IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

NOYB dépose une plainte RGPD contre Meta Facebook à propos de "Pay or Okay"
La protection des données pourrait bientôt coûter 35 000 € par famille si tout le monde en fait autant

Le , par Anthony

20PARTAGES

8  0 
Aujourd'hui, NOYB a déposé une plainte contre Meta auprès de l'autorité autrichienne de protection des données. Les utilisateurs européens ont désormais le "choix" de consentir à être suivis à des fins de publicité personnalisée ou de payer jusqu'à 251,88 euros par an pour conserver leur droit fondamental à la protection des données sur Instagram et Facebook. Non seulement le coût est inacceptable, mais les chiffres de l'industrie suggèrent que seulement 3 % des personnes souhaitent être suivies, tandis que plus de 99 % décident de ne pas payer lorsqu'elles sont confrontées à des "frais de confidentialité". Si Meta s'en sort, ses concurrents ne tarderont pas à lui emboîter le pas. Sachant qu'en moyenne, 35 applications sont installées sur un téléphone, la protection de la vie privée pourrait bientôt coûter environ 8 815 euros par an.

NOYB est une organisation de protection de la vie privée, similaire à La Quadrature du Net et Digitalcourage. L'organisation à but non lucratif est basée à Vienne, en Autriche, et a été cofondée par l'avocat autrichien Max Schrems, sa devise est Ma vie privée est None Of Your Business. NOYB a pour but de lancer des affaires judiciaires stratégiques et des initiatives médiatiques en faveur du règlement général sur la protection des données (RGPD), de la proposition de règlement ePrivacy et de la confidentialité des informations en général.


Une nouvelle tentative de contourner les lois européennes sur la protection de la vie privée

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a statué en juillet que le traitement par Meta des données des utilisateurs à des fins de personnalisation des publicités était illégal. Mais ce n'est pas tout : En janvier, le Comité européen de protection des données a condamné Meta à une amende de 390 millions d'euros pour cette violation et a ordonné à l'entreprise d'obtenir le consentement des utilisateurs, sur la base d'une plainte du NOYB datant de 2018. Dans sa prochaine tentative de saper le droit de l'UE, Meta veut maintenant faire payer les gens qui choisissent un paramètre respectueux de la vie privée. Depuis le début du mois de novembre, les utilisateurs d'Instagram et de Facebook doivent choisir entre payer jusqu'à 251,88 € par an ou voir leurs données personnelles surveillées à des fins de publicité ciblée.

Le consentement "librement donné" à un prix élevé ?

En vertu de la législation européenne, le consentement au suivi en ligne et à la publicité personnalisée n'est valable que s'il est "librement donné". Cette disposition vise à garantir que les utilisateurs ne renoncent à leur droit fondamental à la vie privée que s'ils le font de leur plein gré. Meta vient de mettre en œuvre l'exact opposé d'un choix véritablement libre : Facebook seul introduira des "frais de confidentialité" pouvant aller jusqu'à 12,99 euros par mois si les utilisateurs ne consentent pas à ce que leurs données personnelles soient traitées à des fins de publicité ciblée. Chaque compte lié (comme Instagram) coûtera 8 euros supplémentaires, soit un total de 251,88 euros par an pour une personne utilisant Instagram et Facebook. À titre de comparaison : Meta indique que son revenu moyen par utilisateur en Europe entre le troisième trimestre 2022 et le troisième trimestre 2023 était de 16,79 $. Cela équivaut à un revenu annuel de seulement 62,88 € par utilisateur - et rend les frais mensuels tout à fait disproportionnés.

Selon Felix Mikolasch, avocat spécialisé dans la protection des données chez NOYB : "La législation européenne exige que le consentement soit le fruit de la volonté réelle de l'utilisateur. Contrairement à cette législation, Meta impose une "redevance de confidentialité" pouvant aller jusqu'à 250 euros par an à toute personne qui ose exercer son droit fondamental à la protection des données".

3 à 10 % des utilisateurs veulent des publicités personnalisées, mais 99,9 % y consentent

Toutes les recherches scientifiques disponibles suggèrent que les systèmes dits "Pay or Okay" sont l'antithèse du consentement libre et affectent fondamentalement le "libre arbitre" des utilisateurs. Par exemple, le PDG du fournisseur de services "Pay or Okay" contentpass a déclaré que 99,9 % des visiteurs acceptent le suivi lorsqu'ils sont confrontés à une redevance de 1,99 €. Dans le même temps, des enquêtes objectives suggèrent que seuls 3 à 10 % des utilisateurs souhaitent que leurs données personnelles soient utilisées à des fins de publicité ciblée.

"Lorsque 3 % des gens veulent nager, mais que 99,9 % finissent dans l'eau, chaque enfant sait qu'il ne s'agit pas d'un choix "libre". Ce n'est ni intelligent ni légal - il est tout simplement pitoyable que Meta continue d'ignorer la législation européenne.", déclare Max Schrems, président de NOYB.

La protection des données pourrait bientôt coûter 35 000 euros par famille

Si Meta parvient à défendre cette nouvelle approche, il est probable qu'elle déclenchera un effet domino. D'ores et déjà, TikTok serait en train de tester un abonnement sans publicité en dehors des États-Unis. D'autres fournisseurs d'applications pourraient suivre dans un avenir proche, rendant la protection de la vie privée en ligne inabordable. Selon Google, une personne a en moyenne 35 applications installées sur son smartphone. Si toutes ces applications suivaient l'exemple de Meta et appliquaient un tarif similaire, les utilisateurs devraient payer un "droit fondamental" de 8 815,80 euros par an. Pour une famille de quatre personnes, le prix de la confidentialité des données s'élèverait à 35 263,20 euros par an, soit plus que le revenu moyen d'un travailleur à temps plein dans l'Union européenne. Il est évident que ces chiffres sont encore plus extrêmes dans les États membres de l'UE où le revenu moyen est plus faible.

