IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Floride vote pour restreindre l'accès des enfants aux médias sociaux : les plateformes de médias sociaux devraient fermer les comptes de toute personne âgée de moins de 17 ans

Le , par Anthony

10PARTAGES

5  0 
La Chambre des représentants de Floride a approuvé le mercredi 24 janvier un projet de loi visant à interdire l'accès aux plateformes de médias sociaux aux enfants âgés de 16 ans ou moins, à la suite de mesures similaires prises dans plusieurs États pour limiter les risques en ligne auxquels sont exposés les jeunes adolescents.

Adoptée par 106 voix contre 13, cette mesure obligerait les plateformes de médias sociaux à fermer les comptes de toute personne âgée de moins de 17 ans et à utiliser un système de vérification par un tiers pour exclure les mineurs.

"Nous devons nous attaquer aux effets néfastes des plateformes de médias sociaux sur le développement et le bien-être de nos enfants", a déclaré Paul Renner, président de la Chambre des représentants de Floride. "La Floride a le devoir et l'intérêt impérieux de protéger ses enfants, leur santé mentale et leur enfance."


Le projet de loi exige également que les entreprises suppriment définitivement les informations personnelles recueillies sur les comptes résiliés et permet aux parents d'engager des poursuites civiles contre celles qui ne le font pas.

La loi est maintenant soumise à l'examen du Sénat de l'État de Floride. Les républicains contrôlent les deux chambres du corps législatif de l'État.

Les auteurs de la loi ont déclaré que cette mesure était nécessaire pour protéger les enfants contre la dépression, l'anxiété et d'autres problèmes de santé mentale liés, selon eux, à l'utilisation excessive des médias sociaux, dont les aspects addictifs rendent les enfants particulièrement vulnérables, d'après les critiques.

Les opposants ont fait valoir que le projet de loi allait trop loin, certains préconisant des mesures moins restrictives, telles que la possibilité pour les parents d'autoriser ou non leurs enfants à utiliser les médias sociaux.

Meta, la société mère d'Instagram et de Facebook, s'est opposée au projet de loi, généralement appelé HB1, en affirmant qu'il limiterait le pouvoir discrétionnaire des parents et soulèverait des problèmes de confidentialité des données.

"HB 1 exigerait de chaque nouvel utilisateur de médias sociaux, qu'il ait 13 ans à Miami ou 73 ans à Boca Raton, qu'il fournisse des informations d'identification potentiellement sensibles, telles qu'un permis de conduire ou un certificat de naissance, à une organisation tierce pour vérifier son âge", a déclaré Caulder Childs, de Meta, à la commission judiciaire de la Chambre des représentants lors d'une audition le 17 janvier.

Meta se dit favorable à une législation fédérale obligeant les magasins d'applications en ligne à obtenir l'accord des parents pour les téléchargements effectués par des adolescents de moins de 16 ans.

La mesure adoptée en Floride n'identifie aucune société Internet par son nom.

Elle définit une plateforme de médias sociaux comme un forum en ligne qui suit l'activité des titulaires de comptes en leur permettant de créer des profils d'utilisateurs, puis de télécharger du contenu ou de voir le contenu ou les activités d'autres utilisateurs et d'interagir avec eux ou de les suivre.

Parmi les fonctions définissant les médias sociaux mises en avant par le projet de loi figurent les "caractéristiques de conception addictives, nuisibles ou trompeuses" ou celles qui induisent "un besoin excessif ou compulsif d'utiliser la plateforme ou de s'y engager".

La mesure exempte toutefois les sites web et les applications dont la fonction prédominante est le courrier électronique, la messagerie ou l'envoi de SMS, ainsi que les services de diffusion en continu, les sites d'information, de sport et de divertissement, de même que les sites d'achat en ligne, de jeux et d'enseignement.

L'Utah est devenu le premier État américain à adopter des lois réglementant l'accès des enfants aux médias sociaux en mars 2023, suivi par d'autres États tels que l'Arkansas, la Louisiane, l'Ohio et le Texas, selon une analyse législative préparée pour le projet de loi de Floride.

Cette analyse précise que de nombreux autres États envisagent également d'adopter des réglementations similaires.

En 2015, l'Union européenne a adopté une loi exigeant le consentement des parents pour qu'un enfant puisse accéder aux médias sociaux, ajoute l'analyse.

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

Voir aussi :

L'Utah devient le premier Etat US à exiger la limitation de l'accès des adolescents aux médias sociaux : Vers une levée de l'anonymat sur Internet à l'échelle globale ?

