IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk et X poursuivis par Nick Caldwell, ex-cadre de Twitter, pour des millions de dollars d'indemnités de licenciement impayées.
Musk accusé d'avoir « escroqué 200 Mns $ d'indemnités »

Le , par Stéphane le calme

1PARTAGES

6  0 
L’ancien cadre de Twitter, Nick Caldwell, qui dirigeait l’équipe d’ingénieurs du noyau technologique Red Bird de l’entreprise, poursuit Elon Musk et X pour des millions de dollars de primes impayées et allègue une rupture de contrat. Caldwell a démissionné le 28 octobre 2022, juste après l’acquisition de Twitter par Musk. Le procès est similaire à un autre déposé par quatre anciens cadres de Twitter, dont l’ancien PDG Parag Agrawal, qui affirment qu’ils sont redevables de 128 millions de dollars de primes impayées.

Nick Caldwell, ancien cadre de Twitter, poursuit Elon Musk et X, alléguant une rupture de contrat et le non-paiement des indemnités de départ et des avantages qui lui étaient dus après avoir démissionné de l'entreprise en 2022.

Dans la plainte déposée mercredi devant un tribunal fédéral de Californie, les avocats de Caldwell affirment qu'après l'acquisition de Twitter par Musk pour 44 milliards de dollars, l'entreprise « a escroqué M. Caldwell et d'autres cadres d'un montant total de 200 millions de dollars en indemnités de départ en les accusant faussement de mauvaise conduite et en prétendant les licencier pour 'motif valable' ».


La plainte de Caldwell est similaire à celle déposée par d'anciens cadres de Twitter, dont l'ex-PDG Parag Agrawal, qui affirment qu'on leur doit 128 millions de dollars d'indemnités de départ impayées.

Selon son profil LinkedIn, Caldwell est aujourd'hui directeur des produits chez Peloton et siège au conseil d'administration de plusieurs autres entreprises technologiques. Auparavant, il dirigeait une équipe de centaines d'ingénieurs chez Twitter en tant que directeur général de l'organisation Red Bird, ou technologie de base.

Selon la plainte, Caldwell s'est efforcé de conserver les talents clés de Twitter jusqu'à la fin du rachat, puis a envoyé une lettre à l'entreprise le 28 octobre 2022, indiquant qu'il démissionnait « pour de bonnes raisons ». Deux jours plus tôt, Musk avait tweeté une vidéo de son entrée au siège de l'entreprise, en écrivant : « J'entre dans le QG de Twitter - laissez-vous guider !". Musk a ensuite changé le nom de la société en X.

Un stratagème pour le licencier plutôt que de le laisser démissionner ?

Twitter a accepté la démission de Caldwell, ce qui a déclenché une « politique de protection contre les changements de contrôle et les licenciements involontaires de Twitter » pour les cadres qui quittent l'entreprise en règle, ont fait valoir les avocats de Caldwell.

Twitter a annoncé à Caldwell que son dernier jour de travail serait le 27 novembre, un mois après sa lettre de démission. L'entreprise lui a immédiatement coupé l'accès aux systèmes internes et n'est pas restée en communication avec lui, selon la plainte. Le 27 novembre, Twitter prétendait que Caldwell avait été licencié pour un motif valable.

« Sans aucune base factuelle, M. Musk a simplement accusé Caldwell de mauvaise conduite pour éviter de lui payer des millions de dollars d'indemnités de départ que Musk/Twitter devait à M. Caldwell », écrivent ses avocats.

Le procès note que Musk a fait appel à un certain nombre de proches, d'investisseurs et d'employés actuels et anciens de ses autres entreprises, SpaceX et Tesla, dont certains ont travaillé « pour refuser les demandes d'indemnités de départ déposées par M. Caldwell et les autres cadres dans le cadre du processus d'administration du plan d'indemnités de départ ».

Le procès désigne Brian Bjelde et Lindsay Chapman, qui travaillent à SpaceX, et Dhruv Batura, qui travaillait auparavant aux finances chez Tesla, comme défendeurs aux côtés de Musk. Les avocats de Caldwell indiquent dans leur plainte que leur client doit environ 19,3 millions de dollars en indemnités de départ, plus les intérêts, et environ un demi-million de dollars, ce qui représente la valeur des unités d'actions restreintes qui auraient dû lui être payées en novembre 2022, plus les intérêts d'environ 3 millions de dollars, ainsi que les frais d'avocat.

Quelques jours avant sa démission de Twitter, Caldwell avait publié un message sur les réseaux sociaux : « Ma femme et mon âme sœur, Tia Caldwell, est décédée subitement le 15 octobre. Elle n'avait que 39 ans mais a vécu une vie pleine, belle et accomplie, débordante d'amour ». Le procès ne mentionne pas la mort de sa femme.


Ce n'est pas la première action intentée par les anciens dirigeants de Twitter

En avril 2023, Parag Agrawal, l'ancien PDG de Twitter, Vijaya Gadde, l'ancien directeur juridique, et Ned Segal, l'ancien directeur financier ont déposé une plainte devant le tribunal de la chancellerie du Delaware, alléguant que Twitter doit verser plus d'un million de dollars aux anciens dirigeants pour les frais juridiques qu'ils ont encourus lorsqu'ils travaillaient dans l'entreprise pour répondre aux demandes du ministère de la Justice et de la Securities and Exchange Commission (Commission des opérations de bourse). « Cette action vise à obtenir une décision rapide exigeant du défendeur qu'il se conforme à ses obligations d'avancer les frais juridiques et les dépenses liées aux litiges et aux enquêtes en cours », indique l'action en justice.

Le document énumère un certain nombre de batailles juridiques et d'enquêtes gouvernementales dans lesquelles ces dirigeants ont été impliqués au fil des ans en tant que défendeurs. Les plaignants ont écrit à Twitter à plusieurs reprises pour demander le remboursement, mais ils n'ont reçu que des accusés de réception en réponse, ajoute le document.

Agrawal, Segal et Gadde ont déclaré dans la plainte que l'obligation de l'entreprise de couvrir leurs frais juridiques restait en vigueur pour toute procédure liée à leur rôle dans l'entreprise, ce qui, selon eux, a inclus une action en justice des actionnaires et des enquêtes de la Securities and Exchange Commission et du ministère de la Justice.

Les trois plaignants affirment que la société a « refusé de reconnaître ses obligations et de verser le paiement de toute facture », après avoir personnellement encouru des « dépenses importantes » en réponse à des poursuites et à des enquêtes liées à leurs anciennes fonctions.

En mars 2024, les quatre anciens dirigeants ont intenté une action en justice contre Elon Musk, l’actuel propriétaire de la plateforme sociale, rebaptisée X, pour réclamer plus de 128 millions de dollars de indemnités de départ non payées.

Dans la plainte, ils affirment qu'en vertu d'un plan d'indemnités vieux de plusieurs années, il leur est du un an de salaire et des actions. Cela représenterait au total plus de 57 millions de dollars pour Agrawal ; plus de 44 millions de dollars pour Segal ; plus de 20 millions de dollars pour Gadde ; et plus de 6 millions de dollars pour Edgett.

« Parce que Musk a décidé qu'il ne voulait pas payer les indemnités de départ des plaignants, il les a simplement licenciés sans raison, puis a inventé de fausses raisons et a nommé des employés de ses différentes entreprises pour maintenir sa décision », affirme la poursuite.

Une aversion de X/Twitter à payer ceux à qui il doit de l'argent

Sous la direction de Musk, l'aversion de X à payer ceux à qui il doit de l'argent est pratiquement devenue un trope (ceci est référencé dans le procès, avec un lien vers une page qui suit les poursuites contre Twitter pour non-paiement et une note que la personne qui gère le site a été banni par X).

Mais cette fois, ce sont les mêmes dirigeants qui ont forcé Musk à finaliser son acquisition de 44 milliards de dollars, qui prétendent maintenant que son objectif était de les « escroquer » de 200 millions de dollars avant l’acquisition de leurs options d’achat d’actions le lendemain matin. Ils disposent également d’une source remarquablement approfondie pour expliquer pourquoi il a conclu l’accord et les a licenciés alors qu’il l’a fait : Elon Musk lui-même, cité par Walter Isaacson dans la biographie publiée l’année dernière, Elon Musk :

« Il y a une différence de 200 millions dans le sac entre la fermeture ce soir et la réalisation de demain matin », m'a-t-il dit jeudi après-midi dans la salle de crise alors que le plan se déroulait.
L'action en justice vise à obtenir une ordonnance obligeant Twitter à avancer toutes les dépenses que les plaignants ont encourues jusqu'à présent. Les plaignants veulent également obtenir le remboursement des dépenses encourues pendant qu'ils poursuivaient Twitter pour obtenir le remboursement des dépenses antérieures et une ordonnance « déclarant que les plaignants ont droit à l'avance de tous les futurs honoraires d'avocats, coûts et dépenses encourus dans le cadre de la procédure ».

« Une fois de plus, Twitter n'a pas honoré ses obligations contractuelles de payer ses factures », a déclaré Aaron Zamost, porte-parole de Gadde et de Segal.

Alors qu'ils travaillaient encore pour Twitter, Agrawal et Segal ont été contactés par les autorités fédérales au sujet des enquêtes de la SEC et du DOJ, selon le procès. Dans une lettre adressée à Twitter le 13 janvier 2023, Agrawal a écrit : « J'ai récemment été contacté par la division de l'application de la Securities and Exchange Commission (SEC) et par le ministère de la Justice des États-Unis dans le cadre de certaines enquêtes sur l'entreprise et sur Elon Musk ».

« Agrawal et Segal ont retenu les services d'un avocat, ont témoigné devant la SEC en 2022, et leurs avocats ont continué à dialoguer avec les autorités fédérales. En outre, Agrawal a reçu des demandes avant et après son départ de Twitter pour prendre des mesures afin de préserver certains documents, qui se rapportent également à son service antérieur en tant que dirigeant de Twitter », indique la plainte.

Sources : plainte de Caldwell

Et vous ?

Pensez-vous que les entreprises technologiques devraient être plus transparentes concernant les primes et les indemnités de départ lors d’acquisitions ?
Quelles sont les responsabilités des dirigeants d’entreprise envers leurs employés lors de changements de contrôle ?
Comment les entreprises devraient-elles gérer les conflits avec d’anciens employés concernant les paiements de primes ?
Quelles mesures pourraient être prises pour éviter de telles situations à l’avenir ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 04/04/2024 à 21:29
Les politiciens Australiens ferait bien de balayer devant leurs porte avant de donner des leçons.

L'Australie n'a pas de constituions pour protéger les citoyens (1,2,3)
Désormais, la dérive autoritaire n'a plus beaucoup de limites : Il s'agit du 2ème pays qui a été le plus covidiste au monde après la Chine (tentative de rendre obligatoire les applis de tracage, objectif zéro covid avec confinement d'une ville pour un cas, des manifestation anti-confinement et anti-pass on été réprimé dans le sang, tous les moyens de surveillances automatisés on été déployés...), le chiffrement est presque totalement interdit, le gouvernement peut modifier (légalement) des données privées, des militants écologistes doivent présenter chaque semaine aux autorités leurs smartphones, la reconnaissance faciale est largement déployé, les aborigènes ont toujours aussi peu de droits, le gouvernement peu décider de l'expulsion de migrants sous le secret... Tout ce que je dit est sourcé.
4  2 
Avatar de noremorse
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 05/04/2024 à 17:13
Bon débarras
2  0 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/04/2024 à 13:53
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Pensez-vous que les entreprises technologiques devraient être plus transparentes concernant les primes et les indemnités de départ lors d’acquisitions ?
Qu'un homme hors de contrôle puisse acheter seul une entreprise de technologie de com et de collecte de donnée pour faire de la propagande pour Trump me semble bien plus problématique que les caprices financiers hors sol de quelques confortables individus.
2  1 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/04/2024 à 18:15
C'est énorme, mais il faut mettre les choses au clair.
Musk a fait un pari totalement insensé en fixant un objectif de capitalisation de Tesla a 650 milliards pour déclencher ces stock options. En retour il n'a eu aucune rémunération.
La boîte était alors valorisé~ 50 milliards. Personne n'y croyait, et au pire pour les actionnaires si ce pari fou était réussi, ça faisait un capital restant de 550 milliards (650 -50 initial -50 stock option), soit 11 fois la mise de l'époque, ce qui assez exceptionnel comme rendement.

Le document fourni à la SEC qui détaille tout ceci.
https://www.sec.gov/Archives/edgar/d...inarily%20well.
1  0 
Avatar de Eric80
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/04/2024 à 17:42
Tandis que les actionnaires de Stellantis discuttent des 35 millions des revenus du PDG
https://www.lesechos.fr/industrie-se...naires-2089039
parle t on ici vraiment de 55 milliards, et non millions? 1000 fois plus, c est pas imaginable! Ou est ce pour rembourser en cash les déboires de Musk avec son rachat de twitter (44 milliards de mémoire) ?
0  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/04/2024 à 8:04
Citation Envoyé par Anthony Voir le message
La rémunération ne comprend ni salaire ni prime en espèces, mais fixe des récompenses [...].
Ca représente combien de vie de salaire de l'employé moyen de Tesla?
Et on parle d'un bonus en plus des autres bonus.
Quelles sont les primes des employés de Tesla?
Quelles sont leurs récompenses? (ne répondez pas le licenciement de 10% d'entre eux ça serait vraiment sarcastique)
0  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/04/2024 à 8:56
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Ca représente combien de vie de salaire de l'employé moyen de Tesla?
Énormément, mais a aucun moment là valorisation de l'entreprise est prise sur les salaires des employés. Mieux, beaucoup ont des stocks options ( évidemment pas celle de Musk) et au plus l'entreprise monte en bourse, au plus ils sont riches. Bon pour un gus lambda arrivé en 2010 il est facilement multimillionnaire sans avoir fait quelques choses de particulier.
Le gars qui rentre aujourd'hui, forcément il pourra pas avoir la même chose, vu que la société ne pourra plus faire la croissance qu'elle a fait.
0  0 
Avatar de phil995511
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/04/2024 à 10:06
Il faut bien trouver de l'argent pour payer les pertes et dettes liées à Twitter...
0  0