IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Victoire d'Epic Games : un jury déclare que Google détient un monopole et étouffe l'émergence des magasins d'applications alternatifs sur Android
Google a déjà annoncé son intention de faire appel

Le , par Stéphane le calme

17PARTAGES

7  0 
Dans un verdict historique, un jury a décidé que Google avait effectivement un monopole illégal sur la distribution des applications pour smartphones. Cette décision fait suite à une bataille juridique acharnée entre Epic Games et Google concernant les pratiques de la boutique d’applications de ce dernier. Epic Games, le créateur du jeu populaire “Fortnite”, a poursuivi Google en 2020, affirmant que les frais imposés par le Google Play Store pour les abonnements intégrés aux applications et les transactions ponctuelles, ainsi que d’autres conditions, ont aidé Google à maintenir un monopole illégal sur la distribution des applications. Le procès, qui s’est déroulé devant le tribunal de district des États-Unis dans le district nord de la Californie, a mis en lumière le débat de longue date sur la question de savoir si les opérateurs de boutiques d’applications comme Google et Apple favorisent un écosystème d’applications ouvert et compétitif.

Epic a poursuivi Google en 2020 après une bataille concernant les frais d'achat intégrés, affirmant que la boutique Google Play du système d'exploitation Android constituait un monopole illégal. Il souhaitait que Google facilite l’utilisation des magasins d’applications tiers, des applications téléchargées et des processeurs de paiement non Google – tandis que Google a déclaré que ses exigences nuiraient à la capacité d’Android à offrir une expérience utilisateur sécurisée et à rivaliser avec iOS d’Apple.

Le 11 décembre, après seulement quelques heures de délibération, le jury a répondu à l'unanimité par l'affirmative à toutes les questions qui lui ont été posées : que Google détient un pouvoir monopolistique sur les marchés de la distribution d'applications Android et des services de facturation intégrés, que Google a fait des choses anticoncurrentielles sur ces marchés. Ils ont décidé que Google avait également un lien illégal entre sa boutique d'applications Google Play et ses services de paiement Google Play Billing, et que son accord de distribution, Project Hug, avec les développeurs de jeux et avec les OEM, était tous anticoncurrentiel.


La réaction d'Epic Games

Le verdict d’aujourd’hui est une victoire pour tous les développeurs d’applications et les consommateurs du monde entier. Cela prouve que les pratiques de Google dans la boutique d’applications sont illégales et qu’ils abusent de leur monopole pour exiger des frais exorbitants, étouffer la concurrence et réduire l’innovation.

Au cours du procès, nous avons constaté que Google était prêt à payer des milliards de dollars pour étouffer les magasins d'applications alternatifs en payant les développeurs pour qu'ils abandonnent leurs propres magasins et leurs plans de distribution directe, et en proposant des accords très lucratifs avec les fabricants d'appareils en échange de l'exclusion des concurrents dans le domaine des magasins d'applications.

Ces accords visaient à consolider la domination de Google en tant que seul magasin d’applications – et cela a fonctionné. Plus de 95 % des applications sont distribuées via le Play Store sur Android.

Google impose une taxe de 30 % aux développeurs simplement parce qu'ils ont empêché l'émergence de concurrents viables pour proposer de meilleures offres. Et les dirigeants de Google ont reconnu devant le tribunal que leur offre d'un taux de 26 % sur les options de paiement tierces était un faux choix pour les développeurs.

C’est bien sûr ce que nous savons. Depuis le PDG, les employés de Google ont délibérément redirigé les conversations sensibles vers le chat, sachant que leur contenu serait supprimé à jamais.

Les preuves présentées dans cette affaire démontrent le besoin urgent d'une législation et d'une réglementation qui s'attaquent à la mainmise d'Apple et de Google sur les smartphones, y compris avec une législation prometteuse en cours d'élaboration avec le Digital Markets, Competition and Consumer Bill au Royaume-Uni et le Digital Markets Act en UE.

