IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un second juge américain affirme que Trump ne peut pas interdire TikTok,
Accordant ainsi à TikTok un autre sursis

Le , par Stan Adkens

113PARTAGES

5  0 
TiKTok, l’application populaire de partage de vidéo, s’est vu accorder un autre sursis ce lundi. Un juge fédéral américain a émis une nouvelle injonction préliminaire contre les restrictions de l'administration Trump qui auraient empêché TikTok d'opérer aux États-Unis, quelques jours seulement après que la société mère de TikTok, ByteDance, a manqué la date limite du 4 décembre fixée par le département du Trésor pour finaliser la vente des opérations américaines de la plateforme de partage vidéo.

L'administration Trump a publié un décret le 6 août qui vise à bloquer les transactions entre les sociétés américaines et les sociétés mères chinoises de TikTok et WeChat, respectivement ByteDance et Tencent. Trump a déclaré que TikTok et WeChat constituaient une « urgence nationale », invoquant des problèmes de confidentialité et de sécurité. Cette ordonnance invoquait l'International Emergency Economic Powers Act (IEEPA), une loi qui permet à Trump d'interdire les transactions entre les États-Unis et les entités étrangères.

Le ministère chinois des Affaires étrangères n'avait pas tardé à l’époque à monter au créneau en s’opposant fermement aux décrets annoncés par le président américain Donald Trump. Pékin défendra les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises et les États-Unis devraient supporter les conséquences de leurs actions, avait déclaré à la même période le porte-parole du ministère Wang Wenbin aux journalistes lors d'un briefing quotidien, sans donner de détails.


« Les États-Unis utilisent la sécurité nationale comme excuse et utilisent le pouvoir de l'État pour opprimer les entreprises non américaines. C'est juste une pratique hégémonique. La Chine s'y oppose fermement », avait-il indiqué.

Lundi, un juge fédéral a totalement bloqué la tentative de l'administration Trump d'interdire TikTok aux États-Unis, la dernière défaite de la croisade juridique de la Maison-Blanche contre l'application de partage de vidéos. Le juge fédéral de Washington Carl Nichols a donné raison aux plaignants TikTok et ByteDance dans un procès intenté contre le président Donald Trump, le secrétaire au commerce Wilbur Ross et le ministère du Commerce. Avant l’injonction du juge en octobre sur laquelle s’est alignée l’administration Trump, TikTok a intenté une action en justice contre le gouvernement peu après la signature des décrets en août.

Le juge Nichols a estimé que le décret de Trump contre TikTok - qui invoquait l'International Emergency Economic Powers Act, permettant au président d'interdire les transactions entre les États-Unis et les entités étrangères - « dépassait probablement » les limites expresses de l'IEEPA.

La semaine dernière, l'administration Trump a laissé passer sans répercussion la dernière échéance de cession de TikTok, permettant à la société de poursuivre ses discussions avec le gouvernement américain sur un accord qui satisfait les préoccupations de sécurité nationale, a rapporté Bloomberg. La décision de lundi est la deuxième fois qu'un tribunal fédéral met fin à l'interdiction de TikTok.

Les avocats de TikTok ont démontré que le fait que les responsables de l’administration Trump « n'aient pas suffisamment pris en compte une alternative évidente et raisonnable avant d'interdire TikTok » rend la répression contre l'application « arbitraire et capricieuse », a écrit Nichols.

« Nous sommes heureux que le tribunal nous ait donné raison et ait accordé une injonction préliminaire contre toutes les interdictions du décret », a déclaré un porte-parole de TikTok dans un communiqué. « Nous sommes déterminés à continuer à faire de TikTok l’endroit sur lequel 100 millions d'Américains, y compris des familles et des petites entreprises, comptent pour s'exprimer, se connecter, gagner leur vie et connaître la joie véritable ».

L'administration Trump continuera à défendre les mesures d’interdiction de TikTok

Invoquant une menace pour la sécurité nationale, le Département du Commerce a cherché à empêcher le téléchargement de l'application dans les magasins d'applications et a tenté d'interdire les transactions entre les Américains et la société mère chinoise de TikTok, ByteDance. Le Juge Nichols avait déjà accordé une injonction préliminaire le 27 septembre dernier, permettant aux gens de continuer à télécharger l'application aux États-Unis. À l'époque, il ne s'était pas prononcé sur les autres restrictions du ministère du Commerce.

