IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook atteint une valeur de 1 000 milliards de dollars après le rejet par un juge des plaintes antitrust,
Qui visaient à forcer le réseau social à se séparer d'Instagram et de WhatsApp

Le , par Stan Adkens

51PARTAGES

9  0 
Un juge américain a rejeté lundi les plaintes antitrust fédérales et étatiques contre Facebook Inc. qui visaient à forcer la société de médias sociaux à vendre Instagram et WhatsApp, affirmant que la plainte fédérale était "juridiquement insuffisante". Les actions de Facebook ont augmenté de plus de 4 % après le jugement. Ce rejet est le premier coup dur porté aux poursuites engagées l'année dernière par les États et les autorités fédérales contre les grandes entreprises technologiques. S'il s'agit d'une première victoire pour Facebook, la plainte antitrust de la Federal Trade Commission (FTC) contre l'entreprise n'est pas nécessairement terminée. Le juge a noté que la FTC peut déposer une plainte modifiée dans les 30 prochains jours.

Facebook a obtenu le rejet de deux plaintes antitrust déposées par le gouvernement fédéral et une coalition de 48 États lorsqu'un juge a rejeté les poursuites. Lundi, le juge de District américain James Boasberg, à Washington, a accédé à la demande de Facebook de rejeter les plaintes déposées l'année dernière par la FTC et les procureurs généraux des États, dirigés par Letitia James, de New York. Les actions de Facebook ont augmenté de plus de 4 % lundi à la suite des décisions, envoyant la capitalisation boursière de la société de médias sociaux au-dessus de 1 000 milliards de dollars pour la première fois.


Grâce à cette décision, Facebook a échappé – du moins pour l'instant – à la plus importante menace réglementaire pesant sur ses activités dans le cadre de la répression plus large des géants américains de la technologie. La décision porte un coup à la FTC et aux États, qui affirmaient que Facebook avait violé les lois antitrust en achetant l'application de partage de photos Instagram et le service de messagerie WhatsApp afin d'éliminer les nouvelles menaces concurrentielles et de protéger son monopole.

Le juge James Boasberg, du tribunal fédéral de District pour le District de Columbia, a déclaré que la FTC n'avait pas réussi à démontrer que Facebook détenait un monopole sur le marché des réseaux sociaux personnels aux États-Unis.

« Bien que le tribunal ne soit pas d'accord avec toutes les affirmations de Facebook, il estime que la plainte de l'agence est juridiquement insuffisante et doit donc être rejetée », peut-on lire dans la décision du tribunal fédéral de District pour le District de Columbia. « La FTC n'a pas réussi à plaider suffisamment de faits pour établir de manière plausible un élément nécessaire à toutes ses plaintes en vertu de la section 2, à savoir que Facebook détient un pouvoir de monopole sur le marché des services de réseautage social personnel (PSN) ».

Le tribunal a estimé que la FTC n'a pas fourni de données suffisamment détaillées pour prouver que Facebook a un pouvoir de marché sur le marché des services de réseautage social personnel, défini de manière vague.

« La plainte est sans aucun doute légère sur les allégations factuelles spécifiques concernant les préférences de changement de consommateur », a écrit le tribunal dans sa décision de lundi. « Ces allégations – qui ne fournissent même pas un chiffre réel estimé ou une fourchette pour la part de marché de Facebook à tout moment au cours des dix dernières années – ne permettent finalement pas d'établir de manière plausible que Facebook détient un pouvoir de marché ».

Ailleurs, le dépôt note que la plainte de la FTC semblait supposer que le tribunal accepterait que Facebook soit un monopole. « La plainte de la FTC ne dit presque rien de concret sur la question clé de savoir quel pouvoir Facebook avait réellement, et a toujours, sur un marché de produits antitrust correctement défini », peut-on lire dans le dépôt. « C'est presque comme si l'agence s'attendait à ce que la Cour fasse simplement un signe de tête à l'idée reçue que Facebook est un monopoleur ».

« Nous sommes heureux que les décisions d'aujourd'hui reconnaissent les défauts des plaintes du gouvernement contre Facebook », a déclaré l'entreprise dans un communiqué. « Nous sommes en concurrence loyale tous les jours pour gagner le temps et l'attention des gens et nous continuerons à fournir d'excellents produits pour les personnes et les entreprises qui utilisent nos services ».

La bataille antitrust n'est pas terminée

Les poursuites contre Facebook ont été engagées en décembre dans le cadre d'une répression croissante contre les géants américains de la technologie. Elles font suite à une plainte déposée par le ministère de la Justice contre Alphabet Inc. (Google) pour avoir prétendument monopolisé la recherche sur Internet, et aux conclusions d'une enquête de la Chambre des représentants qui a accusé les entreprises de la technologie d'abuser de leur position dominante.

