IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Commission européenne fait une campagne publicitaire controversée pour son projet de loi CSAM
Visant à scanner les messages privés à la recherche de contenu pédopornographique

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

8  0 
La Commission européenne a lancé une proposition de loi visant à lutter contre le matériel pédopornographique en ligne, mais qui soulève de graves problèmes de respect de la vie privée. Pour tenter de convaincre l'opinion publique de la soutenir, elle a lancé une campagne vidéo. Danny Mekić, un chercheur néerlandais, a dénoncé la campagne comme une tentative de manipulation et d’intimidation de la part de la Commission. Il a publié ses découvertes sur son blog et a contacté plusieurs médias et politiciens pour attirer l’attention sur cette affaire.

La proposition de la Commission européenne pourrait obliger les entreprises technologiques à analyser les messages privés à la recherche de matériel d'abus sexuel d'enfants (CSAM pour Child Sexual Abuse Material) et de preuves de pédopiégeage, même lorsque ces messages sont censés être protégés par un chiffrement de bout en bout.

D'après le projet de régulation, les messageries devraient, d'ici à l'an prochain, mettre en place des outils pour détecter l'échange d'images pédopornographiques. Il est question de se servir d'outils basés sur l'intelligence artificielle pour analyser ces contenus, dans le but de détecter une image suspecte ou une conversation problématique. En cas de suspicion, une alerte serait envoyée à une agence européenne dédiée, à des fins d'analyses complémentaires.

La Commission affirme que cette mesure est nécessaire pour protéger les enfants des prédateurs sexuels et pour aider les autorités à poursuivre les criminels. Cependant, de nombreux experts, activistes et organisations de défense des droits de l’homme s’opposent à cette proposition, estimant qu’elle constitue une atteinte disproportionnée à la vie privée et à la sécurité des communications en ligne


La pilule a du mal à passer

Lors d'un séminaire public organisé ce 23 octobre, de nombreux experts ont toutefois pointé du doigt l'impossibilité de recourir à de telles analyses sans mettre à mal la vie privée des internautes européens.

Helen Charles, représentante des affaires publiques de Whatsapp, a exprimé ses « inquiétudes concernant l'implémentation » d'une telle solution à l'occasion de ce séminaire : « Nous pensons que toute demande d'analyse des contenus dans une messagerie chiffrée pourrait nuire aux droits fondamentaux » a-t-elle indiqué, tout en plaidant pour l'utilisation d'autres techniques, comme le signalement d'utilisateurs mais aussi le suivi du trafic des internautes pour détecter des comportements suspects.


Le même jour, le Contrôleur européen de la protection des données (CEPD), une institution indépendante de l’Union européenne, a rendu son avis sur le CSAM :

Il est techniquement impossible de mettre en œuvre une analyse de contenu connu ou nouveau et une détection de toilettage par un fournisseur de services sans affaiblir le chiffrement de bout en bout et porter atteinte à la vie privée des utilisateurs. C’est la conclusion sans équivoque de centaines d’éminents scientifiques et chercheurs dans le domaine. En outre, de nombreux experts s’accordent sur le fait que les solutions technologiques de détection les plus récentes ne sont pas suffisamment fiables et sont également vulnérables aux cyberattaques.

La proposition CSAM n’offre pas non plus de solutions sur la manière d’atténuer le risque émergent du « CSAM synthétique », c’est-à-dire des images, des vidéos et du texte/voix générés par ordinateur, y compris à l’aide d’applications d’IA générative accessibles au public.
En dehors de l'atteinte inédite à la vie privée, le projet de régulation de l'Union européenne se heurte à d'autres critiques, portant cette fois sur son efficacité. Avec, pour de nombreux spécialistes, le risque d'erreurs d'interprétation de l'intelligence artificielle, et donc de faux positifs.


Rappelons que, dans son étude d'impact, la Commission européenne assure pouvoir atteindre un taux de précision de 99,9%. Toutefois, cette statistique ne vaut que pour l'analyse d'une image qui serait déjà présente dans une base de données et caractérisée comme image pédopornographique. Un procédé qui consiste, de façon plutôt basique, à comparer automatiquement deux clichés entre eux.

