IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La RIAA accuse les sociétés Suno et Udio de violations massives de droits d'auteur sur des millions de chansons
Pour entraîner illégalement leurs modèles musicaux d'intelligence artificielle

Le , par Stéphane le calme

4PARTAGES

8  0 
Les grandes maisons de disques ont intenté des poursuites contre les entreprises de génération de musique IA Suno et Udio, les accusant d’avoir formé leur technologie IA sur des œuvres non autorisées de certains des plus grands artistes mondiaux. Les plaintes, déposées dans les États du Massachusetts et de New York, ont été portées par la Recording Industry Association of America (RIAA), qui représente les trois plus grandes maisons de disques de l’industrie : Universal Music Group, Sony Music Entertainment et Warner Music Group. Ces trois labels représentent collectivement la plupart des plus grands artistes de l’histoire de la musique pop.

La RIAA réclame des dommages pouvant atteindre 150 000 dollars par chanson contrefaisante. Le cœur du litige porte sur ce qui forme les modèles rendant possible la génération de musique, et sur la question de savoir si l’utilisation de ce matériel est autorisée sans licence. La réponse reste floue, car le droit d’auteur doit encore rattraper la technologie émergente.


Comme d'autres modèles d'IA générative, Udio et Suno s'appuient sur une large sélection d'œuvres d'art existantes créées par l'homme pour enseigner à un réseau neuronal la relation entre les mots d'un message écrit et les styles de musique. Les maisons de disques notent à juste titre que ces entreprises sont restées délibérément vagues sur les sources de leurs données d'apprentissage.

Jusqu'à ce que les modèles d'IA générative se généralisent en 2022, il était courant, dans le domaine de l'apprentissage automatique, de récupérer et d'utiliser des informations protégées par le droit d'auteur sans en demander l'autorisation.

Toutefois, maintenant que les applications de ces technologies sont devenues elles-mêmes des produits commerciaux, les détenteurs de droits sont venus frapper à la porte pour récupérer les droits. Dans le cas d'Udio et de Suno, les maisons de disques réclament des dommages-intérêts légaux pouvant aller jusqu'à 150 000 dollars par chanson utilisée dans l'apprentissage.

Suno et Udio sont deux des générateurs de musique artificielle les plus prometteurs du secteur, capables de créer de la musique, des paroles et des voix en quelques secondes. La RIAA allègue que le générateur d’Udio a créé des chansons avec des ressemblances frappantes avec des morceaux tels que « Billie Jean » de Michael Jackson, « I Get Around » des Beach Boys, « Dancing Queen » d’Abba et « All I Want for Christmas Is You » de Mariah Carey, entre autres. Dans le cas de Suno, la RIAA affirme que le générateur a créé des pistes contenant des portions de chansons telles que « The Thrill Is Gone » de B.B. King, « Great Balls of Fire » de Jerry Lee Lewis, « I Got You (I Feel Good) » de James Brown et « Johnny B. Goode » de Chuck Berry. Cette dernière piste, intitulée « Deep Down in Louisiana Close to New Orle », « reproduit le rythme très distinctif du refrain original et utilise la même forme mélodique sur les phrases "go Johnny, go, go" ».

Les entreprises « n’auraient pas pu construire un modèle capable de produire des fichiers audio aussi similaires aux enregistrements protégés par le droit d’auteur sans l’acte initial de copier ces enregistrements », affirme la plainte. « L’essentiel est que le modèle [des entreprises d’IA] nécessite un vaste corpus d’enregistrements sonores pour produire des fichiers musicaux synthétiques qui sont des imitations convaincantes de la musique humaine », allègue la plainte. « En raison de leur popularité et de leur exposition, les enregistrements protégés par le droit d’auteur devaient être inclus dans les données d’entraînement de Suno pour que le modèle de Suno réussisse à créer les sorties sonores désirées ».

La RIAA affirme que les producteurs ont utilisé les chansons des maisons de disques pour entraîner illégalement les modèles, puisqu'ils n'avaient pas l'autorisation des détenteurs de droits d'utiliser les enregistrements. Mais il n'est pas certain que les entreprises aient eu besoin de cette autorisation. Les entreprises d'intelligence artificielle ont fait valoir que l'utilisation des données d'entraînement relevait de l'usage loyal, ce qui signifie qu'elles sont autorisées à utiliser les enregistrements en toute impunité.

« La communauté musicale a adopté l'IA et nous travaillons déjà en partenariat et en collaboration avec des développeurs responsables pour construire des outils d'IA durables, centrés sur la créativité humaine, qui donnent les rênes aux artistes et aux auteurs-compositeurs », a déclaré Mitch Glazier, président-directeur général de la RIAA, dans un communiqué. « Mais nous ne pouvons réussir que si les développeurs sont prêts à travailler avec nous. Les services sans licence comme Suno et Udio, qui prétendent qu'il est "juste" de copier le travail d'un artiste et de l'exploiter à leur profit sans consentement ni rémunération, font reculer la promesse d'une IA véritablement innovante pour nous tous ».


Des procès contre les entreprises d'IA qui se multiplient

En novembre, Universal Music a intenté une action en justice pour violation du droit d'auteur contre Anthropic pour avoir prétendument inclus des paroles d'artistes dans les données d'entraînement de Claude LLM. En mai, Sony Music a envoyé des lettres d'avertissement à plus de 700 entreprises d'IA (dont OpenAI, Microsoft, Google, Suno et Udio) et services de streaming musical, interdisant à tout chercheur en IA d'utiliser sa musique pour entraîner des modèles d'IA. En avril, plus de 200 artistes musicaux ont signé une lettre ouverte appelant les entreprises d'IA à cesser d'utiliser l'IA pour « dévaloriser les droits des artistes humains ».

À l'instar du procès intenté par le New York Times contre OpenAI au sujet de l'utilisation des données d'entraînement, l'issue du nouveau procès intenté par les maisons de disques pourrait avoir de profondes répercussions sur le développement futur de l'IA générative dans les domaines créatifs, notamment en obligeant les entreprises à octroyer des licences pour toutes les données d'entraînement musicales utilisées dans la création de modèles de synthèse de la musique.

Les licences obligatoires pour les données d'apprentissage de l'IA pourraient rendre le développement de modèles d'IA économiquement irréalisable pour de petites entreprises comme Udio et Sun - et à en juger par la lettre ouverte susmentionnée, de nombreux artistes musicaux pourraient se réjouir de cette issue potentielle. Mais une telle évolution n'empêcherait pas les grandes maisons de disques de développer elles-mêmes leurs propres générateurs de musique à base d'IA, ce qui permettrait aux seules grandes entreprises aux poches bien garnies de contrôler les outils de musique générative dans un avenir prévisible.


Perspectives contradictoires et débats intenses

Les nombreux avis exprimés sur ce sujet soulignent l'intérêt considérable que suscite la question de l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) dans la création musicale. Deborah W.A. Foulkes, du MITI, exprime fermement son opposition à l'idée de remplacer la musique créée par des artistes humains par des productions générées par l'IA.

Pour elle, la connexion émotionnelle entre l'artiste et l'auditeur est une expérience profondément humaine qui ne peut être reproduite par la technologie. Elle souligne que l'IA risque de créer un monde déshumanisé et aliénant, remettant en question la valeur même de notre civilisation. Malgré ces inquiétudes, elle reste déterminée à défendre l'idée que l'IA doit être régulée de manière à servir le bien-être, la créativité et l'épanouissement de l'homme.

En revanche, Chase Emmons adopte un point de vue plus controversé en suggérant que l'IA pourrait effectivement supplanter la musique populaire, mais que la demande pour la musique humaine restera forte en raison de son caractère unique et de son authenticité. Il croit que les artistes humains deviendront encore plus précieux dans un paysage culturel dominé par l'IA.

Albert Fong souligne les préoccupations croissantes de l'industrie musicale face à l'utilisation non autorisée de leur travail par les entreprises d'IA pour former des modèles. Il met en garde contre les conséquences potentielles d'une réglementation inadéquate de l'IA, qui pourrait paralyser les industries créatives ou étouffer l'innovation dans le domaine de l'IA.

David Usher partage son expérience avec la musique générée par l'IA et note les progrès significatifs dans ce domaine. Il exprime à la fois un sentiment de tristesse face à l'avènement de cette technologie et un espoir pour l'avenir, en soulignant la nécessité de trouver des moyens de soutenir la musique humaine dans un paysage numérique de plus en plus saturé par l'IA.


Il est indéniable que l'intelligence artificielle (IA) représente une avancée technologique majeure avec un potentiel considérable pour diverses applications. Cependant, l'utilisation de l'IA dans le domaine de la création artistique suscite légitimement des préoccupations. L'initiative des artistes, menée par des figures telles que Pearl Jam, Nicki Minaj et Billie Eilish, mérite d'être saluée pour avoir soulevé ces questions cruciales.

L'IA générative soulève des problèmes éthiques et juridiques sérieux, notamment en ce qui concerne les droits d'auteur et la reconnaissance du travail artistique. Le fait que des entreprises puissantes utilisent des œuvres protégées par le droit d'auteur sans autorisation pour entraîner des modèles d'IA est inacceptable. Cette pratique non seulement viole les droits des artistes, mais risque également de dévaluer leur travail et de réduire leurs revenus.

L'argument selon lequel l'IA pourrait stimuler la créativité humaine est contestable. En réalité, la prolifération de contenu généré par l'IA pourrait noyer les voix des artistes humains et créer un paysage culturel uniformisé, privant les créateurs de leur individualité et de leur capacité à être rémunérés équitablement pour leur travail.

Les mesures législatives prises, telles que la loi adoptée par le Tennessee pour protéger les musiciens contre l'utilisation commerciale de leur voix générée par l'IA, ainsi que les règles de l'Union européenne sur l'IA, sont des pas dans la bonne direction. Elles reconnaissent l'importance de protéger les droits des artistes et de garantir une rémunération juste pour leur travail.

En définitive, il est impératif que les développeurs, les entreprises technologiques et les plateformes musicales prennent des mesures pour garantir que l'IA est utilisée de manière responsable et respectueuse des droits des artistes. L'initiative des artistes pour défendre leurs droits et promouvoir une créativité authentique et rémunératrice est louable et mérite un soutien continu de la part de l'industrie et des législateurs.

Sources : plaintes (1, 2)

Et vous ?

Comment trouvez-vous l’équilibre entre l’utilisation de l’IA pour générer de la musique et le respect des droits d’auteur ?
Pensez-vous que les créateurs d’IA devraient être tenus de payer des redevances pour les œuvres protégées par le droit d’auteur qu’ils utilisent pour l’entraînement de leurs modèles ?
L’IA peut-elle réellement créer de la musique originale, ou est-elle simplement une imitation des œuvres existantes ?
Quelles sont les limites de la créativité de l’IA en matière de composition musicale ?
Pensez-vous que la musique générée par l’IA pourrait un jour rivaliser avec celle créée par des artistes humains ?
Comment voyez-vous l’évolution de la musique dans un monde où l’IA joue un rôle de plus en plus important ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !