IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk poursuit OpenAI et son PDG Sam Altman, évoquant une violation des accords contractuels initiaux des fabricants de ChatGPT qui cherchent à réaliser du profit
Au lieu de se consacrer à la mission fondatrice de l'organisation

Le , par Stéphane le calme

2PARTAGES

4  0 
Elon Musk a intenté un procès au fabricant de ChatGPT OpenAI et à son PDG Sam Altman, affirmant qu’Altman et Brockman l’ont convaincu de participer à la création et au financement de la start-up en 2015, en lui promettant qu’il s’agirait d’un laboratoire à but non lucratif axé sur la lutte contre la menace concurrentielle de Google. L’accord fondateur exigeait qu’OpenAI rende sa technologie « librement disponible » au public, selon la plainte. La plainte déposée jeudi à San Francisco met le milliardaire en porte-à-faux avec la startup qu'il a cofondée et qui est aujourd'hui le visage de l'IA générative, en partie grâce aux milliards de dollars de financement de Microsoft.

Cofondateur d'OpenAI en 2015, Musk a quitté le conseil d'administration de l'entreprise en 2018, profitant de son passage à la South by Southwest (SXSW) pour réitérer ses avertissements concernant le danger de l’intelligence artificielle (IA). À l'époque, Musk a déclaré que l'IA était « potentiellement plus dangereuse que les armes nucléaires » et a estimé qu'il devrait exister un organisme de réglementation supervisant le développement de cette technologie. « Je ne suis pas normalement un partisan de la réglementation et de la surveillance - je pense qu’on devrait généralement pécher par excès de minimisation de ces choses-là, mais il s’agit d’une situation où le public court un très grave danger », a-t-il prévenu.


Seulement voila : en quittant OpenAI, Musk a promis qu'il continuerait à financer l'organisation, mais il ne l'a pas fait, selon des personnes proches du dossier. Il avait promis de donner environ 1 milliard de dollars sur une période de plusieurs années (il avait déjà contribué 100 millions de dollars), mais ses paiements ont cessé après son départ, ont déclaré des personnes proches du dossier. Cela a laissé l'organisation à but non lucratif dans l'impossibilité de payer les frais astronomiques associés à la formation de modèles d'IA sur des superordinateurs.

Cet automne-là, il est devenu encore plus évident pour certaines personnes d'OpenAI que les coûts pour devenir une entreprise d'IA de pointe allaient augmenter. Le « transformateur » de Google Brain avait ouvert une nouvelle frontière, où l'IA pouvait s'améliorer à l'infini. Mais cela signifiait lui fournir des données sans fin pour le former (une entreprise coûteuse).

OpenAI a pris la grande décision de pivoter vers ces modèles de transformateurs.

Le 11 mars 2019, OpenAI a annoncé qu'elle créait une entité à but lucratif afin de pouvoir collecter suffisamment d'argent pour payer la puissance de calcul nécessaire pour poursuivre les modèles d'IA les plus ambitieux. « Nous voulons augmenter notre capacité à lever des capitaux tout en servant notre mission, et aucune structure juridique préexistante que nous connaissons ne trouve le bon équilibre », écrivait la société à l'époque. OpenAI a déclaré qu'il plafonnait les bénéfices pour les investisseurs, tout excédent revenant à l'organisation à but non lucratif d'origine.

Moins de six mois plus tard, OpenAI a pris 1 milliard de dollars à Microsoft, qui pourrait fournir non seulement un financement, mais aussi un savoir-faire en matière d'infrastructure. Ensemble, ils ont construit un superordinateur pour former des modèles massifs qui ont finalement créé ChatGPT et le générateur d'images DALL-E. Le dernier modèle de langage, GPT-4, a 1 000 milliards de paramètres.

Depuis son lancement en novembre 2022, le chatbot d’OpenAI, ChatGPT, a fait sensation dans le monde entier. L’outil d’IA est rapidement devenu l’application grand public à la croissance la plus rapide de l’histoire et a suscité le lancement de chatbots concurrents de la part d’entreprises telles qu’Alphabet, la maison mère de Google, et Microsoft.

En décembre, un mois après le lancement de ChatGPT, Musk a retiré l'accès d'OpenAI au « firehorse » de données de Twitter (un contrat qui a été signé avant que Musk n'acquière Twitter).

Le 17 février, il a tweeté « OpenAI a été créé comme open source (c'est pourquoi je l'ai nommée "Open" AI), une société à but non lucratif pour servir de contrepoids à Google, mais maintenant c'est devenu une source fermée, maximum -société à but lucratif effectivement contrôlée par Microsoft ».


Le 15 mars, il a tweeté : « Je ne comprends toujours pas comment une organisation à but non lucratif à laquelle j'ai fait don d'environ 100 millions de dollars est devenue en quelque sorte une capitalisation boursière de 30 milliards de dollars. Si c'est légal, pourquoi tout le monde ne le fait-il pas ? »


Pour sa part, Altman a également répondu à certaines des préoccupations de Musk par le passé, notamment en ce qui concerne les liens étroits avec Microsoft. « J'aime bien ce type. Je pense qu'il se trompe totalement », a-t-il déclaré lors d'une conférence l'année dernière à propos des critiques de Musk. « Il peut dire ce qu'il veut, mais je suis fier de ce que nous faisons et je pense que nous allons apporter une contribution positive au monde, et j'essaie de rester au-dessus de tout cela ».

