeurs étaient les bienvenue en France et il a dit aussi qu'il allait faire de la France un pays de l'IA, voila c'est un près tous coté majorité

Le mieux pour l’Europe serait de forcer les USA à nommer Bruno Lemaire PDG d'Apple et Thierry Breton PDG de Microsoft, comme ça on aura la garantie que ces boites feront faillite d'ici 5ans
8  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/04/2024 à 7:48
Pensez-vous que ces avis sur la loi KOSA sont crédibles ou pertinents ?
Oui, je penses qu'ils le sont. Les jeunes qui s'expriment sont en cours de construction, ils sont curieux, veulent comprendre, cherchent les limites des "réflexions des adultes".
Ils veulent donc un minimum de contrainte.
Dans leurs expérimentations ils iront trop loin et apprendront quelles sont leurs limites personnelles.
C'est comme ça qu'un ado ce construit.

Quel est votre avis sur le sujet ?
Je penses que les législateurs sont d'accord avec ce que disent ces jeunes, et que c'est leur objectif.
Je penses que protéger nos ados ne passe pas par l'interdiction mais pas l'accompagnement avant et après. Mais ça demande bien plus de travail et de souplesse intellectuelle que d'interdire.
Les jeunes ont besoin d'espaces sûrs et d'explorer les limites. Ils ont besoin des deux de se construire.
4  1 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/04/2024 à 9:06
Il me semble pourtant que cette horreur totalitaire avait été rejeté ???
Ça revient sur la table ?
J'ai parcouru un peu l'actualité sur le site de la grande kommandantur et du soviet supreme du parlement européen et de la commission européenne et je crois qu'ils vont effectivement devoir relancer la machine car on arrive au bout du statut quo sur leur dernière tentative de nous asservir :

Mercredi, le Parlement décidera de l'extension jusqu’en 2026 de dérogation aux règles de l'UE permettant aux plateformes Internet de détecter les contenus pédopornographiques en ligne.

Une dérogation aux règles européennes en matière de protection de la vie privée en ligne permet actuellement de détecter les contenus pédopornographiques (CSAM) en ligne, mais celle-ci doit expirer en août 2024. Afin de conserver les mesures actuelles en vigueur jusqu’à ce que le Parlement et le Conseil se mettent d’accord sur de nouvelles règles permanentes, leurs négociateurs ont décidé de proroger la dérogation actuelle jusqu’au 3 avril 2026. Mercredi, la plénière devrait donner son accord final à cette extension temporaire.
J'ai pas trop poussé la recherche, je ne vois que des trucs qui m'énerve sur ce site. Comme par exemple qu'ils sont en train de pousser une réglementation pour qu'une partie de la bouffe produite en UE aille dans la production de bio carburant. Ou que ça dépose encore des textes pour autoriser l'utilisation de plus d'OGM. Ils appellent ça des NTG maintenant, sont malins les diables. Nouvelle technique génomique, les anciennes faisaient trop peur.

Ainsi, les NTG ont le potentiel de contribuer aux objectifs d’innovation et de durabilité du pacte vert pour l’Europe et des stratégies «De la ferme à la table», en faveur de la biodiversité et d’adaptation au changement climatique, à la sécurité alimentaire mondiale, à la stratégie pour la bioéconomie et à l’autonomie stratégique de l’Union.
C'est orwellien.
3  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 12:56
Ils n’ont toujours pas compris que cela serait peine perdue. Exemple: un plugin de stenagographie déployé dans les applications de messagerie cryptant les images avant de les transmettre. Et au lieu de s’échanger des numéros de tel ou d’e-mail on s’échangera des clés pgp.

Ils veulent faire le scan côté client? Conséquences: fortes baisses des ventes d’iphones et d’androïd puis riposte technologique et juridique d’apple et de google. Quand on voit le temps que cela a pris pour imposer de l’usb sur les iphones...

