IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Valve publie une réponse sur les faits relatifs à une affaire antitrust concernant Steam,
Et défend sa commission de 30 %

Le , par Stan Adkens

57PARTAGES

4  0 
Wolfire Games a déposé en avril une plainte antitrust contre Valve, alléguant qu'il utilise la domination de Steam sur le marché des jeux PC pour supprimer la concurrence et recevoir « une commission extraordinairement élevée » sur les ventes réalisées via son service de distribution en ligne. Dans une réponse accablante déposée la semaine dernière, Valve a demandé que le procès soit rejeté d'emblée, car il « n'allègue pas les éléments les plus fondamentaux d'une affaire antitrust ». La plainte insiste également sur la pratique de Valve selon laquelle les clés Steam gratuites générées par les développeurs sur Steam de Valve soient vendues sur d'autres plateformes à des prix non inférieurs à ceux proposés sur Steam. Mais Valve réplique qu'il n'a « aucune obligation » de laisser les développeurs « saper » Steam en utilisant des clés gratuites.

Wolfire Games est le créateur de Receiver et du jeu d'arts martiaux Overgrowth. L'une des principales affirmations du développeur dans son procès est que Valve empêche les développeurs et les éditeurs de vendre des clés Steam à des prix inférieurs sur d'autres vitrines que sur Steam. C'est mauvais pour les fabricants de jeux, mais aussi pour les joueurs, selon Wolfire, car cela signifie que les vendeurs doivent maintenir leurs prix élevés afin de se permettre la réduction de 30 % de Valve.


Mais la réponse de Valve rejette cette allégation sur plusieurs points et fait valoir à plusieurs reprises dans son dossier qu'il n'a « aucune obligation de distribuer des clés Steam, et encore moins de permettre aux développeurs d'utiliser des clés Steam pour réduire leurs prix Steam dans d'autres magasins ».

Le système de clé gratuite, selon le dépôt judiciaire de Valve, est conçu comme un moyen de « [donner] aux développeurs un moyen gratuit de vendre (ou de distribuer) un nombre raisonnable d'exemplaires de leurs jeux compatibles Steam ». Dans cet esprit, les restrictions sur les prix hors Steam pour ces clés « empêchent les développeurs de tirer parti de l'investissement de Valve dans Steam ». Les directives de prix et de quantité « empêchent les développeurs d'éroder de grandes quantités de ventes sur Steam, dont Valve prend en charge 100 % des frais de création et de maintenance, mais fournit gratuitement aux utilisateurs ».

Selon le document judiciaire déposé il y a une semaine, Valve souligne que les lois antitrust n'imposent « aucune obligation à Valve de faciliter la concurrence avec elle-même » et souligne la jurisprudence à cet effet. « Valve n'a pas non plus le devoir de continuer à offrir des [clés gratuites], de les accorder en nombre illimité, ou de permettre aux développeurs de les utiliser pour vendre des jeux compatibles Steam dans d'autres magasins moins chers que sur Steam », a fait valoir Valve.

Le procès de Wolfire allègue également que Valve essaie d'appliquer la parité des prix non seulement pour les clés Steam générées, mais aussi pour les versions non Steam vendues sur d'autres plateformes de jeux. Valve, dans sa réponse, n'est pas impressionné par la base factuelle de cette allégation, et affirme que la seule preuve fournie d'une exigence de prix similaires pour les jeux non compatibles Steam est liée à « une seule anecdote de Valve disant prétendument à un développeur anonyme qu'il ne devrait pas donner un jeu non compatible Steam gratuitement sur les vitrines concurrentes de Discord s’il facture 5 dollars aux utilisateurs de Steam pour la version Steam de ce jeu sur Steam ». Cette anecdote étroite, selon Valve, « ne prétend pas qu'elle est appliquée à l'échelle du marché ou n'a vraisemblablement aucun effet sur la concurrence ».

Le procès de Wolfire a également présenté des preuves que de nombreux jeux sont au même prix sur Steam et d'autres vitrines qui facturent des frais inférieurs. Mais Valve fait valoir dans sa réplique que ce type de parité des prix entre les vitrines est monnaie courante. Même si ce n'était pas le cas, dit Valve, le procès manque « toute allégation factuelle selon laquelle Valve … a fait quoi que ce soit pour affecter, sans parler de contraindre, les développeurs à vendre aux mêmes prix dans deux magasins ».

Valve défend sa commission Steam de 30 %

Dans sa réponse, Valve défend également sa réduction de 30 %, affirmant qu'il n'y a aucune preuve réelle que cela sort de l'ordinaire. Valve reproche à Wolfire de n'avoir présenté aucun fait pour étayer son affirmation selon laquelle la réduction de base de 30 % de Steam pour les ventes de jeux est supérieure à ce qui serait disponible sur un marché plus "concurrentiel". Au lieu de cela, Valve dit : « Les plaignants ne peuvent rassembler qu'une généralisation selon laquelle l'économie prédit que la commission de 30 % de Valve aurait dû diminuer au fil du temps ».

