IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Sam Bankman-Fried, fondateur de la bourse de cryptomonnaies FTX, reconnaît devant le tribunal que des clients ont été lésés, mais nie toute fraude

Le , par Jade Emy

4PARTAGES

6  0 
Sam Bankman-Fried, qui a témoigné vendredi lors de son procès pour fraude, s'est présenté comme un visionnaire maladroit des cryptomonnaies qui ne connaissait rien au secteur lorsqu'il a créé FTX, ni au marketing lorsqu'il est devenu le visage de sa société, et qui n'en savait pas assez sur ses entreprises pour se rendre compte qu'elles étaient en déficit de 10 milliards de dollars peu avant qu'elles ne s'effondrent.

Devant le tribunal fédéral de Manhattan, l'ancien golden boy de la crypto-monnaie a nié avoir escroqué qui que ce soit. Bankman-Fried, 31 ans, a reconnu certains échecs, affirmant qu'il avait commis des erreurs, petites et grandes, mais il a également contesté le témoignage de quatre anciens cadres supérieurs qui l'ont rendu responsable de l'effondrement de ses entreprises l'année dernière, lorsqu'une ruée de clients a retiré leur argent, révélant que des milliards de dollars manquaient à l'appel.

"Nous avons pensé que nous pourrions être en mesure de construire le meilleur produit sur le marché et de faire avancer l'écosystème des cryptomonnaies", a-t-il déclaré. "Il s'est avéré que c'est tout le contraire qui s'est produit. Beaucoup de gens ont été lésés (clients, employés) et la société a fini par faire faillite", a déclaré Bankman-Fried. Interrogé par son avocat, Mark Cohen, sur le fait qu'il ait escroqué quelqu'un ou pris des fonds de clients, Bankman-Fried a répondu : "Non, je ne l'ai pas fait".

La plupart du temps sans émotion à la barre des témoins, Bankman-Fried, qui pourrait être condamné à des dizaines d'années de prison s'il est reconnu coupable de tous les chefs d'accusation, a déclaré : "Je n'ai pas tendance à montrer de l'agressivité".

Au fil de la journée, les témoignages se sont concentrés sur ce qui s'est passé lorsque les entreprises de Bankman-Fried se sont enfoncées dans les dettes, alors même qu'il dépensait des centaines de millions de dollars en marketing, notamment dans une publicité pour le Super Bowl 2022 mettant en scène l'humoriste Larry David, dans un partenariat avec le quarterback Tom Brady et dans une société qui l'a mis en relation avec des célébrités.

Bankman-Fried s'est dit "très surpris" lorsqu'il a appris, en octobre 2022, qu'Alameda avait une dette de 8 milliards de dollars dont il ignorait l'existence, ce qui signifie que la dette totale de l'entreprise s'élevait à environ 10 milliards de dollars.

Son avocat Cohen a déclaré qu'il pensait pouvoir terminer l'interrogatoire de son client lundi. Un procureur a déclaré que le contre-interrogatoire durerait jusqu'à mardi. Il est peu probable que le jury soit saisi de l'affaire avant la fin de la semaine prochaine au plus tôt.

L'entrepreneur californien a plaidé non coupable des accusations de complot qui pèsent sur lui, l'accusant d'avoir détourné des milliards de dollars auprès de clients et d'investisseurs pour réaliser des investissements risqués, acheter des logements de luxe, se lancer dans une campagne de publicité en fanfare et faire des dons importants à des partis politiques et à des œuvres de bienfaisance.


Son témoignage est devenu la pièce maîtresse d'une défense qui a tenté de faire comprendre que Bankman-Fried n'avait aucune intention criminelle dans les actions que les procureurs disent être directement responsables de l'effondrement, en novembre dernier, des entreprises que Bankman-Fried a commencé à créer en 2017 et qu'il a finalement dirigées depuis les Bahamas.

Bankman-Fried a déclaré au jury que lorsqu'il a lancé sa première entreprise, Alameda Research, il ne savait "fondamentalement rien". "Je savais qu'un bitcoin était numérique", a-t-il déclaré. Il s'est décrit comme "quelque peu introverti de nature", mais a expliqué qu'il était devenu accidentellement le visage de FTX lorsque plusieurs entretiens "se sont déroulés mieux que je ne l'avais imaginé".

Il a déclaré avoir témoigné trois fois devant le Congrès pour persuader les législateurs de créer des réglementations sur les cryptomonnaies qui permettraient de commercialiser des produits directement auprès des Américains. Les demandes d'entretien devenant de plus en plus nombreuses, "il était trop tard pour trouver un nouveau visage public pour l'entreprise. J'étais le visage public", a-t-il déclaré. "Je n'avais absolument aucune expérience en marketing. Je n'en avais absolument aucune idée".

