IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'UE inflige une amende antitrust de plus de 1,8 milliard d'euros à Apple dans l'affaire Spotify
Pour avoir abusé de sa position dominante et limité les choix des consommateurs

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

6  0 
Apple a écopé de sa première amende antitrust de l’UE, d’un montant de 1,8 milliard d’euros, pour avoir empêché Spotify et d’autres services de streaming musical d’informer les utilisateurs des options de paiement en dehors de son App Store. La décision de la Commission européenne fait suite à une plainte déposée en 2019 par le service suédois de streaming musical, qui dénonçait cette restriction et la commission de 30% prélevée par Apple.

En 2016, une mise à jour de l’application Spotify sur iOS a été refusée. Spotify a accusé la firme de Tim Cook d’utiliser son processus de validation de l’App Store pour mettre en avant son propre service de streaming de musique, Apple Music. En guise de justification, Apple a expliqué que l’éditeur ne respecte pas les règles commerciales. En effet, Spotify ne proposait plus à ses utilisateurs la possibilité de s’inscrire à son offre premium depuis son application. Une décision qui ne plairait pas à beaucoup d’utilisateurs, mais qui permettait au service d’éviter de payer les 30 % de commission à Apple comme l’exigaient les règles de l’App Store. Or, Spotify proposait de le faire en passant par son site officiel, ce qui serait contraire aux règles imposées par Apple, qui stipulent qu’un développeur doit proposer la possibilité de s’abonner depuis l’application si un tel abonnement pouvait être souscrit ailleurs.

Pour Apple, Spotify demandait un traitement de faveur et voulait profiter des avantages de l’écosystème mis en place par Apple sans suivre les règles et payer une compensation.

Trois ans plus tard, le combat a pris une autre dimension. Dans une plainte déposée à la Commission européenne en mars 2019, Spotify a déclaré qu'Apple avait « incliné le terrain de jeu » en exploitant iOS, la plateforme et l'App Store pour la distribution, ainsi que son propre rival de Spotify, Apple Music.

Daniel Ek, PDG de Spotify, a notamment avancé ceci :

Apple exploite une plateforme qui, pour plus d'un milliard de personnes dans le monde, constitue la passerelle vers Internet. Apple est à la fois propriétaire de la plateforme iOS et de l'App Store - et concurrent de services tels que Spotify. En théorie, c'est bien. Mais dans le cas d’Apple, ils continuent à se donner un avantage injuste à chaque tournant.

Pour illustrer ce que je veux dire, laissez-moi vous donner quelques exemples. Apple exige que Spotify et les autres services numériques paient une taxe de 30% sur les achats effectués via le système de paiement Apple, y compris la mise à niveau de notre service Gratuit vers notre service Premium. Si nous payions cette taxe, cela nous obligerait à gonfler artificiellement le prix de notre abonnement Premium bien au-dessus du prix de Apple Music. Et pour que nos prix restent concurrentiels pour nos clients, nous ne pouvons pas le faire.

Sinon, si nous choisissons de ne pas utiliser le système de paiement d’Apple, nous appliquons une série de restrictions techniques et limitant l’expérience à Spotify. Par exemple, ils limitent notre communication avec nos clients, y compris notre portée au-delà de l'application. Dans certains cas, nous ne sommes même pas autorisés à envoyer des courriers électroniques à nos clients qui utilisent Apple. Apple bloque également régulièrement nos mises à niveau qui améliorent l'expérience. Au fil du temps, cela a entraîné le blocage de Spotify et d'autres concurrents des services Apple tels que Siri, HomePod et Apple Watch.
Bruxelles a alors ouvert une enquête antitrust en mai 2019. En juin 2020, la Commission a ouvert une procédure formelle concernant les règles d'Apple imposées aux développeurs pour la distribution d'applications par l'intermédiaire de l'App Store. En avril 2021, la Commission a adressé à Apple une communication des griefs, à laquelle Apple a répondu en septembre 2021.

En février 2023, la Commission a remplacé la communication des griefs de 2021 par une autre communication des griefs clarifiant les griefs de la Commission, à laquelle Apple a répondu en mai 2023. Et le 4 avril 2024, après des années de procédures, la Commission a décidé d'infliger une amende à Apple.


La commission sévit

La Commission européenne a infligé à Apple une amende de plus de 1,8 milliard d'euros pour abus de position dominante sur le marché de la distribution d'applications de diffusion de musique en continu auprès des utilisateurs d'iPhone et d'iPad par l'intermédiaire de son App Store. La Commission a notamment constaté qu'Apple imposait aux développeurs d'applications des restrictions les empêchant d'informer les utilisateurs d'iOS que d'autres services d'abonnement musical moins chers étaient disponibles en dehors de l'application. Ces pratiques sont illégales au regard des règles de l'Union européenne en matière de pratiques anticoncurrentielles.

