Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon accusé de violation des règles antitrust de l'UE concernant les données du marché,
Une deuxième enquête va déterminer si la société accorde un traitement préférentiel à ses propres offres

Le , par Stan Adkens

19PARTAGES

7  0 
La Commission européenne a formellement accusé Amazon d'utiliser abusivement les données de marchands tiers sur sa plateforme pour obtenir un avantage concurrentiel pour ses propres produits. Cette nouvelle affaire antitrust marque la dernière salve des régulateurs européens contre les entreprises technologiques américaines dominantes. Les autorités antitrust de l'UE ont également ouvert une deuxième enquête sur les pratiques commerciales de la société en matière de commerce électronique.

L'UE a accusé Amazon mardi d'utiliser abusivement les données qu'elle collecte auprès de vendeurs tiers sur sa plateforme de marché, a annoncé aujourd'hui la commissaire européenne Margrethe Vestager. La Commission européenne affirme qu'Amazon utilise « systématiquement » les données non publiques des vendeurs sur le marché pour concurrencer de manière déloyale les vendeurs en France et en Allemagne.


Ces accusations sont le résultat d'une enquête annoncée l'année dernière, qui a examiné comment Amazon utilise les données de vente pour concurrencer les marchands indépendants de la plateforme.

« L'avis préliminaire de la Commission, exposé dans sa communication des griefs, est que l'utilisation de données non publiques sur les ventes sur le marché permet à Amazon d'éviter les risques normaux de la concurrence au détail et de tirer parti de sa position dominante sur le marché de la fourniture de services de marché en France et en Allemagne - les plus grands marchés d'Amazon dans l'UE », lit-on dans le communiqué de la Commission publié ce mardi.

« Nous devons nous assurer que les plateformes à double rôle qui ont un pouvoir de marché, comme Amazon, ne faussent pas la concurrence », a dit la vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Margrethe Vestager, dans une déclaration. Amazon aura l'occasion de répondre à ces allégations dans les semaines à venir, a-t-elle déclaré dans un tweet.


La Commission européenne a enquêté sur le double rôle d'Amazon - en tant que marché pour les commerçants et aussi en tant que vendeur concurrent. Elle s'est penchée sur la manière dont l'entreprise collecte des données sur les concurrents qui vendent sur sa plateforme, offrant tout, de l'électronique aux jouets en passant par l'alimentation et les ustensiles de cuisine. Mme Vestager a déclaré que ses fonctionnaires avaient examiné 80 millions de transactions et 100 millions de produits sur la plateforme d'Amazon pour monter le dossier. Elle affirme qu'Amazon utilise ces informations sensibles, qui montrent ce qui s'avère populaire ou non, pour mieux cibler ses propres produits.

« L'utilisation de ces données permet à Amazon de se concentrer sur la vente des produits les plus vendus et elle marginalise les vendeurs tiers et limite leur capacité à se développer », a déclaré la commissaire européenne chargée de la concurrence Vestager lors d'une conférence de presse. La décision de la Commission intervient à un moment où la pandémie de covid-19 a amplifié le rôle d'Amazon dans l'économie mondiale, avec des ventes en ligne qui s'envolent.

Amazon dit être en occurrence avec de plus gros détaillants dans chaque pays où il opère

Les accusations antitrust s'inscrivent dans le contexte d'une inquiétude à travers l'Europe quant à l'expansion de l'influence d'Amazon, en particulier pendant une pandémie qui a forcé de nombreux détaillants physiques à rester fermés et a mis en évidence la faiblesse de leurs services de commerce électronique. Alors que l'enquête a été annoncée il y a deux ans, les autorités de régulation font aujourd'hui encore plus d'efforts pour garantir des conditions de concurrence équitables à tous les acteurs du commerce électronique.

Dans une déclaration, Amazon a dit qu'il était en désaccord avec les allégations de la Commission, ajoutant qu'il « continuera à faire tous les efforts possibles pour s'assurer qu'il a une compréhension exacte des faits ». « Aucune entreprise ne se soucie davantage des petites entreprises ou n'a fait plus pour les soutenir au cours des deux dernières décennies qu'Amazon », a déclaré la société. « Il y a plus de 150 000 entreprises européennes qui vendent par l'intermédiaire de nos magasins et qui génèrent des dizaines de milliards d'euros de revenus annuels et ont créé des centaines de milliers d'emplois ».

Amazon a également dit que sa plateforme n’est pas la seule sur les marchés où elle se trouve. « Amazon représente moins de 1 % du marché mondial de la vente au détail, et il y a de plus gros détaillants dans chaque pays où nous opérons », a déclaré la société selon Reuters.

Les organismes de surveillance du monde entier, l'Europe en tête, sont confrontés à des défis de la réglementation des grandes technologies, des entreprises qui ont atteint une domination sans précédent dans leur domaine et qui détiennent de vastes quantités de données sur les utilisateurs. Sous la surveillance de Vestager, l'UE a déjà infligé de lourdes amendes à Google et à d'autres entreprises.

Une deuxième enquête va porter sur un éventuel traitement préférentiel des propres offres d'Amazon

La Commission a également annoncé mardi qu'elle ouvrait une deuxième enquête antitrust sur l'entreprise afin de déterminer si elle accorde un traitement préférentiel à ses propres offres de détail et aux vendeurs du marché qui utilisent ses services de logistique et de livraison. Cette enquête portera notamment sur la manière dont Amazon décide du choix du commerçant à qui s'adresser pour utiliser sa "Buy Box".


« Les données sur l'activité des vendeurs tiers ne doivent pas être utilisées au profit d'Amazon lorsque celle-ci agit en tant que concurrent de ces vendeurs », a déclaré Margrethe Vestager. « Les conditions de concurrence sur la plateforme Amazon doivent également être équitables. Ses règles ne doivent pas favoriser artificiellement les propres offres de détail d'Amazon ni avantager les offres des détaillants qui utilisent les services de logistique et de livraison d'Amazon ».

Un nouveau projet de législation de l'Union européenne vise à établir des conditions équitables de concurrence entre les grandes et les petites entreprises en Europe. Baptisée "Digital Services Act", cette nouvelle loi obligera les entreprises comme Amazon à partager des données clients avec d'autres entreprises technologiques, tant qu'elles voudront les utiliser pour leurs propres besoins commerciaux. La loi limitera également la quantité de données que les entreprises seront autorisées à collecter et à utiliser auprès des utilisateurs professionnels.

Ailleurs qu’en Europe, la plateforme Marketplace d'Amazon fait également l'objet d'un examen minutieux depuis des années. Plus particulièrement, au début de l'année, les législateurs fédéraux ont interrogé le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, sur la façon dont la société traite les vendeurs tiers. L'audition faisait suite à un rapport du Wall Street Journal qui affirmait qu'Amazon utilisait les données des vendeurs indépendants sur sa plateforme pour développer et lancer des produits concurrents.

En réponse à l'enquête de la WSJ, Amazon a déclaré que si elle utilise « les données relatives aux ventes et aux magasins pour offrir à ses clients la meilleure expérience possible », elle interdit à ses employés d'utiliser « des données non publiques et spécifiques aux vendeurs pour déterminer quels produits de marque privée lancer ». Cependant, lors de l'audition antitrust des États-Unis en juillet, Bezos a déclaré qu'il ne pouvait pas garantir que cette politique n'avait jamais été violée.

En août, des signes avant-coureurs ont montré que l'enquête américaine entrait dans une nouvelle phase après la publication de rapports, indiquant que les procureurs généraux de New York et de Californie, ainsi que la Commission fédérale du commerce, prévoyaient d'enquêter sur la plateforme d'Amazon. Un autre géant américain de la technologie Google a été accusé le mois dernier par le ministère de la Justice de protéger illégalement son monopole sur le marché de la recherche à coups de milliards de dollars.

Certains pays européens ont également mené leurs propres enquêtes. L'année dernière, le jour même où l'UE a annoncé son enquête, Amazon a accepté de modifier ses conditions de service pour les commerçants tiers en réponse à une enquête des régulateurs allemands. La société a notamment accepté de donner aux vendeurs un préavis de 30 jours et une raison avant de les retirer de sa plateforme, a rapporté Reuters.

Le communiqué de presse de l'UE indique qu'il n'y a pas de délai légal pour la conclusion de son enquête antitrust. Toutefois, si Amazon est reconnue coupable, le Wall Street Journal note qu'Amazon pourrait se voir infliger une amende pouvant aller jusqu'à 10 % de son revenu mondial annuel. Cela se traduit par environ 28 milliards de dollars si l'on considère ses revenus en 2019.

Source : Commission européenne

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Selon vous, quels changements interviendront sur le marché de vente en ligne en Europe si Amazon est reconnue coupable des accusations antitrust ?
Pensez-vous qu’Amazon partagera ses données avec les petits commençants ?

Voir aussi :

L'UE s'apprête à lancer un marché de données à caractère personnel au sein duquel les citoyens seront payés pour partager, dans le cadre d'un changement radical de stratégie de gouvernance
Le Commissaire européen au Marché intérieur exclut toute interdiction de TikTok en Europe, même s'il comprend les inquiétudes de Donald Trump, notamment concernant les données
L'UE va lancer un "Cloud industriel" de 10 milliards d'euros pour rivaliser avec les États-Unis, et dynamiser le secteur du Cloud Computing
L'UE veut limiter les applications qu'Apple et Google préinstallent sur votre téléphone, de sorte que vous ayez le choix de les installer vous-mêmes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 21:06
Toutefois, si Amazon est reconnue coupable, le Wall Street Journal note qu'Amazon pourrait se voir infliger une amende pouvant aller jusqu'à 10 % de son revenu mondial annuel. Cela se traduit par environ 28 milliards de dollars si l'on considère ses revenus en 2019.
Aïe! Cela va faire trembler les actionnaires de Amazon!

L'amende sera payée avec le bénéfice de Amazon accumulé entre le 1er et le 15 janvier de l'année suivante!

L'UE, c'est l'histoire du "roi est nu"... Beaucoup de gesticulations, beaucoup de froncements de sourcils et de discours mais au final... Rien!

L'UE, c'est un ventilateur... qui ne fait pas d'air!
1  0