IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Pourquoi la loi "Kids Online Safety Act" qui vise prétendument la sécurité des enfants en ligne, est préjudiciable aux mineurs
La loi est plutôt subie comme une censure autoritariste, d'après l'EFF

Le , par Jade Emy

2PARTAGES

6  0 
Des jeunes ont expliqué à l'EFF pourquoi la loi sur la sécurité des enfants en ligne sera préjudiciable aux mineurs. La loi "Kids Online Safety Act" (KOSA) qui vise la sécurité des enfants en ligne, est plutôt subie comme une censure autoritariste.

Avec l'adoption du KOSA, les informations auxquelles je peux accéder en tant que mineur seront limitées et censurées, sous prétexte de me "protéger", ce qui relève de la responsabilité de mes parents, et NON du gouvernement. J'ai beaucoup appris sur le monde et sur moi-même grâce aux médias sociaux, et sans le monde diversifié que j'ai vu, je serais une personne complètement différente, et bien pire. Pour un pays qui s'enorgueillit de la liberté d'expression et de la liberté de ses citoyens, ce projet de loi va à l'encontre de tout ce que nous défendons ! - Alan, 15 ans

Si l'information est filtrée, c'est mauvais. Tous les points de vue devraient être accessibles, même s'ils sont nuisibles, afin que chacun puisse comprendre toutes les situations. Sans parler du fait qu'en tant que jeune personne neurodivergente et homosexuelle, je suis sûr que les informations que je pourrais acquérir et utiliser pour m'aider moi-même seraient gravement affectées. Je veux être libre comme tout le monde. - Sunny, 15 ans
L'opinion des jeunes sur la loi sur la sécurité des enfants en ligne (Kids Online Safety Act, KOSA) est importante. Cette loi les concernera au premier chef, et de très nombreux adolescents s'y opposent. Certains ont appelé les législateurs ou leur ont envoyé des courriels pour leur faire part de leur opinion. D'autres ont fait part de leurs inquiétudes sur les réseaux sociaux.

Ces adolescents ont mis leur âme à nu pour expliquer à quel point l'accès aux médias sociaux est important pour eux, mais les législateurs et les défenseurs des libertés civiles ont surtout parlé du projet de loi et de ce qui est le mieux pour les enfants, et souvent on n'entend pas du tout les mineurs dans ces débats. Selon l'EFF, on devrait, ces jeunes voix devraient être essentielles lorsqu'on parle de KOSA.

Il y a quelques semaines, l'EFF a posé quelques questions à certains des jeunes défenseurs qui luttent contre le Kids Online Safety Act :
  • Comment l'accès aux médias sociaux a-t-il amélioré votre vie ? Qu'en retirez-vous ?
  • Que perdriez-vous si la loi KOSA était adoptée ? En quoi ta vie serait-elle différente si la loi était déjà en vigueur ?



En une semaine, ils ont reçu plus de 3 000 réponses. À ce jour, il déclare avoir reçu plus de 5 000.

Ces commentaires montrent que les jeunes gens réfléchis sont profondément préoccupés par les retombées de la loi proposée, et que beaucoup de ceux qui seraient concernés pensent qu'elle leur nuira, au lieu de les aider. Plus de 700 des personnes qui ont répondu ont indiqué qu'elles avaient actuellement seize ans ou moins, l'âge auquel la responsabilité de la KOSA est applicable. L'âge moyen des personnes qui ont répondu à l'enquête était de 20 ans (parmi celles qui ont donné leur âge - la question était facultative, et environ 60 % des personnes ont répondu).

L'EFF ajoute qu'en plus de ces deux questions, ils ont également demandé aux personnes ayant répondu à l'enquête si elles étaient prêtes à communiquer leur adresse électronique à tout journaliste qui souhaiterait s'entretenir avec elles. Car malheureusement, la plupart des reportages ne mentionnent généralement qu'un ou deux des jeunes qui seraient les plus touchés.

Alors, chers journalistes : Nous avons les coordonnées de plus de 300 jeunes qui seraient heureux de vous expliquer pourquoi les médias sociaux sont importants pour eux et pourquoi ils s'opposent à KOSA. - EFF
Individuellement, ces réponses montrent que les médias sociaux, malgré leurs problèmes actuels, offrent une expérience globalement positive à de très nombreux jeunes. Ils aident les personnes vivant dans des régions isolées à se connecter ; ils aident les personnes en situation de violence à trouver du réconfort et à s'échapper ; ils offrent une éducation en matière d'histoire, d'art, de santé et d'événements mondiaux à ceux qui n'en bénéficieraient pas autrement ; ils aident les gens à apprendre à se connaître eux-mêmes et à connaître le monde qui les entoure. (La recherche suggère également que les médias sociaux sont plus utiles que néfastes pour les jeunes).

Dans l'ensemble, ces réponses racontent une histoire qui est à 180° différente de celle qui est régulièrement racontée par les politiciens et les médias. Dans ces récits, il est admis que la majorité des expériences des jeunes sur les plateformes de médias sociaux sont néfastes. Mais ces réponses montrent clairement que de très nombreux jeunes y trouvent de l'aide, de l'éducation, de l'amitié et un sentiment d'appartenance, précisément parce que les médias sociaux leur permettent d'explorer, ce que KOSA est susceptible d'entraver. Ces jeunes sont profondément engagés dans le monde qui les entoure par le biais de ces plateformes, et ils sont sincèrement préoccupés par le fait qu'une loi comme KOSA pourrait les priver de cette possibilité, ainsi que d'autres jeunes.


Voici quelques-unes des milliers de raisons pour lesquelles ils sont inquiets, partagées par l'EFF.

Note de l'EFF : Nous partageons les opinions des individus, sans les éditer. Nous ne les approuvons pas nécessairement, ni leur interprétation de la loi KOSA.