Apple est actuellement le seul fournisseur d'un App Store dans lequel les développeurs peuvent distribuer leurs applications auprès des utilisateurs d'iOS dans l'Espace économique européen (EEE). Apple contrôle tous les aspects de l'expérience des utilisateurs d'iOS et fixe les conditions auxquelles les développeurs doivent souscrire pour être présents dans l'App Store et pouvoir toucher les utilisateurs d'iOS dans l'EEE.

L'enquête de la Commission a révélé qu'Apple interdit aux développeurs d'applications de diffusion de musique en continu d'informer pleinement les utilisateurs d'iOS de l'existence d'autres services d'abonnement musical moins chers disponibles en dehors de l'application et de leur fournir des informations sur la manière de s'abonner à ces offres. En particulier, les dispositions anti-steering interdisent aux développeurs:
  • d'informer les utilisateurs d'iOS dans le cadre de leurs applications des prix des offres d'abonnement disponibles sur l'internet en dehors de l'application;
  • d'informer les utilisateurs d'iOS dans le cadre de leurs applications des différences de prix entre les abonnements intégrés aux applications vendus par l'intermédiaire du mécanisme d'achat d'Apple intégré aux applications et les abonnements disponibles ailleurs;
  • d'inclure, dans leurs applications, des liens orientant les utilisateurs d'iOS vers le site web du développeur sur lequel d'autres formules d'abonnement sont proposées à la vente. Il était également interdit aux développeurs d'applications de se mettre en contact avec leurs nouveaux utilisateurs, par exemple par courrier électronique, afin de leur présenter d'autres options tarifaires une fois qu'ils ont créé un compte.


Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence, a déclaré :

Pendant dix ans, Apple a abusé de sa position dominante sur le marché de la distribution d’applications de diffusion de musique en continu par l’intermédiaire de son App Store. Pour ce faire, elle a empêché les développeurs d’informer les consommateurs de l’existence d’autres services musicaux moins chers disponibles en dehors de l’écosystème Apple. Cette pratique étant illégale en vertu des règles de l’UE en matière d’ententes et d’abus de position dominante, nous avons infligé aujourd’hui à Apple une amende de plus de 1,8 milliard d’euros.
Pourquoi une amende à cette hauteur ?

Pour fixer le niveau de l'amende, la Commission a tenu compte de la durée et de la gravité de l'infraction ainsi que du chiffre d'affaires total et de la capitalisation boursière d'Apple. Elle a également pris en compte le fait qu'Apple avait présenté des informations inexactes dans le cadre de la procédure administrative.

En outre, la Commission a décidé d'ajouter au montant de base de l'amende une somme forfaitaire supplémentaire de 1,8 milliard d'euros afin de rendre l'amende globale infligée à Apple suffisamment dissuasive. Cette amende forfaitaire était nécessaire en l'espèce car une partie importante du préjudice causé par l'infraction consiste en un préjudice moral, qui ne peut être dûment pris en compte selon la méthodologie basée sur les revenus exposée dans les lignes directrices de la Commission pour le calcul des amendes de 2006. En outre, l'amende doit être suffisante pour dissuader Apple de répéter l'infraction actuelle ou une infraction similaire et pour dissuader d'autres entreprises ayant une taille et des ressources similaires de commettre une infraction identique ou similaire.

La Commission a conclu que le montant total de l'amende de plus de 1,8 milliard d'euros était proportionné aux revenus d'Apple à l'échelle mondiale et nécessaire pour avoir un effet dissuasif.

La Commission a également ordonné à Apple de supprimer les dispositions anti-steering et de ne pas commettre à nouveau l'infraction ou d'adopter à l'avenir des pratiques ayant un objet ou un effet équivalent.


La réaction de Spotify

La décision d’aujourd’hui marque un moment important dans la lutte pour un Internet plus ouvert aux consommateurs. La Commission européenne (CE) a clairement formulé sa conclusion : le comportement d’Apple limitant les communications aux consommateurs est illégal. Cette décision envoie un message puissant : aucune entreprise, pas même un monopole comme Apple, ne peut exercer un pouvoir abusif pour contrôler la manière dont d’autres entreprises interagissent avec leurs clients.

