IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk a refusé de payer les primes annuelles de 2022 promises aux employés de Twitter
Selon une plainte en nom collectif dans laquelle il lui est réclamé des millions de dollars

Le , par Stéphane le calme

14PARTAGES

14  0 
Elon Musk, le propriétaire de Twitter, fait face à une plainte en nom collectif de la part d’employés actuels et anciens de la plateforme de médias sociaux, qui l’accusent de ne pas avoir versé les primes annuelles promises pour l’année 2022. La plainte a été déposée mardi devant le tribunal fédéral du district nord de Californie par Mark Schobinger, qui était le directeur principal de la rémunération chez Twitter jusqu’à ce qu’il quitte l’entreprise le mois dernier.

Selon la plainte, les dirigeants de Twitter ont « répété à plusieurs reprises au plaignant et aux autres employés de la société que les primes de 2022 seraient versées à cinquante pour cent de l’objectif. Cette promesse a été répétée après l’acquisition de Musk ». Le plaignant et les autres employés de Twitter se sont appuyés sur cette promesse pour choisir de rester employés par Twitter après l’acquisition de Musk et/ou pour renoncer à d’autres opportunités d’emploi.

Malgré les promesses faites avant et après l’acquisition de Musk, Twitter aurait « refusé de payer » toute prime aux « employés qui sont restés employés par la société au premier trimestre 2023 ». Les primes annuelles étaient généralement versées en mars les années précédentes, selon la plainte.

La plainte allègue que Twitter a commis une rupture de contrat et un manquement à une promesse et affirme que les dommages-intérêts dépassent 5 millions de dollars. Schobinger est représenté par l’avocate Shannon Liss-Riordan, qui représente également d’autres anciens employés de Twitter dans des affaires distinctes contre l’entreprise.

« Dans les mois qui ont suivi l’acquisition de Twitter par Musk, le plaignant a reçu régulièrement des appels de recruteurs et d’entreprises concernant d’autres opportunités d’emploi », indique la nouvelle plainte. « Cependant, le plaignant a refusé ces opportunités, sûr que Twitter lui verserait sa prime annuelle promise pour 2022 au cours du premier trimestre 2023 ». Le demandeur Mark Schobinger a été directeur principal de la rémunération de Twitter de février 2019 au 26 mai 2023. Schobinger a finalement quitté l’entreprise le mois dernier en raison du « non-respect par Twitter de diverses promesses qu’il avait faites aux employés », notamment son échec à verser les primes promises.

Citation Envoyé par Introduction de la plainte
Le demandeur Mark Schobinger dépose cette plainte en recours collectif contre les défendeurs Twitter, Inc. et X Corp. (collectivement "Twitter"), en son propre nom et au nom d'autres employés actuels et anciens de Twitter qui étaient employés par la société au 1er janvier 2023, et qui n'ont pas reçu leur prime annuelle pour 2022. Le demandeur porte plainte pour rupture de contrat et préclusion promissoire.

Comme décrit plus en détail ci-dessous, Twitter dispose d'un plan de bonus de performance en espèces ("PBP" ou "Bonus Plan") qui est versé annuellement. Chaque année, l'entreprise a un objectif global pour le plan de bonus, et les employés ont chacun un montant calculé de bonus (qui est basé sur un pourcentage de leur salaire de base) qu'ils recevront si l'entreprise verse une prime au montant cible. Traditionnellement, les personnes couvertes par le plan de bonus qui sont employées par l'entreprise au moment où les bonus sont payés (généralement en mars) reçoivent leur bonus annuel pour l'année précédente.

Dans les mois qui ont précédé l'acquisition de Twitter par Elon Musk en octobre 2022, les dirigeants de l'entreprise, y compris l'ancien directeur financier, Ned Segal, ont promis à plusieurs reprises au demandeur et aux autres employés de l'entreprise que les primes de 2022 seraient versées à cinquante pour cent (50 %) de cible. Cette promesse a été répétée après l'acquisition de Musk. Le demandeur et d'autres employés de Twitter se sont appuyés sur la promesse qu'ils recevraient leur prime de 2022 lorsqu'ils choisiraient de rester employés par Twitter après l'acquisition de l'entreprise par Musk et/ou décideraient de renoncer à d'autres opportunités d'emploi.

Cependant, malgré les promesses de Twitter de verser des primes 2022 à cinquante pour cent (50%) de l'objectif, Twitter a refusé de payer les employés qui sont restés employés par l'entreprise au premier trimestre 2023, toute prime.

Le plaignant intente cette action, intentant des poursuites pour rupture de contrat et préclusion promissoire, en son nom et au nom d'autres employés actuels et anciens de Twitter qui étaient employés au premier trimestre 2023 mais n'ont pas reçu leur prime.

Twitter fait face à de multiples plaintes

Un jour avant de finaliser son achat de Twitter, Musk a démenti une information selon laquelle il prévoyait de se débarrasser de près de 75 % des 7 500 employés de Twitter. Il s'avère que Musk a réduit le personnel de Twitter d'environ 75% grâce à une combinaison de licenciements massifs et d'un ultimatum demandant aux travailleurs de s'engager dans une approche « extrêmement dure » ou de quitter leur emploi.

La réduction des coûts de Musk ne se limite pas aux réductions massives de personnel et au prétendu non-paiement des primes. Il y a plus de 20 poursuites intentées par des vendeurs et des propriétaires affirmant que Twitter n'a pas payé les factures de services, de produits ou de loyer. Un juge a ordonné l'expulsion de Twitter d'un immeuble de bureaux à Boulder, dans le Colorado, pour loyer impayé, et Twitter a été poursuivi pour non-paiement de loyer à son siège social de San Francisco, dans un autre immeuble de San Francisco et à son siège social britannique.

Selon des documents judiciaires et le Denver Business Journal, le bailleur basé à Chicago qui possède les bureaux de Twitter au 3401 Bluff St à Boulder, a reçu une lettre de crédit de 968 000 dollars en février 2020.

Twitter a cessé de payer le loyer en mars 2022, invoquant une clause du bail qui lui permettait de suspendre ses obligations en cas de force majeure, telle qu’une épidémie ou une catastrophe naturelle. Le propriétaire a contesté cette interprétation, arguant que la pandémie ne constituait pas un cas de force majeure au sens du bail, et que Twitter avait continué à utiliser le bureau pour stocker du matériel et accueillir des employés.

En début d'année, The Information rapporte que Twitter refuse depuis des mois de payer ses factures d'Amazon Web Services, bien qu'elle utilise le service en cloud pour des aspects clés de la plateforme de médias sociaux. Cette absence de paiement a conduit Amazon à menacer de représailles, l'entreprise déclarant qu'elle ne paierait pas pour la publicité qu'elle diffuse sur Twitter - ce qui représenterait environ 1 million de dollars au premier trimestre pour le commerce de détail, et davantage si l'on tient compte d'Amazon Studios.

Cette décision a peut-être eu un certain impact, puisque Twitter a payé 10 millions de dollars en coûts AWS il y a quelques semaines. Mais il reste au moins 70 millions de dollars à payer, et qu'AWS n'est pas disposé à renégocier le contrat de cinq ans et demi qu'il a signé avec Twitter en 2020. Ce contrat prévoyait que Twitter paie 510 millions de dollars sur cette période. Il a été signé lorsque Twitter s'attendait à transférer sa timeline principale sur AWS, mais cela ne s'est jamais produit (à la place, elle héberge Twitter Spaces et d'autres services), ce qui signifie que Twitter n'utilise pas pleinement le contrat.

Twitter utilise davantage Google Cloud, avec son propre contrat de cinq ans d'une valeur d'un milliard de dollars. Toutefois, Twitter a également refusé de payer ses factures Google Cloud alors que son contrat doit être renouvelé ce mois-ci, ce qui pourrait avoir pour conséquence de paralyser les équipes de confiance et de sécurité de l'entreprise de médias sociaux, a rapporté Platformer.

Avant le rachat de la plateforme de médias sociaux par Elon Musk l'année dernière, Twitter a signé un contrat pluriannuel avec Google concernant la lutte contre le spam et la protection des comptes, entre autres, selon le rapport.

D'anciens employés de Twitter, dont l'ex-PDG Parag Agrawal, l'ex-responsable juridique Vijaya Gadde et l'ex-PDG Ned Segal, ont également intenté un procès au réseau social pour des remboursements juridiques prétendument impayés. L'action en justice, déposée devant le tribunal de la chancellerie du Delaware, allègue que Twitter doit verser plus d'un million de dollars aux anciens dirigeants pour les frais juridiques qu'ils ont encourus lorsqu'ils travaillaient dans l'entreprise pour répondre aux demandes du ministère de la Justice et de la Securities and Exchange Commission (Commission des opérations de bourse).

« Cette action vise à obtenir une décision rapide exigeant du défendeur qu'il se conforme à ses obligations d'avancer les frais juridiques et les dépenses liées aux litiges et aux enquêtes en cours », indique l'action en justice. Le document énumère un certain nombre de batailles juridiques et d'enquêtes gouvernementales dans lesquelles ces dirigeants ont été impliqués au fil des ans en tant que défendeurs. Les plaignants ont écrit à Twitter à plusieurs reprises pour demander le remboursement, mais ils n'ont reçu que des accusés de réception en réponse, ajoute le document.

Près de 2000 employés licenciés déposent des demandes d'arbitrage

Les anciens employés accusent Twitter de les avoir licenciés sans motif valable, sans préavis ni indemnité, et de les avoir privés de leurs droits à l’actionnariat et aux avantages sociaux. Ils affirment également que Twitter a violé la loi fédérale sur les notifications de licenciement collectif (WARN Act), qui oblige les employeurs à informer les travailleurs et les autorités locales au moins 60 jours avant un licenciement massif.

Twitter a justifié les licenciements par la nécessité de réduire ses coûts et de se restructurer face à la concurrence croissante des autres plateformes sociales. Le propriétaire de Twitter, Elon Musk, a également invoqué la baisse du nombre d’utilisateurs actifs mensuels de Twitter, qui est passé de 330 millions en 2020 à 280 millions en 2023, selon les données de Statista.

Les demandes d’arbitrage sont une forme alternative de résolution des conflits qui évite les tribunaux et se déroule devant un arbitre neutre. Les employés de Twitter ont signé des clauses d’arbitrage obligatoire lors de leur embauche, ce qui signifie qu’ils ont renoncé à leur droit d’intenter une action collective en justice contre l’entreprise.

Toutefois, les clauses d’arbitrage peuvent se retourner contre les employeurs lorsque le nombre de plaintes individuelles est élevé, car cela implique des frais et des ressources importants pour les traiter. Selon les médias, Twitter doit payer environ 2000 dollars par plainte pour couvrir les frais d’arbitrage, soit un total de 4 millions de dollars.

Les avocats des anciens employés ont déclaré qu’ils espéraient obtenir une compensation financière et morale pour leurs clients, ainsi qu’une réintégration pour ceux qui le souhaitent. Ils ont également critiqué l’attitude de Twitter, qu’ils ont qualifiée « d’arrogante » et de « méprisante » envers ses anciens salariés.

Dans une lettre adressée à Sheri F. Eisner, Senior Vice President, General Counsel de JAMS, un cabinet qui propose des services de médiation, d'ADR (Alternative Dispute Resolution) et d'arbitrage, les avocats de Twitter ont demandé de l'assistance.

Source : document judiciaire

Et vous ?

Que pensez-vous de l’attitude de Musk envers les employés de Twitter ?
Croyez-vous que les employés de Twitter ont droit à leurs primes annuelles ?
Pensez-vous que l’acquisition de Twitter par Musk a été bénéfique ou nuisible pour la plateforme ?
Quelles sont les conséquences possibles de cette plainte pour l’avenir de Twitter ?
Avez-vous déjà été confronté à une situation similaire dans votre travail ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de agripp
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 19:42
Le mot chien désigne un animal, il n'est pas péjoratif, mais employé pour désigner un humain,il devient une insulte. De même en français le mot "nègre" est étymologiquement un doublé du mot "noir" lequel désigne une couleur et rien d'autre. Il se trouve que ce mot aurait été utilisé de façon péjorative et serait devenu une insulte. Le législateur a pris la décision d'en interdire l'usage jusque dans les nom désignant des gâteaux ou des lieux. De même cisgenre n'est certainement pas péjoratif par son étymologie, mais il peut dans la bouche ou sous la plume de certaines personnes le devenir. Il en est de même de beaucoup d'autres mots. En réalité c'est le contexte qui fait qu'un mot est dans un discours ou un texte un terme décrivant une réalité ou une insulte. Ainsi par exemple "manouche" est le nom d'une branche du peuple tsigane, branche dont les membres parlent une langue : le manouche (de même les roms - une autre branche - parlent le rom). Manouche n'est donc pas une insulte sauf si on l'emploie pour insulter quelqu'un.
8  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/06/2023 à 11:34
On comprend pourquoi Macron l'a reçu en grande pompe à l'Élysée. Ce type méprise ses employés d'une telle force, c'est un modèle pour lui !
10  3 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 16:35
c'est toujours emouvant de voir quelqu'un pronant la liberté absolu, mettre en place une censure
9  3 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 18:32
Le rapport à la réalité des "trans" laisse songeur...

