IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Commission européenne conclut que le modèle "pay or consent" de Meta enfreint le DMA en exigeant des utilisateurs qu'ils payent pour protéger leur vie privée
Ou consentent à la collecte de leurs données

Le , par Mathis Lucas

5PARTAGES

4  0 
La Commission européenne affirme que le modèle "pay or consent" ou "pay or OK" (payer ou consentir) proposé par Meta sur Facebook et Instagram n'est pas conforme à la loi sur les marchés numériques (DMA). Elle précise que le nouveau modèle commercial de Meta enfreint le DMA de deux manières différentes. Ces accusations ouvrent la voie à de potentielles amendes pouvant aller jusqu'à 10 % du chiffre d'affaires mondial de Meta. Les Big Tech américains sont dans la tourmente depuis l'entrée en vigueur du DMA et emploient différents stratagèmes afin de s'affranchir de son contrôle ou de contourner les dispositions, parfois très strictes, de la législation.

Meta a lancé en novembre dernier son modèle d'abonnement sans publicité "pay or consent" en réponse à la réglementation européenne sur les marchés numériques. Cette approche exige que les utilisateurs consentent à ce que leurs données soient utilisées à des fins de publicité personnalisées ou qu'ils optent pour une expérience sans publicité basée sur un abonnement. Il coûte 9,99 € par mois pour les utilisateurs des plateformes Web (de Facebook et d'Instagram) et 12,99 € par mois pour les utilisateurs des applications mobiles, ce qui constitue une alternative au modèle classique entièrement basé sur la publicité.

Meta affirme que cette nouvelle politique permet à l'entreprise de se conformer aux réglementations européennes plus strictes en matière de confidentialité des données, mais elle soulève des questions cruciales sur le pouvoir des utilisateurs, l'accessibilité financière et l'avenir d'Internet. Les groupes européens de défense des consommateurs ne sont pas contents et affirment que le consentement sous cette forme n'est pas valablement recueilli. La Commission européenne s'est saisie de l'affaire et a mené une enquête préliminaire sur la nouvelle politique de Meta. Les conclusions préliminaires viennent d'être publiées.


La Commission européenne affirme que le modèle "pay or consent" de Meta n'est pas conforme à la directive sur la protection des données. Elle indique que le modèle de Meta enfreint le DMA de deux manières. Tout d'abord, le modèle ne permet pas aux utilisateurs d'opter pour un service qui utilise moins de leurs données personnelles, mais qui est par ailleurs équivalent au service basé sur des annonces personnalisées. Et deuxièmement, le communiqué de la Commission indique que le modèle ne permet pas aux utilisateurs d'exercer leur droit de consentir librement à la combinaison de leurs données personnelles en ligne.

Elle a déclaré avoir informé Meta de son avis préliminaire selon lequel le modèle lancé par l'entreprise en novembre dernier n'est pas conforme au DMA. « Ce choix binaire oblige les utilisateurs à consentir à la combinaison de leurs données personnelles et ne leur fournit pas une version moins personnalisée, mais équivalente des réseaux sociaux de Meta. Pour garantir la conformité avec le DMA, les utilisateurs qui ne donnent pas leur consentement doivent quand même avoir accès à un service équivalent qui utilise moins de données à caractère personnel, en l'occurrence pour la personnalisation de la publicité », note-t-elle.

Meta doit maintenant examiner les preuves fournies par la Commission et défendre sa politique. L'enquête de la Commission européenne devrait s'achever en mars prochain. Et si la défense de Meta échoue et que les conclusions préliminaires de la Commission devaient être finalement confirmées, la Commission adopterait une décision constatant que le modèle de la société n'est pas conforme à l'article 5, paragraphe 2, du DMA. En cas de non-conformité au DMA, Meta pourrait se voir infliger une amende pouvant aller jusqu'à 10 % de son chiffre d'affaires mondial total. Elle pourrait atteindre 20 % en cas d'infraction répétée.

En outre, en cas de non-respect systématique, la Commission est également habilitée à adopter des mesures correctives supplémentaires, telles que l'obligation pour un contrôleur d'accès (ou un gatekeeper) de vendre une entreprise ou des parties de celle-ci ou l'interdiction pour le contrôleur d'accès d'acquérir des services supplémentaires liés au non-respect systémique. Dans son communiqué, la Commission a déclaré qu'elle poursuit son engagement constructif avec Meta afin d'identifier une voie satisfaisante vers une mise en conformité effective. Cependant, Meta a l'intention de contester les conclusions de l'enquête.

Meta affirme que son nouveau modèle sans publicité a été approuvé par la plus haute juridiction européenne, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), l'année dernière. « L'abonnement sans publicité suit l'orientation de la plus haute cour d'Europe et est conforme au DMA. Nous sommes impatients de poursuivre un dialogue constructif avec la Commission européenne afin de clore cette enquête », a déclaré un porte-parole de Meta. Toutefois, certains critiques ont fait remarquer que l'approbation supposée n'était pas une partie officielle de la décision et que ce cas particulier ne concernait pas la conformité au DMA.

La décision de la CJUE s'inscrivait dans le cadre d'une affaire sur la conformité de Meta avec le règlement général sur la protection des données (RGPD), et non avec le DMA. Dans cette affaire, la CJUE a déclaré qu'en vertu du RGPD, les utilisateurs doivent être libres de refuser individuellement de donner leur consentement à des traitements de données particuliers qui ne sont pas nécessaires pour que Meta puisse fournir ces services, sans être obligés de s'abstenir complètement d'utiliser le service. Ces utilisateurs doivent se voir proposer, moyennant une redevance appropriée si nécessaire, un service approprié.

En d'autres termes, ils doivent se voir proposer une alternative équivalente qui ne s'accompagne pas de tels traitements de données. Meta tente d'appliquer cette logique au DMA en mettant en place ce modèle, ce qui a suscité les protestations de groupes de défense de la vie privée. Selon plusieurs experts, le modèle "pay or consent" de Meta n'offre finalement que l'illusion d'un choix et soulève plusieurs questions essentielles, que l'on peut classer en trois grandes catégories :

Préoccupations en matière de protection de la vie privée

  • un consentement trompeur : les critiques soutiennent que l'option "consentement" de la version gratuite est trompeuse. Les utilisateurs peuvent croire qu'ils refusent toute collecte de données, alors qu'ils sont toujours suivis et profilés, même si c'est à des fins autres que la publicité ciblée. Ce manque de transparence nuit à l'autonomie de l'utilisateur et à la prise de décision éclairée ;
  • limites de la collecte de données : même dans la version payante sans publicité, l'étendue des limites de la collecte de données n'est pas claire. Meta n'a pas fourni d'informations détaillées sur les données collectées et leur utilisation, ce qui suscite des inquiétudes quant à d'éventuelles pratiques de traçage cachées ;
  • érosion des droits fondamentaux : le fait de présenter la protection de la vie privée comme un service payant pourrait normaliser l'idée que la vie privée est un privilège et non un droit fondamental. Cela pourrait conduire à une plus grande érosion de la protection des données et permettre aux entreprises d'exploiter les données des utilisateurs à leur profit.


Obstacles financiers

  • accessibilité et exclusion : le coût de l'abonnement peut exclure les utilisateurs à faible revenu de l'accès sans publicité, créant ainsi un système à deux vitesses où seuls ceux qui en ont les moyens peuvent contrôler pleinement leurs données. Cela soulève des questions d'équité numérique et renforce les inégalités sociales existantes ;
  • la marchandisation de la vie privée : le modèle marchandise la vie privée en la liant à une étiquette de prix. Cela pourrait conduire à une plus grande monétisation des données des utilisateurs et donner la priorité au profit plutôt qu'aux droits des utilisateurs et au contrôle de leurs informations.


Pratiques anticoncurrentielles et pouvoir de marché

  • position dominante et pouvoir de marché : la position dominante de Meta dans le paysage des médias sociaux pourrait lui conférer un avantage déloyal. Si les concurrents sont contraints d'adopter des modèles similaires, cela pourrait étouffer l'innovation et limiter le choix des utilisateurs ;
  • réduction de la concurrence et de l'innovation : le modèle pourrait homogénéiser l'espace en ligne, toutes les plateformes donnant la priorité à la collecte de données et à la monétisation plutôt qu'au respect de la vie privée des utilisateurs et à la diversité des expériences. Cela pourrait étouffer l'innovation et conduire à un environnement en ligne moins vivant et dynamique.


Il ne s'agit là que de quelques-unes des principales préoccupations que suscite le modèle sans publicité de Meta. Les implications à long terme pour la vie privée des utilisateurs, l'égalité en ligne et l'avenir d'Internet restent à voir. Il est essentiel d'avoir des discussions ouvertes et critiques sur ce modèle pour s'assurer qu'il n'érode pas davantage les droits des utilisateurs et ne crée pas un paysage numérique où la vie privée est un luxe, et non un droit fondamental.


Le groupe de défense de la vie privée NOYB a déposé une plainte visant à bloquer le projet de Meta visant à facturer des frais d'abonnement pour se conformer au DMA. NOYB a fait valoir que pour une famille de quatre personnes, la protection des données pourrait bientôt coûter 35 000 euros, soit plus que le revenu moyen d'un travailleur à temps plein dans l'UE. Les critiques pensent qu'il s'agit d'un stratagème de Meta pour étouffer l'esprit du DMA.

« En outre, les chiffres de l'industrie suggèrent que seulement 3 à 10 % des personnes veulent être suivies, mais plus de 99 % décident de ne pas payer lorsqu'elles sont confrontées à des frais de confidentialité », a déclaré NOYB. Thierry Breton, le commissaire européen chargé du marché intérieur, a déclaré dans le communiqué de presse que les conclusions préliminaires représentent une autre étape importante pour assurer la pleine conformité de la Meta avec le DMA.

« Nous prenons une nouvelle mesure importante pour garantir le respect total du DMA par Meta. Notre avis préliminaire est que le modèle "pay or consent" de Meta est contraire au DMA. Le DMA a pour but de redonner aux utilisateurs le pouvoir de décider de l'utilisation de leurs données et de veiller à ce que les entreprises innovantes puissent rivaliser sur un même pied d'égalité avec les géants de la technologie en ce qui concerne l'accès aux données », a-t-il déclaré.

Source : communiqué de la Commission européenne

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'avis de la Commission européenne sur le modèle "pay or consent" de Meta ?
Selon vous, comment Meta va-t-il réagir face aux accusations de la Commission ? Va-t-il abandonner ce modèle ?
Quelles sont les principales préoccupations que pose le modèle commercial "pay or consent" de Meta ?

Voir aussi

La politique "payer ou consentir" de Meta sur Facebook et Instagram est contraire à la loi sur les marchés numériques, obliger les citoyens à payer ou à renoncer à leurs données est illégal d'après l'Europe

Le Conseil européen de la protection de la vie privée a décidé que l'interdiction norvégienne du marketing comportemental par Meta sur Facebook et Instagram deviendra permanente et s'étendra à l'UE

"Pay or Okay" : 1 500 € par an pour protéger votre vie privée en ligne ? Le Comité européen de la protection des données (CEPD) décidera bientôt de l'avenir du consentement libre en ligne

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/07/2024 à 9:26
C'est une excellente nouvelle vu combien Meta s'en met plein les fouilles en volant et exploitant les données personnelles des internautes consentants ou non y compris des internautes n'utilisant pas les services de Meta

en vertu du RGPD, les utilisateurs doivent être libres de refuser individuellement de donner leur consentement à des traitements de données particuliers qui ne sont pas nécessaires pour que Meta puisse fournir ces services, sans être obligés de s'abstenir complètement d'utiliser le service. Ces utilisateurs doivent se voir proposer, moyennant une redevance appropriée si nécessaire, un service approprié.
et si je comprend bien, la conclusion de la commission européenne fait que certains sites comme marmiton qui obligent payer si on refuse les cookies permettant l'exploitation des données personnelles sont donc dans l'illégalité également
3  0 
Avatar de Bigb
Membre averti https://www.developpez.com
Le 04/07/2024 à 14:29

Excellente nouvelle pour les utilisateurs européens ! Ce modèle de "pay or consent" est une stratégie pour Meta de rester dans un statu quo. Mais Personne n'est dupe !

On attend la conclusion de la Commission Européenne concernant le DMA avec impatience !
2  0 
Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/07/2024 à 17:54
Citation Envoyé par fmartini Voir le message
Comme tous les sites du groupe Webedia et leurs fameux Cookies Wall. C'est effectivement pas très CNIL-Friendly. Toutefois, le sujet est assez "compliqué"..
si la conclusion de la Commission Européenne contre Meta venait à être validée et enterrinée ; ce qui n'est pas encore le cas ; elle pourrait contrer la décision du conseil d'état qui devrait alors se conformer à son tour et ce serait la fin des cookie walls.
2  0 
Avatar de fmartini
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/07/2024 à 9:18
Citation Envoyé par shenron666 Voir le message
C'est une excellente nouvelle vu combien Meta s'en met plein les fouilles en volant et exploitant les données personnelles des internautes consentants ou non y compris des internautes n'utilisant pas les services de Meta

et si je comprend bien, la conclusion de la commission européenne fait que certains sites comme marmiton qui obligent payer si on refuse les cookies permettant l'exploitation des données personnelles sont donc dans l'illégalité également
Comme tous les sites du groupe Webedia et leurs fameux Cookies Wall. C'est effectivement pas très CNIL-Friendly. Toutefois, le sujet est assez "compliqué"..

1  0