Danny Mekić, un chercheur néerlandais, a déclaré à ce sujet :

L’intelligence artificielle ne peut pas détecter avec précision les activités criminelles, mais elle signalera à tort des millions de citoyens innocents comme suspects. Pendant ce temps, les criminels contournent facilement ce système en supprimant ces applications de leur téléphone ou en disparaissant sur le dark web. Même si la proposition de la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, est inefficace, elle signifie néanmoins la fin des conversations numériques privées pour tous. Pour des raisons évidentes, cela est incompatible avec le droit à la vie privée, à la liberté de communication et à la présomption d'innocence.
Vient alors la campagne publicitaire

En septembre, la Commission a lancé une campagne publicitaire sur X, anciennement Twitter, visant à promouvoir sa proposition et à influencer l’opinion publique. La campagne présentait des vidéos mettant en scène de jeunes filles et des hommes sur un fond sombre, accompagnées d’une musique inquiétante. Les vidéos affichaient des statistiques issues d’un sondage sur la pédopornographie et la vie privée en ligne, réalisé par la Commission.

Les résultats du sondage suggéraient qu’une majorité de citoyens européens soutiendraient le scanneur de tous leurs messages numériques. Cependant, ces résultats semblaient biaisés et entachés d’erreurs. Le sondage aurait induit en erreur les participants, selon des lecteurs de Twitter/X qui ont ajouté du contexte à la vidéo dans des versions en d'autres langues :

Cette annonce est trompeuse. La proposition permet à l'UE de scanner tous les messages et images présents sur les téléphones de tous. L'enquête cache ce fait et parle de « messages EN LIGNE, e-mails, chat et réseaux sociaux ». « La majorité des citoyens soutiennent la proposition » est donc incorrect.
C'est également ce que pense Danny Mekić. Lorsqu'il est tombé sur la campagne, il a pensé que les vidéos étaient inhabituelles pour une organisation gouvernementale et a décidé d'approfondir. Les résultats de l'enquête présentés dans les vidéos suggèrent qu'une majorité de citoyens de l'UE seraient favorables à la numérisation de toutes leurs communications numériques. Après une inspection plus approfondie, il a découvert que ces conclusions semblaient biaisées et erronées. Les résultats de l'enquête ont été obtenus en trompant les participants, affirme-t-il, ce qui a pu induire en erreur les destinataires des annonces ; la conclusion selon laquelle les citoyens de l’UE étaient satisfaits d’une plus grande surveillance n’a pas pu être tirée de l’enquête, et les résultats se sont heurtés à ceux des sondages indépendants.

Danny Mekić affirme que les questions posées étaient ambiguës, trompeuses ou orientées.

Par exemple, une question demandait aux participants s’ils étaient d’accord avec l’affirmation suivante : « Je pense qu’il est important que les fournisseurs de services en ligne prennent des mesures pour empêcher que du matériel pédopornographique ne soit partagé sur leurs plateformes ». Cette question ne mentionnait pas le fait que ces mesures impliqueraient de scanner des messages privés des utilisateurs.

Mekić a également constaté que la campagne publicitaire ciblait des destinataires spécifiques, en fonction de leurs croyances religieuses et de leur orientation politique, ce qui pourrait constituer une violation des lois européennes sur la protection des données et des conditions d’utilisation de X. Il a remarqué que les annonces étaient diffusées uniquement dans les sept pays qui n’avaient pas soutenu le projet de loi au Conseil.

Voici un extrait de son billet :

Fait inquiétant, le lendemain, le 15 septembre, le commissaire européen a lancé une campagne publicitaire payante pour dire qu'il ne voulait pas voter pour la proposition actuelle le 14 septembre. La campagne, qui a été vue plus de quatre millions de fois, utilise des images choquantes de jeunes filles aux côtés d'hommes à l'allure sinistre, une musique menaçante et commet une forme de chantage émotionnel en suggérant que les opposants au projet de loi ne voudraient pas protéger les enfants. Tout aussi trompeuse est l'affirmation de la Commission selon laquelle le projet de loi serait soutenu par la majorité des Européens, sur la base d'une enquête qui mettait uniquement en évidence les avantages mais pas les inconvénients de la législation proposée. Les enquêtes menées par les agences de recherche YouGov et Novus, qui ont souligné les inconvénients, n'ont montré pratiquement aucun soutien à la proposition parmi la population européenne.