Merci à la Cour d'avoir entendu cette affaire importante et d'avoir pris les prochaines étapes pour déterminer les remèdes qui permettront de remédier à des décennies de comportement anticoncurrentiel de Google.

Et merci au jury pour sa décision historique. Le million de développeurs de jeux qui n'ont pas pu être là, merci !


De son côté, sur X/Twitter, Tim Sweeney, PDG d'Epic Games, a déclaré :

Victoire sur Google ! Après 4 semaines de témoignages détaillés devant le tribunal, le jury californien s'est prononcé contre le monopole de Google Play sur tous les points. Les travaux de la Cour sur les recours débuteront en janvier. Merci pour le soutien et la foi de tous ! Fortnite gratuit !

En quoi est-ce une « décision historique » comme le prétend Epic Games ?

C’est une victoire historique, dans la mesure qu’Epic a perdu son combat contre Apple il y a deux ans lorsque la juge Yvonne Gonzalez Rogers a décidé que ce combat n’avait rien à voir avec les applications. Il faut rappeler qu'Epic a déposé une plainte antitrust similaire contre Apple en 2020, mais un juge américain s'est largement prononcé en faveur d'Apple en septembre 2021. Epic a alors demandé à la Cour suprême des États-Unis de relancer les principales réclamations dans l'affaire Apple, et Apple combat une partie d'une décision en faveur d'Epic qui nécessiterait des modifications des règles de l'App Store.

Mais Epic contre Google s’est avéré être une affaire très différente. Elle reposait sur des accords secrets de partage de revenus entre Google, les fabricants de smartphones et les développeurs de grands jeux, des accords qui, pensaient des dirigeants de Google en interne, étaient conçus pour empêcher l'émergence de magasins d'applications rivaux. Cela montrait que Google avait spécifiquement peur d’Epic. Et tout a été décidé par un jury, contrairement pour le cas d'Apple où la décision est revenue à un juge.

Attention, nous ne savons pas encore ce qu’Epic a réellement gagné – c’est au juge James Donato de décider quels pourraient être les recours appropriés. Epic n'a jamais poursuivi en justice pour dommages-intérêts ; il veut que le tribunal dise à Google que chaque développeur d’applications a toute liberté d’introduire ses propres magasins d’applications et ses propres systèmes de facturation sur Android, et nous ne savons pas encore comment ni même si le juge pourrait exaucer ces souhaits. Les deux parties rencontreront le juge Donato au cours de la deuxième semaine de janvier pour discuter des solutions possibles.

Le juge Donato a déjà déclaré qu'il n'accepterait pas la demande supplémentaire d'Epic concernant une disposition anti-contournement « juste pour être sûr que Google ne puisse pas réintroduire les mêmes problèmes par le biais d'une solution créative alternative », comme l'a déclaré l'avocat principal d'Epic, Gary Bornstein, le 28 novembre.

« Nous n'émettons pas d'injonctions de ne pas enfreindre la loi... si vous avez un problème, vous pouvez revenir », a déclaré Donato. Il a également déclaré qu'il n'avait pas l'intention de décider du pourcentage de frais que Google devrait facturer pour ses produits.

Bien qu'Epic n'ait pas intenté de poursuite en dommages-intérêts, Tim Sweeney a suggéré qu'Epic pourrait gagner des centaines de millions, voire des milliards de dollars s'il n'avait pas à payer les frais de Google.

Google a l'intention de faire appel

Wilson White, vice-président de Google, Affaires gouvernementales et politiques publiques, a déclaré :

Nous prévoyons de contester le verdict. Android et Google Play offrent plus de choix et d'ouverture que n'importe quelle autre plateforme mobile majeure. Le procès a clairement montré que nous sommes en concurrence féroce avec Apple et son App Store, ainsi qu’avec les magasins d’applications sur les appareils Android et les consoles de jeux. Nous continuerons à défendre le modèle commercial Android et resterons profondément engagés envers nos utilisateurs, nos partenaires et l’écosystème Android au sens large.
Même si le Play Store représente une part bien moindre des revenus de Google par rapport à son activité de recherche extrêmement rentable, il est symboliquement important en tant que gardien central de milliards de téléphones mobiles et de tablettes. Google pourrait être contraint d'autoriser davantage de magasins d'applications sur les appareils Android et de perdre des revenus en raison de la réduction des achats intégrés.

