IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Congrès américain renouvelle le programme d'espionnage FISA, autorisant l'interception de centaines de millions d'appels, de messages texte et de courriels
Par les espions du gouvernement

Le , par Stéphane le calme

12PARTAGES

7  0 
Dans un contexte de méfiance croissante envers les pouvoirs de surveillance du gouvernement, la Chambre des Représentants a adopté une loi visant à renouveler un programme crucial de surveillance nationale. Après des mois de débats et de divisions au sein du parti républicain, la législation a finalement été approuvée avec 273 voix pour et 147 contre. Le programme en question est une partie de la Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA), connue sous le nom de Section 702. Cette section permet au gouvernement des États-Unis de collecter, sans mandat, les communications de non-Américains situés à l’extérieur du pays pour recueillir des renseignements étrangers. La réautorisation est liée à une série de réformes destinées à apaiser les critiques qui se plaignaient de violations des libertés civiles des Américains.

La Chambre des représentants a adopté vendredi un projet de loi visant à réautoriser un programme crucial de surveillance de la sécurité nationale, deux jours après qu'une révolte conservatrice eut empêché un projet de loi similaire d'être adopté.

Le projet de loi modifie et prolonge une partie de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (Foreign Intelligence Surveillance Act), connue sous le nom de section 702, pour une période raccourcie de deux ans, au lieu de la réautorisation complète de cinq ans initialement proposée. Ce changement a été opéré afin d'apaiser les critiques du parti démocrate.

Le vote final s'est soldé par 273 voix pour et 147 voix contre.

Le scepticisme à l'égard des pouvoirs d'espionnage du gouvernement s'est considérablement accru ces dernières années, en particulier à droite. Les républicains s'opposent depuis des mois sur la forme que devrait prendre une révision législative du programme de surveillance FISA, créant des divisions qui ont débordé sur le parquet de la Chambre des représentants cette semaine, lorsque 19 républicains ont rompu avec leur parti pour empêcher le projet de loi d'être soumis au vote.

Toutefois, certains des opposants initiaux ont manifesté leur soutien au nouveau plan jeudi dernier.

« Le délai de deux ans est un bien meilleur point d'atterrissage, car il nous donne deux ans pour voir si tout cela fonctionne, plutôt que de le repousser à cinq ans », a déclaré le représentant Chip Roy, un républicain du Texas. « Ils disent que ces réformes vont fonctionner. Eh bien, je pense que nous allons le découvrir ».


Mettre sur écoute les communications entre Américains et étrangers à l'étranger

La section 702 permet au gouvernement américain de mettre sur écoute les communications entre Américains et étrangers à l'étranger. Des centaines de millions d'appels, de textes et de courriels sont interceptés par les espions du gouvernement, chaque fois avec « l'assistance forcée » des fournisseurs de communications américains.

Si le gouvernement cible strictement les étrangers soupçonnés de détenir des « informations de renseignement étrangères », il écoute également les conversations d'un nombre incalculable d'Américains chaque année (le gouvernement affirme qu'il est impossible de déterminer combien d'Américains sont concernés par le programme). Le gouvernement affirme que les Américains ne sont pas eux-mêmes ciblés et que les écoutes sont donc légales. Néanmoins, leurs appels, textes et courriels peuvent être stockés par le gouvernement pendant des années, et les forces de l'ordre peuvent y accéder ultérieurement sans l'autorisation d'un juge.

Le projet de loi de la Chambre des représentants élargit aussi considérablement la définition statutaire des fournisseurs de services de communication, ce contre quoi les experts de la FISA, dont Marc Zwillinger - l'une des rares personnes à conseiller la Foreign Intelligence Surveillance Court (FISC) - ont publiquement mis en garde.

« Les anti-réformateurs ne refusent pas seulement des réformes de bon sens de la FISA, ils poussent à une expansion majeure de l'espionnage sans mandat des Américains », a déclaré le sénateur américain Ron Wyden. « Leur amendement obligerait votre câblodistributeur à devenir un espion du gouvernement et à participer à la surveillance des communications des Américains sans mandat ».