Pour plier l’opinion publique européenne à sa volonté, la Commission européenne est allée encore plus loin. Le rapport de transparence de « spanexit » ou de Victor Orbán, Nigel Farage ou du parti politique allemand AfD). Pour des raisons peu claires, les personnes intéressées par le christianisme (les personnes intéressées par le terme « chrétien ») ont également été exclues. Après avoir exclu les groupes politiques et religieux critiques, l'algorithme de X a été configuré pour trouver des personnes dans la population restante intéressées par le message publicitaire, ce qui a donné naissance à une chambre d'écho non critique. Ce micro-ciblage basé sur des convictions politiques et religieuses est contraire à la politique publicitaire de X, à la loi sur les services numériques - que la Commission elle-même doit contrôler - et au règlement général sur la protection des données.

Si le soutien à un projet de loi est insuffisant, la seule réponse démocratique correcte est de le retirer ou, comme l'a suggéré l'Allemagne, d'ajuster la proposition afin qu'elle puisse compter sur un soutien suffisant. Dans ce cas, cela signifie ne pas introduire le « téléécran » anticonstitutionnel, qui semble tout droit sorti du livre d'Orwell. Au lieu de cela, la Commission a tenté d'influencer l'opinion des citoyens des États membres hésitants avec des tactiques qui rappellent étrangement les campagnes de désinformation menées lors des élections américaines et du Brexit, telles que le recours à des publicités manipulatrices, des statistiques trompeuses et un micro-ciblage fondé sur la foi. philosophie de la vie.

En mettant de côté les valeurs européennes dans sa quête pour faire adopter un texte législatif controversé, la Commission ne rend pas seulement un mauvais service aux citoyens qu'elle représente, elle met également en danger les fondements démocratiques de l'Union elle-même. Par conséquent, la Commission européenne devrait mettre les campagnes publicitaires hors ligne et les maintenir hors ligne et s'abstenir de toute tentative future de manipuler l'opinion publique européenne avec de telles campagnes de désinformation au moyen de publicités ciblées sur les réseaux sociaux.
La Commission assure que son objectif était d'informer le public sur un sujet important et sensible

La Commission a réagi en affirmant que sa campagne était conforme aux règles et aux normes éthiques. Elle a déclaré que son objectif était d’informer le public sur un sujet important et sensible, et non pas d’influencer le processus législatif. Elle a également défendu la qualité et la fiabilité du sondage qu’elle avait commandé.

La campagne publicitaire de la Commission a suscité de vives critiques de la part de divers acteurs, tels que des organisations de la société civile, des experts en sécurité, des défenseurs des droits numériques et des responsables politiques. Certains ont qualifié la campagne de « propagande », de « désinformation » ou de « guerre contre le chiffrement ». D’autres ont appelé à une enquête indépendante sur les pratiques et les motivations de la Commission.

La controverse autour de la campagne publicitaire a mis en lumière les enjeux et les dilemmes liés à la proposition de loi sur le scanneur des messages privés. D’une part, il s’agit de protéger les enfants des abus sexuels et de lutter contre un crime odieux. D’autre part, il s’agit de préserver la vie privée et la sécurité des communications en ligne, qui sont essentielles pour la démocratie, les droits de l’homme et l’innovation.

La question est de savoir si un scanneur des messages privés est une solution efficace et proportionnée pour atteindre le premier objectif, sans compromettre le second. Mais le secteur technologique est unanime : pas question d'affaiblir le chiffrement.

La proposition de loi sur un scanneur des messages privés est actuellement en cours de négociation entre le Conseil, le Parlement et la Commission européens. Il n’est pas certain qu’un accord soit trouvé avant la fin de l’année 2023.

Sources : billet Danny Mekić, Contrôleur européen de la protection des données, séminaire sur le CSAM, commission européenne

Et vous ?

Que pensez-vous du scanneur des messages privés comme moyen de lutter contre la pédopornographie en ligne ? Est-ce une solution efficace et proportionnée, ou une atteinte inacceptable à la vie privée et à la sécurité des communications en ligne ?
Quels sont les risques et les bénéfices potentiels du scanneur des messages privés pour les utilisateurs, les plateformes numériques et les autorités ? Comment ces risques et ces bénéfices peuvent-ils être évalués et pondérés ?
Quelles sont les alternatives possibles au scanneur des messages privés pour prévenir et combattre la pédopornographie en ligne ? Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients par rapport au scanneur des messages privés ?
Quelle est votre opinion sur la campagne publicitaire de la Commission européenne sur le scanneur des messages privés ? La trouvez-vous informative, persuasive, manipulatrice ou intimidante ? Pourquoi ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/04/2024 à 11:41
Je vois que qu'effectivement c'est toujours dans les tuyaux...

Décidément l'Europe c'est vraiment pas l'amour des peuples et des nations, c'est bel et bien l'antichambre du quatrième Reich.

Et dire qu'ils sont aussi en train de pousser à la création d'un état européen pour définitivement nous spolier des états nations, on sera vraiment tout nus si ils arrivent à passer ça.
9  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 13:41
Citation Envoyé par BugFactory Voir le message
A quelques jours des élections européennes, sait on quelles sont les positions des différents candidats à ce sujet ?

(J'ai cherché mais mon Google Fu semble insuffisant.)
aucun partis politique ne s’intéresse à la tech et aucun candidat n'a de connaissance dans ce milieu, la raison est simple: ce sujet n’intéresse pas la majorité des électeurs et donc aucun intérêt d'en parler.

Le seul partis politique à ma connaissance qui parle de tech (sans dire de connerie sur ce sujet comme le pare feu libre office) c'est le partis pirate.
L'UPR étant assez actif que sur le net et évité comme la peste sur les télés, je suppose qu'ils doivent avoir des positions cohérentes sur la tech aussi puisque c'est leurs seul outil de communication.

Coté partis principaux, j'imagine que LFI doit vouloirs des logiciels gratuits et open source et le RN des logiciels 100% français, mais c'est juste des trucs balancé au pifs sans réel actions si il étaient élus.

Sinon LREM, Macron a dit que les jeux vidéos étaient la cause des violences, avant de dire que finalement les éditeurs étaient les bienvenue en France et il a dit aussi qu'il allait faire de la France un pays de l'IA, voila c'est un près tous coté majorité

Le mieux pour l’Europe serait de forcer les USA à nommer Bruno Lemaire PDG d'Apple et Thierry Breton PDG de Microsoft, comme ça on aura la garantie que ces boites feront faillite d'ici 5ans
8  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 11/01/2024 à 7:53
Quel est votre avis sur le sujet ?
L'automutilation, du suicide et des TCA chez les jeunes est un sujet délicat et je ne suis pas sûr que cette décision soit idéale parce qu'elle censurera sans doute autant la prévention que l'encouragement.
Le prévention sur les réseaux sociaux a sauvé des vies, probablement moins que l'encouragement, j'en conviens.
Donc jeter le bébé avec l'eau du bain est bénéfique mais ne pas le faire l'est probablement encore plus, même si ça complique les choses.
Dans quelle mesure ces nouvelles mesures de protection des adolescents sont-elles une réponse efficace aux préoccupations liées à la sécurité sur les plateformes de Meta, et sont-elles susceptibles de résoudre les problèmes sous-jacents ?
Le mal être des adolescent est quasi intrinsèque à cette période de la vie, les réseaux sociaux sont loin d'être le premier problème (la représentation d'une société idéale dans les œuvres culturelles est probablement encore plus proche de la source du problème) mais les réseaux sont un catalyseur critique.
Donc les limiter aura un effet mais ne résoud en aucun cas le problème de fond.
Les récentes annonces de Meta concernant la protection des adolescents ne sont-elles pas simplement une réaction à la pression gouvernementale, plutôt qu'une initiative proactive de l'entreprise ?
Bien sûr que si et la pression gouvernementale va retomber immédiatement même si l'on constatait que la mesure n'est pas efficace.
Le gouvernement attends des actes à vendre plutôt que des résultats réels sur ce genre de sujet.
Face aux multiples scandales liés à la confidentialité des données et aux contenus nuisibles sur ses plateformes, comment Meta peut-elle garantir que ces nouvelles mesures ne sont pas simplement des actions superficielles pour redorer son image ?
Il va suivre tout ça, sortir une étude pas forcément si pertinente que ça avec un beau camembert, quelques histogrammes et un graph parlant avec des bonhomme barrés ou pas et il se félicitera de ça.
Mais ce n'est que le glaçage sur le gâteau du nettoyage de son image.
En tant que société qui a profité de la viralité de contenus controversés par le passé, comment Meta peut-elle prétendre sérieusement vouloir créer un environnement en ligne plus sûr pour les adolescents sans compromettre ses propres intérêts commerciaux ?
Une meilleure image rime aussi avec des annonceurs qui reviennent ou sont prêts à y mettre un peu plus de moyens.
En valorisant la sureté des ado Meta redore son blason et augmente la valeur de ce qu'il partage.
Les influenceurs en profiteront et Meta aussi.
4  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/01/2024 à 10:51
Dans un rapport de la CNIL, il est mentionné que seuls 45% des 40% que représentent les données sensibles dans le cloud sont chiffrées (source ziff davis). Un guide de bonnes pratiques est publié avec ce rapport. Si les CNIL européennes se battent pour le respect du RGPD, ce serait effectivement un mauvais signal que d'abandonner le chiffrement en rase campagne pour une cause, certes juste, mais disproportionnée en conséquences par rapport au but à atteindre. Il n'existe pas de raison assez juste pour mettre sur écoute 450 millions de citoyens pour sauver une infime proportion d'entre eux d'attitudes marginales même si elles sont abjects.

Je propose plutôt des descentes de police spécialisée dans le Dark Web qui concentre l'immense majorité des sites illégaux et le renforcement des moyens pour y parvenir comme l'envisage la France. source lefigaro.fr
4  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/11/2023 à 19:22
D'un côté, on donne accès à toutes nos communications, sans exception. De l'autre, on promet de protéger "peut-être" mieux qu'on le fait aujourd'hui un crime certes important mais très spécifique. Ca n'est tout simplement pas proportionnel : ouvrir toutes les vannes pour une simple probabilité de faire mieux pour 1 chose, ça n'a pas de sens. Alors qu'une fois les communications intégralement disponibles, il devient tellement facile d'en abuser.
3  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/01/2024 à 11:01
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Le mieux est de ne rien faire. Ça s'appelle la sélection naturelle.
La sélection naturelle ne marche que sur les défauts génétiques, et que en cas de décès avant reproduction.

Ici on parle de mutilation, ce qui n'empêche pas la reproduction, et dûe non pas à des facteurs génétiques, mais environnementaux.

En d'autre terme, cette phrase, que j'espère volontairement cynique, est scientifiquement fausse...
3  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/04/2024 à 7:48
Pensez-vous que ces avis sur la loi KOSA sont crédibles ou pertinents ?
Oui, je penses qu'ils le sont. Les jeunes qui s'expriment sont en cours de construction, ils sont curieux, veulent comprendre, cherchent les limites des "réflexions des adultes".
Ils veulent donc un minimum de contrainte.
Dans leurs expérimentations ils iront trop loin et apprendront quelles sont leurs limites personnelles.
C'est comme ça qu'un ado ce construit.

Quel est votre avis sur le sujet ?
Je penses que les législateurs sont d'accord avec ce que disent ces jeunes, et que c'est leur objectif.
Je penses que protéger nos ados ne passe pas par l'interdiction mais pas l'accompagnement avant et après. Mais ça demande bien plus de travail et de souplesse intellectuelle que d'interdire.
Les jeunes ont besoin d'espaces sûrs et d'explorer les limites. Ils ont besoin des deux de se construire.
4  1 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/04/2024 à 9:06
Il me semble pourtant que cette horreur totalitaire avait été rejeté ???
Ça revient sur la table ?
J'ai parcouru un peu l'actualité sur le site de la grande kommandantur et du soviet supreme du parlement européen et de la commission européenne et je crois qu'ils vont effectivement devoir relancer la machine car on arrive au bout du statut quo sur leur dernière tentative de nous asservir :

Mercredi, le Parlement décidera de l'extension jusqu’en 2026 de dérogation aux règles de l'UE permettant aux plateformes Internet de détecter les contenus pédopornographiques en ligne.

Une dérogation aux règles européennes en matière de protection de la vie privée en ligne permet actuellement de détecter les contenus pédopornographiques (CSAM) en ligne, mais celle-ci doit expirer en août 2024. Afin de conserver les mesures actuelles en vigueur jusqu’à ce que le Parlement et le Conseil se mettent d’accord sur de nouvelles règles permanentes, leurs négociateurs ont décidé de proroger la dérogation actuelle jusqu’au 3 avril 2026. Mercredi, la plénière devrait donner son accord final à cette extension temporaire.
J'ai pas trop poussé la recherche, je ne vois que des trucs qui m'énerve sur ce site. Comme par exemple qu'ils sont en train de pousser une réglementation pour qu'une partie de la bouffe produite en UE aille dans la production de bio carburant. Ou que ça dépose encore des textes pour autoriser l'utilisation de plus d'OGM. Ils appellent ça des NTG maintenant, sont malins les diables. Nouvelle technique génomique, les anciennes faisaient trop peur.

Ainsi, les NTG ont le potentiel de contribuer aux objectifs d’innovation et de durabilité du pacte vert pour l’Europe et des stratégies «De la ferme à la table», en faveur de la biodiversité et d’adaptation au changement climatique, à la sécurité alimentaire mondiale, à la stratégie pour la bioéconomie et à l’autonomie stratégique de l’Union.
C'est orwellien.
3  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 12:56
Ils n’ont toujours pas compris que cela serait peine perdue. Exemple: un plugin de stenagographie déployé dans les applications de messagerie cryptant les images avant de les transmettre. Et au lieu de s’échanger des numéros de tel ou d’e-mail on s’échangera des clés pgp.

Ils veulent faire le scan côté client? Conséquences: fortes baisses des ventes d’iphones et d’androïd puis riposte technologique et juridique d’apple et de google. Quand on voit le temps que cela a pris pour imposer de l’usb sur les iphones...

Je suis bien sûr absolument contre la pédopornographie mais ce genre de mesure est excessive, politique, dangereuse(fichage des opinions politiques possible), inefficace et s’attaque aux conséquences plutôt qu’à la recherche des causes.
3  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 15:38
Citation Envoyé par Anselme54
Les mêmes qui s'offusquent d'être potentiellement espionné un jour par les gouvernements se laissent espionner depuis des années par Microsoft et Google sans que cela les empêche de dormir...
L'espionnage américain se traduit surtout par le pompage géant de nos données persos à des fins de ciblage publicitaire, ensuite c'est aussi beaucoup d'espionnage économique. Il doit y avoir aussi du ciblage politique et personnel mais je pense que les données qui remontent aux USA bénéficient surtout aux pays membres des FIVE EYES (l'alliance des services de renseignement de l'Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis, le fer de lance du mondialisme).

Enfin on parle d'ingérence Russe mais les USA sont aussi bien connus pour lancer des révolution "démocratique" dans bien des pays coordonnées par Facebook et autre.

Si on donne les même capacités à nos gouvernements bha la on aura la totale, espionnage économique, fuite des données vers l'étranger et en plus quand tu diras que c'est peut-être un peu abusé ou que tu poseras une question sur ce que contient l'entrejambe de la première Dame de France, ils viendront toquer à ta porte le lendemain voir ce que tu fabriques sur twitter X

Plus sérieusement ceux qui ont le plus de soucis à se faire à mon sens : les lanceurs d'alertes, les écolos, tout ceux qui n'aiment pas l'Europe, sont contre la guerre, doutent du vaccin, veulent la justice et malheureusement en dernier, les pédo...

Ce qui devrait aussi inquiéter l'opinion c'est la multiplication des procédures bâillon (destinée à faire taire quelqu'un) depuis la loi sur le secret des affaires, alors que l'UE fait semblant d'adopter une loi protégeant les journalistes. Ce débat est le paradis de l'hypocrisie.
3  0