IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : des députés MoDem veulent obliger les plateformes comme YouTube à afficher l'empreinte carbone de leurs vidéos,
Lorsque les utilisateurs les visionnent

Le , par Stan Adkens

77PARTAGES

8  0 
Après les travaux de la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique, le texte élaboré sera examiné en séance publique à partir du 29 mars prochain. Mais un groupe d’élus veut s’attaquer à une question d’actualité : l'empreinte carbone de l’offre de streaming vidéo en croissance exponentielle. Des députés MoDem ont déposé cette semaine un amendement visant à faire en sorte que l’empreinte carbone de chaque vidéo visionnée par les utilisateurs en ligne soit affichée clairement par les plateformes qui les hébergent. YouTube, Netflix ou encore Disney+ seraient évidemment les premières concernées.

Il revient au Conseil supérieur de l’audiovisuel de promouvoir des codes de bonne conduite en matière environnementale. Ils auront notamment pour objet « de réduire de manière significative les communications commerciales audiovisuelles relatives à des biens et services ayant un impact négatif sur l’environnement, en particulier en termes d’émissions de gaz à effet de serre, d’atteintes à la biodiversité et de consommation des ressources naturelles sur l’ensemble de leur cycle de vie ».


Quant à l’autorité de régulation des communications électroniques (Arcep), elle se voit chargée de rédiger, en lien avec le Conseil supérieur de l'audiovisuel, « un rapport annuel mesurant l’impact environnemental des différents modes de réception de la télévision et des services de médias audiovisuels à la demande ». Ce rapport aura « vocation à renforcer l’information des consommateurs sur la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre liées à la consommation de contenus audiovisuels ».

Il faut noter que l’article 9 du projet de loi vient inverser la logique actuelle de la publicité dans les boites aux lettres physiques. En effet, à titre expérimental, dans certaines collectivités, et pour une durée de trois ans, « la distribution à domicile d’imprimés en plastique, en papier ou cartonnés à visée commerciale non adressés, lorsque l’autorisation de les recevoir ne fait pas l’objet d’une mention expresse et visible sur la boîte aux lettres ou le réceptacle du courrier, est interdite ».

Dans son article 4, la future loi va interdire « la publicité en faveur de la vente des énergies fossiles ». Les contrevenants seront soumis à une peine d’une amende de 30 000 euros pour une personne physique et 75 000 euros pour une personne morale.

Afficher l’empreinte carbone de chaque vidéo en ligne

Mais avant la discussion en séance publique, trois députés LREM – Sophie Mette, Florence Lasserre et Nadia Essayan – veulent ajouter des obligations sur le numérique dans le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets. Par un amendement déposé le jeudi dernier, ces parlementaires souhaiteraient que les plateformes affichent « l’empreinte carbone de chaque vidéo en ligne ».

« Les diffuseurs et distributeurs de services de communication audiovisuelle, les distributeurs de services de télévision et de médias audiovisuels à la demande et les plateformes de partage de vidéos font figurer en accompagnement de chaque contenu proposé au visionnage sur le territoire français un indice d’impact environnemental de cette vidéo », lit-on dans la proposition. Un indice d’impact serait calculé à partir des données de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

Avant l’examen de la loi par la commission spéciale à partir du 8 mars, des élus Modem et ceux d’autres bords politiques ont partagé le même constat dans leurs amendements déposés entre le 26 février et le 2 mars, celui d’une croissance rapide des offres de streaming vidéo. Mais ces amendements avaient tous été rejetés par la commission spéciale chargée de l’examen de ce texte.

Là où l’amendement du groupe socialiste ne visait qu’à « instaurer un comité scientifique chargé d’étudier la possibilité de faire figurer, en accompagnement de chaque vidéo proposée au visionnage, un indice relatif à son impact environnemental », l’amendement porté par la droite ambitionnait plus directement « d’informer le consommateur de l’impact carbone du visionnage de vidéo en ligne », à l’image de ce que propose déjà, par exemple, l’interface de la plateforme française MyCanal.