Son avocat a montré aux jurés une photo de Bankman-Fried en compagnie de la chanteuse Katy Perry, de l'actrice Kate Hudson et d'autres personnes lors du Super Bowl 2022 à Los Angeles. Son client a expliqué qu'il s'était rendu au match parce qu'il "pensait que ce serait peut-être intéressant" et qu'il s'était retrouvé dans la loge avec les célébrités lorsque celles-ci l'ont vu et l'ont "invité" à entrer.

La majeure partie du témoignage de Bankman-Fried s'est concentrée sur la croissance explosive et l'effondrement de FTX, un échange de crypto-monnaies, et d'Alameda, mais Cohen s'est parfois égaré en posant des questions sur la vie personnelle et les bizarreries de son client, y compris son penchant pour le port de vêtements décontractés et pour se laisser pousser les cheveux.

Bankman-Fried s'est rendu responsable de la rupture de sa relation amoureuse avec Caroline Ellison, directrice générale d'Alameda, en déclarant : "Je n'ai pas eu le temps ou l'énergie de faire ce que je pense qu'elle attendait d'une relation". "Ce n'est pas un domaine dans lequel je suis doué, je ne suis pas capable de maintenir une relation amoureuse pendant une longue période", a-t-il déclaré. Il a néanmoins fait de Ellison la responsable de l'effondrement de son entreprise, affirmant qu'elle n'avait pas suivi ses instructions pendant plus d'un an pour créer une couverture destinée à protéger Alameda. Il a déclaré qu'il avait envisagé de fermer la société à un moment donné parce qu'"il n'y avait peut-être pas la bonne direction en place pour qu'Alameda justifie son risque à l'avenir".

Lorsqu'on a montré au jury une photo de Bankman-Fried avec un jeu de cartes, il a expliqué qu'il l'utilisait pour satisfaire son besoin de "s'agiter compulsivement avec des objets" - une habitude datant de ses années d'université qui s'est tellement développée qu'il a dit qu'il épuisait un jeu de cartes en une semaine. Depuis, il s'est tourné vers les "fidget spinners".

Bankman-Fried, qui portait un costume et une cravate à l'audience et avait les cheveux courts, a déclaré qu'il portait souvent des shorts et des T-shirts parce qu'il les trouvait confortables. Quant aux longs cheveux épars qu'il portait jusqu'à il y a quelques semaines, il a déclaré : "J'étais occupé et paresseux et je n'ai pas pris la peine de me faire couper les cheveux pendant de longues périodes."

Avant que Bankman-Fried ne témoigne vendredi, le juge Lewis A. Kaplan a principalement mis fin aux projets de ses avocats visant à démontrer que Bankman-Fried avait pris de nombreuses décisions concernant ses activités en consultation avec des avocats, en déclarant qu'une telle preuve impliquerait à tort que des avocats ayant connaissance de tous les faits "ont béni ce que l'accusé est censé avoir fait".

L'accusé a été extradé des Bahamas vers New York en décembre pour répondre à des accusations de fraude. Il a d'abord bénéficié d'une caution personnelle de 250 millions de dollars et a été autorisé à vivre avec ses parents à Palo Alto, en Californie. La caution a été révoquée en août et il a été incarcéré lorsque Kaplan a conclu qu'il avait tenté d'influencer des témoins potentiels lors de son procès à venir.

Les procureurs ont monté leur dossier contre Bankman-Fried pendant trois semaines, en s'appuyant en grande partie sur ses anciens cadres supérieurs, un cercle restreint de personnes qui partageaient un appartement-terrasse aux Bahamas avec Bankman-Fried. Les cadres ont témoigné que Bankman-Fried leur a demandé de dépenser des milliards de dollars prélevés sur les comptes des clients de FTX et acheminés par l'intermédiaire d'Alameda Research, un fonds spéculatif qu'il a lancé en 2017, deux ans avant de créer la bourse de crypto-monnaies FTX.

Source : Sam Bankman-Fried, témoignant lors de son procès

Et vous ?

Quel est votre avis sur la défense de Sam Bankman-Fried ?
Selon vous, quel sera l'évolution de ce procès ?