Elon Musk porte plainte

Las des publications sur son réseau social X/Twitter, le milliardaire de la tech a intenté une action en justice contre OpenAI et ses cofondateurs Sam Altman et Greg Brockman, ainsi que d’autres entités affiliées, les accusant d’avoir violé les accords contractuels initiaux en privilégiant les profits au lieu de la mission non lucrative de l’entreprise, qui consistait à développer une intelligence artificielle (IA) bénéfique pour l’humanité.

« À ce jour, le site web d'OpenAI, Inc. continue de professer que sa charte est de s'assurer que l'AGI bénéficie à l'ensemble de l'humanité. En réalité, cependant, OpenAI, Inc. a été transformée en une filiale de facto à code source fermé de la plus grande entreprise technologique du monde : Microsoft », peut-on lire dans la plainte.

Les avocats de Musk ont déclaré dans le procès que l'accent mis par OpenAI sur la maximisation des profits pour Microsoft rompt cet accord.

« Sous son nouveau conseil d'administration, OpenAI ne se contente pas de développer, mais perfectionne une IAG pour maximiser les profits de Microsoft, plutôt que pour le bénéfice de l'humanité », indique le document. « C’est une trahison flagrante de l’accord fondateur ».


La plainte, déposée jeudi auprès d’un tribunal de San Francisco, affirme qu’OpenAI, la start-up d’IA la plus valorisée au monde, s’est orientée vers un modèle à but lucratif axé sur la commercialisation de ses recherches en matière d’IA générale (AGI) après avoir noué un partenariat avec Microsoft, l’entreprise la plus valorisée au monde, qui a investi un milliard de dollars dans la société en 2019.

« En réalité, cependant, OpenAI, Inc. a été transformée en une filiale de facto à code source fermé de la plus grande entreprise technologique au monde : Microsoft. Sous son nouveau conseil d’administration, elle ne se contente pas de développer, mais affine en fait une AGI pour maximiser les profits de Microsoft, plutôt que pour le bénéfice de l’humanité », indique la plainte.

OpenAI au service de Microsoft ?

La plainte déposée jeudi fait état d'un alignement étroit entre Microsoft et OpenAI, citant une récente interview de Nadella. À la fin de l'année dernière, lors d'un changement radical de direction au sein d'OpenAI. Nadella a déclaré que si « OpenAI disparaissait demain [...] nous avons tous les droits de propriété intellectuelle et toutes les capacités. Nous avons les gens, nous avons le calcul, nous avons les données, nous avons tout. Nous sommes en dessous d'eux, au-dessus d'eux, autour d'eux ». L'action en justice présente cela comme une preuve qu'OpenAI a fortement servi les intérêts de Microsoft.

L'action en justice est également centrée sur le GPT-4 d'OpenAI, qui, selon Musk, constitue une AGI - une IA dont l'intelligence est égale, voire supérieure, à celle de l'homme. Il affirme qu'OpenAI et Microsoft ont accordé une licence inappropriée pour GPT-4 alors qu'ils avaient convenu que les capacités de l'AGI d'OpenAI resteraient dédiées à l'humanité.

Par cette action en justice, Musk cherche à contraindre OpenAI à adhérer à sa mission initiale et à l'empêcher de monétiser les technologies développées dans le cadre de son organisation à but non lucratif au profit des dirigeants de l'OpenAI ou de partenaires tels que Microsoft.

La plainte demande également au tribunal de statuer que les systèmes d'IA tels que le GPT-4 et d'autres modèles avancés en cours de développement constituent une intelligence artificielle générale qui va au-delà des accords de licence. Outre les injonctions visant à forcer la main à OpenAI, Musk demande la comptabilisation et la restitution potentielle des dons destinés à financer ses recherches d'intérêt public, au cas où le tribunal estimerait qu'elle opère désormais à des fins privées.

« M. Altman a trié sur le volet un nouveau conseil d'administration dépourvu d'une expertise technique similaire ou d'une expérience substantielle en matière de gouvernance de l'IA, ce que l'ancien conseil d'administration avait à dessein. M. D'Angelo, PDG et entrepreneur dans le domaine de la technologie, était le seul membre du conseil précédent à rester après le retour de M. Altman. Le nouveau conseil était composé de membres ayant plus d'expérience dans les entreprises à but lucratif ou la politique que dans l'éthique et la gouvernance de l'IA », ajoute l'action en justice.


Musk contre Altman

L'action en justice oppose deux des leaders technologiques les plus en vue au monde, à un moment où l'avenir de l'IA fait l'objet d'un battage médiatique extraordinaire.

Musk et Altman ont tous deux fait les gros titres. Musk, considéré comme la personne la plus riche du monde, dirige le fabricant de véhicules électriques Tesla. Il a racheté X (qui s'appelait encore Twitter) pour 44 milliards de dollars en octobre 2022. Il a récemment fait état des progrès des implants technologiques de puces cérébrales produits par sa startup Neuralink.

Musk a également annoncé le lancement de sa propre entreprise d'IA, xAI, en juillet de l'année dernière.

Entre-temps, Altman a eu des relations difficiles avec OpenAI. Il a été soudainement licencié de l'entreprise en novembre de l'année dernière, ce qui a provoqué une onde de choc dans l'industrie technologique. L'entrepreneur américain - l'une des figures de proue du boom de l'IA - a réintégré l'entreprise quelques jours plus tard.

Source : plainte

Que pensez-vous du procès de Elon Musk contre OpenAI et Sam Altman ?
Quelle lecture faites-vous du fait que Musk développe Grok tout en demandant des comptes à OpenAI ?
Croyez-vous que OpenAI a trahi sa mission originelle en s’associant à Microsoft ?
Quel est votre avis sur le chatbot ChatGPT d’OpenAI et ses concurrents ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !