IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un juge refuse de rétablir Parler après sa fermeture par Amazon Web Services,
Amazon n'a pas à héberger de « contenu abusif et violent »

Le , par Stan Adkens

595PARTAGES

6  0 
Parler, une plateforme de médias sociaux populaire auprès de l'extrême droite, ne sera pas immédiatement rétablir en ligne - en tout cas pas via Amazon Web Services (AWS) - après sa fermeture il y a plus d’une dizaine de jours. Un juge fédéral a rejeté jeudi la demande d'injonction préliminaire de Parler contre Amazon Web Services, faisant échouer la tentative du réseau social de revenir rapidement sur la plateforme d'hébergement d'Amazon. L'entreprise a poursuivi Amazon pour son interdiction, en alléguant que la suspension de la plateforme était en violation de la loi antitrust et enfreignait un accord contractuel.

Parler, qui se présente comme une alternative conservatrice à Twitter et Facebook, avait demandé une ordonnance du tribunal exigeant qu'Amazon rétablisse son service d'hébergement Web en attendant un procès complet. Mais « Parler est loin d'avoir démontré, comme il le devrait, qu'il a soulevé de sérieuses questions quant au bien-fondé de ses revendications » et il n'a pas réussi à prouver « que la balance des actions penche en sa faveur, et encore moins fortement ; ou que l'intérêt public réside dans l'octroi de l'injonction », a déclaré la décision de la juge Barbara Jacobs Rothstein au tribunal de district américain pour le District Ouest de Washington.

Parler pourrait encore l'emporter dans cette affaire, mais il ne sera pas réintégré au service d'Amazon dans l'intervalle. Parler a également accusé Amazon de conspiration dans la restriction du commerce et d'interférence délictueuse avec l'attente des entreprises. Dans une déclaration, Jeffrey Wernick, le COO de Parler, a déclaré que le fait que Rothstein n'ait pas rejeté l'affaire d'emblée était remarquable. « Nous restons confiants que nous allons finalement l'emporter dans l'affaire principale », a-t-il déclaré.


Parler a attiré les partisans de l'ancien président Donald Trump, qui a fait l’objet de suspension puis de retrait définitif sur les grands sites comme Facebook et Twitter après les événements du Capitole. Mais peu après l'attaque du 6 janvier, Parler a commencé à ressentir la pression. Tout d'abord, Google et Apple l'ont banni de leurs magasins d'applications, ce qui a rendu le téléchargement de l'application presque impossible. Ensuite, le service d'hébergement d'Amazon, Amazon Web Services, a fermé le compte de Parler, après avoir averti la société à plusieurs reprises, d’après Amazon. C’est alors que la société a poursuivi Amazon.

AWS a riposté un jour après. On peut lire dans le dossier d’Amazon : « Cette affaire n'a pas pour but de supprimer des discours ou d'étouffer des points de vue. Il ne s'agit pas d'une conspiration visant à restreindre le commerce. Il s'agit plutôt de la réticence et de l'incapacité démontrées de Parler à retirer des serveurs d'Amazon Web Services les contenus qui menacent la sécurité publique, par exemple, en incitant et en planifiant le viol, la torture et l'assassinat d'agents publics et de citoyens. Il n'existe aucune base juridique dans les accords avec les clients d'AWS ou autre pour obliger AWS à héberger des contenus de cette nature ».

« AWS conteste les plaintes, affirmant que c'est Parler, et non AWS, qui a violé les termes de l'accord des parties, et en particulier la politique d'utilisation acceptable d'AWS, qui interdit l'utilisation "illégale, nuisible ou offensive" des services d'AWS », a écrit Rothstein dans sa décision.

En se défendant contre le procès, Amazon a considéré qu'il s'agissait d'un simple cas de rupture de contrat. La société a signalé des dizaines de posts prônant la violence, ce qui est contraire à sa politique, et Parler n'a pas supprimé ces posts, selon les avocats d'Amazon. Parmi les messages cités par Amazon figurent des menaces violentes à l'encontre de Jack Dorsey de Twitter et de Mark Zuckerberg de Facebook. Certains messages souhaitaient activement une guerre raciale et le meurtre de personnes noires et juives ; prônaient le meurtre de plusieurs activistes et politiciens tels que Stacey Abrams, la représentante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, et l'ancien président Barack Obama.

