IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

D'anciens dirigeants de Twitter poursuivent Elon Musk pour 128 millions de $ d'indemnités de départ
Une plainte qui fait suite à une autre déposée par d'autres travailleurs réclamant 500 millions $

Le , par Stéphane le calme

25PARTAGES

4  0 
Quatre anciens dirigeants de Twitter, dont l’ex-PDG Parag Agrawal, ont intenté une action en justice contre Elon Musk, l’actuel propriétaire de la plateforme sociale, rebaptisée X, pour réclamer plus de 128 millions de dollars de indemnités de départ non payées. Selon la plainte déposée lundi devant un tribunal fédéral de Californie, Musk a licencié les quatre plaignants, ainsi que des milliers d’autres employés de Twitter, peu après avoir acquis l’entreprise pour 44 milliards de dollars en 2022, en invoquant de fausses raisons pour éviter de leur verser les sommes dues.

Elon Musk a licencié de nombreuses personnes après avoir repris Twitter, mais les premiers à partir ont été plusieurs de ses hauts dirigeants. Aujourd'hui, Parag Agrawal (qui a succédé à Jack Dorsey en tant que PDG de Twitter), l'ancien directeur financier Ned Segal, l'ancien directeur juridique Vijaya Gadde et l'ancien avocat général Sean Edgett poursuivent Musk et la société désormais connue sous le nom de X, affirmant qu'ils doivent plus de 128 millions de dollars en indemnités de départ.

Dans la plainte, ils affirment qu'en vertu d'un plan d'indemnités vieux de plusieurs années, il leur est du un an de salaire et des actions. Cela représenterait au total plus de 57 millions de dollars pour Agrawal ; plus de 44 millions de dollars pour Segal ; plus de 20 millions de dollars pour Gadde ; et plus de 6 millions de dollars pour Edgett.

La poursuite, déposée lundi en Californie, fait suite à une plainte juridique distincte l'année dernière déposée par d'autres anciens employés réclamant 500 millions de dollars d'indemnités de départ impayées.

« Parce que Musk a décidé qu'il ne voulait pas payer les indemnités de départ des plaignants, il les a simplement licenciés sans raison, puis a inventé de fausses raisons et a nommé des employés de ses différentes entreprises pour maintenir sa décision », affirme la poursuite.

Sous la direction de Musk, l'aversion de X à payer ceux à qui il doit de l'argent est pratiquement devenue un trope (ceci est référencé dans le procès, avec un lien vers une page qui suit les poursuites contre Twitter pour non-paiement et une note que la personne qui gère le site a été banni par X).

Mais cette fois, ce sont les mêmes dirigeants qui ont forcé Musk à finaliser son acquisition de 44 milliards de dollars, qui prétendent maintenant que son objectif était de les « escroquer » de 200 millions de dollars avant l’acquisition de leurs options d’achat d’actions le lendemain matin. Ils disposent également d’une source remarquablement approfondie pour expliquer pourquoi il a conclu l’accord et les a licenciés alors qu’il l’a fait : Elon Musk lui-même, cité par Walter Isaacson dans la biographie publiée l’année dernière, Elon Musk :

« Il y a une différence de 200 millions dans le sac entre la fermeture ce soir et la réalisation de demain matin », m'a-t-il dit jeudi après-midi dans la salle de crise alors que le plan se déroulait.
Un autre passage cité du livre évoque une conversation entre Musk et son avocat, Alex Spiro. « [Il] a essayé de démissionner… mais nous l'avons battu », ont-ils déclaré, faisant spécifiquement référence à Agrawal. En licenciant Agrawal avant qu’il ne puisse envoyer une lettre de démission, ils pensaient apparemment que cela signifierait que l’entreprise n’aurait pas à payer son indemnité de départ.

Musk les a tous licenciés dans un contexte d'une série de licenciements massifs après avoir acquis Twitter pour 44 milliards de dollars en 2022, affirmant à l'époque qu'il n'avait pas besoin de payer des indemnités de départ aux dirigeants parce qu'ils avaient été licenciés pour un motif valable. Mais le procès allègue que Musk était en colère d’avoir été contraint de finaliser l’achat. Il affirme en outre qu'il a tenté d'éviter de payer les millions qu'il devait aux dirigeants, rejetant les plans d'indemnités de départ prévoyant une indemnisation si les dirigeants perdaient leur emploi sans motif.

« Le "motif valable" ne signifie pas "les décisions commerciales approuvées par le conseil d’administration que Musk n’aime pas" », indique la plainte. « Il a affirmé dans ses lettres de licenciement que chaque plaignant avait commis une "négligence grave" et une "faute intentionnelle" sans citer un seul fait à l’appui de cette affirmation ». Musk et X n'ont publié aucun commentaire public sur l'affaire.

Malgré les affirmations de X d’Elon Musk concernant la négligence, le gaspillage et l’inconduite, le procès affirme qu’il a été habilité par le conseil d’administration de l’entreprise et nécessaire pour faire des choses comme payer 90 millions de dollars aux avocats qui ont forcé Elon Musk à payer 44 milliards de dollars pour Twitter.


Nombre de plaintes contre X/Twitter au cours du temps

Ce n'est pas la première action intentée par les anciens dirigeants de Twitter

En avril 2023, Parag Agrawal, l'ancien PDG de Twitter, Vijaya Gadde, l'ancien directeur juridique, et Ned Segal, l'ancien directeur financier ont déposé une plainte devant le tribunal de la chancellerie du Delaware, alléguant que Twitter doit verser plus d'un million de dollars aux anciens dirigeants pour les frais juridiques qu'ils ont encourus lorsqu'ils travaillaient dans l'entreprise pour répondre aux demandes du ministère de la Justice et de la Securities and Exchange Commission (Commission des opérations de bourse). « Cette action vise à obtenir une décision rapide exigeant du défendeur qu'il se conforme à ses obligations d'avancer les frais juridiques et les dépenses liées aux litiges et aux enquêtes en cours », indique l'action en justice.

Le document énumère un certain nombre de batailles juridiques et d'enquêtes gouvernementales dans lesquelles ces dirigeants ont été impliqués au fil des ans en tant que défendeurs. Les plaignants ont écrit à Twitter à plusieurs reprises pour demander le remboursement, mais ils n'ont reçu que des accusés de réception en réponse, ajoute le document.

Agrawal, Segal et Gadde ont déclaré dans la plainte que l'obligation de l'entreprise de couvrir leurs frais juridiques restait en vigueur pour toute procédure liée à leur rôle dans l'entreprise, ce qui, selon eux, a inclus une action en justice des actionnaires et des enquêtes de la Securities and Exchange Commission et du ministère de la Justice.

Les trois plaignants affirment que la société a « refusé de reconnaître ses obligations et de verser le paiement de toute facture », après avoir personnellement encouru des « dépenses importantes » en réponse à des poursuites et à des enquêtes liées à leurs anciennes fonctions.

L'action en justice vise à obtenir une ordonnance obligeant Twitter à avancer toutes les dépenses que les plaignants ont encourues jusqu'à présent. Les plaignants veulent également obtenir le remboursement des dépenses encourues pendant qu'ils poursuivaient Twitter pour obtenir le remboursement des dépenses antérieures et une ordonnance « déclarant que les plaignants ont droit à l'avance de tous les futurs honoraires d'avocats, coûts et dépenses encourus dans le cadre de la procédure ».

« Une fois de plus, Twitter n'a pas honoré ses obligations contractuelles de payer ses factures », a déclaré Aaron Zamost, porte-parole de Gadde et de Segal.

Alors qu'ils travaillaient encore pour Twitter, Agrawal et Segal ont été contactés par les autorités fédérales au sujet des enquêtes de la SEC et du DOJ, selon le procès. Dans une lettre adressée à Twitter le 13 janvier 2023, Agrawal a écrit : « J'ai récemment été contacté par la division de l'application de la Securities and Exchange Commission (SEC) et par le ministère de la Justice des États-Unis dans le cadre de certaines enquêtes sur l'entreprise et sur Elon Musk ».

