IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le procureur général du Texas annonce une enquête antitrust contre Google,
Alors que 30 autres États américains prévoient d'autres mesures antitrust contre la société

Le , par Stan Adkens

234PARTAGES

5  0 
Les malheurs de la Silicon Valley s'aggravent alors que le nombre de procès contre les géants de la technologie augmente progressivement. La domination des grandes entreprises numérique sur un large éventail de marchés au centre de la vie quotidienne des consommateurs est de plus en plus surveillée aux États-Unis. Mercredi, le Texas et neuf autres États dirigés par les républicains ont intenté un procès antitrust contre Google en raison de son pouvoir sur le marché des technologies publicitaires, ouvrant ainsi un second front contre le géant de la recherche qui pourrait conduire à sa dissolution.

La poursuite, déposée devant la cour fédérale de Sherman, au Texas, vise à forcer Google à vendre certaines parties de son activité et à payer des amendes pour violation de plusieurs lois d'État. Il est allégué que Google a « effrontément » manipulé ses outils d'achat et de vente de publicité, ses algorithmes et autres produits publicitaires pour s'assurer un maximum de profits et exclure injustement des concurrents potentiels.


« Ce Goliath de l'entreprise utilise son pouvoir pour manipuler le marché, détruire la concurrence et vous nuire, vous, le consommateur », a déclaré le procureur général du Texas, Ken Paxton, dans une vidéo publiée sur le compte Twitter vérifié du Bureau de du procureur. « Ces actions nuisent à chaque personne en Amérique ». Paxton affirme également dans la vidéo que la société a « utilisé à plusieurs reprises son pouvoir monopolistique pour contrôler les prix » dans les annonces en ligne. « Il n'est pas juste que Google puisse nuire aux pages Web que vous visitez et lisez », poursuit Paxton.

Dans quelques détails, le procès allègue que Google a utilisé son pouvoir de marché pour saboter les « enchères d'en-tête », une pratique qui permet aux annonceurs d'acheminer une seule requête sur plusieurs bourses à la fois. « Google considère que la promotion d'une véritable concurrence par les enchères d'en-tête constitue une menace majeure », affirme la plainte, en citant des communications internes obtenues dans le cadre de l'enquête.

Google a finalement adopté cette pratique, permettant à son serveur d'annonces d'acheminer des requêtes par le biais de plusieurs échanges à la fois. Mais selon la plainte, Google a truqué ce système pour acheminer les demandes vers son propre central, même lorsqu'un concurrent avait soumis une offre plus élevée. Google aurait donné à cet effort le nom de code d'un personnage des films Star Wars, bien que le nom du personnage en question soit censuré dans la plainte publiée.

L'Arkansas, l'Idaho, l'Indiana, le Kentucky, le Mississippi, le Missouri, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud et l'Utah ont signé le procès mené par le Texas. Certains États collaborateurs auraient abandonné les poursuites après que plusieurs membres du personnel du Bureau de Paxton l'aient accusé d'avoir accepté des pots-de-vin, ce qui a déclenché une crise plus large au sein du Bureau de l'État.

Selon le procès, Google a réduit ses frais à près de zéro pour acquérir une position dominante parmi les éditeurs, a utilisé des astuces trompeuses pour négocier des transactions entre éditeurs et annonceurs, et a obtenu des frais élevés des deux parties pour jouer les arbitres. Dans la vidéo postée sur Twitter, le procureur général du Texas a déclaré : « Si le marché libre était un jeu de baseball, Google se positionnerait comme le lanceur, le batteur et l'arbitre ».

Le Taxas accuse également Google de travailler avec Facebook. Les deux sociétés se font une concurrence acharnée dans la vente d'annonces sur Internet et, ensemble, s'emparent de plus de la moitié du marché mondial, selon Reuters. « Comme le révèlent des documents internes à Google, Google a cherché à tuer la concurrence et l'a fait par une série de tactiques d'exclusion, y compris un accord illégal avec Facebook, sa plus grande menace concurrentielle potentielle », déclare le procès.


Des allégations sans fondement, selon Google

Google est le numéro 1 sur le marché des annonces numériques. Le procès de mercredi se concentre sur la publicité par affichage, les images, le texte et les vidéos qui payent souvent pour des sites Web comme les actualités, les sports, les blogs et les petits sites de commerce électronique. Dans une déclaration, Google a dit qu'il contesterait les allégations, qu'il a qualifiées de « déclarations sans fondement », en citant ses récentes baisses de prix et d'honoraires.

« Les allégations du procureur général Paxton concernant la technologie publicitaire sont sans fondement, mais il est allé de l'avant en dépit de tous les faits », a déclaré un représentant de la société. « Nous avons investi dans des services publicitaires de pointe qui aident les entreprises et profitent aux consommateurs. Les prix de la publicité numérique ont chuté au cours de la dernière décennie. Les honoraires des publicitaires sont également en baisse. Les tarifs de Google sont inférieurs à la moyenne du secteur. Ce sont les caractéristiques d'un secteur hautement compétitif », a poursuivi le porte-parole de Google.

Les ventes d'annonces de Google représentent plus de 80 % des revenus d'Alphabet, selon Reuters. Mais la plupart des ventes et la majeure partie des bénéfices d'Alphabet proviennent de l'opération à forte marge de Google qui consiste à placer des annonces textuelles au-dessus des résultats de recherche. L'activité visée mercredi - le placement d'annonces sur des applications et des sites Web partenaires - importe beaucoup moins à Google, selon Reuters.

Dans son dernier rapport financier, Alphabet a fait état de recettes publicitaires numériques trimestrielles de 37,1 milliards de dollars. Les actions d'Alphabet ont terminé en baisse de 0,2 %, à 1 757,19 dollars, mercredi. Les actions de Facebook, qui ont brièvement été négatives après la publication des détails du procès au Texas, ont inversé les pertes et ont terminé sans grand changement, d’après Reuters.

Le procès a lieu alors que les grandes entreprises technologiques et leur domination sur un large éventail de marchés au centre de la vie quotidienne des consommateurs font l'objet d'une surveillance accrue par les autorités de régulation. Le panel antitrust du House Judiciary a appelé à une refonte des lois antitrust, et la FTC et un groupe de procureurs généraux de l'État ont poursuivi Facebook la semaine dernière en demandant son démantèlement.

Cette dernière action en justice est distincte d'une affaire antitrust que le ministère de la Justice et 11 procureurs généraux d'État ont déposée en octobre dernier au sujet du pouvoir de Google sur le marché de la recherche en ligne. Paxton, ainsi que dix autres procureurs généraux, se sont joints à un procès intenté par le DOJ contre la société, qui accusait le géant de l’Internet d'un milliard de dollars d'utiliser illégalement son pouvoir de marché pour entraver ses rivaux.

Et d'autres problèmes pourraient survenir dès ce jeudi, alors qu'un autre groupe d'États, dirigé par le Colorado et le Nebraska, se prépare à déposer une plainte supplémentaire contre Google pour sa domination sur le marché de la recherche.

30 États américains prévoient d’autres mesures antitrust contre Google

Google d'Alphabet Inc devrait être poursuivi pour comportement anticoncurrentiel jeudi par un autre groupe de procureurs généraux, selon Reuters qui cite deux personnes connaissant bien le dossier. Comme la plainte déposée par le ministère de la Justice en octobre, ce groupe d'au moins 36 procureurs généraux des États et territoires, qui est bipartite, accusera Google de violer la loi antitrust pour maintenir sa domination dans la recherche en ligne, selon l'une des sources.

Le nouveau procès devrait porter sur la manière dont Google utilise un comportement anticoncurrentiel pour accroître son pouvoir de marché dans des domaines de produits émergents, tels que les haut-parleurs intelligents pour la maison ainsi que les logiciels pour les voitures et les téléviseurs.

Les éditeurs en ligne, dont Genius Media Group et le site d'information The Nation, ont allégué mercredi, dans un procès antitrust distinct, qui vise à obtenir le statut de recours collectif, selon Reuters, qu'ils ont perdu des revenus en raison de la domination de Google dans les annonces en ligne. Ils demandent à Google de se défaire d'une partie de son activité de publicité.