Des antécédents du FBI en matière d'abus du programme

Les antécédents du FBI en matière d'abus du programme ont donné lieu à une rare entente à l'automne dernier entre les démocrates progressistes et les républicains pro-Trump, également gênés par le ciblage par le FBI. Ce dernier a interrogé de manière inappropriée le dépôt de renseignements pour obtenir des informations notamment sur des activistes, des journalistes et un membre du Congrès en exercice.

Ces violations ont conduit à demander au FBI d'obtenir un mandat avant d'interroger la base de données sur des Américains, ce qui, selon le directeur du FBI Chris Wray, réduirait à néant l'efficacité du programme et serait également inutile d'un point de vue juridique étant donné que les informations contenues dans la base de données ont déjà été collectées légalement.

« S'il est impératif de veiller à ce que cette autorité essentielle qu'est le 702 ne devienne pas caduque, nous ne devons pas non plus réduire l'efficacité de cet outil essentiel en exigeant un mandat ou une restriction similaire, ce qui paralyserait notre capacité à lutter contre des menaces qui évoluent rapidement », a déclaré Wray lors d'un discours prononcé mardi.

Aussi, dans une victoire majeure pour l'administration Biden, les membres de la Chambre ont rejeté un amendement plus tôt qui aurait imposé de nouvelles exigences en matière de mandats aux agences fédérales accédant aux données 702 des Américains.

« De nombreux membres qui ont rejeté ce vote ont voté depuis longtemps en faveur de cette protection spécifique de la vie privée », explique Sean Vitka, directeur politique de l'organisation à but non lucratif Demand Progress, axée sur les libertés civiles, « notamment l'ancienne présidente Pelosi, le représentant Lieu et le représentant Neguse ».

L'amendement sur les mandats a été adopté en début d'année par la commission judiciaire de la Chambre des représentants, dont la compétence de longue date sur la FISA a été contestée par des amis de la communauté du renseignement. Une analyse réalisée cette semaine par le Brennan Center a révélé que 80 % du texte de base du projet de loi sur la réautorisation de la FISA avait été rédigé par des membres de la commission du renseignement.

« Les données de trois millions d'Américains ont été recherchées dans cette base d'informations », a déclaré le représentant Jim Jordan, président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants. « Le FBI n'a même pas respecté ses propres règles lorsqu'il a effectué ces recherches. C'est pourquoi nous avons besoin d'un mandat ».

Plusieurs critiques s'élèvent contre FISA

La législation en question permettrait au gouvernement américain de recueillir, sans mandat, les communications de non-Américains se trouvant en dehors du pays afin de collecter des renseignements étrangers. La réautorisation est liée à une série de réformes visant à satisfaire les critiques qui dénonçaient des violations des libertés civiles à l'encontre des Américains.

Toutefois les opposants d'extrême droite ont estimé que ces changements n'allaient pas assez loin. Parmi ces détracteurs figuraient certains des critiques les plus sévères de Johnson, les membres du groupe ultra-conservateur "Freedom Caucus" de la Chambre des représentants, qui ont reproché ces derniers mois au président de la Chambre des représentants d'avoir su dépasser les clivages politiques pour mener à bien les fonctions de base de l'État.

Pour apaiser certains de ces détracteurs, le président de la Chambre des représentants, Mike Johnson, un républicain de Louisiane, prévoit de présenter la semaine prochaine une proposition distincte visant à combler une lacune qui permet aux fonctionnaires américains de recueillir des données sur les Américains auprès des grandes entreprises technologiques sans mandat.

« Tout cela s'est ajouté à quelque chose qui, je pense, a donné plus de confort », a déclaré Roy.

Bien que le programme doive techniquement expirer le 19 avril, l'administration Biden a déclaré qu'elle s'attendait à ce que son autorité de collecte de renseignements reste opérationnelle pendant au moins une année supplémentaire, grâce à un avis rendu au début du mois par la Foreign Intelligence Surveillance Court, qui reçoit les demandes de surveillance. Toutefois, les fonctionnaires affirment que l'approbation du tribunal ne doit pas se substituer à l'autorisation du Congrès, d'autant plus que les entreprises de communication pourraient cesser de coopérer avec le gouvernement.