« Agrawal et Segal ont retenu les services d'un avocat, ont témoigné devant la SEC en 2022, et leurs avocats ont continué à dialoguer avec les autorités fédérales. En outre, Agrawal a reçu des demandes avant et après son départ de Twitter pour prendre des mesures afin de préserver certains documents, qui se rapportent également à son service antérieur en tant que dirigeant de Twitter », indique la plainte.


Conclusion

Le procès est l'une des nombreuses actions en justice liées au rachat involontaire de Twitter par Musk et à l'exploitation ultérieure de la plateforme, qu'il a rebaptisée X. Le Conseil national des relations du travail a également déposé une plainte plus tôt cette année, alléguant que la société de fusées SpaceX de Musk avait licencié illégalement huit travailleurs parce que ils ont publié une lettre critiquant son leadership.

Musk a licencié environ 80 % du personnel de Twitter après avoir repris l'entreprise, a-t-il déclaré à la BBC dans une interview l'année dernière. Le site a connu de nombreuses difficultés depuis son acquisition, notamment face à une baisse des revenus publicitaires et à des chercheurs documentant une recrudescence des discours de haine alors que Musk annulait ses efforts de modération du contenu. Il a initialement tenté de se retirer de l'acquisition, mais Twitter a intenté une action en justice pour forcer sa finalisation.

Musk a imputé la baisse des revenus publicitaires aux groupes de surveillance anti-haine qui ont publié des rapports détaillant le contenu raciste et extrémiste sur la plateforme. Il a lancé des poursuites contre deux de ces organisations, Media Matters et le Center For Countering Digital Hate, qui sont actuellement en cours. Un juge californien devrait décider cette semaine s'il convient ou non de rejeter la poursuite contre le Center For Countering Digital Hate.

Sources : plainte, Twitter Vendor Non-Payment

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision de Musk d’acheter Twitter et de la renommer X ?
Quelles sont les conséquences de la prise de contrôle de Twitter par Musk sur la liberté d’expression, la démocratie et la diversité des opinions sur la plateforme ?
Comment évaluez-vous la performance de Musk en tant que propriétaire et dirigeant de Twitter/X ?
Trouvez-vous que les indemnités de départ réclamées par les ex-dirigeants de Twitter sont justifiées ou excessives ?
Quelle est votre opinion sur les actions en justice intentées contre Musk par ses anciens employés et d’autres parties ?
Quel avenir voyez-vous pour Twitter/X sous la direction de Musk ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 0:28
Ce mot n'a aucune raison d'être.
11  4 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 14:25
Citation Envoyé par JeanYvette Voir le message
Si tout ça est nécessaire, c'est simplement parce que les droits des personnes lgbt sont sans-cesses menacés, mais ça, vous n'êtes pas capable de le comprendre.
Et, tu ne penses pas que, plus on mettra en avant les LGBT, au plus certaines personnes se sentiront offensées, choquées, et finalement les rejetteront ?

Un dicton dit : "pour être heureux, vivons cacher". Je ne pense pas que ce matraquage médiatique serve la cause qu'elle prétend défendre, bien au contraire.
5  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 8:43
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Les utilisateurs de réseau ont un pouvoir incroyable : la capacité à contourner les règles.
Interdisez cis et ils utiliseront autre chose, tous les milieux le font (combien de termes sont utilisés par le milieu complotiste antisémite pour définir les juifs?) (combien de termes sont utilisé par les homosexuels pour se définir?).