"Les droits fondamentaux sont généralement accessibles à tous. Combien de personnes exerceraient encore leur droit de vote si elles devaient payer 250 euros pour le faire ? Il fut un temps où les droits fondamentaux étaient réservés aux riches. Il semble que Meta veuille nous ramener plus de cent ans en arrière.", rajoute Max Schrems.

La protection de la vie privée n'est réservée qu'aux riches

Si ce prix est extrêmement élevé en général, il ne tient absolument pas compte des niveaux de revenus très différents dans les pays de l'UE - et du fait que 21,6 % de la population de l'UE est menacée de pauvreté ou d'exclusion sociale. Le plaignant dans cette affaire, par exemple, est en situation de détresse financière et bénéficie d'une aide au chômage. Il ne peut tout simplement pas se permettre de payer 250 euros de plus par an, alors qu'il a déjà du mal à payer son loyer.

D'après M. Schrems : "Plus de 20 % de la population de l'UE est déjà menacée de pauvreté. Pour le plaignant dans notre cas, comme pour beaucoup d'autres, un système "Pay or Okay" signifierait payer le loyer ou avoir une vie privée".

L'autorité autrichienne de protection des données devrait engager une procédure d'urgence

Compte tenu de la gravité des violations et du nombre inhabituellement élevé d'utilisateurs concernés, NOYB demande instamment à l'autorité autrichienne de protection des données d'engager une procédure d'urgence pour mettre fin au traitement illégal. En outre, NOYB suggère que l'autorité impose une amende dissuasive, afin de s'assurer qu'aucune autre entreprise ne commence à copier l'approche de Meta.

Source : "noyb files GDPR complaint against Meta over “Pay or Okay”" (NOYB)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Facebook veut que vous payiez pour préserver votre vie privée : est-ce légal ? L'approche de Meta, qui consiste à "payer pour préserver vie privée", est erronée à bien des égards, d'après Tuta

Facebook oblige les Européens à choisir : payer 10 € par mois pour une expérience sans pistage ni publicité ou les accepter pour continuer à utiliser le site gratuitement

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) déclare illégale l'approche RGPD de Meta, en voulant contourner l'obligation de consentement par le biais de cinq autres bases juridiques

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 16:44
Citation Envoyé par Phil35sm Voir le message
sujet facile à traiter .... ne plus utiliser les applications de meta : facebook, whatsapp etc
c'est le client qui décide .... plus de client, plus d'applications
Quand les clients vont penser un petit peu :-) ?
oui sauf que Meta collecte aussi des données de personnes qui ne sont pas clientes
dès lors où tu visites un site internet contenant des widget Facebook ou autre produit de Meta, ils collectent des données dont l'adresse IP
si tu es connecté sur ce site, il y a ton pseudo et potentiellement des données personnelles associées au compte utilisateur
2  0 
Avatar de apokrif
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 11/12/2023 à 6:25
L'UE ou un organisme privé (BEUC) ?
0  0 
Avatar de byrautor
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/12/2023 à 19:56
Encore une plainte
J'aurais du suivre une carrière d'avocat !
0  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 10:58
Citation Envoyé par Phil35sm Voir le message
sujet facile à traiter .... ne plus utiliser les applications de meta : facebook, whatsapp etc
c'est le client qui décide .... plus de client, plus d'applications
Quand les clients vont penser un petit peu :-) ?
Il y a quand même une position dominante compliquer à conquerir. Au moment du lien fort entre whatsapp et Meta, Ils avaient garanti que la gestion de la vie privée resterait celle de whatsapp. Un an ou deux aprés, ça a changé.
à ce moment j'ai installé signal et j'ai encourager tout le monde à migrer autour de moi.
ça fait quelques années maintenant et j'ai grosso modo une demi-douzaine de personne que je contacte uniquement par signal, et l'extreme majorité toujours sur whatsapp.

Un système de communication ne vaut rien sans les communicant.

Personnellement je préfererais être libre de toute application centralisée, et que les SMS s'enrichissent suffisamment pour gérer correctement toutes les options qu'ont ces messageries centralisées : Partage de photo, de vidéo, de localisation en direct, et surtout, SURTOUT, gestion des groupes. Tout ça, évidement chiffré de bout en bout.
1  1 
Avatar de Phil35sm
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 7:56
sujet facile à traiter .... ne plus utiliser les applications de meta : facebook, whatsapp etc
c'est le client qui décide .... plus de client, plus d'applications
Quand les clients vont penser un petit peu :-) ?
1  3 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/11/2023 à 19:22
les meta données que recoltent ces sites ne dit pas grand choses de dangereux sur nous.
donc on s'en fou un peu. et vu le nombre de gens qui preferent chrome a firefox juste parce,
qu'il est un peu plus performant alors que c'est un snifer ultime de méta données, créé pour une société qui a comme modele economique le commerce de meta données,
je me demande qui sont ces gens qui ralent ? 1% des utilisateurs ? 0.1% ?
1  9