Je suis bien sûr absolument contre la pédopornographie mais ce genre de mesure est excessive, politique, dangereuse(fichage des opinions politiques possible), inefficace et s’attaque aux conséquences plutôt qu’à la recherche des causes.
3  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 15:38
Citation Envoyé par Anselme54
Les mêmes qui s'offusquent d'être potentiellement espionné un jour par les gouvernements se laissent espionner depuis des années par Microsoft et Google sans que cela les empêche de dormir...
L'espionnage américain se traduit surtout par le pompage géant de nos données persos à des fins de ciblage publicitaire, ensuite c'est aussi beaucoup d'espionnage économique. Il doit y avoir aussi du ciblage politique et personnel mais je pense que les données qui remontent aux USA bénéficient surtout aux pays membres des FIVE EYES (l'alliance des services de renseignement de l'Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis, le fer de lance du mondialisme).

Enfin on parle d'ingérence Russe mais les USA sont aussi bien connus pour lancer des révolution "démocratique" dans bien des pays coordonnées par Facebook et autre.

Si on donne les même capacités à nos gouvernements bha la on aura la totale, espionnage économique, fuite des données vers l'étranger et en plus quand tu diras que c'est peut-être un peu abusé ou que tu poseras une question sur ce que contient l'entrejambe de la première Dame de France, ils viendront toquer à ta porte le lendemain voir ce que tu fabriques sur twitter X

Plus sérieusement ceux qui ont le plus de soucis à se faire à mon sens : les lanceurs d'alertes, les écolos, tout ceux qui n'aiment pas l'Europe, sont contre la guerre, doutent du vaccin, veulent la justice et malheureusement en dernier, les pédo...

Ce qui devrait aussi inquiéter l'opinion c'est la multiplication des procédures bâillon (destinée à faire taire quelqu'un) depuis la loi sur le secret des affaires, alors que l'UE fait semblant d'adopter une loi protégeant les journalistes. Ce débat est le paradis de l'hypocrisie.
3  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/04/2024 à 5:36
Les pédophiles trouveront un autre moyen pour leurs activités criminelles et ne sont déjà pas assez bêtes pour mettre quoique ce soit dans le cloud. Il s’agit juste d’une grave atteinte à nos droits les plus fondamentaux assorti d’une cause noble afin de la faire passer. Car si vous êtes contre c’est que vous êtes pour la pédocriminalité. Cela ouvre la voie au profilage et fichage politique en plus par des sociétés privées afin d’instaurer une surveillance à la big brother.
2  0 
Avatar de BugFactory
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 15:52
Vous pouvez ne pas être d’accord avec moi tout en restant poli.

Les GAFAM et les Etats Unis n'ont pas l'autorité de faire arrêter les journalistes européens. Les états européens, si. C'est donc plus dangereux pour nous si ces derniers échappent au contrôle démocratique.

Pour info, je suis de ceux qui sont scandalisés par l'espionnage des GAFAM et des Etats Unis. Mais dans la hiérarchie des menaces, ils restent en dessous d'une dérive de nos propres institutions. C'est vous même qui avez demandé la différence.
2  0 
Avatar de Lcf.vs
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/04/2024 à 23:15
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Je penses que protéger nos ados ne passe pas par l'interdiction mais pas l'accompagnement avant et après. Mais ça demande bien plus de travail et de souplesse intellectuelle que d'interdire.
Les jeunes ont besoin d'espaces sûrs et d'explorer les limites. Ils ont besoin des deux de se construire.
J'irais même jusqu'à dire que ça nécessite de l'honnêteté intellectuelle !

Mais, bon, on est dans une époque où les gens n'en n'ont même plus rien à foutre d'avoir tort ou raison, iels veulent juste qu'on soit dans leur camp, peu importe ce qu'iels avancent... et même en sachant pertinemment avoir tort.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/04/2024 à 0:31
Il me semble pourtant que cette horreur totalitaire avait été rejeté ???
Ça revient sur la table ?
1  0