IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le procureur général du Texas annonce une enquête antitrust contre Google,
Alors que 30 autres États américains prévoient d'autres mesures antitrust contre la société

Le , par Stan Adkens

39PARTAGES

4  0 
Les malheurs de la Silicon Valley s'aggravent alors que le nombre de procès contre les géants de la technologie augmente progressivement. La domination des grandes entreprises numérique sur un large éventail de marchés au centre de la vie quotidienne des consommateurs est de plus en plus surveillée aux États-Unis. Mercredi, le Texas et neuf autres États dirigés par les républicains ont intenté un procès antitrust contre Google en raison de son pouvoir sur le marché des technologies publicitaires, ouvrant ainsi un second front contre le géant de la recherche qui pourrait conduire à sa dissolution.

La poursuite, déposée devant la cour fédérale de Sherman, au Texas, vise à forcer Google à vendre certaines parties de son activité et à payer des amendes pour violation de plusieurs lois d'État. Il est allégué que Google a « effrontément » manipulé ses outils d'achat et de vente de publicité, ses algorithmes et autres produits publicitaires pour s'assurer un maximum de profits et exclure injustement des concurrents potentiels.


« Ce Goliath de l'entreprise utilise son pouvoir pour manipuler le marché, détruire la concurrence et vous nuire, vous, le consommateur », a déclaré le procureur général du Texas, Ken Paxton, dans une vidéo publiée sur le compte Twitter vérifié du Bureau de du procureur. « Ces actions nuisent à chaque personne en Amérique ». Paxton affirme également dans la vidéo que la société a « utilisé à plusieurs reprises son pouvoir monopolistique pour contrôler les prix » dans les annonces en ligne. « Il n'est pas juste que Google puisse nuire aux pages Web que vous visitez et lisez », poursuit Paxton.

Dans quelques détails, le procès allègue que Google a utilisé son pouvoir de marché pour saboter les « enchères d'en-tête », une pratique qui permet aux annonceurs d'acheminer une seule requête sur plusieurs bourses à la fois. « Google considère que la promotion d'une véritable concurrence par les enchères d'en-tête constitue une menace majeure », affirme la plainte, en citant des communications internes obtenues dans le cadre de l'enquête.

Google a finalement adopté cette pratique, permettant à son serveur d'annonces d'acheminer des requêtes par le biais de plusieurs échanges à la fois. Mais selon la plainte, Google a truqué ce système pour acheminer les demandes vers son propre central, même lorsqu'un concurrent avait soumis une offre plus élevée. Google aurait donné à cet effort le nom de code d'un personnage des films Star Wars, bien que le nom du personnage en question soit censuré dans la plainte publiée.

L'Arkansas, l'Idaho, l'Indiana, le Kentucky, le Mississippi, le Missouri, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud et l'Utah ont signé le procès mené par le Texas. Certains États collaborateurs auraient abandonné les poursuites après que plusieurs membres du personnel du Bureau de Paxton l'aient accusé d'avoir accepté des pots-de-vin, ce qui a déclenché une crise plus large au sein du Bureau de l'État.

Selon le procès, Google a réduit ses frais à près de zéro pour acquérir une position dominante parmi les éditeurs, a utilisé des astuces trompeuses pour négocier des transactions entre éditeurs et annonceurs, et a obtenu des frais élevés des deux parties pour jouer les arbitres. Dans la vidéo postée sur Twitter, le procureur général du Texas a déclaré : « Si le marché libre était un jeu de baseball, Google se positionnerait comme le lanceur, le batteur et l'arbitre ».

Le Taxas accuse également Google de travailler avec Facebook. Les deux sociétés se font une concurrence acharnée dans la vente d'annonces sur Internet et, ensemble, s'emparent de plus de la moitié du marché mondial, selon Reuters. « Comme le révèlent des documents internes à Google, Google a cherché à tuer la concurrence et l'a fait par une série de tactiques d'exclusion, y compris un accord illégal avec Facebook, sa plus grande menace concurrentielle potentielle », déclare le procès.


Des allégations sans fondement, selon Google

Google est le numéro 1 sur le marché des annonces numériques. Le procès de mercredi se concentre sur la publicité par affichage, les images, le texte et les vidéos qui payent souvent pour des sites Web comme les actualités, les sports, les blogs et les petits sites de commerce électronique. Dans une déclaration, Google a dit qu'il contesterait les allégations, qu'il a qualifiées de « déclarations sans fondement », en citant ses récentes baisses de prix et d'honoraires.

