IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La commission de la Chambre des représentants des États-Unis approuve un plan directeur de répression contre la "Big Tech",
Qui vise à limiter leur pouvoir de marché

Le , par Stan Adkens

61PARTAGES

8  0 
La commission judiciaire de la Chambre des représentants des États-Unis a formellement approuvé un rapport accusant les grandes entreprises technologiques d'acheter ou d'écraser les petites entreprises, a déclaré le bureau du représentant David Cicilline dans un communiqué jeudi. « Amazon, Apple, Google et Facebook détiennent chacun un pouvoir monopolistique sur des secteurs importants de notre économie. Ces monopoles doivent prendre fin », a déclaré Cicilline, président de la commission antitrust de la commission judiciaire de la Chambre des représentants.

Le rapport de 450 pages, qui détaille les abus de pouvoir de marché d'Apple, Amazon, Google d'Alphabet et Facebook, deviendra, grâce à cette approbation au cours d'une audience marathon et partisane, un rapport officiel de la commission et le plan directeur d'une législation visant à limiter la domination de ces géants de a technologie. Le rapport a été approuvé par un vote de 24 contre 17 voix, divisé selon les partis. Les entreprises ont nié tout acte répréhensible qui leur reproché.


Le rapport, qui constitue le premier examen de l'industrie technologique par le Congrès, a été publié en octobre dernier et proposait des modifications importantes de la législation antitrust tout en détaillant des dizaines de cas où les entreprises avaient abusé de leur pouvoir. La commission a constaté lors de ses investigations que les GAFA utilisaient des « acquisitions tueuses » pour frapper leurs rivaux, facturaient des frais exorbitants et forçaient les petites entreprises à conclure des contrats « oppressants » au nom du profit.

La commission antitrust avait conclu pour Amazon qu’il est dominant dans les ventes en ligne. Entre ses ventes de première partie et son marché tiers, Amazon contrôle environ 50 % du marché américain du commerce électronique et un pourcentage beaucoup plus élevé dans certains secteurs, comme les livres électroniques. Et la société utilise ce pouvoir monopolistique de contrôle de manière déloyale, selon le rapport.

Le rapport mentionne également qu’Amazon est en concurrence directe avec les vendeurs pour lesquels il fournit des infrastructures et qui dépendent de la plateforme en ligne pour leur subsistance. Selon le rapport, il récupère les données des ventes de tiers pour informer ses propres lancements de produits. Amazon exploiterait également une entreprise de logistique qu'elle force les vendeurs à utiliser en permettant à son algorithme opaque de "boîte d'achat" de pénaliser les vendeurs qui ne le font pas.

La commission a constaté qu’Apple contrôle environ 45 % du marché américain des smartphones et 20 % du marché mondial des smartphones. Si le fabricant d’iPhone n’est pas seul sur le marché des smartphones, ce qui ne fait pas de lui un monopole, le rapport conclut qu'Apple a une emprise monopolistique sur ce que l'on peut faire avec un iPhone. Apple a un contrôle total sur App Store, son magasin en ligne. Ce contrôle monopolistique permet à Apple de « générer des profits supranormaux » à partir de la boutique, selon le rapport, et ces profits sont devenus un pourcentage considérablement plus élevé des revenus d'Apple au fil du temps, générant maintenant des milliards de plus que ce que la société dépense annuellement pour gérer l'App Store.

Selon le rapport, Facebook a carrément « un pouvoir de monopole sur le marché des réseaux sociaux », et ce pouvoir est « fermement ancré et peu susceptible d'être érodé par la pression concurrentielle » de quiconque en raison « des barrières à l'entrée élevées – y compris les effets de réseau importants, les coûts de changement de fournisseur élevés, et l'avantage significatif de Facebook en matière de données – qui découragent la concurrence directe d'autres entreprises pour offrir de nouveaux produits et services ». Cependant, Facebook prétend qu'il est en concurrence avec d'autres plateformes telles que Twitter, TikTok, Snapchat et Pinterest.

En ce qui concerne Google, le rapport a constaté qu’au cours des 20 dernières années, l'entreprise a modifié son comportement « pour classer les résultats de recherche en fonction de ce qui est le mieux pour Google, plutôt que de ce qui est le mieux pour les utilisateurs », « que ce soit en préférant ses propres sites verticaux ou en allouant plus d'espace aux annonces ». La commission a également constaté que Google a étendu sa portée sur Android de manière anticoncurrentielle en regroupant et en donnant la préférence à de nombreuses autres fonctionnalités de Google, notamment Google Search.

Mettre fin au monopole de la "Big Tech"

« Amazon, Apple, Google et Facebook détiennent chacun un pouvoir monopolistique sur des secteurs importants de notre économie. Ces monopoles doivent prendre fin », a déclaré le représentant Cicilline dans un communiqué jeudi. « J'ai hâte d'élaborer une législation qui répond aux préoccupations importantes que nous avons soulevées ».


Des premiers projets de loi ont déjà été présentés. La sénatrice Amy Klobuchar, présidente de la commission du règlement et de l'administration du Sénat, a présenté en février un projet de loi plus large visant à renforcer la capacité des autorités antitrust à mettre un terme aux fusions en abaissant le seuil des transactions et en donnant plus d'argent aux législateurs pour les combats juridiques. En mars un groupe bipartisan de législateurs américains, dirigé par les démocrates Cicilline et Klobuchar, a présenté un projet de loi visant à faciliter la négociation collective des organismes de presse avec des plateformes telles que Google et Facebook.

Plus tard en mars, le président de la commission antitrust de la commission judiciaire de la Chambre des représentants a déclaré lors d’une interview qu’il s'apprêtait à présenter au moins dix projets de loi visant les grandes entreprises technologiques. « Notre enquête ne laisse aucun doute sur le fait qu'il existe un besoin clair et impérieux pour le Congrès et les autorités antitrust de prendre des mesures qui rétablissent la concurrence, améliorent l'innovation et protègent notre démocratie », a-t-il dit.

La stratégie de la commission antitrust consistant à produire une série de projets de loi plus petits vise à réduire l'opposition des entreprises technologiques et de leurs lobbyistes à l'égard d'un seul texte de loi, a déclaré Cicilline. Au lieu de cela, dans son rôle de responsable de la commission antitrust de la commission judiciaire de la Chambre, il prévoit d'élaborer une série de projets de loi plus petits, 10 ou plus, qui seront prêts en mai.

Le rapport bipartisan lui-même proposait un menu de changements potentiels dans la loi antitrust. Les propositions législatives contenues dans le rapport vont des plus agressives, comme l'interdiction potentielle pour des entreprises comme Amazon.com d'exploiter les marchés sur lesquels elles sont également en concurrence, aux moins controversées, comme l’augmentation des budgets des agences chargées de faire appliquer la loi antitrust – la division antitrust du ministère de la Justice et la Commission fédérale du commerce.

Le rapport exhorte également le Congrès à accorder aux autorités antitrust une plus grande marge de manœuvre pour empêcher les entreprises d'acheter des rivaux potentiels, ce qui est actuellement difficile.

Les républicains ont critiqué les grandes entreprises technologiques pour avoir censuré les discours conservateurs, en rappelant que Facebook et Twitter ont gelé ou interdit l'accès de l'ancien président Donald Trump à leurs plateformes. La plupart des républicains ont envisagé de priver les entreprises de médias sociaux des protections juridiques qui leur sont accordées en vertu de la section 230 du Communications Decency Act. Cette loi accorde aux entreprises l'immunité sur les contenus publiés sur leurs sites par les utilisateurs. Les législateurs ont par ailleurs entendu les PDG Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jack Dorsey sur la question de la modification de cette loi.

Source : Le représentant David Cicilline

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
De nouvelles lois contre la big tech permettront-elles de résoudre le problème de leur pouvoir de marché ? Quel est votre avis à ce sujet ?