Depuis septembre 2020, MyCanal affiche des mentions environnementales à côté du choix de la qualité de la vidéo (480p, 720p ou 1080p/4K). En prenant le 720p par exemple, le flux vidéo serait 35 % plus économe en émission de CO2 que le flux en qualité maximale. Le service affiche 70 % avec le 480p.


Dans leur premier amendement, Florence Lasserre et Sophie Mette de MoDem avaient indiqué avoir conçu leur proposition en s’inspirant des propositions du think tank The Shift Project. À l’été 2019, une analyse de ce groupe de réflexion qui « œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone » alertait en effet sur les niveaux de pollution considérables générés par l’utilisation des nouvelles technologies, flux vidéo en tête. D’après les estimations du think tank, près de 4 % des émissions de carbone mondiales sont liées chaque année « à la production et à l’utilisation du système numérique ».

C’est plus que les 2 % habituellement attribués au transport aérien civil, et cette part pourrait même doubler d’ici 2025 pour atteindre 8 %. Des chiffres impressionnants mais contestés, dont certains experts de l’AIE (Agence internationale de l’énergie) jugent par exemple qu’ils sont surestimés (en juin 2020, The Shift Project avait répondu à cette critique en appelant « à la poursuite de la discussion scientifique »).

Reste à voir si cette dernière proposition passera. Par ailleurs, si un tel amendement était adopté, faudrait-il vraiment s’attendre à une baisse significative des émissions liées au numérique ? Rien ne permet, pour l’instant, de l’affirmer. Sur un sujet annexe, la loi relative à la lutte contre le gaspillage, qui obligera à partir de 2022 les fournisseurs d’accès à Internet à informer leurs clients « non seulement du volume de données qu’ils consomment, mais également de l’empreinte carbone que cela représente », pourrait de ce point de vue faire office de test « grandeur nature ».

Dans un autre amendement au projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique, un député LREM veut interdire le prélèvement de la redevance pour copie privée sur les biens reconditionnés, jusqu’au 1er janvier 2028. Selon le député Alexandre Freschi, « si les produits numériques reconditionnés devaient être soumis à cette redevance, le coût supplémentaire serait supporté par les consommateurs eux-mêmes et pourrait favoriser l’achat de produits neufs à faible coût, mais de moindre qualité technique et de plus fort impact environnemental plutôt que l’achat de produits reconditionnés en Europe ».

Paula Forteza aimerait pour sa part que les vendeurs autorisent les consommateurs à rétablir l’ancienne version lorsqu’il fait une mise à jour non nécessaire à la conformité du bien. « Pour les biens comportant des éléments numériques, le vendeur veille à ce que le consommateur ayant installé une mise à jour non nécessaire à la conformité du bien puisse rétablir la version antérieure du logiciel concerné ».

Cet amendement vise à contribuer à un allongement de la durée de vie des produits comportant des éléments numériques, compte tenu des matériaux rares qui les composent et des quantités associées. Espérons que l’affichage de l’empreinte carbone va modifier le comportement des consommateurs en les rendant plus écolos.

Sources : Amendements (1 & 2)

Et vous ?

Que pensez-vous de cette proposition pour obliger les plateformes comme YouTube à afficher l’empreinte carbone de chaque vidéo ?
Si l’amendement passe, pensez-vous qu’il poussera les utilisateurs à moins ou ne pas du tout visionner les vidéos à forte empreinte carbone ?

Voir aussi :

Le Sénat inscrit l'obsolescence programmée logicielle dans le projet de loi pour une économie circulaire, en rejetant toutefois les amendements les plus concrets
Obligation de proposer des pièces d'occasion et indice de réparabilité : ce que prévoit le gouvernement, pour limiter les déchets électroniques
Un comité mandaté par le Sénat lance une campagne d'information relative à l'empreinte carbone du numérique, et au projet de loi anti-gaspillage
« Mais à qui donc profite la 5G ? » La France insoumise demande un moratoire au déploiement de la 5G, afin de stopper les projets en cours et d'engager une concertation avec la population

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de earhater
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/03/2021 à 0:13
Mais non, bientôt il vont nous dire qu'il faut steamer à l'électricité...

