IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le New York Times poursuit OpenAI et Microsoft pour violation des droits d'auteur
Affirmant que des "millions d'articles" ont été utilisés pour former des chatbots

Le , par Jade Emy

5PARTAGES

13  0 
Le New York Times a intenté une action en justice contre OpenAI et Microsoft pour violation des droits d'auteur. Il affirme que les entreprises technologiques ont utilisé des "millions d'articles" pour développer leur intelligence artificielle. Le procès indique que les entreprises devraient être tenues responsables de "milliards de dollars de dommages".

Le New York Times a intenté une action en justice contre OpenAI et Microsoft pour violation des droits d'auteur, affirmant que les entreprises technologiques ont utilisé leurs articles pour former des chatbots qui menacent aujourd'hui les emplois des journalistes.

L'action en justice, déposée devant la Cour fédérale de district de Manhattan, affirme que les entreprises ont illégalement fourni des "millions d'articles" à Bing Chat de Microsoft et à ChatGPT d'OpenAI pour développer leurs produits. "Cette action vise à les tenir responsables des milliards de dollars de dommages statutaires et réels qu'elles doivent pour la copie et l'utilisation illégales des œuvres de grande valeur du Times", indique la plainte.

Le Times affirme que les programmes d'intelligence artificielle d'OpenAI et de Microsoft utilisent des modèles de langues étendues qui ont été développés en copiant leurs articles avec un accent particulier. "Les défendeurs cherchent à profiter de l'investissement massif du Times dans son journalisme en l'utilisant pour créer des produits substitutifs sans autorisation ni paiement", indique la plainte.


Dans sa plainte, le New York Times affirme également que l'index de recherche Bing de Microsoft copie son contenu en ligne et le donne aux utilisateurs sans l'autorisation de la publication, ce qui le prive de revenus d'abonnement, de licence, de publicité et d'affiliation. Un exemple de détournement de références commerciales est donné par le New York Times : lorsqu'un utilisateur achète un produit recommandé par le New York Time's Wirecutter par le biais d'un lien sur l'une des plateformes générées par l'intelligence artificielle de Microsoft ou d'OpenAI, le New York Times ne perçoit pas de revenus d'affiliation.

Le New York Times a également déclaré que les "hallucinations" de l'intelligence artificielle - un phénomène qui se produit lorsque les chatbots génèrent de fausses informations et les attribuent à tort à une source - sont potentiellement préjudiciables à sa réputation. Le Times a déclaré que l'utilisation de leur travail a été extrêmement lucrative pour les entreprises, et qu'il a essayé de négocier avec les entreprises pour s'assurer qu'il recevait sa juste part tout en travaillant avec elles pour développer leur technologie, mais qu'il n'a pas été en mesure de parvenir à un accord.

"Le déploiement par Microsoft de LLM formés par Times dans l'ensemble de sa gamme de produits a contribué à accroître sa capitalisation boursière de mille milliards de dollars au cours de la seule année écoulée. Et le lancement du ChatGPT par OpenAI a fait grimper son évaluation à 90 milliards de dollars", indique le procès.

Dans son action en justice, le Times affirme qu'OpenAI et Microsoft ont déclaré que leur comportement était protégé en tant qu'"utilisation équitable" parce que leur utilisation du contenu était destinée à un nouvel objectif de "transformation". Selon le Times, "il n'y a rien de "transformatif" dans le fait d'utiliser le contenu du Times sans paiement pour créer des produits qui se substituent au Times et lui volent son public".

C'est la première fois qu'un grand média américain poursuit les créateurs d'une intelligence artificielle populaire et cela pourrait avoir des conséquences juridiques importantes.

La première action en justice intentée contre OpenAI au titre du droit d'auteur a été déposée en juillet par deux romanciers à succès qui ont affirmé que la société mère de ChatGPT avait enfreint la législation sur le droit d'auteur en entraînant son chatbot à "ingérer" leurs livres sans autorisation. Les auteurs Mona Awad et Paul Tremblay ont affirmé que ChatGPT avait été formé en partie en "ingérant" plusieurs de leurs romans, le tout sans leur consentement.

Peu après, la comédienne Sarah Silverman et les auteurs Richard Kadrey et Christopher Golden ont intenté une action en justice contre Meta Platforms et OpenAI, affirmant qu'ils avaient utilisé du matériel protégé par le droit d'auteur pour entraîner des chatbots.

Source : The New York Times

Et vous ?

Pensez-vous que cette plainte est crédible ou pertinente ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Le New York Times dit non à l'utilisation de son contenu comme données d'entraînement pour une IA sans son accord et menace de poursuites judiciaires

Le New York Times envisage d'initier une action en justice contre OpenAI pour l'obliger à effacer les données d'entraînement de ChatGPT. Le média dit non à l'usage de son contenu sans son accord

11 auteurs dont des lauréats du prix Pulitzer, se sont joints à une action en justice qui accuse OpenAI et Microsoft de violer leurs droits d'auteur pour entraîner ChatGPT

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 08/04/2024 à 10:48
Tant que GPT-4 ne bloque pas les publicités lors de son visionnage, pour Youtube ça ne devrait pas poser de problèmes.

8  0 
Avatar de Leruas
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 08/04/2024 à 21:24
Heureusement qu'ils n'ont pas entrainé GPT-4 sur des vidéos TikTok
3  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/01/2024 à 7:54
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Êtes-vous surpris de voir les IA génératives s'appuyer sur des œuvres protégées même lorsqu'elles ne sont pas mentionnées en entrée ?
Non, si la demande réclame une chose qui n'est flaggée que sur une œuvre, elle risque fort de ressortir telle quelle ou presque.
Cela constitue-t-il, selon vous, une violation du droit d'auteur ? Dans quelle mesure ?
Que pensez-vous du raisonnement de Gary Marcus qui pense que le problème va toujours exister tant qu'il n'y a pas une modification de l'architecture pour permettre d'identifier les sources ?
Que pensez-vous de l'argumentation de Zack qui indique que le cas soulevé par le New-York Times ne relève pas du droit d'auteur ?
Je suis loin d'être un spécialiste du droit d'auteur donc il est compliqué de se prononcer mais j'ai retenu une chose de mes cours de droits : (en France) concernant les marques et logos, la "copie" n'est pas évaluée sur les différences mais sur la ressemblance.
Zack parle du processus de copie, ce qui me semble hors de propos, si tu retranscrits un texte numérisé en le même texte numérisé ça me semble être simplement du viol de propriété intellectuelle.
Je verrais plus une question sur l'exploitation commerciale, j'ai le droit d'imprimer mon propre Tshirt avec la couverture de Nevermind de Nirvana mais je n'ai pas le droit de le vendre.
1  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/04/2024 à 11:44
Personne se dit qu'en s'entrainant sur youtube un modele d'IA à plus de chambre de finir par ressembler au cousin dégénéré du moyen-âge qu'à un Leonard de Vinci 3.0 ?

L'IA entrainé à Pewdiepie c'est le début la fin des temps.
3  2 
Avatar de maxtal
Membre actif https://www.developpez.com
Le 10/04/2024 à 15:11
si ils viraient leurs brides idéologiques ça irait peut être déjà un peu plus loin
1  0 
Avatar de ManPaq
Membre averti https://www.developpez.com
Le 23/01/2024 à 5:25
C'est le même problème qui a conduit Google à payer une amende de 500M$ en 21:
La directive européenne de 2019 impose aux plates-formes et aux GAFA (tel YouTube) de conclure avec les ayants droit des accords pour les rémunérer lorsqu’un utilisateur ou les algorithmes du système postent une œuvre (un texte, une chanson, un film…) sur lesquels ces ayants-droit ont des droits. Si la plate-forme ou le géant du net ne concluent pas un accord juste, ils encourent des poursuites pour non-respect de ces droits voisins du fait de la publication d’œuvres protégées sur leur réseau. Les plates-formes en ligne doivent en outre rémunérer les éditeurs de presse dont elles republient les contenus.Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 4.0. Source : Article Droits voisins du droit d'auteur en France de Wikipédia en français :auteurs.
0  0 
Avatar de irrmichael
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/02/2024 à 22:54
c'est un peu gros non?
0  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 29/02/2024 à 2:24
Plus c'est gros, plus ça passe. C'est un principe de base. {^_^}
0  0 
Avatar de TJ1985
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/04/2024 à 8:38
Citation Envoyé par impopia Voir le message
Évidemment que, lorsque l'"IA" s'inspire de tout contenu digital présent sur Internet ou ailleurs, il ne peut pas y avoir lieu de "générer" qqch si ce n'est pas de copier des morceaux qu'elle a appris et de les mettre ensemble. Vous ne verrez jamais quelque chose de vraiment nouveau, il y aura toujours des morceaux copiés mis ensemble.
Dans quelle mesure sommes-nous vraiment libres de nos créations, qu'est-ce qui nous distingue fondamentalement de ces systèmes, hormis le volume d'apprentissage ?
Sûr ce point, il faut reprendre les chiffres de Yann LeCun. Un gosse de quatre ans ridiculise en masse d'information acquise n'importe quel "grand modèle" d'aujourd'hui. Et il continue à apprendre à chaque instant, lui...
0  0 
Avatar de impopia
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 13/04/2024 à 8:19
Évidemment que, lorsque l'"IA" s'inspire de tout contenu digital présent sur Internet ou ailleurs, il ne peut pas y avoir lieu de "générer" qqch si ce n'est pas de copier des morceaux qu'elle a appris et de les mettre ensemble. Vous ne verrez jamais quelque chose de vraiment nouveau, il y aura toujours des morceaux copiés mis ensemble. Donc techniquement c'est une géante "violation des droits d'auteur", même s'il peut s'agir de contenu "libre" qui est utilisé. S'il n'y avait pas ce contenu libre et que tout était protégé par des droit d'auteur, pourrait-on parler d'IA du point de vue légal ?...
0  1