Voir aussi :

Amazon, Facebook, Apple, et Google ont des pouvoirs de monopoles, c'est pourquoi ils doivent être démantelés, d'après le rapport parlementaire US
Les PDG des GAFA ont été auditionnés par le Congrès américain dans le cadre d'une enquête antitrust, une séance marquée par des échanges tendus entre les participants
USA : le rapport antitrust parlementaire propose un démantèlement des GAFA, alors que de nouvelles informations sur l'acquisition d'Instagram par Facebook retardent la remise du rapport
Mark Zuckerberg propose des réformes limitées de la Section 230 avant son audition devant le Congrès, les entreprises ne bénéficieraient de cette loi que si elles suivent les meilleures pratiques

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 23/06/2021 à 16:32
Google pourrait bientôt faire l'objet de plaintes antitrust concernant Play Store de la part des États américains,
Le magasin d’applications est également examiné dans d’autres pays

La Caroline du Nord et l'Utah font partie d'un groupe d'États qui prévoient d'intenter une action antitrust contre Google d’Alphabet Inc au sujet des pratiques de sa boutique d'applications Play Store. La plainte du groupe de procureurs généraux d'États pourrait être déposée dès la semaine prochaine, accusant le géant de la recherche et de la publicité d'avoir violé la loi antitrust dans la gestion de son magasin d'applications pour appareils Android, selon trois sources au courant de la question. L'enquête des procureurs généraux des États est menée par le Tennessee, New York, en plus des deux États cités plus haut. On ne sait pas encore combien d'États au total participeront à l'enquête.

Les malheurs du géant de la Silicon Valley s'aggravent alors que le nombre de procès contre lui augmente progressivement. La domination des grandes entreprises numérique sur un large éventail de marchés au centre de la vie quotidienne des consommateurs est de plus en plus surveillée aux États-Unis. La nouvelle action en justice prévue fait suite à des plaintes de développeurs d'applications concernant la gestion par Google de son Play Store pour les appareils Android. L'action en justice est en préparation depuis l'année dernière et a déjà été retardée, mais elle semble à nouveau proche, selon les sources.


L'affaire sera probablement portée devant un tribunal fédéral de la Californie du Nord, où des affaires connexes sont en cours d'examen. Il s'agit notamment d'un procès intenté l'année dernière par le fabricant de jeux vidéo Epic Games Inc. contre Google, qui l'accuse d'appliquer des règles anticoncurrentielles en matière de boutiques d'applications. Le procès devrait avoir lieu en 2022.

Le même juge est également saisi de deux propositions de recours collectif concernant Google Play Store. Si les États veulent participer aux dépositions et aux autres activités préalables au procès, ils devront déposer leur dossier assez rapidement. Le procureur général de la Caroline du Nord, Josh Stein, fait partie des nombreux procureurs généraux des États qui ont déjà poursuivi Google pour comportement anticoncurrentiel présumé. Cette plainte a été déposée en décembre.

Apple Inc et Epic attendent le verdict d'un procès similaire en Californie, qui s'est terminé le mois dernier. Les préoccupations principales dans cette affaire sont la rigidité de la commission de 30 % et les règles d'Apple interdisant aux développeurs de communiquer des moyens d'acheter des biens numériques hors plateforme. La juge Gonzalez a décrit les bénéfices qu'Apple tire des développeurs de jeux comme étant « disproportionnés ». Mais Tim Cook, PDG d’Apple, a répondu en disant que les commissions sont un moyen de « fournir un retour sur investissement » et que les règles visent à protéger les clients des logiciels malveillants.

Concernant le procès prévu contre Google, un porte-parole de Google a soutenu sa boutique d'applications comme étant ouverte : « Android est le seul système d'exploitation majeur qui permet aux gens de télécharger des applications à partir de plusieurs magasins d'applications. En fait, la plupart des appareils Android sont livrés avec deux ou plusieurs boutiques d'applications préinstallées. Les utilisateurs peuvent également installer des magasins d'applications ou des applications supplémentaires directement à partir de leur navigateur s'ils le souhaitent », a déclaré le porte-parole.

À l'origine, Google était considéré comme plus ouvert qu'Apple dans la gestion de son magasin d'applications en ligne, mais il a récemment resserré les règles et renforcé leur application. L'action en justice devrait se concentrer sur l'exigence de Google selon laquelle certaines applications doivent utiliser les outils de paiement de la société pour vendre des abonnements et du contenu et verser à Google jusqu'à 30 % des ventes. (Google a décidé de se limiter à une réduction de 15 % sur le premier million afin d’aider les petits développeurs d’application).