Google accusé d'avoir supprimé des messages

« Le procès a mis en lumière ce que Google a fait pour nuire à la concurrence », a déclaré Gary Bornstein, aux jurés, ajoutant que Google « bloquait systématiquement » les magasins d'applications alternatifs sur le Play Store de l'entreprise.

Parmi les allégations les plus sensationnelles figurait celle selon laquelle Google disposait d'un système de suppression de textes et de messages internes dans le but de dissimuler son comportement anticoncurrentiel. Un avocat d'Epic a déclaré lundi aux jurés qu'ils pouvaient supposer que le contenu des messages supprimés était pertinent pour l'affaire et « aurait été défavorable à Google ».

Google a nié tout acte répréhensible, arguant qu'il était en concurrence « intense en termes de prix, de qualité et de sécurité » avec l'App Store d'Apple.

L'avocat de Google, Jonathan Kravis, a déclaré aux jurés que « Google ne veut pas perdre 60 millions d'utilisateurs d'Android au profit d'Apple chaque année ». Google a abaissé sa structure tarifaire pour faire concurrence à Apple, a déclaré Kravis. « Ce n'est pas le comportement d'un monopoleur », a-t-il déclaré.

Google a réglé les réclamations connexes du créateur d'applications de rencontres Match avant le début du procès. La grande enseigne de la technologie a également réglé les plaintes antitrust connexes déposées par les États américains et les consommateurs selon des conditions qui n'ont pas été rendues publiques.

Epic a délibérément violé les règles du Play Store en contournant ses systèmes de facturation permettant aux clients d'effectuer des achats intégrés directement avec Epic, a déclaré lundi un avocat du fabricant de jeux. En conséquence, Google a interdit "Fortnite" et Epic a déposé une plainte en réponse.

Sources : décision du jury, Epic Games

Et vous ?

Pensez-vous que la décision du jury aura un impact significatif sur la façon dont les boutiques d’applications opèrent actuellement ?
Quelles pourraient être les conséquences à long terme pour les développeurs d’applications et les consommateurs si les pratiques de monopole sont remises en question ?
Comment les autres plateformes de distribution d’applications pourraient-elles bénéficier de ce verdict ?
Quelles mesures les régulateurs devraient-ils envisager pour encourager une concurrence équitable dans l’industrie des applications mobiles ?
Est-ce que vous croyez que les grandes enseignes de la technologie devraient être tenus responsables de promouvoir un écosystème ouvert et compétitif, et si oui, comment ?
Quel rôle les utilisateurs peuvent-ils jouer pour influencer les pratiques des boutiques d’applications et soutenir l’innovation ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/01/2024 à 9:36
C'est pourtant très simple à comprendre :
  1. Apple est content car il gagne plein d'argent avec ses commission sur les Apps et les paiements.
  2. Les vendeurs d'application ne sont pas contents.
  3. Les vendeurs réclament à la justice de pouvoir faire des paiements externe pour échapper à la taxe Apple.
  4. La justice oblige Apple à accepter les paiements externes, mais ne précise pas suffisamment les modalités.
  5. Apple lâche donc le strict minimum pour répondre à la justice : les paiements externes sont autorisés mais quand même taxés.
  6. Apple est toujours content.
  7. Les vendeurs d'application ne sont toujours pas contents.
3  0 
Avatar de vanquish
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/12/2023 à 9:13
Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
Je pensais que le Google Store offrait les mêmes contraintes et les mêmes avantages que celui d'Apple : Applications testées, inoffensives et côté développeur ensemble d'outils de développement complet et efficace. En plus de l'hébergement et des outils de commercialisation.
Tout ça se paie, nous ne sommes pas chez les bisounours.
Il est surtout question des achats in-app.
Les applications pourraient totalement se passer de Google et diriger les achats vers leurs propres serveurs.
Donc pas de coût d'infrastructure pour Google.

Il y a bien le cout de la mise à disposition initiale de l'application, mais cela fonctionne bien pour Netflix où on peut prendre son abonnement sur le Web et regarder sur sa tablette Android.
La marge sur les achats ip-app est une manne colossale pour Apple et Google pour un service rendu ridicule.
Je pense que le soucis tient principalement au pourcentage de cette marge, plus que sur son principe, encore que pour le cas de Fornite, même à 0,5% cela continue probablement de représenter des millions.
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/01/2024 à 14:21
Citation Envoyé par TheGuit Voir le message
Tant qu'il y'aura des *** pour acheter Apple
Je n'ai aucun produit apple, mais ce genre de commentaire n'a rien d’intéressant.
Personne ne force personne a acheter du matos apple, si des gens veulent acheter du Apple hors de prix tant mieux pour eux, comme ceux qui achète des Audi à 90000€ ou des villas à 30 millions d'€.

Râler sur les trucs obligatoire qui coute un pognon de dingue (voiture électrique hors de prix imposé par les zfe, sur isolation des maisons (norme rt 2020)...) ok, mais quand c'est un marché libre ou le consommateur fait ce qu'il veut...
Le jours ou l'ue imposera d'acheter du matos la oui je serais le 1er à râler. Ce jours arrivera peut être puisqu'ils en sont a imposé les boites en plastique du camembert et veulent interdire les vetements pas cher style primark et shine.

tant que j'ai le choix entre acheter un smartphone android à 100€ fait par des esclaves ouïgours, du apple avec des ouvriers foxconn surexploité ou du fairphone, moi ca me va (j’achète la 1ere option pour info et j'ai pas honte)

Quelle arrogance, quelle suffisance ! Sans Apple on n'aurait pas d'ordinateurs individuels, pas de téléphones portables pratiques à utiliser, pas de tablettes, pas de musique en ligne, j'en passe, et des meilleures.
En gros, les ** qui ont acheté Apple ont permis l'émergence de ton petit confort.
Le monde sans apple serait quasi le meme, les pc avec une ihm c'est xerox et si ca n'avait pas été apple qui aurait pompé ca, MS l'aurait fait en 1er et distribué en surcouche ms dos a ibm pc.
Les films en streaming on a pas attendu Apple, Netflix a été la bien avant, pour la music y'aurais eu donc soit une startup a la place de Itune, soit MS avec Zune soit un autre.
Les tablettes et smartphones ca existait avant apple, et perso je préférais windows mobile 6.5 à l'époque bien plus complet.
2  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/01/2024 à 15:35
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Le monde sans apple serait quasi le meme, les pc avec une ihm c'est xerox et si ca n'avait pas été apple qui aurait pompé ca, MS l'aurait fait en 1er et distribué en surcouche ms dos a ibm pc.
Les films en streaming on a pas attendu Apple, Netflix a été la bien avant, pour la music y'aurais eu donc soit une startup a la place de Itune, soit MS avec Zune soit un autre.
Les tablettes et smartphones ca existait avant apple, et perso je préférais windows mobile 6.5 à l'époque bien plus complet.
Effectivement! Je rajouterais que Symbian S60 n'avait rien à envier ni a android ni a iOS. Et Windows Phone 7 était moins complets mais bieeeen plus "pratique à utiliser" que les concurrents. Cf tous les comptes rendu d'ergonomes qui se sont amuser à compter les clics pour chaque opération...
La musique il y avait déjà spotify pour le streaming et Virgin pour l'achat en démat'.

Je dirais plutôt que Apple suit ce qu'il se fait, et peaufine. autrement dit, cette Phrase là est l'inverse de la réalité :
En gros, les ** qui ont acheté Apple ont permis l'émergence de ton petit confort.
En gros, les early adopters et les boites qui font de l'innovation permettent à Apple de regarder ce qui marche ou pas et d'arriver aprés des boites qui ont déjà essuyés les plâtres.