Citation Envoyé par Leruas Voir le message
Sur France 2, il disait justement qu'il ne fallait pas trop censurer, respecter la loi et uniquement la loi.
"Cisgenre" n'est pas interdit par la loi
Et ? La loi ne proscrit aucun mot lisible dans tout dictionnaire et pourtant nombre de mots sont censurés sur la simple qualification arbitraire
d'être "offensant".
6  1 
Avatar de Zefling
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/02/2024 à 10:04
56 milliards, c'est une misère. C'est juste environ 35 000 vies de salaire à 40K$/an ou le salaire de 1 400 000 personnes à 40k$.

J'avoue que quand je vois ces chiffres, pour moi c'est totalement déconnecté de la réalité.
Je ne vois pas ce qui justifie une telle rémunération et déconnexion.
5  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/06/2023 à 14:23
Citation Envoyé par binarygirl Voir le message
Et donc vous n'arrivez pas à imaginer que la nature puisse commettre des erreurs, des caprices... alors qu'on en a plein d'exemples de toutes sortes.
Une personne devrait-elle être condamnée à subir son état, qui serait par définition parfait et ne supporte aucune remise en cause, puisqu'il est "naturel" et natif ?

Si vous étiez né avec un zizi malformé, personne ne vous aurez reproché de faire de la chirurgie pour corriger ce que vous percevez comme une anomalie ou une tumeur. On ne parle pas de mutilation pour un acte correctif.
Une malformation de naissance ou des problèmes suite à un accident est autre chose. La majorité des personne naît bien formée (heureusement). Je pense que c'est le développement jusqu'à l'age adulte qui est en cause (environnement, éducation). Ca a donc conduit à un mal être donc un problème psychologique à la base.
Là, on cherche à influencer les gens, les rendre fragile, les faire culpabiliser, ... et ce n'est pas normal. Maintenant être hétéro et blanc est presque un crime !

Être tolérant, oui !
Imposer des idées, non !
5  1 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/06/2023 à 8:31
Peut être qu'à force d'imposer leur vision, les gens normaux vont se rebeller aussi.

Sous la pression de la communauté LGBT+, une école aux USA n'avait pas fini par adopter les pronoms non genrés (they/them) pour les enfant ? Résultat, les parents se sont "révoltés" (décrochage de toutes les bannières LGBT+ dans l'école). (je ne retrouve pas l'article)
5  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 9:25
Citation Envoyé par Zefling Voir le message
56 milliards, c'est une misère. C'est juste environ 35 000 vies de salaire à 40K$/an ou le salaire de 1 400 000 personnes à 40k$.

J'avoue que quand je vois ces chiffres, pour moi c'est totalement déconnecté de la réalité.
Je ne vois pas ce qui justifie une telle rémunération et déconnexion.
C'est ça le problème de la plèbe, elle ne se rend pas compte de la valeur des zéros.
Avec cette somme Musk s'achète chaque jour 1000 fois mon emprunt sur 25 ans.
C'est très raisonnable au vue de ce que Dieu Musk apporte au Monde.
Alors que nous ne sommes que fourmis.
Un peu de respect pour skippi s'il vous plait.
4  0 
Avatar de seedbarrett
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/06/2023 à 17:08
Citation Envoyé par smarties Voir le message
j'espère que les parents ne les obligeront pas à suivre leurs orientations sexuelles.
C'est vrai que les stages de conversion pour que l'enfant gay ressemble au parents hétéro c'est du jamais vu.

Citation Envoyé par smarties Voir le message
Ont peur d'être normal : ils ne s'acceptent plus comment ils sont à cause de l'influence de la TV et du mouvement woke justement.
Ils ont peur de ne pas se faire rejeter dans la cours de récré en étant hétéro ? Sinon que la TV nous impose des standard débile pour nous vendre de la merde c'est pas nouveau hein, quand c'était MTV ça te gênais moins bizarrement (et même en regardant jackass on s'amusait pas a se jeter en caddie du haut de l'immeuble)
3  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/06/2023 à 14:12
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Quand tu dis que les LGBT veulent seulement avoir les mêmes droits que tout un chacun, il me semble que c'est le cas, non ?
Tu confonds droits et réalité sociétale. Les discriminations sont interdites et pourtant, en pratique, elles sont monnaie courante (domaine de l'emploi par exemple).
4  1