Un juge fédéral de Pennsylvanie avait également empêché la fermeture de TikTok le 30 octobre, dans le cadre d'un procès intenté par trois créateurs de TikTok, estimant qu'une fermeture causerait aux créateurs « une perte économique significative et irrécupérable » et accordant une injonction contre l'interdiction. Le mois dernier, avant la date limite initiale de vente de TikTok, fixée au 12 novembre, le ministère du Commerce a annoncé qu'il suspendait l'interdiction de l'application.

« La décision de la cour est conforme à l'injonction préliminaire nationale accordée par la Cour de district des États-Unis pour le district Est de la Pennsylvanie le 30 octobre 2020 », a déclaré dans un communiqué un porte-parole du ministère du Commerce dans sa réaction à la décision du juge fédéral Nichols. « Le Département soutient que l'ordre d’exécution est pleinement conforme à la loi et qu'elle promeut des intérêts légitimes de sécurité nationale. Le gouvernement continuera à se conformer aux injonctions et a pris des mesures immédiates pour le faire, mais a l'intention de défendre vigoureusement l'ordre d’exécution et les efforts de mise en œuvre du Secrétaire contre les contestations judiciaires ».

Des responsables de la Maison-Blanche ont pris pour cible TikTok en raison de sa propriété à Pékin. Selon les responsables de l’administration Trump, les données des utilisateurs américains risquent d'être consultées par les autorités chinoises en raison des liens étroits que le régime autoritaire entretient avec les entreprises privées du pays.

Les données des utilisateurs américains sont principalement stockées par TikTok sur des serveurs en Virginie, avec un stockage de sauvegarde à Singapour, selon NPR. Les responsables de l'entreprise affirment que les autorités chinoises n'ont jamais tenté d'accéder aux informations des Américains.

Les responsables de la Maison-Blanche ont affirmé, sans preuve, que TikTok pourrait être utilisé comme un outil d'espionnage chinois. Pourtant, bien avant que l'administration Trump ne décide de la fermer, la société avait été soumise à un examen de sécurité nationale par le Comité sur l'investissement étranger aux États-Unis, un groupe d'experts interagences qui examine les sociétés opérant aux États-Unis et détenues par des entités étrangères.

Une proposition qui a émergé dans le cadre de ce processus aurait confié à la société de logiciels américaine Oracle la responsabilité de toutes les données des utilisateurs américains, un accord qui est toujours en cours d'élaboration par un certain nombre de parties intéressées. Le président Trump avait déclaré qu'il approuvait une offre d'Oracle et de Walmart « en concept » qui créerait une entité basée aux États-Unis, TikTok Global, mais il n'est pas clair comment cela permettrait de répondre à certains risques de sécurité, et l'accord n'a pas reçu l'approbation finale de la Chine.

Bien que les discussions visant à protéger les données des utilisateurs américains aient été menées dans le cadre d'un processus distinct, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross a continué à faire pression pour que TikTok soit mis sur la liste noire américaine, a rapporté NPR.

L'administration Trump avait fixé au 4 décembre la dernière date limite à laquelle ByteDance devait vendre ou céder l'activité de TikTok aux États-Unis, mais le gouvernement a déclaré ce jour-là qu'il ne prolongerait ni ne ferait respecter cette date limite. L’administration Trump ne va pas imposer sa propre date limite à ByteDance pour vendre ses activités américaines de la plateforme de partage de vidéos TikTok aux États-Unis, a rapporté Bloomberg.

La cour d'appel a accordé à ByteDance jusqu'au 14 décembre pour soumettre des documents dans le cadre de sa procédure contre le gouvernement américain. L’injonction a ordonné qu'au plus tard le 18 décembre 2020, les parties se rencontrent, se concertent et déposent un rapport conjoint sur l'état de la situation proposant un calendrier pour la suite des procédures.

Sources : Injonction préliminaire, Mémorandum

Et vous ?

Que pensez-vous de ce nouveau sursis accordé à TokTok ?
Pensez-vous que l’administration Trump parviendra à mettre en œuvre le décret de Trump concernant TikTok ?

Voir aussi :

USA : un juge fédéral déclare que l'interdiction de TikTok causerait un "préjudice irréparable" aux créateurs de contenu, TikTok obtient un nouveau sursis grâce à l'intervention de trois influenceurs
Le gouvernement Trump a ignoré la date butoir qu'il a donnée à TikTok pour céder ses activités US, les États-Unis seraient « très motivés » pour finaliser les discussions sur la vente
TikTok affirme que l'administration Trump a oublié la tentative de l'interdire et aimerait savoir ce qu'il en est, alors que la dernière échéance pour bloquer l'application est imminente
Un juge bloque les restrictions de WeChat par Trump pour des questions de liberté d'expression, l'application est une « place publique virtuelle »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 10/06/2021 à 13:28
Joe Biden révoque et remplace les décrets de Trump qui interdisaient TikTok, par une mesure qui demandera au ministère du Commerce d'enquêter sur les applications
liées à des adversaires étrangers

Le président Joe Biden a signé hier un décret révoquant les interdictions imposées par le président Trump à TikTok et WeChat. En lieu et place de l'ordonnance de Trump, Joe Biden chargera le secrétaire au commerce d'enquêter sur les applications ayant des liens avec des rivaux étrangers et pouvant présenter un risque pour la confidentialité des données ou la sécurité nationale des Américains. Le décret de Biden a pour objectif d'imposer un « cadre de décision fondé sur des critères » plus structuré pour les interdictions potentielles. Il s'agit de la dernière d'une série de mesures liées à la Chine prises par Joe Biden avant son premier voyage en Europe, où la réduction des abus de Pékin sera un point essentiel de l'ordre du jour des réunions avec les dirigeants du G7 et de l'OTAN.

En tentant d'interdire TikTok et WeChat l'année dernière, Donald Trump a déclaré que les applications appartenant à des entreprises chinoises « menacent la sécurité nationale, la politique étrangère et l'économie des États-Unis ». TikTok et un groupe d'utilisateurs de WeChat basés aux États-Unis ont poursuivi Trump en justice pour cette décision, et les interdictions ont été bloquées par les tribunaux. Sous la pression de l'administration Trump, ByteDance a tenté de vendre une partie de TikTok, mais la vente a été mise en attente par l'administration Biden en février.


Le décret signé hier remplace une série de décrets pris par le président Trump l'année dernière, qui bloquaient des applications telles que TikTok, WeChat et Alipay dans les App stores américains et prenaient d'autres mesures pour les empêcher de fonctionner aux États-Unis. Les effets les plus extrêmes de ces ordonnances ont été empêchés par des recours judiciaires en cours, mais l'ordonnance de mercredi annulera purement et simplement ces ordonnances. Au lieu de cela, l'ordonnance de Biden instituera un nouveau cadre pour déterminer les risques pour la sécurité nationale des transactions impliquant des applications qui sont liées aux gouvernements ou aux armées d'adversaires étrangers, comme la Chine, ou qui collectent des données sensibles auprès de consommateurs américains.

« L'administration s'est engagée à promouvoir un internet ouvert, interopérable, fiable et sécurisé, à protéger les droits de l'Homme en ligne et hors ligne, et à soutenir une économie numérique mondiale dynamique. Le défi que nous relevons avec ce décret est que certains pays, dont la Chine, ne partagent pas ces engagements ou ces valeurs et s'efforcent au contraire d'exploiter les technologies numériques et les données américaines d'une manière qui présente des risques inacceptables pour la sécurité nationale », a déclaré mercredi un haut responsable de l'administration Biden.

Le nouveau décret de Joe Biden demandera au ministère du Commerce d'examiner les applications liées à des adversaires étrangers et de définir ce qu'il doit considérer comme un « risque inacceptable », selon une fiche d'information de la Maison-Blanche. Il s'agira notamment des transactions impliquant des applications détenues ou contrôlées par « des personnes qui soutiennent les activités militaires ou de renseignement d'un adversaire étranger, qui sont impliquées dans des cyberactivités malveillantes ... ou qui collectent des données sensibles ».

Alors que le Comité pour l'investissement étranger aux États-Unis, CFIUS, examine les fusions ou les investissements étrangers, le décret cite une mesure antérieure de Trump qui définit les transactions de manière large pour inclure l'installation ou le transfert impliquant un service de technologie des communications.

Pourquoi cela est important ?

L'administration Biden continue d'exposer comment son approche dure envers la Chine sera différente de celle de Trump, en mettant en œuvre des politiques agressives qui, selon les responsables, sont plus alignées sur les valeurs américaines.