Les règles d'Apple ont empêché Spotify et d'autres services de streaming musical de partager avec nos utilisateurs directement dans notre application divers avantages, nous refusant ainsi la possibilité de communiquer avec eux sur la manière de mettre à niveau et le prix des abonnements, des promotions, des remises ou de nombreux autres avantages. Bien entendu, Apple Music, un concurrent de ces applications, n’est pas exclu du même comportement. En exigeant qu'Apple mette fin à ses comportements illégaux au sein de l'UE, la CE donne la priorité aux consommateurs. Il s’agit d’un concept de base des marchés libres : les clients doivent savoir quelles sont les options qui s’offrent à eux, et les clients, et non Apple, doivent décider quoi acheter, où, quand et comment.

Même si nous apprécions que la CE aborde cette affaire importante, nous savons également que les détails comptent. Apple a régulièrement défié les lois et les décisions des tribunaux sur d'autres marchés. Nous attendons donc avec impatience les prochaines étapes qui, espérons-le, permettront de remédier de manière claire et concluante aux pratiques déloyales de longue date d’Apple.

Depuis le début, la conviction fondamentale d’Internet est qu’il doit être un écosystème juste et ouvert. Cette conviction a alimenté la croissance, l’innovation et la découverte partout dans le monde. Aujourd’hui, la principale façon dont les gens accèdent à Internet est via leur téléphone mobile. Alors pourquoi les mêmes principes ne s’appliqueraient-ils pas ? Et même si nous sommes heureux que cette affaire rende une certaine justice, elle ne résout pas le mauvais comportement d’Apple envers les développeurs au-delà du streaming musical sur d’autres marchés du monde. Notre travail ne sera pas terminé tant que nous n’aurons pas réussi à garantir partout un marché numérique véritablement équitable et notre engagement à contribuer à faire de cet objectif une réalité reste inébranlable.

Apple critique cette décision

Apple a critiqué la décision de l’UE, qu’il compte contester devant les tribunaux. « La décision a été prise malgré l’incapacité de la Commission à trouver des preuves crédibles de préjudice aux consommateurs, et ignore les réalités d’un marché qui est florissant, concurrentiel et en pleine croissance », a déclaré l’entreprise dans un communiqué.

Le cas Spotify n’est pas le seul dossier antitrust qui vise Apple en Europe. La Commission a ouvert en juin 2020 deux enquêtes sur les pratiques d’Apple concernant son service de paiement Apple Pay et son magasin d’applications. Elle examine notamment si Apple impose des conditions restrictives aux développeurs d’applications et si elle favorise ses propres applications par rapport à celles de ses concurrents. Apple fait également l’objet de plaintes de la part d’autres acteurs du secteur numérique, tels que le service de livres audio Audible, le service de jeux Epic Games et le service de messagerie Telegram.

D'ailleurs Spotify, Epic Games et d'autres soutiennent que les changements apportés par Apple à l'App Store ne sont pas conformes à la DMA :

Nous sommes 34 entreprises et associations opérant dans un large éventail de secteurs numériques, notamment l'aviation, l'édition/la presse, les jeux, les radios commerciales, le streaming audio, les logiciels d'application, les communications, le marketing, les paiements, la fintech, la crypto et les places de marché. Ensemble, nous représentons des dizaines de milliers d'entreprises de toutes tailles et nous servons des centaines de millions de clients à travers l'Europe.

Nous sommes très préoccupés par le fait que le plan proposé par Apple pour se conformer à la loi sur les marchés numériques (DMA), tel que communiqué le 25 janvier 2024, ne répondra pas aux exigences de la loi, empêchant ainsi notre capacité à fournir les avantages de la DMA aux consommateurs dès que possible.

Les nouvelles conditions d'Apple non seulement ignorent l'esprit et la lettre de la loi, mais si elles restent inchangées, elles tournent en dérision le DMA et les efforts considérables déployés par la Commission européenne et les institutions de l'UE pour rendre les marchés numériques compétitifs.
Sources : décision de l'UE, Spotify

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision de l’UE de sanctionner Apple pour abus de position dominante ?
Pensez-vous qu’Apple ait le droit de prélever une commission de 30% sur les transactions effectuées via son App Store ?
Quel impact cette affaire aura-t-elle sur les services de streaming musical comme Spotify ?
Quelles sont les alternatives à l’App Store pour les utilisateurs d’iPhone et d’iPad ?
Comment cette affaire s’inscrit-elle dans le contexte plus large de la régulation des géants du numérique en Europe ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de steel-finger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/03/2024 à 21:59
J'espère que cette fois-ci, la décision de la justice sera exécutée jusqu'au bout.
Ce qui me préoccupe le plus, c'est de voir une décision de justice annoncer bientôt que l'amende pour Apple a été annulée.
6  0