KOSA portera atteinte à des droits dont les jeunes savent qu'ils devraient bénéficier

L'une des choses les plus importantes qui serait perdue est la liberté d'expression - un droit donné qui est crucial pour un environnement sain et fonctionnel. Tous les discours ne sont pas moralement acceptables, mais le fait de réglementer les discours jugés "acceptables" restreint les droits des personnes, ce qui constitue une violation flagrante du premier amendement. Ceux qui ont besoin ou veulent accéder à certaines informations n'y sont pas autorisés, non pas parce que ces informations leur porteraient préjudice ou porteraient préjudice à d'autres personnes, mais parce qu'une certaine partie de la population n'est pas d'accord avec ces informations. Si le pays ne fonctionnait qu'en fonction des convictions de certaines personnes, nous serions un endroit fade et monotone. Ce pays se nourrit de la diversité, qu'il s'agisse de la race, du genre, du sexe ou de toute autre croyance personnelle. Si la loi KOSA était adoptée, je perdrais mes espaces de sécurité, les endroits où je peux me rendre pour des raisons de santé mentale, les endroits qui me permettent de me sentir plus humaine qu'une simple fille. Je ne pourrais plus me battre pour des idées et des croyances que j'ai, et je ne pourrais plus non plus profiter de mon temps sur Internet. - Anonyme, 16 ans

Comme beaucoup de mes amis, j'ai grandi sur un Internet où rester anonyme relevait du bon sens, et où révéler son identité était stupide et dangereux, quelque chose à ne faire qu'avec parcimonie, avec un allié de confiance à ses côtés, dans un espace public commun et bondé comme une convention ou une cafétéria d'université. Ce projet de loi crache au visage de ces instincts très pratiques, vous obligeant à vous doxer, et si vous ne voulez pas être démasqué, vous devez être forcé de vous retirer de vos communautés. De vos amis et alliés. De l'espace que vous vous êtes créé, où vous pouvez vraiment être vous-même sans être jugé, où vous pouvez découvrir qui vous êtes vraiment, aux côtés de personnes qui peuvent être très différentes de vous à certains égards, et exactement comme vous à d'autres. J'ai la chance d'avoir des parents bienveillants et qui acceptent ce que je suis. Je sais que beaucoup de gens sont loin d'avoir autant de chance que moi. - Maeve, 25 ans

Je ne pouvais pas militer par le biais des médias sociaux et je ne pouvais pas entrer en contact avec d'autres personnes homosexuelles en raison de la censure, ce qui aurait conduit à la solitude, à la dépression, à d'autres problèmes de santé mentale et même au suicide pour certaines personnes comme moi. Pour certains d'entre nous, l'internet est le seul moyen d'accéder au monde en dehors de nos environnements haineux, notre seul espoir. La représentation est importante, et en adoptant KOSA, les enfants queer verraient moins de représentations adaptées à leur âge et se sentiraient plus seuls. Sans parler du fait que l'adoption de KOSA conduirait les gens à être mal informés et ouvrirait une ère de censure sur Internet, et si l'on regarde le passé, la censure n'est jamais bonne, c'est une porte ouverte au génocide et un moyen pour le gouvernement d'exercer un contrôle. - Sage, 15 ans

La vie privée, la censure et la liberté d'expression ne sont pas seulement des concepts théoriques pour les jeunes. Leurs droits sont souvent déjà limités et ils considèrent l'internet comme un endroit où ils peuvent commencer à apprendre, à comprendre et à exercer ces libertés. Ils savent pourquoi la censure est dangereuse ; ils comprennent pourquoi il est dangereux d'obliger les gens à s'identifier en ligne ; ils connaissent la valeur de la liberté d'expression et de la vie privée, et ils savent ce qu'ils ont gagné d'un internet dépourvu de garde-fous mis en place par divers censeurs gouvernementaux.

KOSA pourrait avoir un impact sur l'éducation et les opportunités artistiques des jeunes

Les médias sociaux m'ont permis de me faire de nombreux amis et de découvrir de nouveaux centres d'intérêt. Je trouve en ligne des sources d'inspiration pour mon art, comme d'autres personnes qui ont un style artistique que j'admire, ou des modèles qui font des poses que j'aimerais dessiner. Je peux communiquer avec mes amis, leur envoyer des vidéos et des photos amusantes. J'utilise les médias sociaux pour suivre mes YouTubers, créateurs de contenu, émissions et livres préférés. Lorsque mon père est ivre et difficile à vivre ou que mes parents se disputent, je peux aller sur YouTube ou Instagram et regarder quelque chose d'amusant pour rire à ma place. Cela me réconforte beaucoup, car je peux me distraire de ma vie familiale parfois dérangeante. Je peux voir à quoi ressemble la vie de milliards d'autres personnes sur cette planète, dans des villes, des États ou des pays différents. Je peux également partager ma vie avec mes amis, en exprimant librement mes pensées, en partageant des photos, des vidéos, etc.
J'ai trouvé mes YouTubers préférés sur d'autres plateformes de médias sociaux comme TikTok, cela s'est produit il y a environ un an, et depuis, je pense que je n'ai jamais été aussi heureuse depuis longtemps. Depuis que j'ai rejoint les médias sociaux, je suis devenue une personne beaucoup plus ouverte d'esprit, cela m'a permis de m'intéresser à la vie des autres. Cela m'a également permis de prendre conscience et de m'informer sur les personnes qui souffrent dans le monde, comme la faim, la mauvaise qualité de vie, etc. Le fait de poster sur les médias sociaux m'a également permis d'avoir plus confiance en mon art. Au cours de l'année écoulée, mes talents de dessinateur se sont considérablement améliorés et je suis choqué par moi-même. Parce que je voulais faire de meilleurs dessins de fans, inspirer les autres et les rendre heureux avec mon art. J'ai découvert de nombreux styles de vêtements qui m'ont aidée à développer mon propre style vestimentaire. Cela renforce mes rêves et me donne envie de faire des efforts quand je vois des vidéos partagées par des gens qui ont travaillé dur et qui ont réussi. - Anonyme, 15 ans