Les affirmations de Parler sont faibles et l'argument de la rupture du contrat « a échoué »

En défendant sa décision d'exclure Parler de ses services Web, Amazon a fait référence à la section 230 du Communications Decency Act, la loi fédérale de 1996 très controversée qui empêche les gens de poursuivre les sociétés d’Internet pour ce que les utilisateurs publient. La loi permet également aux entreprises technologiques de créer et de faire respecter des règles sur ce qui est autorisé et interdit sur leurs sites. « C'est précisément ce qu'AWS a fait ici : il a supprimé l'accès à des contenus qu'il considérait comme "excessivement violents" et "harcelants" », ont écrit les avocats d'Amazon dans une soumission au tribunal.

La décision de rejet par Rothstein de la motion de Parler dit que « Bien que Parler n'ait pas encore eu l'occasion de procéder à une enquête, les preuves qu'il a présentées à l'appui de la demande [loi Sherman] sont à la fois de plus en plus légères et contestées par AWS. Il est important de noter que Parler n'a soumis aucune preuve qu'AWS et Twitter ont agi ensemble intentionnellement - ou même pas du tout - pour restreindre le commerce ».

Parler a affirmé qu'« en mettant fin à l'activité de Parler mais en laissant Twitter tranquille malgré le comportement identique des utilisateurs des deux sites, AWS révèle que les raisons qu'elle a exprimées pour suspendre le compte de Parler ne sont qu'un prétexte ». Mais Rothstein a souligné que « Parler et Twitter ne sont pas dans la même situation, car AWS ne fournit pas de services d'hébergement en ligne à Twitter ».

La plainte pour rupture de contrat de Parler est tout aussi faible, a écrit Rothstein. Parler n'a pas nié qu'il était en violation de son accord avec Amazon au moment de la résiliation du service, et l'accord avec le client « donne à AWS le droit de suspendre ou de résilier, immédiatement après notification, en cas de violation de Parler », a écrit Rothstein.

En ce qui concerne la plainte pour ingérence délictuelle, « Parler n'a pas réussi à alléguer des faits de base qui soutiendraient plusieurs éléments de cette plainte » et « n'a pas réussi à soulever plus que la moindre spéculation sur le fait que les actions d'AWS ont été prises dans un but ou par des moyens inappropriés », a écrit le juge.

Si Amazon était obligé de rétablir les services de Parler maintenant, avant que Parler ne déploie un système de modération plus efficace, le résultat serait « la poursuite de la publication du type de contenu abusif et violent qui a causé la fermeture de Parler par AWS en premier lieu », a retenu le jugement avant de poursuivre :

« La Cour rejette explicitement toute suggestion selon laquelle l'équilibre des actions ou l'intérêt public favorise l'obligation pour AWS d'héberger le type de contenu abusif et violent en cause dans cette affaire, en particulier à la lumière des récentes émeutes au Capitole américain. Cet événement a été un rappel tragique que la rhétorique incendiaire peut - plus rapidement et plus facilement que beaucoup d'entre nous ne l'auraient espéré - transformer une manifestation légale en une insurrection violente ».

Parler, qui est financé en partie par Rebekah Mercer, une donatrice majeure de l'ancien président Donald Trump, a discuté de l'hébergement de ses propres serveurs et de la prise en charge de son propre hébergement Web, a rapporté NPR. Trump a également lancé l'idée de lancer son propre service de médias sociaux après que Twitter l'ait définitivement suspendu.

David Groesbeck, un avocat représentant Parler, a déclaré au tribunal que l'espoir de la société de trouver rapidement un nouveau service d'hébergement Web ne s'est pas réalisé, créant une situation désastreuse qui, selon le PDG de Parler, pourrait entraîner la mort du site. « La notoriété et les retombées de la rupture ont chassé les partenaires commerciaux actuels et potentiels, frustrant totalement les plans de pré-résiliation de Parler pour remplacer et récupérer rapidement d'AWS », a écrit Groesbeck.

L’affaire Parler a fait sortir de l'ombre le contrôle des hébergeurs Web sur Internet

Les chercheurs en désinformation ont déclaré que la fermeture de Parler par Amazon a éliminé un lieu de rassemblement essentiel pour le partage et la discussion des conspirations liées aux élections que Trump a souvent attisés, a rapporté NPR.