Les poursuites engagées contre Facebook portent sur l'acquisition d'Instagram en 2012 et sur le rachat de WhatsApp en 2014. Les autorités fédérales et étatiques affirment que Facebook a conclu ces transactions parce qu'il considérait les deux entreprises comme des menaces pour son activité. Plutôt que d’accepter la concurrence à ses propres produits, Facebook a suivi le mantra du directeur général Mark Zuckerberg : « il est préférable d'acheter que de concurrencer », selon la plainte de la FTC.

Facebook a offert 1 milliard de dollars pour Instagram alors qu'il ne comptait que 25 millions d'utilisateurs, mais avait déjà commencé à conquérir le marché du partage de photos sur mobile. Zuckerberg a déclaré que la menace d'Instagram était « vraiment effrayante », selon la plainte de la FTC. L'entreprise a payé 19 milliards de dollars pour WhatsApp parce qu'elle voyait les applications de messagerie comme un autre danger pour son activité. Un dirigeant de Facebook a déclaré que ces applications « pourraient être la plus grande menace à laquelle nous ayons jamais été confrontés en tant qu'entreprise », selon la plainte de la FTC.

Facebook a attaqué les plaintes pour plusieurs raisons. L'un de ses principaux arguments est que la FTC a enquêté sur les deux acquisitions lorsqu'elles ont été annoncées et qu'elle a autorisé la réalisation des deux opérations. Si les autorités antitrust peuvent contester des fusions achevées, Facebook a fait valoir que le cas de la FTC était sans précédent et que l'agence n'a jamais expliqué pourquoi ses décisions antérieures approuvant les achats étaient erronées. Le réseau social avait accusé la FTC de chercher à "refaire" des acquisitions qu'elle avait précédemment approuvées.

Ces rejets constituent une victoire notable pour Facebook. Le juge a déclaré que la FTC n'avait pas suffisamment étayé son affirmation selon laquelle Facebook détient plus de 60 % du marché. Toutefois, la décision n'est pas nécessairement la fin de l'affaire. M. Boasberg a déclaré que l'agence pourrait éventuellement résoudre ce problème lors d'un nouveau dépôt. Le tribunal a reconnu que la FTC pourrait être en mesure de remédier aux faiblesses de son argumentation, et a donc laissé ouverte la possibilité qu'elle dépose une plainte modifiée et poursuive le litige.

Un point positif pour la FTC dans l'avis a été la déclaration du juge selon laquelle l'agence était « sur un terrain plus ferme dans l'examen des acquisitions d'Instagram et de WhatsApp, car le tribunal rejette l'argument de Facebook selon lequel la FTC n'a pas le pouvoir de demander une injonction contre ces achats ».

Le tribunal a décidé que la FTC peut toujours demander la cession de ces acquisitions – mais seulement si elle réussit à faire valoir ses arguments juridiques concernant le pouvoir de monopole de Facebook.

« La FTC examine attentivement l'avis et évalue la meilleure option pour l'avenir », a déclaré un porte-parole de la FTC.

Cependant, le tribunal a complètement rejeté la plainte parallèle déposée par les procureurs généraux des États, en déclarant que le long délai entre les acquisitions et le dépôt de la plainte en 2020 était sans précédent au niveau des États, et que l'argument des États selon lequel « Facebook empêche l'interopérabilité avec les applications concurrentes ne permet pas de formuler une plainte en vertu de la loi antitrust actuelle, car il n'y a rien d'illégal à avoir une telle politique ».

« Nous examinons cette décision et étudions nos options juridiques », a déclaré un porte-parole du bureau de la procureure générale de New York, Letitia James. Le sénateur républicain Josh Hawley a qualifié la décision du tribunal concernant le procès de la FTC de « profondément décevante ».

Sources : Décision dans le cas de la FTC, Décision dans le cas des États

Et vous ?

Que pensez-vois de ces décisions juridiques ?
Peut-on s’attendre à une séparation de Facebook d’avec Instagram et WhatsApp en cas de dépôt d’une plainte modifiée par la FTC ?

Voir aussi :

USA : le rapport antitrust parlementaire propose un démantèlement des GAFA, alors que de nouvelles informations sur l'acquisition d'Instagram par Facebook retardent la remise du rapport
Facebook aurait proposé de participer à la création d'un nouveau réseau social rival, afin d'éviter les procès antitrust du gouvernement américain
La FTC poursuit Facebook pour monopolisation illégale, le procès pourrait forcer l'entreprise à se séparer de WhatsApp et d'Instagram, une action distincte est aussi intentée par 48 États
Le ministère US de la Justice accuse Alphabet (Google) de protéger illégalement son monopole sur le marché de la recherche à coups de milliards de dollars, et n'exclut pas un démantèlement

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !