IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

TikTok va porter plainte contre son interdiction potentielle aux États-Unis au nom de la liberté d'expression
Mais le succès d'une action en justice n'est pas garanti

Le , par Stéphane le calme

11PARTAGES

6  0 
TikTok, la plateforme de partage de vidéos appartenant à l’entreprise chinoise ByteDance, a promis de poursuivre en justice le gouvernement des États-Unis suite à la signature par le président Joe Biden d’une législation qui pourrait interdire l’application sur le territoire américain. Cette décision législative donne à ByteDance un délai de neuf mois pour vendre TikTok, avec une possible extension de trois mois si une vente est en cours. TikTok a déjà remporté des victoires juridiques contre d’autres lois aux États-Unis cherchant à interdire l’application, en invoquant le Premier Amendement. Cependant, le succès d’un défi juridique n’est pas garanti, car les tribunaux pourraient donner la priorité aux préoccupations de sécurité nationale sur les droits à la libre expression.

Mercredi, le président Joe Biden a promulgué un projet de loi sur la sécurité nationale qui obligerait TikTok à être vendu par son propriétaire, ByteDance, sous peine d'être interdit aux États-Unis. Quelques minutes plus tard, le PDG de TikTok, Shou Zi Chew, a réagi en publiant une vidéo sur la plateforme, déclarant que « rassurez-vous, nous n'allons nulle part ».

« Ne vous méprenez pas, il s'agit d'une interdiction, d'une interdiction de TikTok et d'une interdiction de vous et de votre voix », déclare Chew dans la vidéo. « Les politiciens peuvent dire le contraire. Mais ne vous y trompez pas. »

La loi signée par Biden donne à ByteDance neuf mois pour vendre TikTok, avec une possibilité de prolongation de trois mois si la vente est en cours. Elle empêcherait également ByteDance de contrôler l'algorithme de TikTok, qui a contribué à la montée en flèche de la popularité de l'application. Dans sa vidéo, Chew laisse entendre que la liberté d'expression sera l'argument de l'entreprise contre l'interdiction, affirmant que l'adoption du projet de loi est « un moment décevant, mais qui n'a pas besoin d'être déterminant ».

« C'est en fait ironique parce que la liberté d'expression sur TikTok reflète les mêmes valeurs américaines qui font des États-Unis un phare de la liberté », poursuit-il. « TikTok donne aux Américains de tous les jours un moyen puissant d'être vus et entendus. À cette fin, Chew cherche également à rassurer les utilisateurs sur le fait que l'application ne va pas disparaître de sitôt et à les inciter à s'exprimer publiquement sur l'importance que TikTok revêt pour eux :

« Vous pourrez toujours profiter de TikTok comme vous l'avez toujours fait. En fait, si vous avez une histoire sur l'impact de TikTok sur votre vie, nous serions ravis que vous la partagiez afin de montrer exactement ce pour quoi nous nous battons », déclare-t-il.

La législation étant désormais en vigueur, ce n'est plus qu'une question de temps avant que TikTok n'intente un procès pour l'arrêter, et le compte à rebours a officiellement commencé. En attendant, ByteDance a jusqu'au 24 janvier 2025 pour trouver un acquéreur, sous peine de voir l'application effacée des utilisateurs américains, à moins qu'un tribunal n'en décide autrement.

« Nous sommes confiants et nous continuerons à nous battre pour vos droits devant les tribunaux », déclare Chew dans la vidéo. « Les faits et la Constitution sont de notre côté et nous espérons l'emporter ».

@tiktoknewsroom

Response to TikTok Ban Bill

♬ original sound - TikTok Newsroom
Elon Musk s'oppose également à la mesure visant à bannir TikTok

Les utilisateurs de TikTok ont exprimé leur déception et leur inquiétude face à la promulgation du projet de loi.

« Nous devons accepter TikTok parce qu'il permet à des personnes ayant des points de vue différents de discuter et de diffuser leurs opinions sur le monde », a déclaré Wyatt Head, 29 ans, au China Daily sur Times Square à New York. « Lorsque je parle sur TikTok, (les gens) peuvent me voir partout dans le monde. C'est incroyable. »

Rami Hosni, 31 ans, un autre utilisateur, a également qualifié la législation d'inconstitutionnelle. « Le contenu est le même partout. ... Si vous interdisez TikTok, vous devez interdire Facebook, YouTube, Instagram, Snapchat - tous. »

Hosni a déclaré que quelques membres du Congrès américain avaient qualifié d'inappropriés certains contenus diffusés sur TikTok. « On peut cacher ces contenus, mais on ne peut pas interdire toute l'application. Les gens l'apprécient. ... Il n'y a rien de dangereux », a-t-il déclaré, ajoutant que les créateurs de contenu perdraient des revenus en cas de vente forcée ou d'interdiction. « Il y a tellement de gens qui gagnent leur vie sur TikTok ».

Lucia Perez, 20 ans, a déclaré que la plateforme de partage de vidéos était utile et ne devrait pas être interdite. « TikTok est une plateforme très utile parce qu'elle est rapide. Si vous voulez chercher quelque chose, c'est comme des vidéos rapides et courtes », a-t-elle déclaré. Perez a déclaré que lorsqu'elle n'était pas occupée, elle passait trois à quatre heures sur TikTok chaque jour. « Les gens perdraient leur emploi, ce serait terrible. ... Beaucoup de gens en vivent. Je veux dire, j'espère que (l'interdiction) ne se produira pas ».

Le PDG de Tesla, Elon Musk, s'est également opposé à la mesure visant à interdire l'application aux États-Unis. « À mon avis, TikTok ne devrait pas être interdite aux États-Unis, même si une telle interdiction peut profiter à la plateforme X. Cela serait contraire à la liberté de parole et d'expression. Cela irait à l'encontre de la liberté de parole et d'expression. Ce n'est pas ce que l'Amérique représente », a-t-il écrit sur son compte X.

Le succès d’un défi juridique n’est pas garanti

Les critiques de cette potentielle interdiction soutiennent qu’elle viole les droits du Premier Amendement des utilisateurs de TikTok, qui garantit la liberté d’expression. En effet, TikTok a déjà remporté des victoires juridiques en contestant d'autres lois américaines visant à interdire l'application sur la base du premier amendement. En décembre dernier, un juge fédéral a bloqué la première interdiction de TikTok à l'échelle de l'État du Montana, estimant que la loi violait probablement le premier amendement. Une tentative de l'administration Trump de forcer ByteDance à vendre TikTok sous peine d'interdiction a également été jugée inconstitutionnelle par les tribunaux fédéraux sur la base du premier amendement.

Cependant, le succès d’un défi juridique n’est pas garanti, car les tribunaux pourraient donner la priorité aux préoccupations de sécurité nationale sur les droits à la libre expression.

Dans un communiqué publié peu après que le président américain Joe Biden a signé mercredi la loi adoptée mardi par le Sénat américain, TikTok a qualifié la mesure « d'anticonstitutionnelle ».

« Nous la contesterons devant les tribunaux. Nous pensons que les faits et la loi sont clairement de notre côté, et nous finirons par l'emporter. Le fait est que nous avons investi des milliards de dollars pour assurer la sécurité des données américaines et préserver notre plateforme de toute influence ou manipulation extérieure », indique le communiqué.

« Cette interdiction dévasterait 7 millions d'entreprises et réduirait au silence 170 millions d'Américains. Alors que nous continuons à contester cette interdiction inconstitutionnelle, nous continuerons à investir et à innover pour que TikTok reste un espace où les Américains de tous horizons peuvent venir en toute sécurité partager leurs expériences, trouver de la joie et être inspirés », ajoute le communiqué.


En mars, la Chambre des représentants a adopté une version antérieure du projet de loi sur le désinvestissement ou l'interdiction, avec un délai de vente de six mois. Le président de la Chambre, Mike Johnson, a accéléré le processus en l'associant à la loi sur l'aide d'urgence à l'Ukraine, à Israël et à Taïwan (en ajoutant l'interdiction de TikTok pour gagner le soutien des politiciens du parti Républicain).

Les efforts pour arracher TikTok au contrôle de ByteDance, basé à Pékin, remontent à l'administration Trump. De nombreux législateurs américains, tant démocrates que républicains, craignent que, ByteDance étant une société chinoise, la République populaire de Chine ne cherche à utiliser TikTok pour espionner les Américains ou forcer l'application à diffuser de la propagande en faveur de la Chine. TikTok a nié à plusieurs reprises que les autorités chinoises aient demandé l'accès à ses données et affirme qu'elle rejetterait toute demande de ce type si elle était formulée.

Conclusion

Les défenseurs de la liberté d’expression, tels que l’American Civil Liberties Union, ont exprimé leur inquiétude quant à l’impact d’une telle interdiction sur l’accès du public à une plateforme devenue une source centrale de partage d’informations6. La question centrale reste de savoir si la législation interfère avec le contenu global du discours sur TikTok, car les restrictions basées sur le contenu sont soumises à un niveau de contrôle plus élevé6.

Alors que TikTok se prépare à contester cette loi en justice, l’issue de cette bataille juridique reste incertaine, posant des questions fondamentales sur la balance entre la sécurité nationale et la liberté d’expression dans l’ère numérique.

Source : TikTok

Et vous ?

Pensez-vous que l’interdiction de TikTok aux États-Unis viole les droits du Premier Amendement des utilisateurs ?
Quelle est, selon vous, la priorité : la sécurité nationale ou la liberté d’expression en ligne ?
Croyez-vous que TikTok a pris des mesures adéquates pour protéger les données des utilisateurs américains ?
Comment évaluez-vous l’impact potentiel d’une interdiction de TikTok sur les entreprises et les utilisateurs américains ?
Devrions-nous revoir notre approche de la régulation des plateformes numériques pour trouver un équilibre entre sécurité et liberté d’expression ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 15:18
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Environ 20 % des enfants de 5 ans ont leur propre téléphone, et presque tous les enfants en ont un à l'âge de 12 ans.
Purée il y a beaucoup de parents qui ont laissé tombé l'éducation de leurs enfants.
Ils avaient la flemme alors ils leur ont donné un smartphone.

À cause des carrières les parents n'ont plus le temps ni l'énergie de s'occuper de leurs enfants, la solution de simplicité consiste à leur donner une tablette et d'un coup ils ne bougent plus et ne font plus de bruit.

====
Je trouve que les PC de bureau sont moins dangereux que les smartphones, tablettes, PC portable.
Parce que dès que tu sors de la salle qui contient le PC de bureau t'es déconnecté.
En plus c'est plus facile à contrôler, il est possible de fermer à clé la salle qui contient le PC de bureau.
2  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/05/2024 à 17:21
donc allons au bout et faisons de meme pour :
- facebook
- twitter
- instagram

ah non suis-je bete, ces reseaux sont americains, donc en fait c'est bon, c'est sans danger...
3  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/05/2024 à 20:06
Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
Et je n'ose pas imaginé l'orthographe et la compréhensibilité de leurs poste à 5 ans.
En fait, c'est le même niveau quand ils sont adultes. Et, ça doit dater d'avant Tiktok, quand on déchiffre lit certains posts sur ce forum...
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/05/2024 à 8:07
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Je rajouterais aussi le forum developpez.com tant qu'on y est
Ah NON.
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Promis c'est pour notre bien et celui de nos enfants
Bon OK alors
2  0 
Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/05/2024 à 14:11
et comme les usa peuvent utiliser linkedin, facebook, twitter, instagram pour les utilisateurs mais ils n'ont pas le courage de les dénoncer...

avec les millions d'application américaine et grace au patriot act, cloud act... les américains ont tous les loisirs de prendent tous les informations qu'ils veulent... mais les médias, gouvernement préfère dénoncer la chine... qui est en train de prendre le lead
3  1 
Avatar de RenarddeFeu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 13:11
Le principal problème de sécurité posé par TikTok, c'est que les services de renseignements américains ne peuvent pas s'en servir pour espionner le monde entier contrairement aux autres applis US.
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/04/2024 à 19:29
Au moins 42% d'américains ne connaissent pas le premier amendement de leur pays, notamment sur la liberté d'expression.
Voilà comment on en arrive à une dictature.
1  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/05/2024 à 11:12
Qu'est-ce qu'il y a d'extraordinaire en 2024?