« Les allégations du procureur général Paxton concernant la technologie publicitaire sont sans fondement, mais il est allé de l'avant en dépit de tous les faits », a déclaré un représentant de la société. « Nous avons investi dans des services publicitaires de pointe qui aident les entreprises et profitent aux consommateurs. Les prix de la publicité numérique ont chuté au cours de la dernière décennie. Les honoraires des publicitaires sont également en baisse. Les tarifs de Google sont inférieurs à la moyenne du secteur. Ce sont les caractéristiques d'un secteur hautement compétitif », a poursuivi le porte-parole de Google.

Les ventes d'annonces de Google représentent plus de 80 % des revenus d'Alphabet, selon Reuters. Mais la plupart des ventes et la majeure partie des bénéfices d'Alphabet proviennent de l'opération à forte marge de Google qui consiste à placer des annonces textuelles au-dessus des résultats de recherche. L'activité visée mercredi - le placement d'annonces sur des applications et des sites Web partenaires - importe beaucoup moins à Google, selon Reuters.

Dans son dernier rapport financier, Alphabet a fait état de recettes publicitaires numériques trimestrielles de 37,1 milliards de dollars. Les actions d'Alphabet ont terminé en baisse de 0,2 %, à 1 757,19 dollars, mercredi. Les actions de Facebook, qui ont brièvement été négatives après la publication des détails du procès au Texas, ont inversé les pertes et ont terminé sans grand changement, d’après Reuters.

Le procès a lieu alors que les grandes entreprises technologiques et leur domination sur un large éventail de marchés au centre de la vie quotidienne des consommateurs font l'objet d'une surveillance accrue par les autorités de régulation. Le panel antitrust du House Judiciary a appelé à une refonte des lois antitrust, et la FTC et un groupe de procureurs généraux de l'État ont poursuivi Facebook la semaine dernière en demandant son démantèlement.

Cette dernière action en justice est distincte d'une affaire antitrust que le ministère de la Justice et 11 procureurs généraux d'État ont déposée en octobre dernier au sujet du pouvoir de Google sur le marché de la recherche en ligne. Paxton, ainsi que dix autres procureurs généraux, se sont joints à un procès intenté par le DOJ contre la société, qui accusait le géant de l’Internet d'un milliard de dollars d'utiliser illégalement son pouvoir de marché pour entraver ses rivaux.

Et d'autres problèmes pourraient survenir dès ce jeudi, alors qu'un autre groupe d'États, dirigé par le Colorado et le Nebraska, se prépare à déposer une plainte supplémentaire contre Google pour sa domination sur le marché de la recherche.

30 États américains prévoient d’autres mesures antitrust contre Google

Google d'Alphabet Inc devrait être poursuivi pour comportement anticoncurrentiel jeudi par un autre groupe de procureurs généraux, selon Reuters qui cite deux personnes connaissant bien le dossier. Comme la plainte déposée par le ministère de la Justice en octobre, ce groupe d'au moins 36 procureurs généraux des États et territoires, qui est bipartite, accusera Google de violer la loi antitrust pour maintenir sa domination dans la recherche en ligne, selon l'une des sources.

Le nouveau procès devrait porter sur la manière dont Google utilise un comportement anticoncurrentiel pour accroître son pouvoir de marché dans des domaines de produits émergents, tels que les haut-parleurs intelligents pour la maison ainsi que les logiciels pour les voitures et les téléviseurs.

Les éditeurs en ligne, dont Genius Media Group et le site d'information The Nation, ont allégué mercredi, dans un procès antitrust distinct, qui vise à obtenir le statut de recours collectif, selon Reuters, qu'ils ont perdu des revenus en raison de la domination de Google dans les annonces en ligne. Ils demandent à Google de se défaire d'une partie de son activité de publicité.

Les actions de cette semaine augmentent les enjeux juridiques pour Google. Si elles aboutissent, cette série d'actions pourrait amener Google à payer des amendes, à se retirer de certaines affaires ou à restructurer ses accords de longue date avec ses partenaires.

Sources : La plainte du procureur général du Texas, Tweet

Et vous ?

Que pensez-vous des arguments du procureur général du Texas dans son annonce d’une enquête antitrust contre Google ?
Les allégations du procureur général du Texas sont sans fondement, selon Google. Quels commentaires en faites-vous ?
Google devrait-il se séparer de certaines de ses affaires étant donné le nombre croissant de procédures antitrust à son encontre ?