C'est d'ailleurs l'origine du ressentiment général : Innover n'a que peu de déboucher : Apple arrive aprés coup et ruine les petites boites derrière.
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 15:32
Citation Envoyé par degrécelcius Voir le message
Apple valide les applications qui fonctionnent sous IOS, cela représente un travail énorme mais les clients le souhaitent, alors refuser de payer pour ce travail me semble grandement exagéré.
1) Apple n'est pas obligé de valider les app, puisqu'elle l'impose alors elle doit le faire gratos.
Sous windows, linux ou android personne n'a l'obligation de valider les apps.
et les apps peuvent etre validé par plusieurs tiers de confiances. Sous windows MS peut la valider sur son store, mais sur steam c'est steam qui valide, sur des sites de download tu as des scans fait pas kaspersky, mcafee ou autres.

Meme chose pour les certificats https, il n'ya pas qu'une boite dans le monde qui certifie et le https certifié n'est pas obligatoire (option force de curl)

2) Tous les clients ne le souhaite pas. Moi je le souhaite pas. J'achete un iphone, j'aimerais pouvoir y installer ce que je veux de source d'ou je veux. J'ai ce comportement sur mac, pas besoin du mac store et pas besoin de validation d'apple.
Pourquoi ce serait différent sur iphone ou ipad ?
2  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 8:35
Si c'est pas l'OS qui limite automatiquement ce genre d'accès, c'est un sacré soucis.
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 11:57
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Justement c'est tout le problème des OS mobiles (IOS/Android), soit-disant plus sécurisé que Windows et GNU/Linux (et tout les Unix de bureau) ; alors que sous Windows un comportement de ce genre est bloqué par l'antivirus, et sous Linux tous simplement par le système lui-même, sous IOS et Android l'application demande une autorisation.
Ce système d'autorisation est totalement toxique et absurde, car (pour reprendre l'exemple de chrtophe) une application qui demande l'accès au carnet d'adresse va envoyer une demande d'autorisation ; cette demande d'autorisation ne précise pas ce qu'il adviendra du carnet d'adresse, l'application peut aussi bien l'utiliser pour faire office d'organisateur personnel (utilisation légitime) ou pour envoyer les donnée en ligne (malware).
Les utilisateurs se sont habitué à autoriser des comportements qu'ils n'aurais jamais autorisés sous Windows, c'est pour cela que je préfère largement la gestion de type Windows que celle des systèmes mobiles, car elle ne banalise pas l'usage des malware (car oui, des applications comme Candy Crush, Instagram, TikTok sont des malwares qui devrait être détectés par des antivirus).
Celle de GNU/Linux est bien sûr la meilleurs, puisque il n'y a pas besoin d'antivirus, le système fait la totalité du travail.

Ce qui le prouve, c'est la plate-forme UWP, une invention (qui à surtout été un fiasco) de Microsoft pour copier l'écosystème mobile. La gestion d'autorisation est identique, et comme le Microsoft store est copier lui aussi sur les autre store, les autorisations demandés apparaissent dans la page de téléchargement ; le problème est qu'il y a aussi des applications Win32 dans le MS Store, et là il y a presque toujours marqué "cette application demande à accéder à tous" y compris dans le cas où l’application n'accède à rien.

Je ne suis pas convaincu par la nécessité des sandbox pour une utilisation quotidienne, tous le monde sais que GNU/Linux est sécurisé et pourtant il n'y a pas forcément de sandbox (c'est facultatif). Par contre la séparation entre les différentes autorisation (surtout entre root et les autres) est extrêmement solide. Donc je ne voit pas l'intérêt de rajouter une couche par dessus... A la rigueur pour protéger des documents personnels, mais j'ai conscience de ce que j'installe, je n'ai pas besoin de ralentir mon système juste pour que Mme Michu (qui pourrai plutôt apprendre à réfléchir avant de cliquer) n'installe pas n'importe quoi. Sous Android, je rêve de ne pas avoir de sandbox, vu que je n'ai que des applications que je sais de confiance.
D'ailleurs sous Windows il existe une reproduction du système de racine Unix, c'est Surun, qui remplace l'UAC. Ca ne rend pas Windows sécurisé sur tout les plans, mais c'est mieux que rien.

une applie win32 ou une applie linux peut tous lire tes fichiers personels (situer /home ou mes documents) et peut les chiffrer pour en faire un ransoware. sans aucune protection.
un logiciel peut aussi lire tes mots de passe du navigateur web et ton historique
la sandbox est pour moi tres utile.

En revanche rien n'est transmis sur internet car il y'a un firewall. Et c'est le plus gros manque dans android et ios, pourquoi y'a pas un firewall qui bloque les acces réseaux par defaut de toutes les apps et a débloquer au cas par cas.
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/01/2024 à 17:49
et parfois apple est moins cher.

je pense aux grosses flottes d'entreprises, commander des milliers d'ipad et/ou mac coute dans certains contexte moins cher que d'aller chez dell, hp...etc.

les entreprises achètent souvent des ipad car la seul solution pro à ma connaissance qui existe vraiment niveau tablette. Je parle d'avoir un bon sav et un support long terme.
meme chose coté smartphone ou l'iphone a de bon arguments la dessus fazce à la concurence.

quand on veut équiper une flotte d'entreprise on achète pas un archos à 100 balle sans support ni sav.

et je pense que ce sera la même chose avec le futur apple vision, aucun intérêt pour un particulier et hors de prix mais pour les pro y'a un marché a prendre.
Apple c'est l'assurance d'avoir un sav, du support, des api/sdk correct et qui vont durer dans le temps comparé à un autre prestataire.

meme pour les auto entrepreneurs, avoir un mac ca peut se justifier, je parle pas des informaticiens la mais par exemple un médecin ou un avocat qui n'a aucune connaissance en informatique, avec un mac tu as l'assurance d'avoir un bon pc qui fera le job plusioeurs années sans te prendre la tete. et si y'a un soucis tu vas dans un magasin physique (apple store) pour te le faire réparer/changer.
Le prix n'est pas un problème, car ça passe en frais de société et c'est déductible des impôts.

le temps c'est de l'argent et le temps d'un médecin ou d'un avocat passé a contacter un sav samsung ou pire un vendeur de hong kong sur aliexpress c'est du pognon en moins qui rentre dans son entreprise et au final c'est pas rentable. Alors que avec le mac, ca lui évite ces soucis et ca permet a l'avocat ou au médecin d'avoir des clients et de rentrer du cash.

Moi par exemple ma boite me paye le taxis et l'avion au lieu du train car car leurs coute moins cher que de me payer a faire des heures dans les transports en commun.
pour un pdg c'est pareil avec les jet privée et chauffeur privée, si tu regarde le cout d'une pause caca d'un grand patron, il serait plus rentable de lui mettre une sonde urinaire et un trou au bout de l'intestin.

bref il faut pas toujours voir le coté grand publique mais aussi le coté pro ou acheter un pc portable à 2000€ c'est pas très cher quand on fait un CA de 100-200k.
1  0 
Avatar de archqt
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/01/2024 à 18:36
Pas très clair, avant Apple prélevant 30%, on leur a dit "il faut laisser les développeurs proposer un paiement alternatif" et là ils prennent 27%. Je ne vois pas trop le gain (3%???), et surtout ils ne laissent pas au final une autre possibilité de payement vu qu'ils en prennent quais le même taux. Quelqu'un peut m'expliquer ? Merci
1  0 
Avatar de Bousk
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/01/2024 à 5:58
J'avoue ne pas comprendre non plus.
Maintenant ils te laissent utiliser d'autrse moyens de payement, mais te taxent 27% ? Sur un service qu'ils n'exécutent même plus cette fois ?
1  0