« La raison pour laquelle nous connaissons ce déni de service de la part des entreprises est qu'il n'y a vraiment pas d'autres leviers possibles pour empêcher ce groupe de personnes de se rassembler et de tenter de nouveau ceci ou de tenter quelque chose d'autre qui est tout aussi dangereux », a déclaré Joan Donovan, une experte en extrémisme en ligne à Harvard. « Il sera très important que lorsqu'ils prendront ces décisions, ils s'y tiendront et qu'ils ne les feront pas revenir en arrière une fois que le feu sera éteint ».

Toutefois, pour les experts qui étudient la parole et l'infrastructure en ligne, la situation difficile dans laquelle se trouve Parler révèle à quel point le contrôle d'Internet est confié aux hébergeurs Web, une partie des acteurs du Web hors de vue qui a le pouvoir de décider quels sites vivent ou meurent. « Les entrailles du Web que personne ne veut jamais voir, ni traiter, ni penser », c'est ainsi que Greg Falco, chercheur en gestion des risques informatiques à l'Université de Stanford, décrit ces fournisseurs de services. « C'est une infrastructure essentielle pour notre société, mais elle a été poussée derrière un rideau ».

Ces derniers mois, les plus grandes sociétés de médias sociaux ont tracé des lignes plus claires autour des limites de la liberté d'expression en ligne. Et à la suite de l'attaque du Capitole, elles ont pris des mesures inhabituellement agressives contre des groupes et des comptes qui glorifiaient la violence. Mais, comme le montre le cas de Parler, la pression exercée sur les sociétés de médias sociaux pour qu'elles contrôlent le contenu sur leurs plateformes est partagée par les sociétés d'hébergement de sites Web.

« La question devient délicate : quand peut-on réellement mettre quelqu'un à terre ? C'est vraiment un territoire gris », a déclaré Falco. « La réalité est que cela revient à comprendre quand cela attire l'attention du public, quand il y a réellement des implications physiques ».

Et il est difficile de trouver un exemple plus frappant que l'insurrection au Capitole, lorsque des hordes d'émeutiers se sont tournées vers Parler et d'autres sites alternatifs pour poster des vidéos de vandalisme, de dommages matériels et d'autres violences, comme les médias l'ont longuement documenté récemment.

« Lorsque vous avez quelque chose qui est apparemment violent ou qui provoque une autre crise ou tragédie dans le monde, c'est là que l'infrastructure du Web a tendance à sortir de l'ombre », a déclaré Dave Temkin, un ancien cadre de Netflix qui a supervisé la gestion des serveurs de la société.

Evelyn Douek, professeur à la faculté de droit de Harvard, prédit que de nouvelles batailles pour la parole en ligne vont éclater entre les sites qui choisissent une approche non interventionniste et les hébergeurs qui exigent une position plus agressive. Et cela l'inquiète. « Est-ce le bon endroit pour que la modération du contenu ait lieu ? » demande Douek. « Il est plus difficile de rendre ces choix responsables quand on ne sait même pas qui les fait ou pourquoi ils sont faits ».

L'avenir de Parler reste incertain, bien qu'une grande partie de son contenu utilisateur ait été sauvegardée par des archivistes avant d'être supprimée. Le PDG John Matze a déclaré à Fox News que la plateforme s’apprêtait à « revenir en force », et sa page d'accueil a été relancée avec la promesse de « résoudre tout défi qui se présente à nous et de vous accueillir tous à nouveau bientôt ». Cependant, le réseau lui-même reste hors ligne.

Source : La décision du juge

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision du juge ?
Pensez-vous que Parler pourrait gagner dans le procès principal ?
Quel avenir imaginez-vous pour le réseau social ?

Voir aussi :