Lorsque j'étais enfant, j'avais la possibilité d'interagir avec des espaces queer, handicapés et fandom, de sorte que même en tant qu'enfant handicapé introverti qui n'était pas populaire auprès de ses camarades, je ne me sentais pas seul. L'internet est sans doute un moyen plus sûr d'interagir avec d'autres fans de médias que d'aller à des consoles avec des inconnus, à condition que la sécurité sur l'internet soit vraiment enseignée aux enfants. En tant qu'artiste, je ne peux pas gagner d'argent sans l'internet et même les mineurs font des commandes. Le problème n'est pas qu'Internet est dangereux, c'est que la sécurité sur Internet n'est plus enseignée. - Rachel, 19 ans

J'aime voir d'autres personnes en ligne et savoir qu'elles aiment ce que je fais. Quand je fais de l'art, je suis toujours nerveuse à l'idée de le montrer à d'autres personnes. Mais quand je le mets en ligne, j'ai l'impression de faire partie de quelque chose et d'appartenir à une communauté. - Anonyme, 15 ans

Les médias sociaux m'ont sauvé la vie, comme ils l'ont fait pour de nombreux jeunes. J'ai trouvé des espaces sûrs et de la motivation grâce aux médias sociaux, et je n'ai jamais rencontré quoi que ce soit de négatif ou de nuisible. Grâce aux médias sociaux, j'ai pu partager ma créativité (écriture, art et musique) et mes pensées en toute sécurité, sans avoir l'impression d'être freinée ou opprimée. Mes créations ont pu inspirer et toucher de nombreuses personnes, tout comme les œuvres d'autres personnes m'ont touché. Récemment, j'ai également pu aider la bibliothèque dans laquelle je suis bénévole grâce aux médias sociaux.
Tout ce que je fais dans la vie et tous mes projets d'avenir (carrière, école, projets de bénévolat, etc.) sont liés aux médias sociaux, et sans eux, je ne pourrais pas partager ce que je fais et apprendre davantage pour améliorer mon travail et ma vie. Je ne pourrais pas entrer en contact avec des artistes, des musiciens et des écrivains formidables comme je le fais maintenant. Je serais perdue et j'aurais l'impression de ne plus avoir de raison de faire ce que je fais. Si la loi KOSA est adoptée, je ne pourrai pas obtenir l'aide dont j'ai besoin pour survivre. Je me suis fait tant d'amis qui ont été sauvés grâce aux médias sociaux, et si ce projet de loi est adopté, ils seront également touchés. Devinez quoi ? Ils ne pourront pas non plus obtenir l'aide dont ils ont besoin.
Si la loi KOSA existait déjà lorsque j'étais un peu plus jeune, je ne serais même pas en vie. Je n'aurais pas pu obtenir de l'aide quand j'en avais besoin. Je n'aurais pas pu partager mon esprit avec le monde. C'est grâce aux médias sociaux que j'ai pu recevoir de l'aide lorsque j'étais victime d'abus et que j'ai failli mourir. Si la loi KOSA existait déjà, je me serais suicidée ou mon agresseur l'aurait fait avant moi. Si KOSA devient une loi maintenant, je suis certain que la probabilité que cela arrive à des enfants de tout âge augmentera. - Anonyme, 15 ans
Un grand nombre de jeunes artistes déclarent utiliser les médias sociaux pour améliorer leurs compétences et, dans de nombreux cas, pour découvrir leur intérêt pour un type d'art ou de musique. Les jeunes s'inquiètent à juste titre du fait que le moment magique où l'on découvre un artiste ou un style qui change toute sa vie sera de moins en moins fréquent pour les générations futures si la KOSA disparaît. KOSA conduirait probablement les plateformes à limiter cette opportunité pour les jeunes de vivre des expériences inattendues, en forçant leurs expériences en ligne à entrer dans une boîte beaucoup plus petite sous prétexte de les protéger.

Par ailleurs, de nombreux jeunes ont dit qu'ils voulaient ou étaient en train de développer une activité en ligne, souvent dans le domaine de l'art. Avec le KOSA, les jeunes pourraient avoir moins d'opportunités dans les communautés en ligne où les artistes partagent leur travail et construisent une base de clients, et avoir plus de mal à naviguer dans les différentes communautés où ils peuvent partager leur art.

KOSA nuira à la capacité des jeunes à trouver une communauté en ligne

Les médias sociaux m'ont permis d'entrer en contact avec certains de mes amis les plus proches, probablement plus profondément que certaines personnes dans la vie réelle. je peux parler de tout ce que je veux sans entrave et les gens m'acceptent pour ce que je suis. dans mes moments les plus profonds et les plus sombres, le fait de savoir que j'avais un endroit où aller m'a vraiment soulagé plus que toute autre chose. je n'ai jamais eu le courage de me suicider, mais quand même, sans les médias sociaux, je ne serais probablement pas là, du moins mentalement et émotionnellement.
je perdrais l'espace qui m'accepte. je perdrais le seul endroit où je peux être moi-même. dans la vie, je mets un masque pour apaiser mes parents et, dans certains cas, mes amis. avec la façon dont les États-Unis deviennent extrêmes ces jours-ci, je pourrais même perdre la vie. je vivrais mes jours dans la peur. Je suis terrifiée par la rapidité avec laquelle ce pays change et si ce projet de loi est adopté, dire que je sombrerais dans le désespoir serait un euphémisme. les gens disent "sois toi-même", mais ils ne comprennent pas que si je devais être moi-même demain, je pourrais être tuée. - March, 14