James Lewis, vice-président senior du Center for Strategic and International Studies, a déclaré que l'administration Biden n'a montré aucun assouplissement de la position ferme du gouvernement à l'égard de la Chine. Mais le nouveau décret énonce des critères beaucoup plus précis pour évaluer les risques posés par TikTok et d'autres sociétés appartenant à des adversaires étrangers comme la Chine. « Ils prennent la même direction que l'administration Trump, mais à certains égards plus sévère, d'une manière plus ordonnée et mise en œuvre d'une bonne manière », a déclaré Lewis. Il a ajouté que l'ordre de Joe Biden est plus fort que la directive de l'ère Trump, car « il est cohérent, pas aléatoire ».

Les précédents décrets de Trump visaient essentiellement à interdire l'application populaire de partage de vidéos TikTok et l'application de messagerie WeChat aux États-Unis. Ces interdictions ont été temporairement bloquées par les tribunaux parce que les problèmes de sécurité nationale exposés par l'administration Trump étaient trop hypothétiques ou trop vagues. Et L'administration Biden cherche à développer un meilleur processus pour identifier et documenter les préoccupations de sécurité nationale afin que les interdictions potentielles de transfert de données puissent résister aux contestations judiciaires.

Lors d'une conférence de presse, un haut fonctionnaire de l'administration a déclaré que le nouveau décret vise à protéger les données américaines sensibles contre la collecte et l'utilisation par des adversaires étrangers, notamment la Chine. Un examen de la structure de propriété de TikTok, détenue par la société chinoise ByteDance, est toujours en cours au Comité des investissements étrangers aux États-Unis, a déclaré le fonctionnaire, refusant de donner plus de détails. Ce décret est un élément important de la stratégie de politique étrangère de l'administration vis-à-vis de la Chine et fait partie de son programme de travail avec des partenaires internationaux, a déclaré le fonctionnaire.

L'ordonnance de mercredi n'est que la dernière mesure prise par l'administration Biden pour relever les défis posés par la Chine. La semaine dernière, Joe Biden a signé un autre décret élargissant une interdiction datant de l'ère Trump sur les investissements américains dans des entreprises chinoises ayant des liens présumés avec l'armée chinoise. Le décret énumère 59 entreprises interdites d'investissement, dont celles qui créent et déploient des technologies de surveillance utilisées contre les minorités musulmanes et les dissidents du gouvernement à Hong Kong.

Un haut responsable de l'administration a déclaré mercredi qu'il fallait s'attendre à d'autres mesures contre la Chine lorsque M. Biden effectuera son premier voyage en tant que président pour rencontrer les dirigeants du Groupe des sept nations, de l'OTAN et de l'Union européenne.

Sources : La maison blanche, Federal Register

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

L'acquisition de TikTok par Oracle aurait été "mise en suspens" indéfiniment. L'administration Biden veut vérifier si la sécurité nationale est réellement mise en danger

La Chine préfère voir TikTok U.S. fermé plutôt qu'une vente forcée. Les autorités chinoises craignent qu'une vente ne fasse "apparaître" ByteDance et la Chine comme "faibles"

Trump approuve le partenariat de TikTok et d'Oracle alors que son cofondateur a levé des fonds pour sa campagne. TikTok dispose d'une semaine supplémentaire pour vendre ses activités américaines

TikTok et WeChat seront supprimés des App Store US le 20 septembre. Le ministère US du commerce annonce une série de mesures qui seront appliquées pour empêcher les applications de fonctionner
12  0 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 11/02/2021 à 9:39
L'acquisition de TikTok par Oracle aurait été "mise en suspens" indéfiniment
l'administration Biden veut vérifier si la sécurité nationale est réellement mise en danger

Le sujet n'a pas été l'information principale diffusée par les médias en ce début d'année, mais l'on se rappelle encore pleinement l'épisode TikTok, qui était un bras de fer serré entre l'administration Trump et le chinois ByteDance, propriétaire de l'application. Si un accord, pour le moins flou, a été conclu avec la précédente équipe dirigeante de la Maison Blanche pour céder l'application à Oracle et Walmart, la nouvelle équipe aux commandes aurait suspendu toutes les opérations entrant dans le cadre de l'achat. L'équipe Biden veut procéder à de nouvelles enquêtes pour voir si les accusations de Trump sont fondées.