Les actions de cette semaine augmentent les enjeux juridiques pour Google. Si elles aboutissent, cette série d'actions pourrait amener Google à payer des amendes, à se retirer de certaines affaires ou à restructurer ses accords de longue date avec ses partenaires.

Sources : La plainte du procureur général du Texas, Tweet

Et vous ?

Que pensez-vous des arguments du procureur général du Texas dans son annonce d’une enquête antitrust contre Google ?
Les allégations du procureur général du Texas sont sans fondement, selon Google. Quels commentaires en faites-vous ?
Google devrait-il se séparer de certaines de ses affaires étant donné le nombre croissant de procédures antitrust à son encontre ?

Voir aussi :

La FTC poursuit Facebook pour monopolisation illégale, le procès pourrait forcer l'entreprise à se séparer de WhatsApp et d'Instagram, une action distincte est aussi intentée par 48 États
La FTC émet des demandes d'informations à neuf services de médias sociaux et de streaming vidéo, cherchant à comprendre ce qu'ils font des données des utilisateurs
Antitrust : les USA pourraient poursuivre Google en justice dès la semaine prochaine, le DOJ cherche à obtenir le soutien des États, Google pourrait faire face à un bloc très difficile à affronter
50 États et territoires américains annoncent une vaste enquête antitrust sur Google, pendant que Facebook fait l'objet d'une enquête sur sa position dominante dans l'industrie des réseaux sociaux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Waikiki
Membre actif https://www.developpez.com
Le 12/04/2021 à 14:29
Google favorise sa principale source de revenue, Apple favorise ses applications sur l'App Store, Amazon copie les produits les plus vendeurs sur sa plateforme, Microsoft a tout fait pendant des année pour imposer son OS sur les pc, Facebook utilise les données générées sur ses plateformes pour faire du profit.

Y en a vraiment qui sont encore étonnés par de telles annonces ? les GAFAM n'ont jamais été des sociétés philanthropiques et ce n'est pas prêt d'arriver.
9  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/04/2021 à 11:48
"Google a manipulé son système d'enchères publicitaires pour favoriser ses propres annonces
De la manipulation chez "Gogol"? Mais qui peut le croire?

Il est intéressant de constater ce qui se passe au niveau du référencement naturel.

Depuis plusieurs années, on constate chez nos clients que les prises de contact via les formulaires de leur sites internet ne se font pas tout au long de l'année: Aucun contacts reçus pendant l'année, sauf 2 ou 3 périodes d'une durée de une semaine où se regroupent toutes les prises de contacts de l'année.

Hasard me direz-vous? Biais statistiques?

Mon avis est plutôt que ces clients qui croient avoir un bon référencement chez "gogol" les plaçant dans les 1er résultats de recherche ne le sont en réalité que périodiquement: Ils sont affichés en début des résultats de recherche que durant 2-3 semaines par an et le reste du temps ils se retrouvent déclassés!
3  0 
Avatar de pemmore
Membre actif https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 13:48
et je reviens toujours à Google, les autres sont d'un incompétance grave, incapables de sortir des données pointues qui sont malgré tout sur la toile et disponibles, sous Mozilla j'utilise quant, souvent même pas la moindre réponse, ou une page pas plus.
Google est bon, voire tout seul.
2  0 
Avatar de Sylvain_LD
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 16/04/2021 à 18:42
Et dire qu'il y en a qui paie cher pour être en tête de liste alors quand beaucoup de monde paie pour être le premier, forcément il y en a qui ne le sont pas
2  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/10/2021 à 14:36
A l'initiative de quelle entreprise a été décidé la réunion des GAFAM au mois d'août 2019 ? Peut-être les 5 en même temps... Je suis curieux de savoir ça.
Edit : apparemment ce serait Google je viens de relire le passage. 1 coupable et 4 complices dont Apple qui fait de la publicité sur la protection de la vie privée et même un argument de vente. C'est ce qui me sidère le plus dans la news.
2  0 
Avatar de coolspot
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/10/2021 à 14:05
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
A l'initiative de quelle entreprise a été décidé la réunion des GAFAM au mois d'août 2019 ? Peut-être les 5 en même temps... Je suis curieux de savoir ça.
Edit : apparemment ce serait Google je viens de relire le passage. 1 coupable et 4 complices dont Apple qui fait de la publicité sur la protection de la vie privée et même un argument de vente. C'est ce qui me sidère le plus dans la news.
En meme temps si ca peut ouvrir les yeux au gens d'arreter de croire à toutes ses conneries d'entreprise qui protege la vie privée. Ca n'a jamais existé et ca n'existera jamais, il n'y a que nous même pour protéger notre propre vie privée. Aucune entreprise au monde ne protegera votre vie privée et ceux quelque soit les "garantie" qu'elle dit prendre
2  0 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/07/2022 à 17:05
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Un document interne révèle que Google et Facebook sont accusés de favoriser leurs propres produits
afin d’éliminer la concurrence
A ben ça alors, incroyable !
2  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 11:43
Citation Envoyé par schlebe Voir le message
Quand on pense à tout l'argent engranger par les big tech et au peu d'argent gagné par les développeurs du libre
Pour remettre un peu en perspective ce que tu dis, je rappelle, à toutes fins utiles, qu'une proportion non négligeable des interventions dans le noyau linux sont fait par des employés des GAFA, ainsi que pas mal de contirbution dans la majorité des technos open sources à succès, genre python, javascript etc. Sans même parler des outils interne "libérés" par ces boites. Je pense à Cassandra, mais il doit bien y en avoir d'autre.

