IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les actions de Tesla, dans le secteur technologique, chutent après qu'un juge a annulé l'énorme plan de rémunération de 56 milliards de dollars d'Elon Musk,
Le juge révèle des conflits d'intérêts

Le , par Bruno

17PARTAGES

4  0 
Les actions de Tesla ont enregistré une chute significative après qu'un juge de la cour de chancellerie du Delaware a annulé la rémunération de 55,8 milliards de dollars accordée à Elon Musk, PDG de l'entreprise. La décision du juge Kathaleen McCormick a souligné des défauts fiduciaires et des conflits d'intérêts au sein du conseil d'administration de Tesla, remettant en question l'indépendance de ses membres. Cette décision a été saluée par les investisseurs préoccupés par l'influence excessive de Musk sur l'entreprise. Elon Musk, actuellement la deuxième personne la plus riche au monde, doit maintenant trouver un nouveau plan de rémunération, et une possible remise en question de sa position de contrôle chez Tesla semble émerger.


L'annulation de la rémunération a également soulevé des questions sur la gouvernance d'entreprise de Tesla, avec des critiques à l'égard de la présidente du conseil, Robyn Denholm, et des membres du conseil d'administration considérés comme redevables à Musk. La décision pourrait faire l'objet d'un appel devant la Cour suprême du Delaware. En outre, des allégations ont été formulées selon lesquelles Tesla aurait fourni des informations trompeuses aux actionnaires lors du vote sur la rémunération de Musk, ce qui pourrait également avoir des implications juridiques.

Tesla n'est pas seulement une entreprise automobile, c'est aussi une entreprise de logiciels

Tesla ne se limite pas à être une entreprise automobile, mais se positionne également comme une entreprise de logiciels. Un élément central de cette orientation est la réalisation des véhicules autonomes entièrement autoguidés (FSD). Lors de la conférence téléphonique sur les résultats du deuxième trimestre 2023, Tesla a annoncé son intention d'investir plus d'un milliard de dollars d'ici la fin de 2024 dans la construction d'un superordinateur interne nommé "Dojo". En contraste avec ses concurrents, Tesla vise à maîtriser l'ensemble de l'écosystème des véhicules électriques, de la vente à l'entretien jusqu'à la recharge des véhicules.

Cette stratégie a été couronnée de succès, avec General Motors et Ford adoptant la norme de recharge nord-américaine (NACS) de Tesla pour leurs véhicules électriques. Les superchargeurs Tesla représentent actuellement environ 60 % de tous les chargeurs rapides aux États-Unis et au Canada selon le ministère de l'Énergie. Tesla s'efforce également de devenir un leader dans le domaine des superordinateurs, fournissant la puissance de calcul nécessaire aux capacités de conduite autonome.

Le superordinateur Dojo est spécialement conçu pour analyser d'énormes volumes de données, entraîner les modèles d'apprentissage machine (ML) et d'intelligence artificielle (IA) de Tesla, améliorant ainsi le système avancé d'aide à la conduite. Musk aborde ce projet davantage en tant que technologue que constructeur automobile, soulignant l'importance de l'innovation continue pour rester compétitif. La vision par ordinateur, alimentée par des données massives provenant des caméras Tesla, est au cœur des ambitions d'autopilotage de Tesla. Musk prévoit que le Dojo changera de manière significative l'industrie automobile, évoquant même la possibilité de licences pour le logiciel de conduite autonome à d'autres constructeurs, un scénario difficile à imaginer pour des concurrents tels que Mercedes.

Elon Musk, une figure à la fois admirée et critiquée

Elon Musk, qui a atteint le statut d'homme le plus riche du monde en 2021, est une figure à la fois admirée et critiquée. Sa présence sur les réseaux sociaux, en particulier sur Twitter, est une source de controverse en raison de son comportement parfois impulsif et de déclarations qui suscitent des réactions négatives, y compris des problèmes légaux.

Tesla, l'entreprise dirigée par Musk, a été fortement ciblée par des vendeurs à découvert au fil des ans, avec l'équipe Musk qualifiant ces personnes de « haineuses ». Des critiques éminents, tels que Jim Chanos et David Einhorn, ont remis en question le modèle d'entreprise de Tesla, mais les réponses de Musk ont souvent dégénéré en attaques personnelles contre sa personne.