C'est un point intéressant, car si 30 % est incontestablement une norme, le mécontentement s'est accru ces dernières années et d'autres vitrines s'y opposent. L'Epic Games Store a lancé le bal en prenant une part relativement dérisoire de 12 % dans son magasin de jeux, et en avril, Microsoft a emboîté le pas, réduisant également sa commission de 30 % à 12 %. Une récente enquête GDC a également révélé une insatisfaction concernant le taux de Valve chez une grande majorité de développeurs : seuls 6 % des plus de 3 000 répondants ont déclaré qu'une réduction de 30 % ou plus est justifiée ; près des deux tiers ont dit que 15 % ou moins est un pourcentage approprié.

Valve souligne qu'il n'a pas augmenté ses frais de base depuis « le début de Steam alors qu'il n'avait aucune part de marché, et donc pas le pouvoir de facturer autre chose qu'un prix compétitif ». Au contraire, en 2018, Steam a réduit ses frais pour les jeux à revenus élevés, une décision que la société suggère « d’exposer l’opposé d'une commission supraconcurrentielle ».

Le fait que les frais de 30 % de Steam soient plus élevés que ceux de concurrents comme Epic Games Store est le reflet du fait que « le marché considérerait Steam comme supérieur … ce qui est cohérent avec la capacité de Valve à exiger des prix plus élevés », a déclaré Valve dans sa réponse. À l'appui de cela, Valve cite des lignes du propre procès de Wolfire décrivant la réaction des consommateurs lorsque le jeu Borderlands 3 n'était pas disponible sur Steam.

« La plateforme Steam est bien plus qu'un intermédiaire, mais offre une réelle valeur ajoutée aux joueurs et aux développeurs », a écrit Valve. « En effet, les joueurs auraient tellement apprécié Steam qu'Epic proposant des jeux populaires exclusivement sur sa plateforme Epic Games Store "a provoqué des réactions négatives" et "des appels au boycott" de la part des joueurs contraints "d'attendre une version compatible Steam ou d'utiliser une plateforme de jeu sur PC qu’ils ne préfèrent pas" ».

La réponse de Valve conteste également l'affirmation de Wolfire selon laquelle Valve détient 75 % du marché via Steam, notant que l'allégation est « dénuée de tout support factuel ». Ce n'est pas exactement un démenti de l'allégation de part de marché, mais l'incapacité de Wolfire à la prouver, selon Valve, justifie le rejet de la poursuite.

« Les plaignants n'allèguent pas un comportement illégal, un préjudice antitrust, un pouvoir de marché ou des marchés antitrust apparemment durables pour deux produits distincts », conclut le dossier de Valve. « Au contraire, ils attaquent un service intégré apprécié des consommateurs dans un marché concurrentiel ».

Valve recherche l'un des deux résultats ici : soit un rejet pur et simple du procès pour n'avoir fait aucune réclamation durable, soit que le procès de Wolfire soit en pause jusqu'à ce que les réclamations des défendeurs individuels dans l'affaire soient traitées par arbitrage selon les termes de Steam Subscriber Agreement.

Source : Réponse de Valve

Et vous ?

Que pensez-vous de la réponse de Valve à propos des clés Steam ?
Valve affirme que sa réduction de 30 % n’a rien d’extraordinaire. Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous qu'une réduction de la commission de 30 % de Valve serait appropriée ? Quel taux proposeriez-vous pour Steam ?

Voir aussi :

Le créateur de Humble Bundle intente un procès antitrust contre Valve au sujet de Steam, qui est accusé de constituer un véritable monopole pour les jeux sur PC
Epic Games Store est lancé avec une sélection très limitée de jeux, certains titres seront disponibles à la fin de ce mois
Microsoft laissera les développeurs garder 100 % des revenus générés par leurs applications Windows 11, à moins qu'il ne s'agisse d'un jeu, s'ils font appel à un système de paiement tiers
Des centaines de développeurs d'applications veulent rejoindre la Coalition for App Fairness, un groupe pour la défense de la liberté de choix et la concurrence loyale sur l'App Store

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gretro
Membre actif https://www.developpez.com
Le 03/08/2021 à 19:48
Je pense que Valve peut charger ce qu'il désire comme cote, à l'instar de Google sur Android. Ces plateformes sont ouvertes par nature. Il est possible d'y télécharger et d'y installer des applications et des jeux comme bon nous y semble, que ce soit à travers un store d'un compétiteur ou à travers une installation indépendente. Là où ça devient controversé, c'est Apple et le store iOS. Comme la plateforme est complètement fermée, Apple joue effectivement le rôle de monopole. Et comme ils contrôlent 30% d'un marché devenu indispensable, ils sont en position d'abus avec leur politique de cote. Cependant, pour revenir à Valve, je crois qu'il est tout à fait correct que Valve charge ce montant, car les développeurs ont des alternatives, dont certaines sont absolument viables aujourd'hui (Epic Game Store, Windows Store, GOG, etc).
3  0