Sans Internet, et surtout sans la communauté des joueurs de jeux de rythme que j'ai trouvée grâce à Discord, je me serais probablement suicidé à l'âge de 13 ans. Le temps que j'ai passé ici n'a pas été parfait, comme pour tout le monde, mais sans Internet, je n'aurais pas été la personne que je suis aujourd'hui. Je n'aurais pas reçu d'aide pour reconnaître que ce que mes parents biologiques me faisaient subir était de la maltraitance, ni le soutien que j'ai reçu pour mon identité (en tant que jeune homosexuel) et ma façon de voir les choses, ni les moyens d'aider les gens dans le monde entier et d'être un allié, un activiste et un penseur plus attentif, et je n'aurais pas rencontré ma mère.
J'adore la maman que j'ai choisie. Nous nous sommes rencontrées lors d'un tournoi de Dance Dance Revolution en avril de l'année dernière et nous sommes amies depuis. Lorsque je lui ai dit qu'elle était la première personne que je voyais comme une figure maternelle dans ma vie en novembre, j'ai pleuré à chaudes larmes. Je suis sa mije, et elle est ma maman. Je l'aime tellement que dire cela ne suffit même pas à exprimer à quel point je l'aime.
J'aime toute ma famille élue de la communauté du jeu de rythme, mes grandes sœurs et mes frères et sœurs, je les aime tous. J'en ai quelques-uns, certains avec qui je parle plus régulièrement que d'autres. Même si nous ne nous parlons plus autant qu'avant, je les aime toujours. Ils comptent beaucoup pour moi. - X86, 15

J'ai passé mon temps à l'école publique, de 9 à 13 ans, à subir des abus physiques et émotionnels de la part d'assistants spécialisés. Je me souviens que quelques mois après avoir quitté l'école publique pour de bon, j'ai vu un post en ligne qui m'a fait réaliser que ce que j'avais vécu n'était pas normal. sans internet, je n'aurais pas accepté mon autisme, je me serais toujours détestée parce que je ne savais pas que j'étais genderqueer, ma santé mentale serait bien pire et je me ferais probablement encore du mal à moi-même, ce que j'ai arrêté de faire à l'âge de 13 ans. En plus des traumatismes et de la santé mentale, il est important de savoir que les espaces où les adolescents peuvent se retrouver ont été éradiqués il y a des années, les mineurs ne peuvent pas aller dans les centres commerciaux à moins d'être accompagnés de leurs parents, les lois contre le flânage sont partout, et les écoles ne sont pas exactement le meilleur endroit où les adolescents peuvent se retrouver, surtout si l'on considère les adolescents queer qui ont été assassinés par des brutes (comme brianna ghey ou nex benedict), l'internet est devenu le troisième espace vers lequel les adolescents se sont tournés en masse en raison de cela. - Anonyme, 17 ans
KOSA est anti-communautaire. Les internautes ne sont pas seulement liés par des intérêts communs en matière d'art et de musique, ils sont aussi liés par les aspects difficiles de leur vie. À maintes reprises, les jeunes nous ont dit que l'un des aspects les plus précieux des médias sociaux était de découvrir qu'ils n'étaient pas seuls dans leurs difficultés. Le fait de trouver d'autres personnes dans des circonstances similaires leur a donné une communauté, ainsi que des idées pour améliorer leur situation, et même des possibilités d'échapper à des situations dangereuses.

KOSA rendra les choses plus difficiles. Comme les plateformes limitent les types de recommandations et de contenus publics qu'elles se sentent en sécurité de partager avec les jeunes, ceux qui auraient pu trouver des communautés ou des amis potentiels ne seront pas aussi susceptibles de le faire. Un certain nombre de jeunes ont expliqué qu'ils n'auraient jamais pu surmonter seuls certains des pires moments de leur vie, et ils craignent que l'adoption de la loi KOSA empêche d'autres personnes de trouver l'aide qu'ils ont trouvée.

Le KOSA pourrait sérieusement entraver la découverte de soi

Je suis une personne transgenre et lorsque j'étais pré-adolescente, je regardais le canon de l'arme de la puberté, j'étais malheureuse. Je ne savais pas ce qui n'allait pas, mais j'aurais préféré faire autre chose que de passer par la puberté. Internet m'a appris ce que c'était. On m'a dit que ce n'était pas grave. Il y avait des choses comme des coupes de cheveux et des classeurs que je pouvais utiliser maintenant et des traitements médicaux que je pouvais utiliser quand je serais plus grande pour réparer les choses. L'internet a également été là pour moi lorsque je remettais en question ma sexualité, puis lorsque ma santé mentale s'effondrait et encore lorsque j'ai réalisé que je n'étais pas neurotypique. L'internet est une source d'information cruciale pour les préadolescents et au-delà, et vous ne pouvez pas l'en priver. Vous ne pouvez pas les priver de leur seule source d'information accessible et réaliste sur ce que les adultes étroits d'esprit ou sous-éduqués qui les entourent ne savent pas. - Jay, 17 ans

Les médias sociaux ont tellement amélioré ma vie et m'ont permis de rencontrer mon meilleur ami, que je connais depuis plus de six ans maintenant et qui compte beaucoup pour moi. L'accès aux médias sociaux m'aide vraiment à entrer en contact avec des personnes qui me ressemblent et qui me donnent l'impression d'être moins exclu parmi mes pairs, en étant capable de communiquer avec d'autres enfants queer neurodivergents qui ont des intérêts similaires aux miens. Les médias sociaux me donnent l'impression de faire partie d'une communauté qui ne me jugera pas pour ce que je suis. J'ai l'impression de pouvoir être moi-même et de trouver des gens comme moi sans être harcelé ou intimidé, je peux partager mon art avec d'autres et trouver des gens comme moi d'une manière que je ne peux pas avoir dans d'autres espaces. L'internet et les médias sociaux m'ont permis de grandir alors que mes parents étaient occupés et indisponibles, et ils ont véritablement façonné la personne que je suis aujourd'hui et celle que je suis devenue. - Anonyme, 14 ans