La présence active de Musk sur les médias sociaux, dont X, a eu des conséquences mitigées. Ses tweets sur la privatisation de Tesla à 420 dollars par action en 2018 ont entraîné des enquêtes de la SEC et des poursuites judiciaires, soulevant des doutes sur son jugement et son comportement. La vie personnelle de Musk, notamment ses relations et divorces médiatisés, a souvent éclipsé ses réalisations professionnelles.


Certains observateurs estiment que son engagement intense pour réussir peut avoir des conséquences néfastes sur ses employés, malgré des preuves montrant que ses idées sur le présentéisme au travail ne sont pas toujours liées à la productivité. Les licenciements chez X ont suscité des réactions négatives importantes. Il est suggéré que Musk pourrait améliorer sa gestion des aspects humains de son entreprise, peut-être en déléguant cette responsabilité à un assistant, lui permettant de se concentrer davantage sur l'ingénierie et le développement, ce qu'il affirme apprécier le plus.

La richesse rapide accumulée par Musk, souvent grâce à des subventions publiques, a alimenté des critiques sur l'inégalité croissante des richesses. Certains, dont l'économiste Thomas Piketty, remettent en question l'équité de son succès et appellent à une redistribution des richesses dans une ère où la concentration extrême des richesses est considérée comme ayant des répercussions négatives sur la société.

Les licenciements massifs chez Tesla sont critiqués comme étant dénués d'humanité

En mars 2022, Tesla a renvoyé un ancien employé, John Bernal, qui avait publié des vidéos sur YouTube montrant des incidents liés à la version bêta du système de conduite autonome Full Self-Driving (FSD) de l'entreprise. Tesla lui a également retiré l'accès à la version bêta du FSD sur sa Tesla Model 3 de 2021. Bernal a affirmé que son licenciement était lié à ses vidéos, bien qu'il n'ait pas partagé de secrets d'entreprise ni de produits non commercialisés. Cependant, certaines de ses vidéos démontraient des problèmes de fonctionnement du système.

En juillet 2022, Tesla a licencié près de 200 employés, principalement impliqués dans l'étiquetage des données pour l'entraînement de son système Autopilot basé sur l'intelligence artificielle. Ces licenciements s'inscrivent dans un plan plus large de réduction des effectifs d'environ 10 %, comme annoncé précédemment par le PDG Elon Musk. La majorité des suppressions d'emplois ont touché les bureaux de Tesla à San Mateo, en Californie, où les employés travaillaient sur la fonction Autopilot de la société.

Par ailleurs, Tesla a également licencié 229 employés responsables de l'annotation des données dans le cadre de son équipe Autopilot, et a fermé le bureau de San Mateo, en Californie, où ils étaient basés. Deux anciens employés de la gigafactory de Sparks, dans le Nevada, poursuivent Tesla en justice, alléguant que plus de 500 travailleurs ont été licenciés sans le préavis requis de 60 jours, en violation de la loi fédérale WARN. Ils cherchent à obtenir le statut de recours collectif pour tous les anciens employés licenciés en mai ou juin sans préavis.

Les plaignants, John Lynch et Daxton Hartsfield, déposent cette plainte en soutenant que Tesla a enfreint la loi fédérale WARN, qui exige un préavis écrit de 60 jours avant un licenciement massif. Elon Musk avait initialement annoncé une réduction des effectifs d'environ 10 %, mais a depuis révisé cet objectif à un peu plus de 3 %. La plainte allègue que les employés licenciés sans préavis sont également en droit de réclamer 60 jours de salaire, conformément à la loi WARN.

Les enjeux de l'annulation de la rémunération de Musk et les questions de gouvernance

La chute significative des actions de Tesla suite à l'annulation par un juge de la rémunération de 55,8 milliards de dollars accordée à Elon Musk, PDG de l'entreprise, met en lumière des défauts fiduciaires et des conflits d'intérêts au sein du conseil d'administration de la société. La décision du juge Kathaleen McCormick, remettant en question l'indépendance des membres du conseil, a été bien accueillie par les investisseurs préoccupés par l'influence prédominante de Musk sur l'entreprise. Actuellement la deuxième personne la plus riche au monde, Musk se trouve confronté à la nécessité de concevoir un nouveau plan de rémunération, et cela suscite des interrogations sur sa position de contrôle chez Tesla.