Les fabricants d'applications comme le service de streaming de musique Spotify Technology et le géant des services de rencontre Match Group, qui possède l'application Tinder, accusent depuis longtemps Google et Apple d'être anticoncurrentiels en exigeant un partage obligatoire des revenus.

Les activités de Google sous le feu des projecteurs des régulateurs

Cette dernière action en justice est prévue à un moment où le débat est inhabituellement vigoureux sur la question de savoir si l'application de la législation antitrust fédérale est trop laxiste. De nombreuses personnes, dont la sénatrice Amy Klobuchar, qui préside le comité antitrust de la commission judiciaire du Sénat, ont demandé une application plus stricte de la loi.

Google fait déjà l'objet d'une action en justice fédérale intentée par le ministère de la Justice l'année dernière et d'actions antitrust connexes intentées par deux groupes distincts de procureurs généraux. L'un est dirigé par le Texas et se concentre sur la publicité, tandis que l'autre vise les efforts présumés de Google pour étendre sa domination dans le domaine de la recherche à de nouveaux marchés, comme les assistants vocaux.

Google fait également l’objet d’une enquête officielle dans l’UE depuis mardi. Cette fois, l'enquête porte sur la position dominante de Google dans le domaine de la technologie de l'affichage publicitaire en ligne. La division antitrust de la Commission européenne craint que Google ne fausse la concurrence en ne permettant pas aux autres entreprises de technologie publicitaire de consulter certaines données – sur l'identité et le comportement des utilisateurs – qu'il réserve à son propre usage.

L'autorité antitrust indienne a ordonné une enquête sur les allégations selon lesquelles Google aurait abusé de la position dominante d'Android sur le marché des téléviseurs intelligents du pays. Cette nouvelle intervient quelques heures après l'ouverture de l’enquête de l'Union européenne.

« La Commission est d'avis, à première vue, qu'en subordonnant la préinstallation des applications propriétaires de Google (en particulier Play Store) à la signature de l'ACC (Android Compatibility Commitments) pour tous les appareils Android fabriqués/distribués/commercialisés par les fabricants d'appareils, Google a réduit la capacité et l'incitation des fabricants d'appareils à développer et à vendre des appareils fonctionnant avec d'autres versions d'Android, c'est-à-dire des forks d'Android, et a ainsi limité le développement technique ou scientifique relatif aux biens ou services au préjudice des consommateurs, en violation de la section 4(2)(b) de la loi », a déclaré l'organisme de surveillance dans une ordonnance, selon des médias indiens.


Google, qui compte l'Inde comme son plus grand marché en termes d'utilisateurs et s'est engagé l'année dernière à investir 10 milliards de dollars dans le pays, a nié tout acte répréhensible. « Nous sommes convaincus que nos pratiques d'octroi de licences pour les téléviseurs intelligents sont conformes à toutes les lois applicables en matière de concurrence », a déclaré un porte-parole de l'entreprise dans un communiqué.

La Commission indienne de la concurrence a ajouté que, selon elle, le fait que Google exige des fabricants de téléviseurs qu'ils préinstallent toutes ses applications « incontournables » et qu'ils n'aient pas la possibilité de choisir parmi d'autres solutions « revient à imposer une condition injuste aux fabricants d'appareils de télévision intelligents et contrevient ainsi à la section 4(2)(a)(i) de la loi ».

« Cela revient également à tirer parti, à première vue, de la position dominante de Google sur Play Store pour protéger les marchés pertinents tels que les services d'hébergement de vidéos en ligne offerts par YouTube, etc. en violation de la section 4(2)(e) de la Loi. Tous ces aspects justifient une enquête approfondie », a ajouté le régulateur de la concurrence.

L'ordonnance de mardi est la troisième enquête antitrust en cours que l'Inde a ouverte contre Google. À la fin de l'année dernière, l'organisme de surveillance antitrust indien a ouvert une enquête sur Google pour avoir prétendument abusé de la position dominante de sa boutique d'applications afin de promouvoir son service de paiement dans ce pays d'Asie du Sud.

