IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Spotify, Epic Games et d'autres soutiennent que les changements apportés par Apple à l'App Store ne sont pas conformes à la DMA,
La transformant même en une « mascarade »

Le , par Stéphane le calme

16PARTAGES

10  0 
Spotify, Epic Games, Deezer, Paddle et plusieurs autres développeurs et associations européennes ont envoyé une lettre commune à la Commission européenne pour se plaindre du « système proposé par Apple pour se conformer » à la loi sur les marchés numériques (DMA). Les 34 entreprises et associations estiment que les projets d'Apple « ne répondent pas aux exigences de la loi ». Les changements proposés par Apple « ne tiennent pas compte de l'esprit et de la lettre de la loi » et, s'ils restent inchangés, « tourneront en dérision la loi sur les marchés numériques », selon la lettre. Plusieurs éléments spécifiques du plan d'Apple sont mis en évidence, notamment les frais de technologie de base, le processus de notarisation et les conditions que les développeurs doivent accepter.

Le 1er mars 2024, un groupe de 34 entreprises et associations, dont Spotify, Epic Games, Deezer, Paddle et Proton, a envoyé une lettre à la Commission européenne pour exprimer ses préoccupations concernant les nouvelles règles que Apple compte appliquer à son App Store dans l’Union européenne.

Selon les signataires de la lettre, les plans d’Apple ne respectent ni l’esprit ni la lettre du DMA et en font même une « mascarade ». Ils estiment qu’Apple cherche à maintenir et à renforcer sa position dominante sur les services de plateforme numérique, tels que les moteurs de recherche en ligne, les magasins d’applications, les services de messagerie, etc.

Les entreprises et les associations demandent instamment à l'Union européenne de prendre « des mesures rapides, opportunes et décisives à l'encontre d'Apple ». La façon dont la Commission européenne répondra à la proposition d'Apple « servira de test décisif pour la loi sur les marchés numériques et permettra de déterminer si elle peut être utile aux citoyens et à l'économie de l'Europe ».


Ce que dénoncent ces entreprises et associations

Nous sommes 34 entreprises et associations opérant dans un large éventail de secteurs numériques, notamment l'aviation, l'édition/la presse, les jeux, les radios commerciales, le streaming audio, les logiciels d'application, les communications, le marketing, les paiements, la fintech, la crypto et les places de marché. Ensemble, nous représentons des dizaines de milliers d'entreprises de toutes tailles et nous servons des centaines de millions de clients à travers l'Europe.

Nous sommes très préoccupés par le fait que le plan proposé par Apple pour se conformer à la loi sur les marchés numériques (DMA), tel que communiqué le 25 janvier 2024, ne répondra pas aux exigences de la loi, empêchant ainsi notre capacité à fournir les avantages de la DMA aux consommateurs dès que possible.

Les nouvelles conditions d'Apple non seulement ignorent l'esprit et la lettre de la loi, mais si elles restent inchangées, elles tournent en dérision le DMA et les efforts considérables déployés par la Commission européenne et les institutions de l'UE pour rendre les marchés numériques compétitifs.