La censure qui résulterait probablement de ce projet de loi signifierait que je ne verrais pas d'autres personnes qui ont des luttes similaires aux miennes. L'imprécision de la loi KOSA permet aux procureurs généraux des États de décider ce qui est ou non approprié pour les enfants, un pouvoir qui ne devrait jamais être placé entre les mains d'une seule personne. Si des questions telles que les droits des LGBT et la santé mentale étaient censurées par KOSA, je n'aurais jamais réalisé que je ne suis pas seule. Il y a des problèmes avec les enfants et l'internet, mais KOSA n'est pas la solution. J'invite le Sénat à repenser ce projet de loi et à trouver des solutions qui protègent réellement les enfants, au lieu de les mettre davantage en danger et de les faire se sentir encore plus seuls. - Rae, 16 ans

KOSA censurerait effectivement tout ce que le gouvernement considère comme "nuisible", c'est-à-dire tout ce qui s'écarte de la "norme", qu'il s'agisse de la sexualité, des espaces de fandoms ou de toute autre chose. Les gens perdraient leurs systèmes de soutien, leur éducation et, dans certains cas, tout moyen de savoir qui ils sont. Je vais arrêter de tourner autour du pot : sans les sites en ligne, je n'aurais jamais découvert ma propre homosexualité. Mes parents et le petit cercle d'adultes que je connais seraient mon seul lien avec des opinions "adultes", m'exposant à un éventail étroit de croyances que je serais probablement forcé d'adopter. Tout enfant se trouvant dans une situation comme la mienne n'aurait aucun endroit où s'exprimer ou poser des questions, et tout ce qu'il soulèverait le mettrait en danger. Les écoles et les familles ne peuvent pas tout enseigner, et à l'ère de l'information, pourquoi ne peut-on pas faire confiance aux enfants pour qu'ils apprennent les choses par eux-mêmes ? - Anonyme, 15 ans

Les médias sociaux m'ont permis d'échapper à une enfance très traumatisante et m'ont aidé à entrer en contact avec les autres. franchement, ils m'ont évité de subir un lavage de cerveau. - Milo, 16 ans

Les médias sociaux m'ont permis de rencontrer des amis pour la vie et des communautés de personnes partageant les mêmes idées ; dans un foyer violent, les médias sociaux en ligne des années 2010 m'ont offert un havre d'intimité, de sécurité et d'information. J'ai aiguisé ma créativité, nourri mes intérêts et développé mon identité en nouant des relations et en parlant avec des personnes dont j'aurais été totalement isolée autrement. En outre, l'accès illimité à l'internet m'a appris à repérer les sites web douteux et les contenus inappropriés FAR plus efficacement que si la censure avait joué comme aujourd'hui.
Quelques-uns des amis que je me suis faits en ligne, dès l'âge de treize ans, étaient des adultes ; et le fait d'être ami avec des adultes qui savaient que j'étais un enfant, qui pratiquaient des limites sûres avec moi tout en me traitant avec respect, m'a aidé à reconnaître les schémas malsains des adultes prédateurs. Je me suis lié d'amitié avec des mères et des pères en ligne par le biais de jeux et de forums, et ils ont joué un rôle déterminant pour m'empêcher d'être manipulé par de véritables pédophiles. Sans eux, j'aurais été terriblement maltraitée par un adulte "ami" dans la vie réelle. Au lieu de cela, j'ai reconnu les différences entre la manière dont il me traitait (infantilisant tout en louant) et la manière dont mes amis adultes m'avaient traité (comme un être humain), et j'ai lentement réduit l'amitié et coupé le contact en toute sécurité.
En grandissant, j'ai découvert en ligne une multitude de ressources sur la sexualité sans risque et l'éducation à la santé sexuelle. Encore une fois, sans ces découvertes, j'aurais très certainement été abusée et/ou enceinte à l'adolescence. On ne m'a jamais parlé de consentement, de sexualité sans risque, de menstruation, de santé du col de l'utérus, de santé des seins, de ma propre anatomie, de la puberté, etc. Ce que j'ai trouvé en ligne - généralement sur Tumblr et écrit avec un degré alarmant de normalité - m'a aidée à comprendre mon corps et mes limites bien plus efficacement que ne l'ont jamais fait les "discours" ou l'éducation sexuelle à l'école. J'ai appris que les choses qui me faisaient paniquer étaient en fait normales, les tenants et les aboutissants de la puberté et du développement et, surtout, que c'était mon confort qui comptait le plus. J'étais à l'aise et je n'avais pas honte d'être vierge pendant toute mon adolescence parce que je savais qu'il n'y avait pas de mal à ce que je ne sois pas prête. Lorsque j'ai été prête, à vingt et un ans, j'ai su comment communiquer avec mon partenaire et établir des limites sûres, et je savais qu'il fallait vérifier et parler après pour s'assurer que nous nous sentions tous les deux en sécurité et heureux. Je savais qu'il n'y avait pas de jugement à porter sur le fait de pleurer après un rapport sexuel et que cela ne signifiait pas nécessairement que je n'allais pas bien. Je connaissais également les soins physiques à prodiguer après un rapport sexuel, par exemple aller aux toilettes et se nettoyer en toute sécurité.
Encore une fois, je n'aurais rien su de tout cela si je n'avais pas eu accès aux médias sociaux. PAS DU TOUT. Et le fait de voir ces sujets ne m'a PAS transformée en une redoutable pute adolescente ; au contraire, ils l'ont empêché en m'apprenant la sécurité et les soins personnels.
J'ai également trouvé de l'aide pour la dépression, l'anxiété et les troubles de l'alimentation - apprendre à les définir m'a permis de chercher de l'aide. Je n'aurais pas connu cela sans les espaces en ligne et les médias sociaux. Comme je l'ai déjà dit, apprendre, parfois à l'épreuve du feu, à naviguer en toute sécurité sur le web et à faire la différence entre les sites sûrs et ceux qui ne le sont pas a été bien plus efficace sans contenu censuré. La censure ne fait que nuire aux enfants ; elle ne les a jamais aidés. Sinon, comment aurais-je pu savoir que ce que je vivais à la maison n'était pas correct ? Pour appeler cela de la "maltraitance" ? Je ne l'aurais jamais su. Je n'aurais jamais non plus découvert comment établir des limites sexuelles ET sociales sûres, ni comment me défendre, ni comment faire face au harcèlement, ni comment découvrir mes propres intérêts et ma propre identité à travers les médias. La liste est longue. - June, 21
L'une des affirmations des partisans de KOSA est qu'il n'empêchera pas les jeunes de trouver les choses qu'ils veulent déjà chercher. Mais des dizaines et des dizaines de commentaires de personnes montrent qu'ils ne savaient pas quelque chose sur elles-mêmes avant d'entendre d'autres personnes en parler - un diagnostic de santé mentale, leur sexualité, le fait qu'elles étaient victimes d'abus, qu'elles souffraient de troubles de l'alimentation, et bien d'autres choses encore.

La censure qui vous empêche de consulter une bibliothèque est toujours dangereuse, même si elle ne vous empêche pas de consulter les livres que vous connaissez déjà. C'est toujours un problème d'empêcher les jeunes, en particulier, de découvrir de nouvelles choses qu'ils ne savaient pas qu'ils cherchaient.

KOSA pourrait empêcher les jeunes d'obtenir des nouvelles exactes et des informations précieuses

Les médias sociaux m'ont appris à être curieux. Ils m'ont appris la prudence, la confiance et la foi, et que le simple fait d'être moi suffit. Ils m'ont permis de m'élever là où mes parents ont échoué, ils m'ont permis de lire des histoires qui m'ont assuré que je n'étais pas seul là où je me trouve aujourd'hui. Je serais mort à l'heure qu'il est si je n'avais pas entendu les récits de mes compatriotes transgenres, qui m'ont assuré que les choses allaient s'améliorer.
Je suis jeune et je ne suis pas intelligente, mais je sais que sans les médias sociaux, moi-même et de nombreuses personnes qui me sont chères en personne et en ligne ne serions pas en vie. Nous n'aurions pas connaissance des atrocités qui se produisent à l'étranger et dont les journaux ne parlent pas, nous n'aurions pas de mentors pour nous aider à apprendre là où nos parents ont échoué. - Anonyme, 16 ans

Grâce aux médias sociaux, j'ai appris des nouvelles et des événements d'actualité qui n'étaient pas enseignés à l'école ou à la maison, des choses comme la politique ou des sujets controversés qui m'ont appris la nuance et ont consolidé mon concept d'éthique. J'ai appris à connaître mon identité et j'ai trouvé de nombreuses communautés remplies de personnes avec lesquelles je pouvais socialiser et m'identifier. J'ai pu parler de mes centres d'intérêt avec des personnes qui les aimaient autant que moi. J'ai découvert de nombreuses perspectives et cultures différentes et j'ai fait l'expérience de l'art et du cinéma comme je ne l'avais jamais fait auparavant. Mon empathie et ma maîtrise des médias se sont considérablement améliorées avec l'expérience. J'ai également pu acquérir des compétences en matière de collecte d'informations et de défense contre la désinformation. D'un point de vue plus technique, j'ai appris à organiser mon ordinateur et à travailler avec des fichiers, des programmes, des applications, etc. ; j'ai pu trouver des guides sur la manière de poursuivre mes loisirs et d'améliorer mes compétences (je suis un artiste autodidacte et j'ai appris gratuitement presque tout ce que je sais sur des sites tels que YouTube ou Tumblr). - Anonyme, 15 ans

Une grande partie de mon identité politique a été façonnée par des nouvelles et des informations que je ne pouvais trouver que sur les médias sociaux parce que les principaux organes d'information ne les couvraient pas. (Changement climatique, crise internationale, systèmes corrompus, etc.) KOSA semble travailler intentionnellement à bloquer tout cela. C'est terrifiant. Une grande partie de la vie moderne se déroule sur Internet, et priver les enfants de cette possibilité n'est qu'une autre façon de les empêcher de formuler leurs propres pensées et idées dont les gens au pouvoir ont peur. C'est profondément sinistre. Je n'aurais probablement jamais appris l'existence de KOSA s'il était en place ! C'est terrifiant ! - Sarge, 17 ans

J'ai rencontré beaucoup de mes amis grâce aux [médias sociaux] et cela a amélioré ma santé mentale en me donnant des ressources. J'avais un trouble de l'alimentation et je ne m'en rendais même pas compte jusqu'à ce que je voie d'autres personnes sur les médias sociaux en parler de manière nuancée et à partir de leur expérience personnelle. - Anonyme, 15 ans
L'EFF commente en déclarant : "De nombreux jeunes nous ont dit qu'ils craignaient que KOSA n'entraîne une augmentation des informations biaisées en ligne et un écosystème d'information moins diversifié. Cela semble inévitable - nous avons déjà écrit que presque n'importe quel contenu pourrait entrer dans les catégories qui, selon les politiciens, causeront l'anxiété ou la dépression chez les mineurs, et que la diffusion de ce contenu pourrait donc être légalement dangereuse pour une plateforme. Cela pourrait inclure des informations véridiques sur ce qui se passe dans le monde, y compris les guerres, la violence armée et le changement climatique."

Prévenir et atténuer la dépression et l'anxiété n'est l'objectif d'aucun autre média et ne devrait pas être exigé des plateformes de médias sociaux. Dans une société ouverte et démocratique, les gens ont le droit d'accéder à l'information, qu'il s'agisse de nouvelles ou d'opinions, et parfois cette information est déprimante ou anxiogène. Pour véritablement "prévenir et atténuer" les comportements autodestructeurs, on doit regarder au-delà des médias pour trouver des systèmes qui permettent à tous les êtres humains de se respecter, d'avoir un environnement sain et des relations saines - et non pas de cacher des informations véridiques qui sont décevantes.

