IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'UFC-Que Choisir porte plainte auprès de la CNIL contre Meta pour non-respect du RGPD
Dans le cadre de son offre d'abonnement donnant l'accès à des versions sans publicités de ses réseaux sociaux

Le , par Patrick Ruiz

8PARTAGES

5  0 
Meta a, au troisième trimestre de l’année précédente, déclaré son intention de demander aux utilisateurs de l'UE leur consentement explicite avant de permettre aux entreprises de cibler la publicité en fonction de leurs activités sur ses plateformes. Y faisant suite, le géant des réseaux sociaux a annoncé aux utilisateurs européens de Facebook et Instagram la possibilité de s’abonner pour utiliser les réseaux sociaux sans aucune publicité. Ce sont deux offres en principe non liées sauf que Meta conditionne le refus du consentement de l’utilisateur au paiement d’un abonnement pour donner accès à ses plateformes. C’est ce qui lui vaut la plainte de l’UFC-Que Choisir qui met en sus en avant des craintes selon lesquelles l’abonnement ne garantit pas l’exploitation des données personnelles de l’utilisateur à son insu.

L’intégralité de la prise de position de l’UFC-Que Choisir

En novembre dernier, Meta a soumis une offre controversée aux utilisateurs de Facebook et d’Instagram : souscrire un abonnement payant pour permettre de refuser le traitement de leurs données personnelles. Au-delà des nombreuses pratiques commerciales trompeuses récemment épinglées par l’UFC-Que Choisir (1), cette offre met plus que jamais Meta en contravention avec les dispositions impératives du règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD). En conséquence, notre association, dans le prolongement de sa campagne « Je ne suis pas une data » et dans le cadre d’une action coordonnée avec 7 autres associations européennes membres (2) du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), dépose aujourd’hui une nouvelle plainte contre Meta auprès de la CNIL, invoquant le non-respect par l’entreprise des dispositions du RGPD.

Le nouvel abonnement de Meta : un écran de fumée destiné à détourner l’attention du consommateur quant au traitement illicite de ses données personnelles

À la suite de plusieurs décisions de justice européennes constatant que Meta avait collecté et traité des données personnelles pendant des années sans base juridique valable, la plateforme a finalement décidé de solliciter, désormais, le consentement des consommateurs à ce que leurs données fassent l’objet d’un traitement. Le consommateur doit ainsi accepter explicitement que ses données personnelles puissent être utilisées par Meta à des fins publicitaires. Cependant, Meta conditionne le refus de consentement à la souscription d’un abonnement payant (3). Autrement dit, soit le consommateur consent, soit, à défaut, il paye. Ce modèle d’abonnement a suscité des préoccupations chez les régulateurs à travers l’Europe, qui ont désormais lancé une enquête formelle pour déterminer sa conformité au RGPD.

Ce sujet d’importance masque toutefois une autre problématique concernant les pratiques de Meta : les consommateurs ne sont pas en mesure d’évaluer l’ampleur ni les conséquences du traitement des données opéré par Meta, ce qui rend tout consentement valable totalement impossible, illusoire et inefficace, et ce quelle que soit la décision des régulateurs concernant le droit de Meta à pouvoir exiger un paiement. En outre, le traitement des données ne se limite pas à ce qui est strictement nécessaire, le rendant déloyal, de sorte que Meta viole les principes fondamentaux du RGPD.

Le prétendu choix que Meta propose aux consommateurs ne respecte pas les exigences du RGPD

Rappelons que le RGPD impose que le consentement au traitement de données personnelles soit notamment éclairé et donné librement. Or ces exigences légales ne sont pas respectées par Meta. Si l’entreprise collecte auprès de ses utilisateurs un ensemble de données personnelles et les traite à diverses fins telles que l’affichage de publicités, la personnalisation de contenus et/ou la fourniture de services commerciaux à d’autres entreprises, elle ne spécifie pourtant pas la finalité précise de chaque type de traitement opéré sur ces données collectées. Pour le consommateur, il est donc impossible de comprendre les changements exacts induits par la souscription (ou non) à la nouvelle offre d’abonnement payant de Meta. L’entreprise collectera-t-elle effectivement moins de données ou cessera-t-elle simplement de diffuser des publicités sans pour autant réduire son « pistage » massif ? Impossible de le savoir.

Le caractère brumeux des pratiques de Meta en termes de traitement des données est également démontré par la communication faussement rassurante faite auprès des utilisateurs. Alors qu’elle se contente de leur présenter une simple liste statique de sujets publicitaires assez génériques sur la base desquels l’entreprise diffuserait de la publicité, elle vante dans le même temps aux entreprises qui souhaiteraient avoir recours à ses services de publicités ciblées une technologie puissante, fondée sur des algorithmes, et censée actualiser en permanence le profil publicitaire du consommateur en se basant sur des informations personnelles extrêmement détaillées. Difficile de faire plus contradictoire !