Ho Wait ??!
Bonjour,

Derrière le troll je me permets de dire que l'empreinte d'une vidéo est très loin d'être nulle, entre l'encodage de la vidéo (multiple car redondance, et faut le faire sur plusieurs codecs) dans des datacenters via des GPU, le multi datacenter pour servir les vidéos dans le monde entier, la construction des datacenters, les métaux rares utilisés dans les cartes graphiques / SSD, les pose de cable sous marins, les CDN est très loin d'être nulle. C'est justement quand je vois ce commentaire que je me dis qu'il pourrait être pertinent d'afficher cette information car on trop tendance à se dire "C'est pas grave c'est via le réseau".

J'appelle ça l'effet smartphone, on se dit un smartphone ça consomme rien je le recharge via ma prise et on oublie que 90 % de son empreinte carbone se situe avant son achat
12  1 
Avatar de darklinux
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/03/2021 à 1:47
Ce greenwashing , me fatigue , cela prouve combien les politiques sont a la remorque
7  1 
Avatar de earhater
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/03/2021 à 17:16
Connais-tu par hasard le rejet moyen "du fameux CO2" d'un être humain au cours de sa vie, simplement en respirant ? Et si oui, as-tu des enfants ?
Idem pour les animaux, bien sûr; et en fait pour tout le reste...

Alors le meilleur moyen est peut-être, si je suis ta logique, d'exterminer tout le monde...
Parce que ce raisonnement que tu défends, s'applique à quasiment tout; pas qu'au smartphone.

Mais je ne reste qu'un troll (au mieux ), ou un complotiste au pire...
Bonjour,

Je me suis peut être mal exprimé je ne voulais pas vous taxer de troll, simplement la réponse un peu trollesque (je suis le premier à le faire !). Si vous voulez suivre ma logique, je trouve qu'il y a un juste milieu entre s'abreuver de vidéos de chats mignon en 8k sur son smartphone de 7 pouces via un réseau 5G, smartphone changé tous les ans ou tous les 2 ans en moyenne et "exterminer tout le monde". Il y a vraiment des réflexions intéressantes à se faire, comme par exemple l'empreinte Carbonne de 1 Go de data transféré via le réseau fixe (fibre, ADSL) et via le réseau cellulaire. Si l'empreinte carbone est affichée sur les vidéos youtube, et qu'elle est correctement calculée, les gens se rendraient peut être compte que la data est plus émettrice en cellulaire qu'en fixe ça s'appelle informer je ne défends pas de s'abstenir de regarder des vidéos.
5  1 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/03/2021 à 11:14
Quelle misère. On paye ces imbéciles plus de 7000€ par mois, sans compter les frais et le salaire de leur femme qui exerce souvent le métier d'assistante parlementaire, tout cela pour entendre des conneries pareilles.

Je pensais que nous avions atteint le fond avec Jean-Vincent Placé, et bien non. Le parlementarisme a bel et bien vécu.
4  1 
Avatar de moldavi
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/03/2021 à 3:38
Bonjour.

Pour résumé l'article, le Modem drague l'électorat écologique.
2  0 
Avatar de kinaesthesia
Membre averti https://www.developpez.com
Le 28/03/2021 à 23:28
Je trouve ça sympa, on fera des concours de la vidéo qui pollue le plus après :-)
2  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 29/03/2021 à 16:40
Citation Envoyé par earhater Voir le message
J'appelle ça l'effet smartphone, on se dit un smartphone ça consomme rien je le recharge via ma prise et on oublie que 90 % de son empreinte carbone se situe avant son achat
Oui et quid de l'empreinte «humaine» ?

«
Dans les téléphones - notamment chez Nokia - se trouvent des petits composants constitués de tantale. Chargés de conserver les données même quand la batterie est vide, les condensateurs stockent l'énergie et résistent à la chaleur. 80% de l'extraction de ce minerai se trouve en République démocratique du Congo.