Greg Varallo, représentant juridique de l'investisseur à l'origine du procès, Richard Tornetta, a affirmé que les investisseurs n'avaient pas été informés du fait que Musk avait élaboré le plan lui-même ni que les membres du conseil d'administration étaient redevables à Musk. En février dernier, la juge Kathaleen McCormick a rejeté cet argument, qualifiant cette affirmation d'un « coup fatal ».

Dans sa décision, McCormick a souligné que les défendeurs n'avaient pas réussi à prouver que le vote des actionnaires était pleinement éclairé, notant que la circulaire de sollicitation de procurations décrivait de manière incorrecte les principaux administrateurs comme étant indépendants et omettait de manière trompeuse des détails sur le processus. Elle a également ajouté que bien que les défendeurs aient démontré que Musk était motivé par des objectifs ambitieux et que Tesla avait désespérément besoin de lui pour réussir sa prochaine phase de développement, ces faits ne justifiaient pas le plan de rémunération le plus important de l'histoire des marchés publics.

L'une des principales questions de l'affaire était de déterminer quelle influence Musk exerçait sur Tesla, au-delà de sa simple détention d'actions. Dans son jugement, McCormick a souligné que Musk avait exercé une influence maximale qu'un dirigeant peut avoir sur une entreprise.


L'annulation de la rémunération soulève des préoccupations quant à la gouvernance d'entreprise de Tesla, mettant en cause la présidente du conseil, Robyn Denholm, et d'autres membres du conseil considérés comme redevables à Musk. Cette décision pourrait éventuellement être portée en appel devant la Cour suprême du Delaware. Parallèlement, des allégations suggèrent que Tesla aurait fourni des informations trompeuses aux actionnaires lors du vote sur la rémunération de Musk, ce qui pourrait entraîner des implications juridiques pour l'entreprise.

Dans l'ensemble, cette situation soulève des questions cruciales quant à la transparence, à l'indépendance du conseil d'administration et à la gestion des informations financières au sein de Tesla. Les répercussions de cette affaire pourraient être étendues, tant sur le plan financier que sur celui de la réputation de l'entreprise, mettant en lumière l'importance d'une gouvernance d'entreprise rigoureuse dans le monde des affaires.

Source : Delaware Court of Chancery judge

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

En quoi cette affaire souligne-t-elle l'importance de la gouvernance d'entreprise dans les grandes entreprises et son impact sur la confiance des investisseurs ?

Voir aussi :

Elon Musk n'est plus l'homme le plus riche au monde en raison d'une baisse considérable de sa fortune, qui ne vaudrait plus aujourd'hui que 148 milliards de dollars

Tesla licencie un employé qui a publié sur YouTube des vidéos d'un accident impliquant le Full Self-Driving, et lui coupe également l'accès à la version bêta du FSD

Tesla licencie 229 employés de l'Autopilote, ferme son bureau de San Mateo et dépose une plainte, d'abord Argo, maintenant Tesla. La conduite autonome se heurte-t-elle à un autre mur ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Zefling
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/02/2024 à 10:04
56 milliards, c'est une misère. C'est juste environ 35 000 vies de salaire à 40K$/an ou le salaire de 1 400 000 personnes à 40k$.

J'avoue que quand je vois ces chiffres, pour moi c'est totalement déconnecté de la réalité.
Je ne vois pas ce qui justifie une telle rémunération et déconnexion.
5  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 9:25
Citation Envoyé par Zefling Voir le message
56 milliards, c'est une misère. C'est juste environ 35 000 vies de salaire à 40K$/an ou le salaire de 1 400 000 personnes à 40k$.

J'avoue que quand je vois ces chiffres, pour moi c'est totalement déconnecté de la réalité.
Je ne vois pas ce qui justifie une telle rémunération et déconnexion.
C'est ça le problème de la plèbe, elle ne se rend pas compte de la valeur des zéros.
Avec cette somme Musk s'achète chaque jour 1000 fois mon emprunt sur 25 ans.
C'est très raisonnable au vue de ce que Dieu Musk apporte au Monde.
Alors que nous ne sommes que fourmis.
Un peu de respect pour skippi s'il vous plait.
4  0 
Avatar de Mister Nono
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 18:00
Pauvre monde.
0  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 23/02/2024 à 15:21
comme c'est surprenant.
0  0