Quant à ceux qui pensent que ce terme n'a pas de raison d'être il devient vite nécessaire pour un échange fluide dans les milieux qui sont (ou se prétendent) inclusifs, rien que pour éviter des paraphrases en continu.
Ou, tout du moins, il a autant de raison d'être que blanc pour définir la couleur de peau d'une personne.
Mais je suis d'accord, le jour où ma transphobie aura disparue nous pourrons archiver ce mot parmi les mots obsolètes. (J'ai hâte)
Heu ! Si je comprends bien, ce terme signifie une personne normale, qui n'a pas été contre la nature vis à vis d'elle même. Il n'a donc, en effet, aucun intérêt.
6  2 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 13:49
Citation Envoyé par JeanYvette Voir le message
Il est toujours aussi drôle de voir tous ces commentaires, vantant un réseau de "professionnels" qui pleurent dès que ça parle un peu de LGBT et surtout de Trans. Messieurs, peut-être qu'il serait temps d'avancer dans la vie et d'arrêter de pleurer parce que des gens veulent vivre différemment de vous ?
De plus, la transphobie est toujours un délit et donc il y aura des petits signalements Pharos par rapport à certains commentaire, ça ne change pas.

Et ceux qui parlent de "réalité physique", il serait temps d'ouvrir de vrais livres mis à jours, les personnes trans ne vont, à aucun moment, envers la biologie, c'est d'ailleurs prouvé. Et quand bien même, le fait que ça fasse aussi mal à votre égo est incroyable, ca vous trouerait tant le cul que ça de laisser les personnes vivre et être heureuses ?

Allez, déchainez vous bien en mettant votre pouce rouge le plus furibond !
Coeur avec les doigts
Personnellement, j'en ai rien à f**** des LGBT+++. Chacun vit sa vie. Par contre, ce qui me gène, c'est la manière dont le lobby LGBT, si puissant dans le monde des médias, impose ce mode de vie (qui, excuses-moi, mais n'est pas naturel). Pas une série, pas un film, pas une pub sans que soit mis en avant, qui un couple homo, qui un trans, qui un couple mixte, ... Bref, ce qui est une minorité dans la vie, devient la règle dans les médias. On a l'impression qu'être homosexuel, trans, c'est l'avenir, et que les hétéros bien dans leur sexe sont des parias rétrogrades d'un monde ancien ou un homme était un homme et une femme, une femme.

Donc, pas de problèmes pour que chacun vive sa vie de la manière qu'elle le souhaite (dans le respect des autres et de la loi) mais qu'on oublie pas que, s'il n'y avait de couples homme/femme, il n'y aurait pas d'humanité. Et même si aujourd'hui, la sciences permet de faire des enfants in vitro, c'est pas aussi simple que cela, et ça nécessite un gros investissement en temps, en souffrances et en argent.
6  2 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 16:09
Citation Envoyé par wistiti1234 Voir le message
Ce terme vise à stigmatiser les personnes normales, c'est quand même fort ça.

Mais soit. Dans ce cas là, organisons-nous en collectifs, afin défendre les droits des personnes naturelles, et éviter que la majorité ne se retrouve un jour discriminée

C'est plutôt que ce terme tente d'escamoter la dimension pathologique des "lgbt..." ainsi, en y affrontant "cis-genre", les militants évincent la confrontation "individu normal" versus "individu anormal".

Citation Envoyé par JeanYvette Voir le message
Il est toujours aussi drôle de voir tous ces commentaires, vantant un réseau de "professionnels" qui pleurent dès que ça parle un peu de LGBT et surtout de Trans. Messieurs, peut-être qu'il serait temps d'avancer dans la vie et d'arrêter de pleurer parce que des gens veulent vivre différemment de vous ?
De plus, la transphobie est toujours un délit et donc il y aura des petits signalements Pharos par rapport à certains commentaire, ça ne change pas.
Mouais... Sauf, qu'en tant que personne à peu près normale, je ne passe pas mon temps à revendiquer ma sexualité, à en faire étalage sur la place publique, à en faire l'alpha et l'oméga de ma vie (y compris professionnelle). La Transphobie un délit, mais bien sûr... La discrimination est un délit, et c'est déjà plus que suffisant.

Citation Envoyé par JeanYvette Voir le message
Et ceux qui parlent de "réalité physique", il serait temps d'ouvrir de vrais livres mis à jours, les personnes trans ne vont, à aucun moment, envers la biologie, c'est d'ailleurs prouvé. Et quand bien même, le fait que ça fasse aussi mal à votre égo est incroyable, ca vous trouerait tant le cul que ça de laisser les personnes vivre et être heureuses ?

Allez, déchainez vous bien en mettant votre pouce rouge le plus furibond !
Coeur avec les doigts
Eux, sans médecine moderne, et la complaisance malsaine (car intéressée idéologiquement et/ou financièrement) de certains médecins : Pas de "trans" qui pour les plus militants d'entre-eux, sont clairement dans le déni de l'absolue suprématie de la biologie qui est la seule réalité et bien physique... Et quand on est heureux, on ne passe pas son temps à faire chier la majorité (qui globalement n'en a rien à carré de leurs lubies sexuelles pourvu qu'elles restent dans la chambre à coucher des personnes concernées).
3  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 16:22
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
... Parce qu'il y a forcément des homosexuels qui n'aiment pas le lobby LGBT...
Ouais, j'ai des voisins comme ça, sont pacsés, et on s'entend bien. Ils n'ont aucune envie d'exposer ou que l'on se mêle de leur vie intime... Pas plus que des gens normaux, en fait.
3  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 04/04/2024 à 21:29
Les politiciens Australiens ferait bien de balayer devant leurs porte avant de donner des leçons.

L'Australie n'a pas de constituions pour protéger les citoyens (1,2,3)
Désormais, la dérive autoritaire n'a plus beaucoup de limites : Il s'agit du 2ème pays qui a été le plus covidiste au monde après la Chine (tentative de rendre obligatoire les applis de tracage, objectif zéro covid avec confinement d'une ville pour un cas, des manifestation anti-confinement et anti-pass on été réprimé dans le sang, tous les moyens de surveillances automatisés on été déployés...), le chiffrement est presque totalement interdit, le gouvernement peut modifier (légalement) des données privées, des militants écologistes doivent présenter chaque semaine aux autorités leurs smartphones, la reconnaissance faciale est largement déployé, les aborigènes ont toujours aussi peu de droits, le gouvernement peu décider de l'expulsion de migrants sous le secret... Tout ce que je dit est sourcé.
4  2 
Avatar de noremorse
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 05/04/2024 à 17:13
Bon débarras
2  0 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 11:33
Si vraiment on voulait mettre des noms sur ces questions psychologiques, pourquoi "cisgenre" serait une insulte alors que ça désigne apparemment l'immense majorité des gens qui ont aucun soucis avec l'anatomie et la biologie humaine ? C'est bien d'être en phase avec soit même, non ? Et celui ne ne serait pas en phase avec lui même ne serait pas plus critiquable.
Ce qui me choque là dedans c'est qu'on ait besoin d'inventer des termes comme ça.

Une homme c'est un homme ( Être humain du sexe masculin), vrai ?
Une femme c'est une femme ( Être humain du sexe féminin), on est toujours d'accord ?

Bon ben voilà c'est réglé. Ok il y a quelques personnes qui sont des hommes et se prennent pour des femmes, inversement et il y en a même qui ne veulent pas choisir.
Chez tous ces gens il n'y a pas besoin de préfixe à genre car il n'y a que 2 catégories en vrai :
-ceux qui se posent ces questions vouées à l’échec de la confrontation avec l'anatomie humaine en toute intimité et tant mieux ou tant pis pour eux, c'est leur intimité. Si des termes sont à trouver ça ne peut être qu'en médecine chez ceux pour qui c'est un problème et ont besoin d'aide et invitent un médecin dans leur intimité.
-ceux qui font pareil en public et ceux-ci ne sont que des exhibitionnistes et/ou des candidats à l'eurovision, rien à voir avec le genre.
4  2 
Avatar de wistiti1234
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 11:51
Ce terme vise à stigmatiser les personnes normales, c'est quand même fort ça.

Mais soit. Dans ce cas là, organisons-nous en collectifs, afin défendre les droits des personnes naturelles, et éviter que la majorité ne se retrouve un jour discriminée
3  1