Donald Trump : « Mettez fin à la FISA. Elle a été utilisée illégalement contre moi et beaucoup d'autres »

Autorisé pour la première fois en 2008, cet outil d'espionnage a été renouvelé à plusieurs reprises depuis lors, car les autorités américaines le considèrent comme essentiel pour perturber les attaques terroristes, les cyberintrusions et l'espionnage étranger. Il a également produit des renseignements sur lesquels les États-Unis se sont appuyés pour mener des opérations spécifiques.

Les démocrates, comme le sénateur Ron Wyden de l'Oregon, qui défendent depuis longtemps les libertés civiles, s'alignent sur les partisans républicains de l'ancien président Donald Trump qui, dans un message publié mercredi sur Truth Social, a affirmé, à tort selon les médias, que la section 702 avait été utilisée pour espionner sa campagne présidentielle.

« Mettez fin à la FISA », a écrit Trump en lettres capitales. « Elle a été utilisée illégalement contre moi et beaucoup d'autres. Ils ont espionné ma campagne ». Un ancien conseiller de sa campagne présidentielle de 2016 a fait l'objet d'une surveillance en raison de liens potentiels avec la Russie, en vertu d'une autre section de la loi.

Le législateur s'inquiète notamment de l'utilisation par le FBI du vaste répertoire de renseignements pour rechercher des informations sur des Américains et d'autres personnes aux États-Unis. Bien que le programme de surveillance ne vise que des non-Américains dans d'autres pays, il recueille également les communications d'Américains lorsqu'ils sont en contact avec ces étrangers ciblés.

Sources : résultat du vote, Donald Trump, Wyden, Lee, Davidson et Lofgren présentent un projet de loi bipartisan visant à réautoriser et à réformer la principale loi sur la surveillance et à garantir la protection des droits des Américains, Turner et Himes : Face à l'aggravation de la menace terroriste, nous avons plus que jamais besoin de la loi d'autorisation sur le renseignement de cette année

Et vous ?

Pensez-vous que la prolongation de la Section 702 de la FISA est nécessaire pour la sécurité nationale, ou représente-t-elle une menace pour les libertés civiles ?
Les réformes proposées pour la Section 702 sont-elles suffisantes pour protéger les droits des citoyens américains ?
Comment équilibrer efficacement la collecte de renseignements et la protection de la vie privée dans l’ère numérique ?
Quel rôle le Congrès devrait-il jouer pour superviser les programmes de surveillance comme la Section 702 ?
Les entreprises de technologie devraient-elles être obligées de coopérer avec le gouvernement dans la collecte de données sans mandat ?
Quelles garanties supplémentaires pourraient être mises en place pour éviter les abus potentiels des pouvoirs de surveillance ?
La collecte de données en masse est-elle une stratégie efficace ou devrions-nous nous orienter vers une surveillance plus ciblée ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 15/04/2024 à 9:52
Quand on vous dit que l'empire n'a jamais pris fin

Allez, c'est reparti pour un tour avec notre seigneur partenaire stratégique.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/04/2024 à 10:29
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Si le gouvernement cible strictement les étrangers soupçonnés de détenir des « informations de renseignement étrangères », il écoute également les conversations d'un nombre incalculable d'Américains chaque année (le gouvernement affirme qu'il est impossible de déterminer combien d'Américains sont concernés par le programme). Le gouvernement affirme que les Américains ne sont pas eux-mêmes ciblés et que les écoutes sont donc légales. Néanmoins, leurs appels, textes et courriels peuvent être stockés par le gouvernement pendant des années, et les forces de l'ordre peuvent y accéder ultérieurement sans l'autorisation d'un juge.
C'est chouette que cette information soit publique.
Avant les révélations d'Edward Snowden les choses étaient différentes.

Il doit y avoir des systèmes de surveillance plus secret, mais c'est déjà pas mal de parler de celui-là.
1  0