Il y a une myriade d'éléments dans l'annonce d'Apple qui ne sont pas conformes à la DMA. Nous profitons de l'occasion pour souligner certains des éléments les plus évidents et les plus flagrants :
  • Apple propose aux développeurs d'applications un choix irréalisable entre le maintien de ses conditions actuelles - qui ne sont manifestement pas conformes à la DMA - et l'adoption de nouvelles conditions, ce qui implique que seuls les développeurs d'applications qui acceptent les nouvelles conditions bénéficieront de la DMA. Il s'agit d'un faux choix qui ne fait qu'ajouter une complexité et une confusion inutiles. Aucune des deux options n'est conforme à la DMA et les deux options ne feraient que consolider la mainmise d'Apple sur les marchés numériques.
  • La nouvelle structure tarifaire des nouvelles conditions proposées semble conçue pour maintenir et même amplifier l'exploitation par Apple de sa domination sur les développeurs d'applications. Avec des frais de transaction élevés et des frais de technologie de base (CTF), peu de développeurs d'applications accepteront ces conditions injustes. Ces frais dissuaderont les développeurs d'applications de proposer aux consommateurs des expériences in-app transparentes et entraveront la concurrence loyale avec d'autres fournisseurs de paiement potentiels.
  • Apple prétend que "les changements incluent de nouveaux contrôles et divulgations, ainsi que des protections étendues pour réduire les risques de confidentialité et de sécurité créés par le DMA". Il s'agit de masquer des préoccupations infondées en matière de protection de la vie privée et de sécurité au détriment du choix de l'utilisateur. L'approche d'Apple - telle que l'introduction d'"écrans d'effroi" - ne fera qu'induire en erreur et dégrader l'expérience de l'utilisateur, le privant d'un véritable choix et des avantages de l'accord de gestion des données.
  • Pour réussir, la DMA doit créer des opportunités pour une réelle concurrence, y compris des magasins d'applications alternatifs et le chargement latéral. Les nouveaux magasins d'applications sont essentiels pour stimuler la concurrence et le choix, tant pour les développeurs d'applications que pour les consommateurs. Le téléchargement latéral donnera aux développeurs d'applications un véritable choix entre l'App Store d'Apple ou leur propre canal de distribution et leur propre technologie. Les nouvelles conditions d'Apple ne permettent pas le transfert latéral et rendent l'installation et l'utilisation de nouveaux magasins d'applications difficiles, risquées et financièrement peu attrayantes pour les développeurs. Au lieu de créer une concurrence saine et de nouveaux choix, les nouvelles conditions d'Apple érigeront de nouvelles barrières et renforceront la mainmise d'Apple sur l'écosystème de l'iPhone.

La réponse de la Commission européenne à la proposition d'Apple servira de test décisif pour la DMA et permettra de déterminer si elle peut être utile aux citoyens et à l'économie de l'Europe.

En l'absence de propositions matériellement différentes de la part d'Apple, nous demandons instamment à la Commission européenne de prendre des mesures rapides, opportunes et décisives à l'encontre d'Apple, afin de protéger les développeurs et de bénéficier aux consommateurs, et ce dès que les obligations du DMA s'appliqueront. C'est la seule façon de garantir que le DMA reste crédible et qu'il permette de créer des marchés numériques compétitifs.

Des changements conformes au DMA, selon Apple

Apple maintient que ses changements sont conformes à la loi sur les marchés numériques tout en étant nécessaires pour protéger les appareils de ses utilisateurs de l'UE contre les risques de sécurité qui, selon elle, sont introduits par la nouvelle loi. « L'approche d'Apple vis-à-vis du Digital Markets Act a été guidée par deux objectifs simples : se conformer à la loi et réduire les risques inévitables et accrus que le DMA crée pour nos utilisateurs européens », déclare Julien Trosdorf, porte-parole d'Apple. « Cela signifie qu'il faut créer des garanties pour protéger les utilisateurs de l'UE dans toute la mesure du possible et pour répondre aux nouvelles menaces, notamment les nouveaux vecteurs de logiciels malveillants et de virus, les possibilités d'escroquerie et de fraude, et les défis à relever pour garantir le fonctionnement des applications sur les plateformes d'Apple ».

Apple est tenu de se conformer à la loi sur les marchés numériques d'ici le 7 mars, et les modifications apportées à l'écosystème des applications sont intégrées à iOS 17.4. Nous nous attendons à ce qu'iOS 17.4 soit publié au début de la semaine prochaine, et c'est à ce moment-là que les places de marché d'applications alternatives, les méthodes de paiement alternatives et les nouvelles conditions qu'Apple a conçues pour les développeurs entreront en vigueur.


Apple publie un livre blanc parlant de sa mise en conformité à la loi sur les marchés numériques

À l'appui des changements qu'elle met en œuvre, Apple a publié vendredi 1er mars un livre blanc décrivant les risques qu'elle tente d'atténuer avec le processus de notarisation et d'autres exigences auxquelles doivent se soumettre les places de marché d'applications alternatives et les applications installées par l'intermédiaire de ces places de marché.