Google demande au Congrès américain de ne pas interdire l'accès des enfants et des adolescents aux médias sociaux, et propose un "cadre législatif" pour assurer la sécurité des mineurs en ligne

Un projet de loi Californien vise à tenir les plateformes de médias sociaux responsables des dommages causés aux enfants et permettra aux parents des victimes d'intenter un procès

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de mith06
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 8:48
Ca serait pas plus simple de directement interdire la mauvaise santé mentale?
1  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 9:03
Citation Envoyé par totozor Voir le message
.
J'ai connu la période où ces téléphones n'existaient pas et où je devait utiliser une cabine téléphonique quand mon train était en retard et que l'internat risquait d'être fermé à mon arrivée. (j'avais 15 ans)
En réalité le problème ici n'est pas le téléphone mais internet.
On interdit bien la vente d'alcool au mineur, on pourrait limiter l'usage d'internet si l'on considère que c'est nocifs. Si la limitation est generalisé on a plus le problème de marginalisation.
Mais ça ne doit pas venir de l'État mais plus d'une mentalité des parents. Peut-être que ça viendra naturellement à la prochaine génération qui diront que leurs parents étaient des gros bofs de les avoirs laissés consommer comme ça et ne voudront pas que leurs enfants vivent la même chose.
2  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 8:29
Quel est votre avis sur le sujet ?
Si nous ne regardons un outil que via les risques qu'il induit alors interdisons tout.
J'ai connu la période où ces téléphones n'existaient pas et où je devait utiliser une cabine téléphonique quand mon train était en retard et que l'internat risquait d'être fermé à mon arrivée. (j'avais 15 ans)
Les téléphones portables amène un confort de vie qui n'est pas négligeable et je ne suis pas prêt à faire machine arrière.

C'est facile de s'attaquer au mégaphone plutôt qu'au gars qui crie dedans.
Le problème est avant tout le harcèlement, problème que notre société a du mal à traiter.
Alors comme le sujet est compliqué à traiter on s'attaque à son exhausteur : le téléphone (et les réseaux sociaux)

Pensez-vous qu'interdire les smartphones aux moins de 16 ans est crédible ou pertinent ?
J'ai un couple d'amis qui ont suivi des règles assez strictes sur l'accès de leurs enfants aux écrans.
Pourtant ils n'ont pas résisté longtemps au téléphone portable quand leur ainé a eu 13 ans.
La société avance et refuser à son enfant ce qui est la norme à son âge c'est aussi l'empêcher de s'intégrer à son monde.
J'ai eu mon premier portable à 17 ans mais je fais partie de vieux. Ce n'est quasi plus faisable aujourd'hui en France.
3  3 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 10:29
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message

Quel est votre avis sur le sujet ?
Je comprends le but, la motivation; Le téléphone portable est une malédiction, les gens sont socialement obligés d'en avoir par pression sociale.
Même ici, sur un forum de développement, la tendance est de dire que le téléphone "est une bonne chose (!!!), et que l'outil ne fait pas l'usage".

Sachant que dans le cas présent, l'outil c'est le smartphone et l'usage, c'est vous exploiter. Ce n'est pas simplement un téléphone.
Et encore si le vol de données personnelles n’était que le seul problème... Entre les problèmes d'isolement social et de harcèlement, les problèmes d'attention et les chambres d'écho (Source PDF) que ces applis créent, les problèmes de données très personnelles qui sont fuitées par des enfants, les prédateurs en ligne, mais aussi simplement la pression sociale en ligne, qui peut pousser à un mal-être permanent (manque de confiance) très grave lors du développement des enfants.

Je pense que cela peut être une source de l'extrémisation politique par exemple, car les gens sont forcés de prendre une position controversée pour être écoutés.

Un autre axe a examiner de plus près pourrait être la proximité d'internet qui évite la mémorisation de l'information directe, au profit de la mémorisation de l'accès à cette information.

Après autant de risque, je ne peux pas dire sincèrement que je trouve ça sain de laisser des enfants de 13 ans avec un smartphone.

(J'ai sourcé pour ceux qui ça interesse de lire)

Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message

Pensez-vous qu'interdire les smartphones aux moins de 16 ans est crédible ou pertinent ?
Honnêtement c'est difficile à dire, puisque d'un côté nous misons tout sur les parents depuis des années, et en contrepartie la situation devient de pire en pire.
Je propose qu'on donne le choix aux enfants à partir de 13 ans, soit c'est un téléphone, soit un marque au fer rouge ("A" ou "G", Apple ou Google). Socialement, on pourra toujours dire "Je suis pour Apple/Google", mais y'a l'avantage de conserver sa santé mentale intacte.
2  2