Voir aussi :

Scandale Ponzi cryptomonnaie FTX, comment Sam Bankman-Fried a détruit la vie de ses amis après les avoir manipulés et escroqués, il tente de rejeter la faute sur l'ancienne équipe juridique de FTX

L'ancien PDG de FTX dirigeait l'entreprise comme son fief personnel et une quantité importante des actifs de la plateforme a été volée ou a disparu, selon un avocat de la société

Accusé d'avoir escroqué ses clients, Sam Bankman-Fried, le PDG de la plateforme crypto FTX, tente de s'expliquer. Des avocats pensent que l'incompétence qu'il affiche pourrait être stratégique

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Gluups
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 1:28
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister
l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

La société australienne de cryptomonnaies Hyperverse s'est effondrée il y a environ deux ans emportant dans sa chute plus de 1,3 milliard de dollars appartenant aux investisseurs. Mais la chose la plus troublante dans l'histoire, c'est qu'une enquête a révélé que le directeur général de l'entreprise n'existe peut-être pas. L'enquête rapporte que les qualifications du mystérieux directeur général de Hyperverse, un certain Steven Reece Lewis, semblent toutes avoir été falsifiées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans l'entreprise. Son profil indique qu'il a travaillé chez Adobe et Goldman Sachs, mais ces entreprises n'ont aucune trace de lui.
Voilà le genre de chose qu'il est intéressant de vérifier avant de donner des sous, plutôt qu'après les avoir perdus.

Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Plus précisément, il s'agit d'un personnage fictif et ses qualifications ont toutes été inventées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans le projet HyperVerse. Cependant, lors du lancement d'HyperVerse entre fin 2021 et début 2022, une personne a bel et bien été payée pour jouer le rôle de Steven Reece Lewis : il s'agit de l'Anglais Stephen Harrison vivant en Thaïlande. Resté muet depuis l'effondrement d'HyperVerse, Stephen Harrison est récemment sorti de son silence et a déclaré qu'il a été payé pour jouer le rôle, recevant 180 000 bahts thaïlandais (environ 4 ;665 euros) sur neuf mois et un costume gratuit en guise de paiement.
Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !
3  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 10:22
Citation Envoyé par Gluups Voir le message

Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !
Fillion est bien d'accord avec toi !
2  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 13:11
Ce qui serait un peu gros, ce serait de le prendre comme seul coupable.

C'est un montage très classique. Certaines citées état en Asie pour ne pas les nommer sont spécialisées dans l'hébergement de ce genre de fraudes financières. C'est des montages avec des dizaines de sociétés écran imbriquées qui ont 0 fonds propres. S'il y a une enquête, les autorités locales traînent des pieds pendant des années pour donner le nom du propriétaire de la société écran (mais pour les dizaines d'autres il faut ouvrir une autre procédure à chaque fois). Le "propriétaire" de la société, c'est toujours un pauvre type auquel on a donné 3 sous pour qu'il mette son nom sans comprendre ce qu'il signe.
Quand on veut tracer l'argent, il ne fait que transiter d'une société écran à l'autre.

Ce type, c'est juste un comédien en effet, parmi d'autres prête-nom qui ont été recrutés.

Donc, les investisseurs de 1er ordre qui choisissent ce genre de sociétés, il savent (ou devraient) savoir dans quoi ils mettent la main. Ensuite, ce sont eux qui trouvent des client pigeons pour leur faire confiance.

Et mon agent m'a dit : "beaucoup de personnes font cela dans le métier. C'est tout à fait normal"
c'est sans doute la seule chose vraie que son agent lui a révélée.
2  0 
Avatar de Gluups
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/10/2023 à 16:57
Voilà un chapeau qui m'a rappelé un certain nombre de nos présidents de la république.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 14/04/2024 à 1:29
Il prend le risque d'avoir plus, là où 25 ans c'est peu comparer à ce qu'il aurais été susceptible d'avoir.
1  0 
Avatar de Gluups
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/10/2023 à 16:21
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Pour l'or il faut également pouvoir justifier sa provenance (et payer "des pénalités" en plus de pouvoir dater sa rentrée en possession pour calculer les dites plus-values.
Ah bien entendu, si c''est les palettes disparues de la Banque de France, c'est mieux d'avoir un alibi.
0  0 
Avatar de Gluups
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/01/2024 à 0:52
Si la question se pose d'un deuxième procès, c'est que l'intéressé a fait appel ?

Auquel cas, à moins que les Américains aient une façon particulière de fonctionner, c'est le code de procédure civile, qui décide.

Sinon c'est remarquable que l'intéressé clame qu'il ait agi de bonne foi, puisque dans l'énoncé des faits c'est moins sa crapulerie qui choque, que sa mauvaise foi.

N.B. Il était temps de dire "l'année prochaine". Une demi-heure plus tard, ce n'est plus le cas.
Bonne année à tous.
0  0 
Avatar de Gluups
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/01/2024 à 6:59
Il semble que les autorités aient décidé de s'attaquer au problème :
lepoint.fr
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/02/2024 à 19:44
En effet, dans tout les cas, une peine de 100 ans est grotesque et barbare. Et surtout absurde.
0  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 29/03/2024 à 3:35
Ce qui honnêtement est que dalle compte tenu de l'ampleur de la fraude et des lois américaines. Mais bon, c'est toujours mieux qu'Elizabeth Holmes.
1  1