Le traitement des données personnelles par Meta enfreint les principes fondamentaux du RGPD

Outre les exigences en matière de consentement, le RGPD impose aux entreprises de limiter la collecte et le traitement au strict nécessaire, en toute loyauté. Cependant, Meta ne démontre pas limiter la collecte de données, au contraire. L’entreprise aspire simplement toutes les données possibles et imaginables, tout en (i) dissimulant systématiquement l’ampleur de ses pratiques, (ii) en utilisant un langage volontairement ambigu et (iii) en ne révélant que la partie émergée de l’iceberg de ses pratiques de « pistage ».

En réalité, l’entreprise fait usage de technologies dites « espionnes » présentes dans la majorité des applications et sites web afin d’effectuer un profilage constant des consommateurs, lequel est basé sur l’analyse en temps réel de leurs activités, leur géolocalisation, leur personnalité, leurs comportements, leurs attitudes, leurs émotions… Les consommateurs ne peuvent raisonnablement s’attendre à une telle intrusion massive dans tous les aspects de leur vie privée et de leur personnalité. Dans l’ensemble, les pratiques de Meta enfreignent donc de façon patente les principes fondamentaux établis par le RGPD.

Soucieuse de garantir la maîtrise des données personnelles des consommateurs, comme le souligne sa campagne « Je ne suis pas une data », l’UFC-Que Choisir passe à nouveau à l’action. En collaboration avec ses homologues européens, l’association dépose une plainte auprès de la CNIL et demande à l’autorité française de contraindre Meta à se conformer aux règles et principes du RGPD. Par ailleurs, l’association rappelle qu’elle met à disposition des consommateurs un outil gratuit leur permettant de découvrir ce que les plateformes en ligne savent sur eux et de reprendre le contrôle de leurs données personnelles.


Une plainte du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) confirme les craintes de collecte illicite des données personnelles des utilisateurs même en cas de paiement d’un abonnement

Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), qui regroupe 45 associations de consommateurs, a indiqué que huit d'entre elles déposaient jeudi des plaintes auprès de leurs autorités nationales respectives chargées de la protection des données. Les groupes affirment que Meta recueille une quantité inutile d'informations sur ses utilisateurs - telles que des données utilisées pour déduire leur orientation sexuelle, leur état émotionnel ou même leur susceptibilité à la dépendance - auxquelles ils ne sont pas en mesure de consentir librement.

Les pratiques de l'entreprise, selon les groupes, enfreignent certaines parties de la loi sur la confidentialité des données de l'Union européenne, le Règlement général sur la protection des données (RGPD). « Avec ses pratiques illégales, Meta alimente le système de publicité basé sur la surveillance qui suit les consommateurs en ligne et recueille de grandes quantités de données personnelles dans le but de leur montrer des publicités », a déclaré le BEUC dans un communiqué.

« Meta a essayé à maintes reprises de justifier la surveillance commerciale massive à laquelle il soumet ses utilisateurs. Son choix injuste de "payer ou consentir" est le dernier effort de l'entreprise pour légaliser son modèle commercial. Mais l'offre de Meta aux consommateurs n'est que de la poudre aux yeux pour dissimuler ce qui est, au fond, la même vieille collecte de toutes sortes d'informations sensibles sur la vie des gens, qu'elle monétise ensuite par le biais de son modèle publicitaire invasif. Les modèles commerciaux fondés sur la surveillance posent toutes sortes de problèmes au regard du RGPD et il est temps que les autorités chargées de la protection des données mettent un terme au traitement déloyal des données par Meta et à la violation des droits fondamentaux des personnes », a déclaré Ursula Pachl, directrice générale adjointe du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC).


Le BEUC fait valoir à ce sujet que le service d'abonnement de Meta offre aux utilisateurs "un choix injuste et trompeur" car le traitement des données n'est pas transparent, ce qui signifie que les utilisateurs ne peuvent pas savoir comment le fait de s'abonner modifierait la manière dont leurs informations sont traitées. De plus, la position dominante de Meta sur le marché signifie que les utilisateurs ne peuvent pas facilement quitter ses plateformes sans se couper de leur famille et de leurs amis.

En novembre, l'organisation a déposé une plainte auprès des autorités européennes chargées de la protection des consommateurs, arguant que cette approche "pay-or-consent" était un exemple de pratique commerciale déloyale et "agressive" interdite par la législation de l'UE.

« L'offre de Meta aux consommateurs n'est que de la poudre aux yeux pour dissimuler ce qui est, au fond, la même vieille collecte de toutes sortes d'informations sensibles sur la vie des gens, qu'elle monétise ensuite grâce à son modèle publicitaire invasif », a déclaré Ursula Pachl, directrice générale adjointe du BEUC, dans un communiqué.

Source : Twitter UFC-Que Choisir

Et vous ?

Pensez-vous que les entreprises technologiques devraient être plus transparentes concernant la collecte de données des utilisateurs ?
Quelles mesures pensez-vous que les régulateurs devraient prendre pour protéger la vie privée des utilisateurs en ligne ?
Croyez-vous que les utilisateurs devraient avoir plus de contrôle sur leurs données personnelles et leur utilisation à des fins publicitaires ?
Comment percevez-vous l’offre d’abonnement sans publicité de Meta ? Est-ce une solution viable pour les utilisateurs ?
Quelles alternatives existent pour les utilisateurs qui souhaitent protéger leur vie privée tout en restant connectés sur les plateformes de réseaux sociaux ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 11:11
Citation Envoyé par BlueScreenJunky Voir le message
Alors je trouve que ça pose une bonne question : Comment finance-t-on le contenu sur internet et le fonctionnement des sites ?
Vous semblez amalgamer tracking et publicité. On peut faire de la publicité dans tracker les gens. Dans le modèle actuel c'est moins rentable. Mais si les données de tracking disparaissent, les publicités non ciblées reprendront le dessus.

Honnêtement cette histoire de publicité sur internet est devenue hors de contrôle, le RGPD a fait du bien; voir que le moindre site à 800 à 1000 "partenaires" qui ont besoin de mes données, on marche sur la tête, même en trackant, il doit y avoir moyen d'avoir un modèle financier fiable sans distribuer des données à 900 entreprises.

Je pense que le pire du pire dans ce domaine, ce sont les sites communautaires avec peu de contraintes techniques, qui ont accumulé leur contenu gratuitement et qui le "revendent" au prix de milliard de pubs, et des fois pire, font des bouquins avec! Oui, marmiton, c'est à toi que je pense.
9  1 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 18:11
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Pour moi le choix est libre. [...]
Mon choix ? j'ai déjà claquer la porte depuis longtemps, c'est pas mon problème
Non, le tracking est plus profond que ce que tu penses. Quand tu regarde ce qu'est le facebook pixel, tu penses ne pas utiliser les services de facebook, pourtant je te garanti à 200% que tu es parfaitement identifiés dans leurs bases de données.

Tu ne peux aujourd'hui pas dire que le choix est libre quand en allant sur le moindre site n'ayant en apparence rien à voir avec les GAFA, des pompes à données qui redirigent tout chez l'oncle sam.
6  1 
Avatar de olaxius
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 10:50
Vous croyez que payer n'empêchera pas le tracking ????
J'en doute fort surtout en connaissant les méthodes de Meta Google et consorts
Par exemple :
https://www.01net.com/actualites/com...e-1827125.html
3  1 
Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/03/2024 à 9:00
Une chose que beaucoup "oublient" et les sites web en premier (volontairement), c'est que refuser les cookies, le tracking, permettant d'utiliser nos données personnelles pour de la publicité ciblée, n'empêche en rien les sites en question d'afficher de la pub. ça ne remet pas en question leur business model comme ils veulent le faire croire.

Ils veulent faire payer les utilisateurs pour utiliser leurs données personnelles afin de leur poposer de la publicité ciblée, c'est gagnant gagnant pour eux face à nombre d'incrédules qui payent pour se voir proposer de la publicité tout en légitimant l'exploitation de leurs données personnelles.
Tous ces gens qui signent sans lire les ptites lignes...
2  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 13:56
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Je comprend pas trop, tu as simplement trois choix :
  • Payer pour ne pas que tes données personnelles soit exploités (soi-disant au passage)
  • ne pas payer et claquer la porte
  • ne pas payer et vendre tes données personnelles


Pour moi le choix est libre. Si les gens sont prêt à compromettre leur données personnelles parce qu'ils pensent qu'ils ont plus besoin du service fournis par le site, c'est un choix libre. Un compromis reste un choix libre.

Alors on pourrait dire "oui mais les GAFAs ils profitent qu'ils sont bien installés depuis si longtemps", bah qui les a laissé s'installer et aspirer tout le monde sans rien faire pendant quasiment 15ans ?

Mon choix ? j'ai déjà claquer la porte depuis longtemps, c'est pas mon problème
Oui, tu as raison, mais le choix n'est pas présenté ainsi, et devrait-être.
  • Payer et ne pas avoir de pub (les données personnelles ne sont pas exploitées)
  • Ne pas payer et claquer la porte
  • Ne pas payer et avoir des pubs (les données personnelles ne sont pas exploitées)


En quoi est-ce qu'exploiter les données personnelles des personnes est une option ?
2  1 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/04/2024 à 17:34
Citation Envoyé par shenron666 Voir le message
Une chose que beaucoup "oublient" et les sites web en premier (volontairement), c'est que refuser les cookies, le tracking, permettant d'utiliser nos données personnelles pour de la publicité ciblée, n'empêche en rien les sites en question d'afficher de la pub. ça ne remet pas en question leur business model comme ils veulent le faire croire.
Aujourd'hui, les grosses boites utilisent des procédés imparables pour nous identifier. Par exemple la frappologie qui permet de reconnaitre quelqu'un grâce à sa façon de taper. c'était tellement prometteur en 2016, date de l'article en lien, qu'ils y pensais pour remplacer les mdp.

De même, des méta-données sont envoyées de partout de sorte que tu peux supprimer tous tes cookies, ta combinaison de paramètre de navigateur, d'extension installés, de paramètres d'extension etc. fourni un identifiant quasi unique.

A vrai dire les cookies, c'est obsolète pour le tracking.
1  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/03/2024 à 15:56
Pensez-vous que les entreprises technologiques devraient être plus transparentes concernant la collecte de données des utilisateurs ?
Je ne penses pas qu'elles devraient être plus transparentes, je penses qu'elles devraient l'être tout court. Comme les autres entreprises d'ailleurs.
Quelles mesures pensez-vous que les régulateurs devraient prendre pour protéger la vie privée des utilisateurs en ligne ?
Je penses que la question est obsolète parce que le régulateur n'a, au final, pas de moyens.
Mais ma réponse va de la pénalité à l'interdiction de diffuser sur le territoire.
Mais l'interdiction est à la fois une pénalité pour la pateforme que pour certains de ses utilisateurs, notamment les petites associations.
Croyez-vous que les utilisateurs devraient avoir plus de contrôle sur leurs données personnelles et leur utilisation à des fins publicitaires ?
Les utilisateurs devraient maitriser leurs données et leurs utilisations.
Mais c'est très loin d'être le cas et la position est difficile à défendre parce qu'au final 80% d'entre eux s'en foutent voir s'en réjouissent.
Comment percevez-vous l’offre d’abonnement sans publicité de Meta ? Est-ce une solution viable pour les utilisateurs ?
Le problème de facebook n'est pas (que) les publicités mais l'ensemble de la Timeline qui est de moins en moins pertinente.
Quelles alternatives existent pour les utilisateurs qui souhaitent protéger leur vie privée tout en restant connectés sur les plateformes de réseaux sociaux ?
A partir d'un certain âge les jeunes semblent s'éloigner des réseaux sociaux classiques.
Une grande partie des jeunes de mon asso n'ont aucun des réseaux sociaux classiques (facebook, twitter, instagram, TikTok, etc). Ils semblent se rabattre sur des trucs moins ouverts (Discord, slack)
0  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 10:27
La rémunération au travers du web et toujours complexe. Avant, il y avait des bannières publicitaire, maintenant il y a du tracking partout.

Dès qu'il faut payer, on se rend très vite compte de ce qui est indispensable au quotidien.
0  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 15:24
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Bah c'est l'option qui existe depuis bientôt 20ans avant que nos "politiques" se décident de se bouger le cul et qui a déjà largement été ancrées dans les esprits.

De plusl'économie de la pub internet fait que mettre des pubs sur lesquels les gens ont quasi aucune chance de cliquer, faute de ciblage, ne rapportera pas assez d'argent.

Enfin les données personnelles ne sont pas seulement qu'une affaire de publicité. En bref s'ils peuvent faire 1k€ sur ton dos à l'année, ils veulent gagner 1k€ d'une façon ou d'une autre. Et ils le feront pas avec seulement des pub non ciblé, et même ciblé d'ailleurs je dirais, soit une perte sèche.

Après comme dit AoCannaille il n'est pas impossible de refaire devenir à internet un modèle ou ce qui règne est la pub non ciblé. Faut juste que l'ensemble des pays du monde entier soient d'accord pour moucher les USAs, sinon ils le feront jamais
Je suis d'accord avec toi. Je dis juste qu'il y a eu dérive, et qu'aujourd'hui on en voit les conséquences...
0  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/03/2024 à 11:05
Citation Envoyé par BlueScreenJunky Voir le message
Alors je trouve que ça pose une bonne question : Comment finance-t-on le contenu sur internet et le fonctionnement des sites ?
Ca dépend du contenu : le contenu n'a pas la même valeur aux yeux de tous.

Héberger son blog est devenu faisable aujourd'hui avec l’essor de la fibre et donc il y a juste à avoir un nom de domaine pour 10-15€/an (3€ en .ovh). Après la disponibilité est plus variable.

Le contenu des réseaux sociaux ont peu de valeur pour les gens, on remonte rarement sur de longues périodes.
0  0