IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un juge ordonne à YouTube de révéler l'identité de tous ceux qui ont visionné certaines vidéos pour les besoins d'une enquête criminelle.
Les critiques estiment que c'est « terrifiant »

Le , par Stéphane le calme

24PARTAGES

15  0 
Dans un développement sans précédent qui soulève des questions importantes sur la vie privée et la surveillance, un juge a ordonné à YouTube de fournir les noms, adresses, numéros de téléphone et activités des utilisateurs de comptes YouTube, ainsi que les adresses IP, de tous ceux qui ont visionné certaines vidéos sélectionnées. Cette décision fait suite à une enquête criminelle fédérale où Google, la société mère de YouTube, a été contraint de remettre ces informations.

Les vidéos en question ont été visionnées plus de 30 000 fois, ce qui signifie que les données de milliers d’utilisateurs non liés à l’affaire pourraient être divulguées. Les experts en confidentialité et les groupes de défense des droits civiques ont exprimé leur inquiétude, affirmant que ces ordonnances sont inconstitutionnelles car elles menacent de transformer des spectateurs innocents de YouTube en suspects criminels.


Les autorités fédérales américaines ont demandé à Google les noms, adresses, numéros de téléphone et activités d'utilisateur des comptes qui ont regardé certaines vidéos sur YouTube entre le 1er et le 8 janvier 2023, selon des documents judiciaires non scellés consultés par Forbes. Les personnes qui ont regardé ces vidéos alors qu'elles n'étaient pas connectées à un compte n'étaient pas non plus à l'abri, car le gouvernement a également demandé leur adresse IP. Les enquêteurs auraient ordonné à Google de leur communiquer ces informations dans le cadre d'une enquête sur une personne qui utilise le nom "elonmuskwhm" en ligne.

Les autorités soupçonnent elonmuskwhm de vendre des bitcoins contre de l'argent liquide et donc d'enfreindre les lois sur le blanchiment d'argent, ainsi que d'exploiter une entreprise de transmission de fonds sans licence. Des agents infiltrés auraient envoyé au suspect des liens vers des vidéos de tutoriels YouTube sur la cartographie par drones et des logiciels de réalité augmentée lors de leurs conversations au début du mois de janvier. Ces vidéos n'étaient toutefois pas privées et avaient été visionnées collectivement plus de 30 000 fois, ce qui signifie que le gouvernement demandait potentiellement à Google des informations privées sur un grand nombre d'utilisateurs. « Il y a des raisons de penser que ces enregistrements seraient pertinents et importants pour une enquête criminelle en cours, y compris en fournissant des informations d'identification sur les auteurs », auraient déclaré les autorités à l'entreprise.


Le tribunal a accordé l'ordonnance et a demandé à Google de la garder secrète

D'après les documents que Forbes a pu consulter, le tribunal a accordé l'ordonnance mais a demandé à Google de la garder secrète. On ne sait pas non plus si Google a transmis les données demandées par les autorités. Lors d'un autre incident, les autorités ont demandé à l'entreprise une liste des comptes qui avaient « visionné et/ou interagi » avec huit émissions en direct sur YouTube. Les policiers ont demandé ces informations après avoir appris qu'ils étaient surveillés par le biais d'un flux vidéo alors qu'ils fouillaient une zone à la suite d'un rapport indiquant qu'un explosif avait été placé à l'intérieur d'une poubelle. L'une de ces vidéos a été publiée par le compte Boston and Maine Live, qui compte plus de 130 000 abonnés.

Un porte-parole de Google a déclaré à Forbes que l'entreprise suivait un « processus rigoureux » pour protéger la vie privée de ses utilisateurs : « Pour toutes les demandes des forces de l'ordre, nous avons mis en place un processus rigoureux destiné à protéger la vie privée et les droits constitutionnels de nos utilisateurs tout en soutenant le travail important des forces de l'ordre », a déclaré Matt Bryant, porte-parole de Google. « Nous examinons la validité juridique de chaque demande, conformément à la jurisprudence en vigueur, et nous nous opposons systématiquement aux demandes de données d'utilisateurs trop vastes ou inappropriées, y compris en nous opposant complètement à certaines demandes ».


Mais les critiques et les défenseurs de la vie privée craignent toujours les abus des agences gouvernementales

Les critiques soutiennent que de telles demandes transforment les mandats de perquisition en filets de pêche numériques, ciblant potentiellement des individus non associés à un crime, simplement en fonction de ce qu’ils ont pu regarder en ligne. Elles craignent toujours que des agences gouvernementales outrepassent leurs compétences et utilisent leur pouvoir pour obtenir des informations sensibles sur des personnes qui ont simplement regardé des vidéos spécifiques sur YouTube et qui ne font rien d'illégal.

Les experts en matière de protection de la vie privée ont déclaré que ces ordonnances étaient inconstitutionnelles parce qu'elles menaçaient d'annuler les protections prévues par les 1er et 4ème amendements, qui couvrent la liberté d'expression et la protection contre les perquisitions abusives. « Il s'agit du dernier chapitre d'une tendance inquiétante qui voit les agences gouvernementales transformer de plus en plus les mandats de perquisition en dragues numériques. C'est inconstitutionnel, c'est terrifiant et cela se produit tous les jours », a déclaré Albert Fox-Cahn, directeur exécutif du Surveillance Technology Oversight Project. « Personne ne devrait craindre que la police vienne frapper à sa porte simplement à cause de ce que l'algorithme de YouTube propose. Je suis horrifié de voir que les tribunaux autorisent cela ».