La voix des jeunes est importante

Bien que les sponsors de KOSA aient l'intention d'aider ces jeunes, ceux qui ont répondu à l'enquête ne voient pas les choses de la même manière. Vous avez peut-être remarqué qu'il est impossible de limiter ces réponses complexes et détaillées à une seule catégorie : de nombreuses victimes d'abus dans l'enfance ont trouvé de l'aide ainsi qu'une éducation artistique sur les médias sociaux ; de nombreux enfants se sont connectés à des communautés qu'ils n'auraient pas pu atteindre autrement et ont appris quelque chose d'essentiel sur eux-mêmes en le faisant. Beaucoup comprennent que KOSA mettrait en danger leur vie privée, et savent aussi que cela pourrait nuire le plus aux enfants marginalisés.

L'EFF conclue :

En lisant des milliers de ces commentaires, il apparaît clairement que les médias sociaux ne constituent pas en eux-mêmes une solution aux problèmes qu'ils ont rencontrés. Ce qui a aidé ces jeunes, ce sont les autres. Les médias sociaux leur ont permis de trouver des amis, des communautés, des artistes, des activistes et des éducateurs et de rester en contact avec eux. Si l'on considère les choses sous cet angle, la loi KOSA semble absurde : les médias sociaux sont devenus un élément essentiel de la vie des jeunes, et ils ont une peur bleue que si la loi est adoptée, cette partie de leur vie disparaisse. Les adolescents plus âgés et les jeunes de 20 ans, quant à eux, s'inquiètent du fait que si la loi avait été adoptée il y a dix ans, ils ne seraient jamais devenus la personne qu'ils sont devenus. Et toutes ces craintes sont raisonnables.

Il y a eu des milliers d'autres commentaires comme ceux mentionnés ci-dessus. Nous espérons que cela contribuera à équilibrer la conversation, car si la voix des jeunes est étouffée aujourd'hui - et si la loi KOSA est adoptée - il leur sera beaucoup plus difficile de faire entendre leur voix à l'avenir.
Source : EFF

Et vous ?

Pensez-vous que ces avis sur la loi KOSA sont crédibles ou pertinents ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

KOSA : le projet de loi controversé sur la sécurité des enfants en ligne obtient le feu vert du sénat. Les législateurs l'ont amendé pour répondre aux préoccupations des défenseurs des LGBTQ

La loi sur la sécurité des enfants en ligne (Kids Online Safety Act) est un cheval de Troie pour la censure numérique, selon le Consumer Choice Center, un groupe de défense des consommateurs

L'EFF propose d'aborder les préjudices en ligne avec des politiques "Privacy-First". Une loi sur la confidentialité des données, promouvant la vie privée, la liberté d'expression et la sécurité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/04/2024 à 11:41
Je vois que qu'effectivement c'est toujours dans les tuyaux...

Décidément l'Europe c'est vraiment pas l'amour des peuples et des nations, c'est bel et bien l'antichambre du quatrième Reich.

Et dire qu'ils sont aussi en train de pousser à la création d'un état européen pour définitivement nous spolier des états nations, on sera vraiment tout nus si ils arrivent à passer ça.
9  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 13:41
Citation Envoyé par BugFactory Voir le message
A quelques jours des élections européennes, sait on quelles sont les positions des différents candidats à ce sujet ?

(J'ai cherché mais mon Google Fu semble insuffisant.)
aucun partis politique ne s’intéresse à la tech et aucun candidat n'a de connaissance dans ce milieu, la raison est simple: ce sujet n’intéresse pas la majorité des électeurs et donc aucun intérêt d'en parler.

Le seul partis politique à ma connaissance qui parle de tech (sans dire de connerie sur ce sujet comme le pare feu libre office) c'est le partis pirate.
L'UPR étant assez actif que sur le net et évité comme la peste sur les télés, je suppose qu'ils doivent avoir des positions cohérentes sur la tech aussi puisque c'est leurs seul outil de communication.

Coté partis principaux, j'imagine que LFI doit vouloirs des logiciels gratuits et open source et le RN des logiciels 100% français, mais c'est juste des trucs balancé au pifs sans réel actions si il étaient élus.

Sinon LREM, Macron a dit que les jeux vidéos étaient la cause des violences, avant de dire que finalement les éditeurs étaient les bienvenue en France et il a dit aussi qu'il allait faire de la France un pays de l'IA, voila c'est un près tous coté majorité

Le mieux pour l’Europe serait de forcer les USA à nommer Bruno Lemaire PDG d'Apple et Thierry Breton PDG de Microsoft, comme ça on aura la garantie que ces boites feront faillite d'ici 5ans
8  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/04/2024 à 7:48
Pensez-vous que ces avis sur la loi KOSA sont crédibles ou pertinents ?
Oui, je penses qu'ils le sont. Les jeunes qui s'expriment sont en cours de construction, ils sont curieux, veulent comprendre, cherchent les limites des "réflexions des adultes".
Ils veulent donc un minimum de contrainte.
Dans leurs expérimentations ils iront trop loin et apprendront quelles sont leurs limites personnelles.
C'est comme ça qu'un ado ce construit.

Quel est votre avis sur le sujet ?
Je penses que les législateurs sont d'accord avec ce que disent ces jeunes, et que c'est leur objectif.
Je penses que protéger nos ados ne passe pas par l'interdiction mais pas l'accompagnement avant et après. Mais ça demande bien plus de travail et de souplesse intellectuelle que d'interdire.
Les jeunes ont besoin d'espaces sûrs et d'explorer les limites. Ils ont besoin des deux de se construire.
4  1 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/04/2024 à 9:06
Il me semble pourtant que cette horreur totalitaire avait été rejeté ???
Ça revient sur la table ?
J'ai parcouru un peu l'actualité sur le site de la grande kommandantur et du soviet supreme du parlement européen et de la commission européenne et je crois qu'ils vont effectivement devoir relancer la machine car on arrive au bout du statut quo sur leur dernière tentative de nous asservir :

Mercredi, le Parlement décidera de l'extension jusqu’en 2026 de dérogation aux règles de l'UE permettant aux plateformes Internet de détecter les contenus pédopornographiques en ligne.

Une dérogation aux règles européennes en matière de protection de la vie privée en ligne permet actuellement de détecter les contenus pédopornographiques (CSAM) en ligne, mais celle-ci doit expirer en août 2024. Afin de conserver les mesures actuelles en vigueur jusqu’à ce que le Parlement et le Conseil se mettent d’accord sur de nouvelles règles permanentes, leurs négociateurs ont décidé de proroger la dérogation actuelle jusqu’au 3 avril 2026. Mercredi, la plénière devrait donner son accord final à cette extension temporaire.
J'ai pas trop poussé la recherche, je ne vois que des trucs qui m'énerve sur ce site. Comme par exemple qu'ils sont en train de pousser une réglementation pour qu'une partie de la bouffe produite en UE aille dans la production de bio carburant. Ou que ça dépose encore des textes pour autoriser l'utilisation de plus d'OGM. Ils appellent ça des NTG maintenant, sont malins les diables. Nouvelle technique génomique, les anciennes faisaient trop peur.

Ainsi, les NTG ont le potentiel de contribuer aux objectifs d’innovation et de durabilité du pacte vert pour l’Europe et des stratégies «De la ferme à la table», en faveur de la biodiversité et d’adaptation au changement climatique, à la sécurité alimentaire mondiale, à la stratégie pour la bioéconomie et à l’autonomie stratégique de l’Union.
C'est orwellien.
3  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 12:56
Ils n’ont toujours pas compris que cela serait peine perdue. Exemple: un plugin de stenagographie déployé dans les applications de messagerie cryptant les images avant de les transmettre. Et au lieu de s’échanger des numéros de tel ou d’e-mail on s’échangera des clés pgp.

Ils veulent faire le scan côté client? Conséquences: fortes baisses des ventes d’iphones et d’androïd puis riposte technologique et juridique d’apple et de google. Quand on voit le temps que cela a pris pour imposer de l’usb sur les iphones...

Je suis bien sûr absolument contre la pédopornographie mais ce genre de mesure est excessive, politique, dangereuse(fichage des opinions politiques possible), inefficace et s’attaque aux conséquences plutôt qu’à la recherche des causes.
3  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 15:38
Citation Envoyé par Anselme54
Les mêmes qui s'offusquent d'être potentiellement espionné un jour par les gouvernements se laissent espionner depuis des années par Microsoft et Google sans que cela les empêche de dormir...
L'espionnage américain se traduit surtout par le pompage géant de nos données persos à des fins de ciblage publicitaire, ensuite c'est aussi beaucoup d'espionnage économique. Il doit y avoir aussi du ciblage politique et personnel mais je pense que les données qui remontent aux USA bénéficient surtout aux pays membres des FIVE EYES (l'alliance des services de renseignement de l'Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis, le fer de lance du mondialisme).

Enfin on parle d'ingérence Russe mais les USA sont aussi bien connus pour lancer des révolution "démocratique" dans bien des pays coordonnées par Facebook et autre.

Si on donne les même capacités à nos gouvernements bha la on aura la totale, espionnage économique, fuite des données vers l'étranger et en plus quand tu diras que c'est peut-être un peu abusé ou que tu poseras une question sur ce que contient l'entrejambe de la première Dame de France, ils viendront toquer à ta porte le lendemain voir ce que tu fabriques sur twitter X

Plus sérieusement ceux qui ont le plus de soucis à se faire à mon sens : les lanceurs d'alertes, les écolos, tout ceux qui n'aiment pas l'Europe, sont contre la guerre, doutent du vaccin, veulent la justice et malheureusement en dernier, les pédo...

Ce qui devrait aussi inquiéter l'opinion c'est la multiplication des procédures bâillon (destinée à faire taire quelqu'un) depuis la loi sur le secret des affaires, alors que l'UE fait semblant d'adopter une loi protégeant les journalistes. Ce débat est le paradis de l'hypocrisie.
3  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/04/2024 à 5:36
Les pédophiles trouveront un autre moyen pour leurs activités criminelles et ne sont déjà pas assez bêtes pour mettre quoique ce soit dans le cloud. Il s’agit juste d’une grave atteinte à nos droits les plus fondamentaux assorti d’une cause noble afin de la faire passer. Car si vous êtes contre c’est que vous êtes pour la pédocriminalité. Cela ouvre la voie au profilage et fichage politique en plus par des sociétés privées afin d’instaurer une surveillance à la big brother.
2  0 
Avatar de BugFactory
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 15:52
Vous pouvez ne pas être d’accord avec moi tout en restant poli.

Les GAFAM et les Etats Unis n'ont pas l'autorité de faire arrêter les journalistes européens. Les états européens, si. C'est donc plus dangereux pour nous si ces derniers échappent au contrôle démocratique.

Pour info, je suis de ceux qui sont scandalisés par l'espionnage des GAFAM et des Etats Unis. Mais dans la hiérarchie des menaces, ils restent en dessous d'une dérive de nos propres institutions. C'est vous même qui avez demandé la différence.
2  0 
Avatar de Lcf.vs
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/04/2024 à 23:15
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Je penses que protéger nos ados ne passe pas par l'interdiction mais pas l'accompagnement avant et après. Mais ça demande bien plus de travail et de souplesse intellectuelle que d'interdire.
Les jeunes ont besoin d'espaces sûrs et d'explorer les limites. Ils ont besoin des deux de se construire.
J'irais même jusqu'à dire que ça nécessite de l'honnêteté intellectuelle !

Mais, bon, on est dans une époque où les gens n'en n'ont même plus rien à foutre d'avoir tort ou raison, iels veulent juste qu'on soit dans leur camp, peu importe ce qu'iels avancent... et même en sachant pertinemment avoir tort.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/04/2024 à 0:31
Il me semble pourtant que cette horreur totalitaire avait été rejeté ???
Ça revient sur la table ?
1  0