Avec la prochaine mise à jour iOS 17.4, les utilisateurs d'iPhone de l'Union européenne pourront installer des applications sur des places de marché alternatives plutôt que sur l'App Store. Plusieurs entreprises travaillent sur des places de marché, Setapp et Epic Games ayant confirmé leur intention de proposer une alternative à l'App Store.

Atténuer les risques via un processus de notarisation

Les applications installées par l'intermédiaire des places de marché sont essentiellement des « téléchargements latéraux » et ne sont pas soumises au processus d'examen standard de l'App Store. Afin de minimiser les risques de logiciels malveillants et de fraude, Apple a mis en place un processus de notarisation auquel doivent se soumettre les places de marché d'applications et les applications qui y sont vendues.

Ce processus comprend une analyse automatisée et un examen humain pour s'assurer que les applications ne contiennent pas de logiciels malveillants, qu'elles fonctionnent comme annoncé et qu'elles ne font pas l'objet de « tentatives de fraude flagrantes ». Une application ne peut être installée sur un iPhone à l'aide du chargement latéral que si elle est signée par Apple par le biais de la notarisation, et Apple demande aux développeurs d'avoir un compte Developer et de fournir des informations légitimes telles que le nom, l'adresse et le numéro de téléphone. Les applications devront expliquer pourquoi elles ont besoin d'accéder à des données sensibles comme le microphone, l'appareil photo, Face ID, les données de santé, et plus encore, et le consentement de l'utilisateur sera également requis pour que ces fonctions marchent après l'installation d'une application.

En revanche, la notarisation ne permet pas d'examiner le contenu des applications. Les applications installées par l'intermédiaire de places de marché alternatives peuvent contenir des contenus pour adultes, des contenus protégés par des droits d'auteur, des contenus liés à la drogue et d'autres fonctionnalités qui ne seraient pas autorisées dans l'App Store. Apple tentera d'arrêter les applications qui usurpent l'identité d'autres applications ou qui présentent des fonctionnalités non documentées, mais l'entreprise prévient que les applications chargées latéralement ne seront pas aussi sûres que celles qui sont installées via l'App Store.

Des modes de paiement alternatif

Les places de marché d'applications alternatives doivent adhérer à des critères de base qui les obligent à s'engager à surveiller et à supprimer les applications malveillantes et à fournir une assistance aux utilisateurs. Les remboursements, par exemple, devront être assurés par la place de marché d'applications, car les places de marché utilisent des méthodes de paiement alternatives plutôt que des achats in-app. Les modes de paiement alternatifs sont également acceptés dans les applications de l'App Store dans le cadre de la DMA.

Les utilisateurs européens qui installent une application en dehors de l'App Store se verront présenter une fiche d'installation de l'application contenant le nom de l'application, le nom du développeur, la description de l'application, des captures d'écran et des évaluations. Les fiches peuvent être désactivées pour une place de marché dans l'application Paramètres, et elles disparaissent également si une place de marché est définie comme magasin par défaut.

Des informations similaires sont également fournies pour les applications qui utilisent des méthodes de paiement alternatives. Apple prévient que des fonctionnalités telles que l'annulation facile de l'abonnement et la demande d'achat ne sont pas disponibles, et qu'il n'y a pas de protection contre les prix abusifs.

Le livre blanc présente plusieurs risques auxquels les mobinautes devront faire face

Apple affirme avoir reçu de nombreux courriels d'utilisateurs européens et d'agences gouvernementales qui s'inquiètent des risques liés aux places de marché d'applications alternatives, et promet de « travailler sans relâche » pour protéger les utilisateurs « dans la mesure où la loi le permet ». Les utilisateurs n'ont aucun moyen de se soustraire aux changements apportés par la DMA, et Apple laisse entendre que certaines personnes pourraient être contraintes d'utiliser des applications alternatives contre leur gré. Les employeurs et les écoles peuvent exiger une application qui n'est disponible que sur une place de marché, par exemple.