On n'arrête pas de lire et entendre dans les médias les responsables du renseignement, autrement dit les "chefs espions" des différents états!

Les espions existent depuis la nuit des temps et depuis la nuit des temps leur principale caractéristique était... La discrétion... Une discrétion qui va jusqu'à ce que le reste du monde n'ait même pas connaissance de leur existence.

Et bien aujourd'hui, l'espion vient étaler ses états d'âme au journal du 20Heures... A moins, à moins que cela ne soit... que de la manipulation!
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/05/2024 à 13:00
Sous l'âge de 11/12 ans environ, on est clairement das le domaine de la responsabilité parentale. Si on commence à accuser les plate-formes, on ne v pas y arriver. On peux dans ce cas accuser n'importe quel fabricant de produit inadaptée aux enfants, ça deviendrai vite ridicule.

Après, il faut bien avoir conscience que l'Ofcom est une autorité britannique, pays connu par avoir depuis quelques temps une politique répressive, contre la vie privée et la liberté d'expression sur le web. Les droits de l'homme ne sont plus du tout respectés là bas sur ce domaine ; ce qui peux faire douter de la véracité des chiffres avancés par l'Ofcom (il y a peut-être une exagération, dans le but de faire peur).

De plus, cette étude, totalement centré sur les enfants, opère un glissement malhonnête sur les adolescents :

Environ 20 % des enfants de 5 ans ont leur propre téléphone, et presque tous les enfants en ont un à l'âge de 12 ans. Le rôle des médias numériques augmente entre 8 et 12 ans. Plus de 20 % des mineurs auraient un profil adulte qui leur permet d'accéder à tous les contenus de ces plateformes. Certains militants souhaitent que des limites d'âge soient introduites pour l'utilisation des smartphones et que les limites existantes soient relevées pour les médias sociaux. En effet, les moins de 18 ans ne peuvent pas signer de contrat et la plupart des grands opérateurs affirment qu'ils ne vendent pas de téléphones aux moins de 16 ans.
Source : rapport de l'Ofcom
Là l'Ofcom donne la parole à des militants extrémistes, qui souhaites que des mesures liberticides et anti-vie privée soit introduite, en total violation des droits fondamentaux. Un smartphone, pour être respectueux de l'utilisateur, devrait être vendu avec aucun mouchard et aucune restriction d'utilisation. Une limite d'âge élevé sur les RS risque de violer la liberté d'expression de toute une génération, et à retarder l’insertion dans le monde professionnel. Et en plus, en cas de limite avec vérification d'identité, l’anonymat risque de totalement disparaitre.
Quand au "Rôle des médias numériques augmente entre 8 et 12 ans", c'est en réalité totalement logique ; on peu écrire la même chose pour n'importe quel sujet où l'enfant prend de l'autonomie.
0  0 
Avatar de CoderInTheDark
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/05/2024 à 14:14
Si a 5 6 ans ils savent lire sans problème c'est positif. ouarffff

A la maternelle je balbutiais.
Je crois qu'au CP je commençais vraiment à apprendre à lire.
Au CE1 j'commençais à être autonome mais avec des difficultés, je lisais parfois avec le doigt ou une règle et quand on pouvait on voulait montrer qu'on pouvait s'en passer.
Je lisais surtout Boule et Bill
Et au CE2 c'était bon.

Alors l'âge de 5 ans annoncé dans l'article ça me laisse songeur.
Et je n'ose pas imaginé l'orthographe et la compréhensibilité de leurs poste à 5 ans.

JE ne dis pas que les mômes sont plus stupides .de nos jours;
J'ai l'impression que 5 ans c'est annoncé pour faire peur

Bon c'est sûr il faudrait qui lisent un contenu de meilleur qualité.
0  0