Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

JEDI : le Pentagone va « reconsidérer » certaines parties du contrat controversé de 10 milliards de dollars,
« en réponse aux autres défis techniques présentés par AWS », d'après un dépôt judiciaire

Le , par Stan Adkens

25PARTAGES

3  0 
Des documents judiciaires révèlent que le ministère de la Défense veut « reconsidérer certains aspects » de sa décision d'attribuer à Microsoft le contrat du Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI), un contrat de 10 milliards de dollars tant convoité dans le milieu des fournisseurs américains des services cloud computing. Le dernier développement juridique dans l’affaire fait partie de la protestation d'Amazon concernant le prestigieux contrat d'informatique en nuage. Amazon avait affirmé que les ressentiments personnels du président Donald Trump envers Amazon et son PDG Jeff Bezos ont influencé de manière inappropriée le résultat du concours JEDI.

Amazon Web Services a poursuivi le gouvernement fédéral après que Microsoft se soit révélé être le vainqueur du contrat JEDI l'année dernière. Dans un nouveau dépôt à la Cour américaine des réclamations fédérales, le DoD a déclaré jeudi qu'il « souhaite reconsidérer sa décision d'attribution en réponse aux autres défis techniques présentés par Amazon Web Services ». Les avocats du gouvernement américain ont demandé à un juge fédéral d'accorder au Pentagone « 120 jours pour reconsidérer certains aspects de la décision de l'agence contestée ». Le DoD souhaite examiner plus particulièrement une question liée aux « offres des marchés en ligne ».


Le contrat JEDI implique la refonte de l'infrastructure technologique du DoD, permettant à différentes branches de l'armée de partager des informations sensibles dans le cloud, tout en intégrant la technologie de l'intelligence artificielle. De nombreuses entreprises informatiques fournisseurs de services cloud computing figuraient sur la liste initiale des fournisseurs potentiels, dont Oracle et IBM. En avril, le DoD a réduit la liste des candidats finalistes au contrat à Amazon AWS et Microsoft Azure. Les observateurs de l'industrie pensaient généralement qu'Amazon allait l'emporter et ont été surpris lorsque Microsoft a remporté la victoire en octobre.

En novembre, Amazon a exprimé son intention d’intenter une action en justice pour tenter de faire annuler la décision d’attribution du contrat à Microsoft, affirmant que la querelle de longue date entre le président Trump et le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, l'avait amené à s'impliquer et à influencer indûment les responsables du Pentagone pour qu'ils attribuent le contrat à Microsoft.

En décembre, Amazon a officiellement porté plainte, alléguant que Microsoft avait obtenu le contrat non pas grâce à une plateforme ou une offre supérieure, mais plutôt en raison de « la pression inappropriée du président Donald J. Trump, qui a lancé des attaques publiques et en coulisses répétées pour détourner le contrat JEDI d'AWS afin de nuire à son ennemi politique présumé, Jeffrey P. Bezos, fondateur et PDG de la société mère d'AWS, Amazon.com, et propriétaire du Washington Post ».

Amazon a demandé et obtenu une injonction préliminaire interdisant au DoD d'aller de l'avant avec le projet tant que la contestation juridique est en cours. Le mois dernier, un juge fédéral a émis une injonction préliminaire empêchant Microsoft et le Pentagone de poursuivre les travaux sur le contrat en attendant l'issue de la contestation judiciaire d'Amazon.

Dans l’ordonnance qui a été rendue publique plus tôt ce mois, la juge Patricia Campbell-Smith a estimé qu'Amazon semble susceptible de gagner son procès sur le fond. Non seulement le dossier semble soutenir l'affirmation d'Amazon selon laquelle le DoD a commis des erreurs dans certains jugements techniques et tarifaires lors de sa décision, a écrit Campbell-Smith, mais il semble également soutenir l'affirmation d'Amazon selon laquelle la décision était due à un préjudice injustifié.

Dans le nouveau dépôt, on peut lire « Le DoD n'a pas l'intention de mener des discussions avec les offrants ou d'accepter des révisions de propositions concernant tout aspect de la sollicitation autre que le scénario de prix ».

Amazon s’attend à des mesures correctives complètes, justes et efficaces qui isolent totalement toute influence politique

« Nous sommes heureux que le DoD ait reconnu les problèmes "substantiels et légitimes" qui ont affecté la décision d'attribution du JEDI, et que des mesures correctives soient nécessaires », a dit un porte-parole d'AWS dans une déclaration. « Nous attendons avec impatience des mesures correctives complètes, justes et efficaces qui isolent totalement la réévaluation de l'influence politique et corrigent les nombreux problèmes qui ont affecté l'attribution défectueuse initiale », a déclaré le porte-parole d'Amazon dans un communiqué envoyé par e-mail à Reuters.


Une porte-parole du Pentagone, Rachel VanJohnson, a déclaré à Washington Post que le processus d'évaluation des offres était « juste et impartial ». « Bien que nous ne soyons pas d'accord avec la décision de la Cour, nous devons traiter les conclusions de l'ordonnance de la Cour dans le but de garantir que nos combattants obtiendront cette technologie urgente et indispensable aussi rapidement et efficacement possible », a-t-elle déclaré. « En tant que tel, le ministère a déterminé que la meilleure et la plus efficace voie à suivre est de procéder à une réévaluation des propositions afin de répondre aux préoccupations notées par la Cour ».

Quant à Microsoft, un porte-parole Frank Shaw a déclaré dans un communiqué que la société soutenait la décision du Pentagone :

« Nous pensons que le ministère de la Défense a pris la bonne décision lorsqu'il a attribué le contrat ». « Cependant, nous soutenons leur décision de reconsidérer un petit nombre de facteurs, car c'est probablement le moyen le plus rapide de résoudre tous les problèmes et de fournir rapidement la technologie moderne nécessaire aux gens au sein de nos forces armées. Tout au long de ce processus, nous nous sommes attachés à écouter les besoins du DoD, à fournir le meilleur produit et à nous assurer que rien de ce que nous avons fait ne retarde le processus d'acquisition. Nous n'allons pas changer cette approche maintenant ».

« En deux ans, le DoD a examiné des dizaines de facteurs et de sous-facteurs et a constaté que Microsoft était égal ou supérieur à AWS pour chaque facteur. Nous restons convaincus que la proposition de Microsoft était technologiquement supérieure, qu'elle continue à offrir le meilleur rapport qualité-prix et qu'elle est le bon choix pour le DoD », a-t-il ajouté.

Un commentateur qui dit avoir déjà travaillé avec les deux concurrents s’est aligné sur les arguments de Microsoft. « Je dirais que pour une raison ou une autre, le choix de Microsoft est beaucoup plus logique ». Avant d’ajouter que « Certes, AWS est peut-être plus "flexible" pour les cas d'utilisation, mais la rigueur d'Azure est sacrément bonne, et il est assez robuste et avec de très bons outils ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

Source : Motion de renvoi volontaire du DoD

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision du DoD de reconsidérer certaines parties du contrat ?
Pensez-vous que cette motion de renvoi volontaire pourrait conduire à la modification de la décision initiale d’attribution de JEDI à Microsoft ?

Lire aussi

Contrat JEDI : un juge fédéral estime qu'Amazon Web Service est « susceptible de l'emporter sur le fond », concernant un de ses arguments dans l'affaire qui l'oppose à Microsoft
Contrat JEDI : Amazon Web Services voudrait appeler Donald Trump à la barre, suite à l'attribution du contrat de plusieurs milliards de dollars sur le cloud à Microsoft
Satya Nadella, PDG de Microsoft, explique pourquoi Microsoft a remporté le contrat JEDI de 10 milliards de dollars pour le cloud, son leadership en matière de cloud hybride serait la raison
Contrat JEDI avec le Pentagone : Amazon porte officiellement plainte pour contester la décision, d'attribuer le contrat sur le cloud de 10 milliards de dollars à Microsoft

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/04/2020 à 13:19
Contrat JEDI : une enquête au sein du ministère de la Justice a conclu que Donald Trump n'a pas eu d'influence,
sur l'attribution du contrat sur le cloud de 10 milliards de dollars à Microsoft

Il n’y a aucune preuve que la décision controversée du Pentagone d'attribuer un contrat cloud JEDI de 10 milliards de dollars à Microsoft Corp. était le résultat d'une ingérence du président Donald Trump et/ou de membres de son administration. C’est la conclusion d’une enquête interne au ministère de la Défense. Notons toutefois que la Maison-Blanche a refusé de coopérer à l’enquête.

Le rapport de 317 pages publié mercredi par le bureau de l'inspecteur général a également révélé que donner le contrat JEDI à une seule entreprise (en l’occurrence Microsoft) plutôt que de le diviser entre concurrents était « conforme aux normes d'acquisition applicables ».

Alors que le projet Joint Enterprise Defence Infrastructure a été vivement contesté par les entreprises technologiques rivales dès le départ, le projet a suscité une plus grande attention lorsque Trump a publiquement exprimé sa préoccupation quant à l'hypothèse selon laquelle le contrat irait à Amazon.com Inc.

Après que Microsoft ait remporté le duel final face à Amazon Web Services, l'unité des services cloud d'Amazon, cette dernière a déposé une plainte alléguant que l'ingérence politique de Trump avait coûté à la société l'accord sur le cloud. Amazon a déclaré dans sa plainte que le ministère de la Défense n'avait pas jugé équitablement son offre parce que Trump considérait le chef de la direction d'Amazon, Jeff Bezos, comme son « ennemi politique ».

Dans son rapport, le bureau de l'inspecteur général a déclaré : « Nous pensons que les preuves que nous avons reçues montrent que le personnel du DoD qui a évalué les propositions de contrat et a attribué à Microsoft le contrat JEDI Cloud n'a fait l'objet d'aucune pression concernant sa décision d'attribuer le contrat par les dirigeants du DoD. plus haut placé dans leur hiérarchie, qui pourraient avoir communiqué avec la Maison-Blanche ».

Mais le rapport indique également que la Maison-Blanche a limité sa coopération avec l'enquête. L'inspecteur général a déclaré que le fait de brandir un « privilège de communication présidentiel » avait pour conséquence que l'avocat général du ministère de la Défense avait ordonné aux responsables « de ne pas répondre à nos questions sur les communications potentielles entre la Maison-Blanche et les responsables du DoD à propos de JEDI ».


Les différentes réactions

Alors que le procès d'Amazon est toujours devant les tribunaux, le ministère de la Défense a déclaré que les conclusions de l'inspecteur général étaient justifiées.

« Ce rapport devrait enfin fermer la porte aux médias et aux attaques des entreprises contre les responsables qui ont travaillé sans relâche pour mettre l'environnement cloud JEDI si nécessaire entre les mains de nos combattants de première ligne tout en continuant à protéger les contribuables américains », a déclaré le lieutenant-colonel Robert Carver, porte-parole du Pentagone, dans un communiqué.

Le porte-parole de Microsoft, Frank Shaw, a déclaré dans un communiqué que « le rapport indique clairement que le DoD a mis en place un processus d'approvisionnement approprié ».

Jon Palmer, avocat général adjoint de Microsoft, basé à Redmond, dans l'État de Washington, a déclaré dans un billet de blog qu'Amazon « avait misé et perdu. Faut-il autoriser Amazon à effectuer une reprise sur JEDI ? »

Le porte-parole d'Amazon, Drew Herdener, a déclaré mercredi soir que les conclusions de l'inspecteur général ne disent « rien sur le bien-fondé de cette attribution – du contrat à Microsoft -, qui, nous le savons, est très discutable ».

Amazon a demandé à la Cour américaine des réclamations fédérales d'exiger que le Pentagone élargisse la portée d'une réévaluation que le gouvernement a demandée après qu'un juge a déclaré que le ministère de la Défense avait peut-être mal évalué une partie de la proposition de prix de Microsoft pour les travaux.