Une grande partie du livre blanc d'Apple présente les risques auxquels les utilisateurs d'iPhone devront faire face et le travail que les opérateurs de places de marché d'applications alternatives devront accomplir pour assurer la sécurité des utilisateurs.

Apple indique notamment que les changements qu'elle apporte ont été discutés avec la Commission européenne et qu'aucune préoccupation n'a été soulevée. La DMA reconnaît les risques pour la vie privée associés aux places de marché d'applications alternatives, et Apple affirme vouloir faire tout son possible pour protéger et éduquer les utilisateurs dans le cadre des nouvelles lignes directrices.

Les propriétaires d'iPhone dans l'Union européenne qui ont d'autres inquiétudes concernant les places de marché d'applications alternatives peuvent lire le PDF complet d'Apple pour avoir une meilleure idée des protections de sécurité et de sûreté qu'Apple a mises en place et des risques qui subsistent.

Sources : lettre , livre blanc d'Apple

Et vous ?

Que pensez-vous des changements que Apple compte apporter à son App Store dans l’Union européenne ? Apple se conforme-t-elle à la loi ou ?
Croyez-vous que ces changements respectent le DMA et favorisent la concurrence et l’innovation sur les marchés numériques ou pensez-vous qu'Apple use de moyens détournés pour ne pas en respecter l'esprit ?
Quels sont les avantages et les inconvénients du téléchargement direct d’applications (sideloading) et de l’utilisation de nouveaux magasins d’applications ?
Quel est le rôle de la Commission européenne dans la régulation des services de plateforme numérique comme Apple ?
Quelles sont les conséquences potentielles des plans d’Apple pour les utilisateurs, les développeurs et les autres acteurs de l’écosystème numérique ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de DespairPaprika
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 09/03/2024 à 11:16
Pour ceux qui sortaient l'excuse de la sécurité, c'est un comble !
Selon Apple, laisser les utilisateurs utiliser des boutiques tierces est un risque de sécurité. Sauf qu'empêcher les utilisateurs de faire des mises à jour, c'est un risque avéré.
4  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 12/03/2024 à 19:42
Cette possibilité est néanmoins soumise à un lot de conditions dont la présence du développeur sur la boutique d’applications en ligne d’Apple depuis deux ans à minima.
discrimner des développeurs qui ont moins de deux ans d’inscription sur Apple Developper, c'est légal ?
2  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/03/2024 à 21:19
ce qui est drole c'est qu'il nous font payer la DMA mais vont continuer a voler les meta données comme avant. je gage que dans quelques années on decouvrira que rien n'avait changé sur leur spoil systeme.
1  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/03/2024 à 8:21
Comme dit précédemment, sur F-Droid, il y a des applications de qualité qui répondent bien aux besoins courants et sans trackers.

Quand je vois ce que le Google Play Services prend en taille (plus de 500Mo) sur mon Pixel, j'ai hâte de m'en séparer. Et généralement quand on se fait voler son téléphone il est flashé rapidement donc localiser son téléphone doit être fait rapidement et il existe des applications de ce type sur F-Droid.

Ce qui est embêtant, ce sont les banque avec l'autorisation de paiement en ligne qui demande leur application qui ne fonctionne pas sur un téléphone déverrouillé.
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 08/03/2024 à 8:23
Juridiquement, ils ne sont contraints qu'en UE. Mais c'est clairement fait pour emmerder les utilisateurs de magasins alternatifs et que les gens à l'étranger sachent que pour eux rien à changé, ils restent obligés de passer par l'AppleStore.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 10/03/2024 à 12:35
Citation Envoyé par smarties Voir le message
Comme dit précédemment, sur F-Droid, il y a des applications de qualité qui répondent bien aux besoins courants et sans trackers.

Quand je vois ce que le Google Play Services prend en taille (plus de 500Mo) sur mon Pixel, j'ai hâte de m'en séparer. Et généralement quand on se fait voler son téléphone il est flashé rapidement donc localiser son téléphone doit être fait rapidement et il existe des applications de ce type sur F-Droid.

Ce qui est embêtant, ce sont les banque avec l'autorisation de paiement en ligne qui demande leur application qui ne fonctionne pas sur un téléphone déverrouillé.
Tu a tout résumé. La plupart des applications sur mon smartphone (un vieux Samsung de 2015) viennent de F-Droid. F-Droid est la preuve de la mauvaise fois d'Apple en matière de magasins d'application, puisque qu'il est plus sécurisé que le Play Store (et donc logiquement au moins aussi sécurisé que l'App Store).
Concernant le DMA, il est évident qu'Apple fait tout pour tricher avec les exigences du DMA... Le but est clairement que ni l'utilisateur ni le développeur ne soit libre sur IOS.

Effectivement les banques font vraiment c****. Cela me rappelle l'époque où il fallait avoir Windows avec IE et ActiveX pour accéder à de nombreux services sur le web. C'est exactement ce qu'il se passe aujourd'hui avec les services Google sur Android. Une technologie qui n'apporte que des problèmes sur le plan technique, mais qu'il est difficile de ne pas avoir.
1  0 
Avatar de Waikiki
Membre averti https://www.developpez.com
Le 13/03/2024 à 8:57
Ils aiment se faire taper dessus par la Commission Européenne chez Apple.
1  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/03/2024 à 18:57
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
discrimner des développeurs qui ont moins de deux ans d’inscription sur Apple Developper, c'est légal ?
et avoir une application dont le nombre de premières installations annuelles sur iOS dans l'UE a dépassé le million au cours de l'année civile précédente.

donc en gros ca impactera personne hors gafam

il serait temps que la commission sévissent, depuis la mise en place du DMA Apple montre un énorme foutage de gueule dans ces conditions.
C'est pourtant pas compliqué de faire la même chose que ce qui existe sur... macos.

les conditions qu’Apple impose empêche tous store alternatif comme fdroid sur android et c'est fort regrettable !
1  0 
Avatar de Waikiki
Membre averti https://www.developpez.com
Le 07/03/2024 à 12:10
Je voulais attendre la fin du support officiel de mon smartphone par le fabricant (un oneplus), mais je pense que je vais franchir le pas vers LineageOS + Fdroid bien plus rapidement. D'autant plus que Lineage fourni déjà la version 14 d'android pour mon modèle alors que la version officiel du fabricant n'est pas prête d'arriver.

D'ailleurs je me pose la question de l'impact sur les version AOSP, vu que Google a l'air de vouloir justifier cette facturation par le fait qu'ils "fournissent" Android (en tout cas ils participent au projet Android). Peuvent-il imposer cette facturation à des devs qui ne fournissent leur logiciel que sur des stores type Fdroid, car ils ne sont pas responsable si un utilisateur installe une application depuis Fdroid sur un Android non AOSP mais avec les services inclus.
0  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 07/03/2024 à 13:03
Ca fait plus de 2 ans que j'ai entamé une démarche de me dégoogliser et arrêter d'autres services cloud mais ça prend du temps (changer ses habitudes, trouver et essayer les services, s'auto-héberger).

Pour la boite mail je suis passé chez Infomaniak donc elle fonctionne sans problème avec FairEmail pour Android.
Simple SMS, Etar (calendrier), Amaze (fichiers), Aegis (2FA), Barcode Scanner, Fennec (navigateur), NewPipe (Youtube), Magic Earth (GPS), ... pour Android font l'affaire (c'est ce que j'ai sur mon téléphone de secours).
A côté j'ai l'Aurora Store qui me permet d'installer les application du Play Store (LeBonCoin, Signal, ...). Je n'ai pas testé pour la banque, avez-vous des retours sur les applications bancaires qui fonctionnent ou non sur LineageOS/GrapheneOS/CalyxOS ?
0  0