Il a ajouté que ces ordonnances étaient « tout aussi effrayantes » que les mandats de géofence, qui obligent Google à fournir des données sur tous les utilisateurs se trouvant à proximité d'un lieu de crime. Google a annoncé en décembre une mise à jour qui rendra techniquement impossible pour la grande enseigne du numérique de fournir des informations en réponse à des mandats de géofence. Auparavant, un tribunal californien avait jugé inconstitutionnel un mandat de géofence couvrant plusieurs zones densément peuplées de Los Angeles, ce qui avait suscité l'espoir que les tribunaux empêcheraient la police de rechercher ces données.

« Ce que nous regardons en ligne peut révéler des informations très sensibles sur nous - notre politique, nos passions, nos croyances religieuses, et bien plus encore », a déclaré John Davisson, conseiller principal au Electronic Privacy Information Center (Centre d'information sur la vie privée électronique). « Il est normal de s'attendre à ce que les forces de l'ordre n'aient pas accès à ces informations sans motif valable. Cette ordonnance renverse cette hypothèse ».

Conclusion

Cet ordre judiciaire soulève des questions alarmantes sur la protection de la vie privée à l’ère numérique et sur la manière dont les informations personnelles peuvent être utilisées ou abusées dans le cadre d’enquêtes gouvernementales. Alors que cette affaire continue de se développer, elle met en lumière le besoin urgent de débattre et de redéfinir les limites de la surveillance dans un monde de plus en plus connecté.

Source : Forbes

Et vous ?

Quelles sont les implications éthiques de la décision du juge d’ordonner à YouTube de révéler l’identité des spectateurs d’une vidéo ?
La protection de la vie privée devrait-elle être prioritaire sur les enquêtes criminelles, surtout lorsque les données de milliers d’utilisateurs innocents sont en jeu ?
Comment les plateformes en ligne devraient-elles équilibrer la coopération avec les autorités et la protection des droits de leurs utilisateurs ?
Quelles mesures les utilisateurs peuvent-ils prendre pour protéger leur vie privée en ligne face à de telles demandes gouvernementales ?
Quel impact cette décision pourrait-elle avoir sur la confiance des utilisateurs envers les plateformes de médias sociaux et leur volonté de partager des informations personnelles ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/03/2024 à 10:39
La seule donnée privée, c'est celle qui n'est pas collectée.
10  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/03/2024 à 17:59
Citation Envoyé par Claude40 Voir le message
Que va dire le juge ?
De désactiver la lecture automatique !
2  0 
Avatar de Kharstein
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 02/04/2024 à 9:38
Citation Envoyé par Claude40 Voir le message
Hier j'ai regardé une vidéo sur YouTube qui parlait d'une façon de préparer du chocolat noir 98 % avec des dattes. <...> Que va dire le juge ?
Cela dépendra du juge. Par exemple, certains juges pourraient te reprocher d'avoir utiliser le terme "chocolat noir" plutôt que "chocolat de couleur".
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 02/04/2024 à 12:05
Citation Envoyé par Kharstein Voir le message
Cela dépendra du juge. Par exemple, certains juges pourraient te reprocher d'avoir utiliser le terme "chocolat noir" plutôt que "chocolat de couleur".
Ah mais tu n'est pas loin de la réalité, en Espagnol noir se dit negro, ce qui avait posé des problèmes à ChatGPT (d'ailleurs chez Auchan, certains chocolat possèdent des étiquettes en Français et Espagnol).
2  0 
Avatar de Claude40
Membre actif https://www.developpez.com
Le 30/03/2024 à 9:47
C'est terrifiant effectivement. Hier j'ai regardé une vidéo sur YouTube qui parlait d'une façon de préparer du chocolat noir 98 % avec des dattes. J'ai oublié de me déconnecter et je suis parti vaquer à d'autres occupations. Une heure plus tard j'ai remarqué que mon PC avait déroulé une vingtaine de vidéos sur des sujets variés "à l'insu de mon pleine gré" . Que va dire le juge ?
2  1 
Avatar de CoderInTheDark
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 13/04/2024 à 9:10
Moi aussi je laisse la lecture automatique enchaîner les vidéos, quand je pique du nez.

Et je trouve que ça passe du coq à l'âne niveau sujets.
Parfois ça passe sur du contenu limite conspi ou extrèmiste, quand je regardes des vidéos sur l'Ukraine et l'histoire.

Est-ce que si on stop la lecture on est considéré comme sympathisant ?

Si ils prennent tous les visionneurs d'une vidéos il vont avoir du travail de filtrage à faire, je suppose qu'ils croisent avec leurs suspects.
Le gros risque c'est d'être fiché avec des gens vraiment coupable ou inquiétant.
Ils mélangent facilement les vrais coupables et les innocents.
1  0