Bref, l'argent engrangé par les big tech permet est, en parti, bien gagné par les développeurs du libre
1  0 
Avatar de Christian_B
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 27/03/2021 à 12:07
Citation Envoyé par schlebe
Avant, il fallait travailler pour gagner de l'argent
Ça, je crains que ce n'ait presque jamais été vrai (sauf peut-être à remonter au néolithique). Les gens les plus riches et les plus puissants, avec souvent des écarts énormes de revenus et conditions de vie, ont souvent été ceux qui bénéficiaient de privilèges hérités (ex : les nobles de l'Ancien régime) ou ceux qui faisaient travailler les autres à leur profit. Parmi les pires il y avait (et il y a toujours de manière à peine déguisée) les esclavagistes. Et ils n'étaient même pas toujours obligés de diriger. Ils pouvaient se contenter de déléguer et surveiller un peu (certains propriétaires) ou d'engranger les bénéfices (les actionnaires s'ils ne sont pas PDG). Mais il est vrai que le système moderne en réseau mondial accentue et renouvelle le phénomène jusqu'à la caricature.

Les démocrates prévoient de "bombarder" la Big Tech avec une série de projets de loi antitrust
Si le gouvernement américain fait ce qu'il dit (attendons de voir), cela signifie que le pire n'est jamais certain. Google peut faire pression jusqu'à un certain point sur l'Australie ou d'autres pays (ou catégories comme les éditeurs) s'ils agissent isolément. Mais ils ne pourraient pas se permettre de boycotter même partiellement certain services aux Etats-Unis et se mettre à dos leurs clients les plus importants. Trop de gens risqueraient de s'apercevoir qu'après tout on peut se passer de lui et chercher des alternatives. Idem pour les autres GAFA(M).

Ils y a d'autres exemples où ils sont allés trop loin. Par exemple Firefox, de manière plutôt critiquable pour un logiciel libre, donnait l'avantage à Google car celui-ci contribuait financièrement et techniquement à son développement. Mais ils se sont aperçus que Google en profitait pour privilégier Chrome et ralentir Firefox notamment pour certains services dépendant de lui. Depuis ils sont en froid et Google ne figure même plus dans la liste des moteurs recommandés. Il faut l'ajouter si on le veut à partir de la liste complémentaire.
1  0 
Avatar de smarties
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/04/2021 à 11:54
En même temps, si tout le monde suit bien les règles pour être bien référencé, comment tout les sociétés peuvent-elles être en tête du classement ?
Maintenant, en surfant, j'ai l'impression d'avoir les mêmes informations sur différents sites mais présenté et rédigé différemment.
Pour le shopping, la fiche produit est la même pour tous donc comment faire ressortir tel ou tel site en premier ?
1  0