C'est à Rubaya, dans le Nord-Kivu, que les prestataires de marques de portable se fournissent majoritairement. Pour les familles, ni électricité ni eau potable et peu de nourriture. La ville est pourtant adossée à une mine d'un nouvel or noir : le tantale. 360 tonnes de tantale brut (coltan) sont sorties de ces puits l'an dernier : 40 kg se vendent 600 euros en sortant de la mine et jusqu'à 3.500 euros sur le marché international. La richesse devrait profiter aux mineurs. Et leur assurer des conditions de travail décentes.


La mine pour tombeau
(.../...)
»
Source: VIDEO. Le tantale de nos smartphones, tombeau des mineurs congolais - Franceinfo:

Référence:

Le secteur de l’électronique utilise 60 % à 80 % de la production de tantale pour la fabrication de composants électroniques. En particulier il entre dans la composition de condensateurs et de filtres à onde de surface, utilisés dans les téléphones mobiles ou les ordinateurs.
(.../...)
Le coltan est au cœur de la guerre en République démocratique du Congo (RDC), l’un des conflits les plus meurtriers depuis la Seconde Guerre mondiale avec plus de 6 millions de morts.
Source: Coltan - wikipedia
2  0 
Avatar de Fagus
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/03/2021 à 14:54
ça pourrait avoir le bénéfice de faire prendre conscience de la pollution liée aux vidéos, mais c'est un peu lâche dans le sens où :
* c'est un peu douteux de créer une société où la surconsommation est hypervalorisée socialement et commercialement
* puis de faire porter le chapeau au consommateur.

ex : les voitures en quelques décennies ont connu une amélioration de leur rendement de quelque chose comme 40%, mais en même temps, la consommation a augmenté... chercher l'erreur.
C'est simple, c'est plus valorisé de rouler en SUV qu'en 2CV et de toutes façon les fabricants de voitures ont fait voter une réglementation à l'avantage des modèles les plus lourds car ce sont les plus rentables dans le système (le serpent se mort la queue).

Maintenant, on va avoir la 5G promue par le gouvernement pour regarder de la vidéo haute définition sur son téléphone, mais en même temps le pouvoir politique va nous expliquer que ce serait bien de baisser à la main la résolution de chaque vidéo : de qui se moque-t-on ???

Dans ces deux cas, c'est une politique sans vision qui exécute bêtement les intérêts de l'industrie, au lieu de fixer les règles du jeu.

Concernant cette demande d'afficher la consommation CO2, les même politiques permettent par le jeu de dupe des certificats carbones de continuer le greenwashing permanent : les GAFAM vont acheter leur certificats carbones (dont le prix est trop bas pour être incitatif), et pourront légalement écrire que leur activité est neutre en carbone (ils le font déjà), même si physiquement leur datacenter utilise les électrons d'une centrale à charbon car c'est moins cher.
4  2 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/03/2021 à 17:56
Bonjour,

Que pensez-vous de cette proposition pour obliger les plateformes comme YouTube à afficher l’empreinte carbone de chaque vidéo ?
Le jour ou des géants chinois débarqueront l'état français pourra remballer son attirail de lois et décret débiles .

Si l’amendement passe, pensez-vous qu’il poussera les utilisateurs à moins ou ne pas du tout visionner les vidéos à forte empreinte carbone ?
Si c'est pour se prendre en sus de la pub des messages du style : "attention cette vidéo pollue" ... et j'en passe , le consommateur ira voir et ces messages ne serviront à rien. Si peut être flingué l'audience de nos chaines en streaming genre Salto ou MyCanal ... En somme comment se tirer une balle dans le pied.

---

Blague à part , vous savez ce qu'on dit sur les consommateurs TV ? TV = con, so(t) , (m)mateur ... Apparemment la TV rend bête
1  0 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 31/03/2021 à 18:03
Ils ont bien raison

J'en lis certains qui parlent d'amélioration de la performance des matériels mais la question n'est pas là ici. Il est question de faire passer des flux monstrueux via des infras de malade alors que ça pourrait/devrait être en local sans tout ce fourbi.
Si on ajoute le fait qu'une énorme partie de l'activité de Youtube est destinées à passer de la musique avec une image fixe en guise de flux vidéo. (exemple
)

C'est un problème d'usage, pas un problème de performance des algo ou autres matériels.
2  1