Mais le Project on Government Oversight, un groupe de défense, a déclaré que les conclusions de l'inspecteur général soulignent que le contrat JEDI était criblé de problèmes éthiques et de l'apparence d'une influence indue de Trump.

« Ajoutez à cela le refus inapproprié de la Maison-Blanche de participer à l'enquête de l'inspecteur général, et nous avons un gâchis de 10 milliards de dollars », a déclaré Scott Amey, l'avocat général du groupe, dans un communiqué.

Le Pentagone a déclaré que JEDI, avec son acronyme inspiré de Star Wars, est destiné à conduire la technologie militaire américaine à l'ère moderne. Le ministère de la Défense investit dans des services cloud commerciaux, qui hébergent la puissance de calcul et le stockage dans des centres de données distants, pour améliorer la sécurité des données et accélérer le partage en temps réel des informations entre les militaires. Le contrat est évalué à 10 milliards de dollars.


L'inspecteur général a examiné les allégations concernant des plaintes selon lesquelles d'anciens employés ayant des liens avec Amazon pourraient avoir structuré l'accord en faveur de l'entreprise, ainsi que l'affirmation selon laquelle Amazon a perdu à cause de l'antipathie de Trump envers Bezos, qui est également propriétaire du Washington Post.

Le procès d'Amazon cite un livre de Guy Snodgrass, un rédacteur de discours de l'ancien secrétaire à la Défense Jim Mattis, qui allègue que Trump a dit à Mattis en 2018 de « visser Amazon » et de l’éjecter de l'offre. Mattis n'a pas fait ce que Trump a demandé, a écrit Snodgrass.

Le bureau de l'inspecteur général a déclaré que Mattis ne se souvenait pas si Trump avait fait ce commentaire, mais il a déclaré: « Je connaissais son mécontentement vis-à-vis d'Amazon ». Mattis a également déclaré à l’inspecteur que le livre de Snodgrass était « plein d'inexactitudes ».

Accusations d'Oracle

Le bureau de l'inspecteur général du Pentagone a également examiné les allégations, révélées par Oracle Corp. dans une action en justice contestant les termes de la sollicitation de contrat. Oracle a déclaré que l'offre était faite sur mesure pour Amazon et était fatalement entachée de conflits d'intérêts entre le ministère de la Défense et le géant du commerce électronique.

Selon la plainte, au moins deux anciens employés du ministère de la Défense se sont vu proposer un emploi chez Amazon tout en travaillant sur le contrat. Oracle fait appel d'une décision de juillet de la Cour fédérale des revendications des États-Unis qui a rejeté sa contestation judiciaire du contrat cloud.

Dans un cas, l'inspecteur général a conclu que Deap Ubhi - un ancien employé d'Amazon qui est rapidement retourné dans l'entreprise - a violé la réglementation des achats en raison de ses « fausses déclarations et de son omission de divulguer ses négociations d’emploi chez Amazon ainsi que son acceptation de cet emploi ».

Mais l’inspecteur a ajouté que « les contributions minimales et limitées d'Ubhi ont été largement rejetées et n'ont pas affecté la conduite ou les résultats de l'approvisionnement JEDI Cloud ».

L'inspecteur général a également conclu que Stacy Cummings, sous-secrétaire adjointe à la défense, avait enfreint les règles d'éthique lorsqu'elle avait participé à une affaire liée à l'approvisionnement alors qu'elle possédait des stocks chez Microsoft d'une valeur comprise entre 15 001 $ et 50 000 $ mais que sa participation n'avait pas influencé la décision.

L’inspecteur a innocenté deux autres anciens fonctionnaires du Département de la défense - Sally Donnelly, ancienne aide de Mattis, et Anthony DeMartino, qui travaillait également au bureau du secrétaire à la Défense. Tous deux avaient été consultants chez Amazon avant de travailler au département de la Défense.

Source : rapport
9  0