Bumble, Tinder, Match et d'autres applications de rencontre bannissent les comptes des émeutiers du Capitole, notamment des comptes qui ont été signalés par d'autres utilisateurs
Parler poursuit Amazon, alléguant des violations de la législation antitrust, après que le géant du e-commerce a interdit l'application de médias sociaux d'extrême droite d'AWS
Le vol de 2 ordinateurs lors de l'attaque du Capitole soulève des inquiétudes quant à la sécurité des informations, « L'ordinateur portable doit avoir au moins un accès qui pourrait être exploité »
L'émeute du Capitole est un cauchemar en matière de cybersécurité, le « pire des scénarios » pour la cybersécurité du gouvernement américain, selon un expert en sécurité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Steinvikel
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/01/2021 à 14:37
Aux USA, il n'y a pas de présemption d'inocence, et vous êtes jugé par les fournisseurs de services ...ensuite seulement il est possible d'attenter un procès. ^^'
Elle le découvre à ses dépends.
10  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/02/2021 à 19:13
C'etait suffisamment organisé pour qu'un groupe de personnes de tous les coins des USA fassent le voyage de plusieurs jours et parviennent à se presenter au même endroit au même moment en portant des panneaux, des drapeaux et des banderoles sur le même thème, entendent un discours désorganisé et se rendent ensuite tous au même endroit et font tout exploser.
7  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 11/02/2021 à 15:00
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Non, c'est un coup monté. Car à moins de vouloir prendre une balle dans la tête, personne ne franchie la grille. Curieusement aucun journaliste ne pose la question pour savoir qui a décidé d'ouvrir la grille.
C'est quoi ces conneries? Tu as regarde les vidéos? Les manifestants font une pression d'enfer, et les policiers, à un contre cent, préfèrent ouvrir que de se faire marcher dessus. Ils ont sauvé leur peau. Ils ont pris la décision tous seuls comme des grands (d'ailleurs, l'ouverture du mur de Berlin, c'est pareil, le douanier à cédé à la pression de la foule, et a juste prévenu sa hiérarchie que le poste frontière était ouvert).

Et les vidéos de l'assaut final - raté - contre la grande salle ou étaient les élus, montre que non, ils n'avaient pas peut de prendre une balle dans la tête. C'est quand l'une d'entre eux a pris une balle dans la gorge que soudain, ooops, ceux qui étaient présents se sont dit que peut-être ils n'étaient pas invulnérables. Jusqu'à ce moment, la confiance est totale dans leur camp. Et ils n'hésitaient pas à se relayer pour balancer des objets lourds pour briser les portes. La dame a forçé pour être la première à entrer. Tant pis pour elle.
7  0 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/02/2021 à 23:44
Que pensez-vous de l'éviction définitive de Donald Trump de Twitter ?
Que c’est l'éviction définitive de Twitter , qui devrait être primordial !!!
---
Le politicien Christian Monteil utilise un budget de l'État pour acheter des followers sur Twitter
15 000 euros pour 7500 amis fantômes...
*-*-
https://www.developpez.com/actu/9885...amis-fantomes/
8  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 22/01/2021 à 13:44
Je suis pas un expert dans le domaine, mais pour ce que j'en sais, un hébergeur n'est pas responsable du contenu qu'il héberge, a condition qu'il ne traite aucun de ses hébergés différemment l'un de l'autre notamment en matière de référencement (Auquel cas, il n'est pas simple hébergeur, mais éditeur de contenu)

Alors, AWS ? Éditeur ou hébergeur ? Youtube n'a pas été sanctionné pour les contenus nocifs sur sa plateforme, ce sont les régies publicitaires qui contrôlent ce sur quoi on voit leurs annonces, et qui ont fait pression. Pas de matière légale, ici, que du pognon.
7  1 
Avatar de redcurve
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/01/2021 à 14:51
Faudra m'expliquer en quoi Parler est un réseau d'extrême-droite... Parce qu'il est clairement moins extrême que Twitter, Facebook & co dont la clientèle islamiste et d'extrême-gauche elle a pignon sur rue.
11  5 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/01/2021 à 22:53
Et on va "déplateformer" les sites de l'extrême-gauche ultra-violente quand ?
A ce train, Parler va aller sur le DarkWeb.
8  2 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/04/2021 à 16:33
J'irais même plus loin : ils soutiennent tout ce qui leur fait du Traffic. Les émeutes du capitole ont été particulièrement juteuses en terme de Traffic. Je ne doute pas qu'un équivalent bolchévique subirait le même sort : on laisse faire parce que c'est bon pour le business.
7  1 
Avatar de Claude40
Membre actif https://www.developpez.com
Le 01/05/2021 à 8:13
J’ai écrit un jour sur ce forum que les réseaux sociaux étaient « la nouvelle arme de destruction massive », et cela en a fait sourire plus d’un !
A supposer que l'entreprise ait vraiement l'intention de contrôler, même une armée de développeurs et modérateurs sera impuissante au final, car elle agira toujours après coup, avec systématiquement un ou deux temps de retard.
7  1 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/01/2021 à 16:07
N'oubliez pas, mesdames et messieurs, que PayPal n'est PAS une banque. Vois ne bénéficiez pas des même protections des consommateurs, comme je semble m'en souvenir.
5  0