Voir aussi :

La FTC poursuit Facebook pour monopolisation illégale, le procès pourrait forcer l'entreprise à se séparer de WhatsApp et d'Instagram, une action distincte est aussi intentée par 48 États
La FTC émet des demandes d'informations à neuf services de médias sociaux et de streaming vidéo, cherchant à comprendre ce qu'ils font des données des utilisateurs
Antitrust : les USA pourraient poursuivre Google en justice dès la semaine prochaine, le DOJ cherche à obtenir le soutien des États, Google pourrait faire face à un bloc très difficile à affronter
50 États et territoires américains annoncent une vaste enquête antitrust sur Google, pendant que Facebook fait l'objet d'une enquête sur sa position dominante dans l'industrie des réseaux sociaux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 22/12/2020 à 22:07
Google et Facebook se sont engagés à s'entraider s'ils venaient à être confrontés à une enquête antitrust,
visant leur accord de non-concurrence dans le secteur de la publicité en ligne

Google et Facebook se sont engagés à s'entraider s'ils étaient confrontés à une enquête antitrust sur leur accord visant à travailler de concert dans le secteur de la publicité en ligne, selon un rapport du Wall Street Journal publié mardi.

L'histoire est basée sur une version non censurée d'un procès intenté par 10 États américains contre Google la semaine dernière et vu par le Wall Street Journal. En fait, la plainte, telle que déposée, cite des documents internes de l'entreprise qui ont été fortement censurés. Le quotidien américain, qui a pu consulter une version non censurée de la plainte déposée la semaine dernière par dix États américains, affirme que les deux enseignes technologiques ont accepté de « coopérer et de s'aider » afin de répondre aux investigations.

Dix procureurs généraux républicains, dirigés par le Texas, affirment que les deux sociétés ont conclu un accord en septembre 2018 dans lequel Facebook a accepté de ne pas faire concurrence aux outils de publicité en ligne de Google. En retour, le numéro un des réseaux sociaux a reçu un « traitement spécial » lorsqu'il les a utilisés lui-même.

Selon le quotidien, la version non censurée de la plainte précisait que Facebook se verrait attribuer un « pourcentage prédéfini » des enchères publicitaires de Google et qu'un document interne du géant des réseaux sociaux décrivait l'accord comme «plutôt bon marché».

Google a utilisé le langage de « Star Wars » comme nom de code pour l'accord, selon la plainte. Le brouillon de la plainte indique que cet accord était connu sous le nom de « Jedi Blue ».

Des documents internes de Google, eux aussi retirés de la version finale de la plainte, indiquaient que l'accord permettrait de « créer un fossé » pour éviter d'entrer en concurrence directe avec Facebook.

La plainte en elle-même stipule que Google et Facebook étaient conscients que leur accord pourrait déclencher des enquêtes antitrust et ont discuté de la façon de les traiter, dans un passage qui a été suivi de suppressions importantes.

La version préliminaire cite également un e-mail dans lequel Sandberg a déclaré au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, et à d'autres dirigeants que « c'est un gros problème stratégiquement parlant », selon le rapport.

Un porte-parole de Google a déclaré que les affirmations formulées dans le procès étaient inexactes. « L'idée qu'il s'agissait d'un accord secret est tout simplement fausse. Nous parlons publiquement de ce partenariat depuis des années », a-t-il affirmé.

« Les allégations du procureur général Paxton sont inexactes », a réagi Google dans un communiqué envoyé à l'AFP en référence au ministre de la Justice du Texas, qui a initié la plainte des États américains. « Nous ne manipulons pas l'enchère et la participation de Facebook à notre programme Open Bidding ne l'empêche pas de participer aux enchères header bidding ou à toute autre enchère similaire », a poursuivi l'entreprise, qui assure que l'accord avec le réseau social n'a rien d'inédit.


Les éléments qui sont reprochés à Google

La plainte déposée devant la cour fédérale de Sherman, au Texas, vise à forcer Google à vendre certaines parties de son activité et à payer des amendes pour violation de plusieurs lois d'État. Il est allégué que Google a « effrontément » manipulé ses outils d'achat et de vente de publicité, ses algorithmes et autres produits publicitaires pour s'assurer un maximum de profits et exclure injustement des concurrents potentiels.

« Ce Goliath de l'entreprise utilise son pouvoir pour manipuler le marché, détruire la concurrence et vous nuire, vous, le consommateur », a déclaré le procureur général du Texas, Ken Paxton, dans une vidéo publiée sur le compte Twitter vérifié du Bureau de du procureur. « Ces actions nuisent à chaque personne en Amérique ». Paxton affirme également dans la vidéo que la société a « utilisé à plusieurs reprises son pouvoir monopolistique pour contrôler les prix » dans les annonces en ligne. « Il n'est pas juste que Google puisse nuire aux pages Web que vous visitez et lisez », poursuit Paxton.

Dans quelques détails, la plainte allègue que Google a utilisé son pouvoir de marché pour saboter les « enchères d'en-tête », une pratique qui permet aux annonceurs d'acheminer une seule requête sur plusieurs bourses à la fois. « Google considère que la promotion d'une véritable concurrence par les enchères d'en-tête constitue une menace majeure », affirme la plainte, en citant des communications internes obtenues dans le cadre de l'enquête.

Google a finalement adopté cette pratique, permettant à son serveur d'annonces d'acheminer des requêtes par le biais de plusieurs échanges à la fois. Mais selon la plainte, Google a truqué ce système pour acheminer les demandes vers son propre central, même lorsqu'un concurrent avait soumis une offre plus élevée. Google aurait donné à cette stratégie le nom de code d'un personnage des films Star Wars.

L'Arkansas, l'Idaho, l'Indiana, le Kentucky, le Mississippi, le Missouri, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud et l'Utah ont signé l'action en justice menée par le Texas. Certains États collaborateurs auraient abandonné les poursuites après que plusieurs membres du personnel du Bureau de Paxton l'aient accusé d'avoir accepté des pots-de-vin, ce qui a déclenché une crise plus large au sein du Bureau de l'État.

Selon la plainte, Google a réduit ses frais à près de zéro pour acquérir une position dominante parmi les éditeurs, a utilisé des astuces trompeuses pour négocier des transactions entre éditeurs et annonceurs, et a obtenu des frais élevés des deux parties pour jouer les arbitres. Dans la vidéo postée sur Twitter, le procureur général du Texas a déclaré : « Si le marché libre était un jeu de baseball, Google se positionnerait comme le lanceur, le batteur et l'arbitre ».


Des allégations sans fondement, selon Google

Google est le numéro 1 sur le marché des annonces numériques. La plainte se concentre sur la publicité par affichage, les images, le texte et les vidéos qui payent souvent pour des sites Web comme les actualités, les sports, les blogs et les petits sites de commerce électronique. Dans une déclaration, Google a dit qu'il contesterait les allégations, qu'il a qualifiées de « déclarations sans fondement », en citant ses récentes baisses de prix et d'honoraires.

« Les allégations du procureur général Paxton concernant la technologie publicitaire sont sans fondement, mais il est allé de l'avant en dépit de tous les faits », a déclaré un représentant de la société. « Nous avons investi dans des services publicitaires de pointe qui aident les entreprises et profitent aux consommateurs. Les prix de la publicité numérique ont chuté au cours de la dernière décennie. Les honoraires des publicitaires sont également en baisse. Les tarifs de Google sont inférieurs à la moyenne du secteur. Ce sont les caractéristiques d'un secteur hautement compétitif », a poursuivi le porte-parole de Google.

Les ventes d'annonces de Google représentent plus de 80 % des revenus d'Alphabet, selon Reuters. Mais la plupart des ventes et la majeure partie des bénéfices d'Alphabet proviennent de l'opération à forte marge de Google qui consiste à placer des annonces textuelles au-dessus des résultats de recherche. L'activité visée dans la plainte (le placement d'annonces sur des applications et des sites Web partenaires) importe beaucoup moins à Google, selon Reuters.

Dans son dernier rapport financier, Alphabet a fait état de recettes publicitaires numériques trimestrielles de 37,1 milliards de dollars.

Sources : Wall Street Journal, Procureur Général du Texas

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de l'entente entre Google et Facebook sur le marché de la publicité ?
6  0 
Avatar de Madmac
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/12/2020 à 23:48
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
Un démantèlement entraînerait forcement une perte de leadership pour les USA.

Si ils en sont pas stupides, ils ne tueront leur vache à lait... une très grosse amande semblerait bien plus censée !!
C'est effectivement un aspect du problème. Mais pour les Républicains, Google est particulièrement un problème: Pendant la campagne électorale, Google a censuré les articles relatifs à Hunter Biden. Et au système de fraude de la famille Biden. Cela risque de revenir à la figure des dirigeants d'Alphabet.
1  0