Biden demande aux juges de suspendre toute opération liée à la vente de TikTok

Un coup dur pour Oracle ? Il est certainement trop tôt pour le dire, mais ses plans d'acquérir TikTok, ou du moins de devenir le partenaire technologique de confiance de l'application détenue par le chinois ByteDance seraient suspendus indéfiniment. Un rapport du Wall Street Journal (WSJ) a fait état de ce que le ministère américain de la Justice a demandé mercredi à deux cours d'appel fédérales de suspendre les appels du gouvernement contre les décisions des tribunaux inférieurs qui bloquent les restrictions imposées par l'administration Trump sur l'application TikTok appartenant aux Chinois.



Si le nouveau locataire de la Maison Blanche ne trouve aucune raison à annuler l'ajout de Huawei sur la liste du département américain du Commerce, il serait prêt à analyser plus profondément les raisons qui ont poussé son prédécesseur à vouloir forcer la vente de TikTok. Pour ce faire, le ministère de la Justice aurait déclaré aux cours d'appel du District de Columbia et du troisième circuit que le ministère du Commerce « prévoit de procéder à une évaluation du dossier sous-jacent justifiant ces interdictions » afin de déterminer si elles sont justifiées par la menace à la sécurité nationale décrite dans l'arrêt Trump.

Selon le WSJ, dans une requête au tribunal, l'administration Biden a déclaré qu'elle avait entamé un examen de l'action de l'agence qui l'aiderait à déterminer si la menace pour la sécurité nationale citée par l'administration Trump continue de justifier l'interdiction. La demande du ministère de la Justice a indiqué que la demande de report n'est pas contestée par TikTok et ByteDance. Des personnes proches du dossier ont déclaré que les discussions se poursuivaient entre les représentants de ByteDance et les responsables de la sécurité nationale des États-Unis.

Ces dernières ont expliqué que les discussions avec les responsables de la sécurité nationale US portent sur la sécurité des données et les moyens d'empêcher que les informations que TikTok collecte sur les utilisateurs américains ne soient accessibles au gouvernement chinois. Le dialogue pourrait être long, car de nombreux responsables clés de l'administration Biden ne sont pas encore en place pour revoir le statut de TikTok. Selon Reuters, aucune des parties concernées n'a commenté le sujet pour l'instant. Des critiques suggèrent toutefois qu'il est fort probable que l'accord entre ByteDance et Oracle soit annulé.

Pourquoi l'administration Trump s'est-elle acharnée contre TikTok de ByteDance ?

Sous l'égide de l'ancien président Donald Trump, le ministère du Commerce avait cherché à interdire aux magasins d'applications de Google et d'Apple d'offrir TikTok en téléchargement aux nouveaux utilisateurs et à interdire d'autres transactions techniques qui, selon TikTok, empêcheraient effectivement l'utilisation de l'application aux États-Unis. Trois juges fédéraux, dans des décisions distinctes, ont bloqué les mesures prises par Trump à l'encontre de TikTok et de WeChat, une application mobile de messagerie instantanée détenue par Tencent Holdings Limited, une autre entreprise chinoise.

Trump avait en effet pris en tout deux décrets : un en août 2020 dans lequel l'ancien président a publié déclarait que TikTok et WeChat constituaient une "urgence nationale". Une semaine plus tard, un second décret donnait à la société mère de TikTok, ByteDance, basée à Pékin, 90 jours pour céder l'application à un propriétaire américain ou cesser ses activités aux États-Unis. Une semaine avant la signature du premier décret, cependant, Trump a ordonné à ByteDance de vendre dans les 45 jours à, apparemment, Microsoft. Ce dernier a déclaré à l'époque qu'il prévoyait de terminer les pourparlers avec ByteDance d'ici la mi-septembre.

Trump avait alors déclaré que le PDG de Microsoft, Satya Nadella, pourrait "essayer" de vendre, ajoutant : « Si quelqu'un, que ce soit Microsoft ou quelqu'un d'autre, l'achète, ce sera intéressant ». Trump a juré qu'il ne prolongerait pas la date limite pour une vente au-delà du 15 septembre et puis, très soudainement le 13 septembre, Oracle, et non Microsoft, est apparemment sorti victorieux des pourparlers. Cependant, l'accord avec Oracle s'est avéré ne pas être une acquisition réelle, comme l'administration l'avait prétendument souhaité.

Au lieu de cela, l'accord a produit un arrangement vague qui ferait d'Oracle le "partenaire technologique de confiance" de TikTok aux États-Unis. Entre-temps, TikTok, qui compte plus de 100 millions d'utilisateurs aux États-Unis, a nié les accusations et a porté plainte contre l'administration Trump, arguant que l'interdiction était inconstitutionnelle et motivée par des raisons politiques. Des groupes d'utilisateurs ont également porté plainte. Plusieurs tribunaux ont donné raison aux plaignants et ont accordé des injonctions bloquant l'entrée en vigueur des interdictions de Trump en septembre et octobre comme prévu.

L'interdiction de TikTok était censée entrée en vigueur le 12 novembre, quelques jours après l'élection présidentielle américaine, mais à la suite de l'élection, Trump et ses collaborateurs ont semblé oublier plus ou moins complètement l'entreprise, les prétendues préoccupations de sécurité nationale et l'interdiction. Le 10 novembre, TikTok a déclaré devant un tribunal qu'elle tentait de finaliser les négociations avec le gouvernement fédéral, mais qu'elle n'avait pas eu de nouvelles depuis des semaines.

Deux jours plus tard, le ministère du Commerce a émis un sursis sur ses propres plans pour appliquer l'interdiction de TikTok avant que l'interdiction n'entre en vigueur. Bien que la nouvelle administration ne partage pas toutes les préoccupations de l'ancienne administration concernant la plateforme de partage de vidéos, la Maison Blanche n'a pas complètement abandonné la partie. Il peut encore y avoir des risques légitimes pour ByteDance d'avoir accès à tant d'informations sur les utilisateurs américains.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

ByteDance rejette l'offre de Microsoft pour l'acquisition de l'activité américaine de TikTok et désigne Oracle comme son "partenaire technologique" américain

L'accord de TikTok avec Oracle ne rime à rien ! L'ajout d'un "partenaire technologique de confiance" ne répond qu'à une petite partie des préoccupations en matière de sécurité nationale

La Chine préfère voir TikTok U.S. fermé plutôt qu'une vente forcée. Les autorités chinoises craignent qu'une vente ne fasse "apparaître" ByteDance et la Chine comme "faibles"

Trump approuve le partenariat de TikTok et d'Oracle alors que son co-fondateur a levé des fonds pour sa campagne. TikTok dispose d'une semaine supplémentaire pour vendre ses activités américaines

TikTok et WeChat seront supprimés des App Store US le 20 septembre. Le ministère US du commerce annonce une série de mesures qui seront appliquées pour empêcher les applications de fonctionner
5  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/02/2021 à 17:36
Quel est votre avis sur le sujet ?

Honnêtement, si les USA sentent leurs "sécurité national" mise en danger par une appli de réseau sociale étrangère, j'ai juste deux remarque :
  1. Que devrait dire le reste du monde sur le monopole des boites tech US.
  2. Si ils ne veulent pas d'un marché ouvert, ils n'ont qu'a le dire clairement et ont pourra enfin passer à autre chose sans faussent menace.


Les USA ou les vierges effarouchées de la tech
3  0 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/06/2021 à 16:21
Citation Envoyé par Arya Nawel Voir le message
Même une horloge cassée a raison deux fois par jour.
Si je considère que Trump est le pire président de l'histoire américaine (les événements de 2020 le plaçant en dessous de Buchanan), cela ne signifie pas que toutes ses décisions ou actions étaient mauvaises.
Donc beaucoup des décisions prises par Trump devraient être revues avant de les annuler juste parce que nous n'aimons pas le type.
Mais c'est justement ça, la blague. Il ne les annule pas: il les étend, en faisant croire qu'il les annule

Comme c'est marqué, il ouvre une enquête sur Tik Tok mais aussi sur d'autres boites qui n'étaient pas encore ciblées par Trump. En gros il va continuer la politique de Trump sur le sujet, mais en faisant semblant de faire le contraire.
3  1 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/06/2021 à 14:54
Même une horloge cassée a raison deux fois par jour.
Si je considère que Trump est le pire président de l'histoire américaine (les événements de 2020 le plaçant en dessous de Buchanan), cela ne signifie pas que toutes ses décisions ou actions étaient mauvaises.
Donc beaucoup des décisions prises par Trump devraient être revues avant de les annuler juste parce que nous n'aimons pas le type.
2  1 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/07/2021 à 14:54
Il aime donc l'idée de Trump, et veut la développer.
1  0 
Avatar de byrautor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/12/2020 à 17:58
J'attends le 3ème juge américain, puis le 4ème !
Qu'est-ce que c'est que cette démocratie élastique ?
Enfin les avocats doivent s'en frotter les mains
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/07/2021 à 8:12
Bien joué le vieux
0  0