C'est une semaine difficile pour les géants américains qui sont sur le marché indien. Lundi soir, le deuxième marché Internet mondial a proposé des règles strictes en matière de commerce électronique qui pourraient nuire à Amazon et à Flipkart de Walmart. L'Inde a proposé d'interdire les ventes flash sur les plateformes de commerce électronique et d'empêcher leurs entités affiliées d'être répertoriées comme vendeurs.

Et vous ?

Que pensez-vous de la nouvelle plainte prévue contre Google de la part des États américains ?
Quels commentaires faites-vous de la multiplication des actions contre Google à travers le monde ?
Ces actions emmèneront-elles Google à revoir ces pratiques de concurrence sur l’ensemble de ses marchés ?

Voir aussi :

Le ministère US de la Justice accuse Alphabet (Google) de protéger illégalement son monopole sur le marché de la recherche à coups de milliards de dollars, et n'exclut pas un démantèlement
Le procureur général du Texas annonce une enquête antitrust contre Google, alors que 30 autres États américains prévoient d'autres mesures antitrust contre la société
Une enquête antitrust formelle de l'UE vise les services ad tech de Google, l'interdiction par Google des cookies tiers dans Chrome sera également examinée
Les bénéfices de l'App Store d'Apple semblent "disproportionnés", a déclaré un juge américain au PDG Cook, Apple ne ressent aucune « pression ou concurrence » pour réduire le prix
9  0 
Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 02/09/2021 à 9:50
Le ministère américain de la justice prépare une action en justice antitrust contre Google
au sujet de ses activités dans le domaine de la publicité

Les autorités antitrust américaines préparent une deuxième action en justice pour monopole contre Google concernant les activités de publicité numérique de la société, selon une source proche du dossier qui souhaite garder l’anonymat, ce qui renforce les allégations du gouvernement selon lesquelles Google abuse de sa position dominante. Le titan de l'internet a réitéré sa position mercredi, affirmant qu'il se livre à une concurrence loyale sur un marché en ligne où les gens ont de nombreuses options. Le ministère américain de la Justice a accéléré son enquête sur les pratiques de Google en matière de publicité numérique et pourrait intenter une action en justice dès la fin de l'année. Aucune décision finale n'a été prise et le calendrier pourrait être repoussé.


L'examen minutieux par le département du contrôle de Google sur le marché de la technologie publicitaire remonte à l'administration Trump. Sous la direction du procureur général de l'époque, William Barr, le ministère de la justice a intenté un procès à Google au sujet de son activité de recherche, alléguant que l'entreprise utilisait des accords de distribution exclusifs avec les opérateurs de téléphonie mobile et les fabricants de téléphones afin d'exclure la concurrence. Cette affaire a été suivie d'une plainte antitrust distincte déposée par un groupe de procureurs généraux d'États dirigé par le Texas, qui a accusé Google de monopoliser illégalement le marché de la publicité numérique. Les États ont déclaré que Google avait conclu un accord illégal avec Facebook pour manipuler les enchères en ligne où les annonceurs et les éditeurs de sites Web achètent et vendent des espaces publicitaires. Cet accord avec Facebook fait également partie de l'enquête du ministère de la Justice.

Google conteste qu'il domine le marché de la technologie publicitaire, affirmant que l'espace est encombré de grandes entreprises comme Amazon, Comcast Corp et Facebook qui se font concurrence. Il nie également l'affirmation des États selon laquelle il manipule les enchères au profit de Facebook. « Nos technologies publicitaires aident les sites Web et les applications à financer leur contenu, permettent aux petites entreprises de se développer et protègent les utilisateurs contre les pratiques d'exploitation de la vie privée et les mauvaises expériences publicitaires. Il existe une énorme concurrence dans les outils publicitaires, ce qui a rendu les publicités en ligne plus pertinentes, réduit les frais et élargi les options pour les éditeurs et les annonceurs », a déclaré l'entreprise dans un communiqué.

Il a été rapporté en mars que le projet de Google de bloquer un outil de suivi du Web très répandu, appelé "cookies", inquiète les enquêteurs du ministère américain de la justice, qui ont demandé aux responsables du secteur de la publicité si cela pouvait entraver les activités de rivaux plus petits. Et
en juin des fonctionnaires de la division antitrust du ministère de la justice avaient intensifié leur examen des pratiques publicitaires de Google et avaient interrogé plusieurs concurrents de Google sur le comportement de l'entreprise.

Les législateurs américains ont en effet fait avancer une législation phare visant à limiter le pouvoir des grandes entreprises technologiques par une réforme radicale des lois antitrust, ouvrant ainsi la voie à un combat difficile au Congrès. Les membres de la commission judiciaire de la Chambre des représentants ont approuvé six projets de loi qui visent les pratiques commerciales de Google, Apple, Amazon et Facebook. L'un des projets de loi limite la capacité des plateformes technologiques à exercer leur contrôle sur de multiples secteurs d'activité, ce qui pourrait ouvrir la voie à la scission de certaines entreprises géantes.

Une autre action en justice du ministère de la justice contre Google soulignerait la volonté du président Joe Biden de renforcer l'application de la législation antitrust afin de stimuler la concurrence dans l'ensemble de l'économie. Le président Biden a nommé le critique de Google Jonathan Kanter à la tête de la division antitrust du ministère. Kanter représente depuis longtemps des entreprises qui ont poussé les autorités de la concurrence à prendre des mesures contre Google, notamment News Corp. et Yelp.

La société basée à Mountain View, en Californie, possède des parts importantes du marché de la publicité en ligne. Elle gère un service d'achat d'annonces pour les spécialistes du marketing et un service de vente d'annonces pour les éditeurs, ainsi qu'une bourse d'échange où les deux parties effectuent des transactions lors d'enchères rapides. Ces bourses fonctionnent comme des plateformes boursières en ligne avec un processus d'enchères automatisé. Les concurrents et les éditeurs se sont plaints du fait que Google exploite certaines parties de ce vaste réseau, comme sa bourse d'annonces, pour en faire bénéficier d'autres secteurs et mettre à genoux ses rivaux. Dans l'ensemble, ces produits ad-tech ont généré 23 milliards de dollars de revenus bruts pour le géant de l'Internet l'année dernière. Google a fait valoir qu'il reverse une grande partie de ces ventes d'ad-tech aux éditeurs de sites Web.

Source : Reuters

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

L'enquête antitrust du gouvernement américain et des États sur Google approche la ligne d'arrivée, le ministère de la Justice cherchant les documents finaux pour mener à bien son enquête

Le gouvernement US demande à Google des données granulaires sur la monétisation de son moteur de recherche, pour comprendre comment l'emprise de l'entreprise sur le marché de la recherche a évolué

Le ministère US de la Justice accuse Alphabet (Google) de protéger illégalement son monopole sur le marché de la recherche à coups de milliards de dollars, et n'exclut pas un démantèlement

USA : le rapport antitrust parlementaire propose un démantèlement des GAFA, alors que de nouvelles informations sur l'acquisition d'Instagram par Facebook retardent la remise du rapport
7  0 
Avatar de Sylvain_LD
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 16/04/2021 à 18:42
Et dire qu'il y en a qui paie cher pour être en tête de liste alors quand beaucoup de monde paie pour être le premier, forcément il y en a qui ne le sont pas
2  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/04/2021 à 22:33
Bonsoir,

Qu’en pensez-vous ?
J'ai l'impression qu'après les USA , les pays de l'UE vont prendre ou essayer de prendre le même type de loi . Au final cela se retournera contre les entreprises tech en Europe

De nouvelles lois contre la big tech permettront-elles de résoudre le problème de leur pouvoir de marché ?


Absolument pas.

Le poids est tellement énorme, que cela risque de mettre à dos d'autres acteurs liés à ceux de la tech. Genre des banques, l'industrie , ou le secteur des télécoms. Le gouvernement va vite rétropédaler Pour un poids encore plus lourd ... Quoi qu'on face le montre grossit.

Le problème de ce monstre qui grossit, c'est comme le monstre de la fontaine dans Kirikou ... Sauf que c'est nous que les alimentons !
1  0 
Avatar de 23JFK
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 24/06/2021 à 18:29
Apple semble étonnament protégée par rapport à Google en ce qui concerne ses pratiques anticoncurrencielles sur les Stores. Quand à Google versus Inde, les fabricants de tv sont quand même bien content d'économiser de la R&D sur la partie logicielle de leurs hardwares.
1  0