IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon a refusé de décrire son système de recherche de produits à un régulateur australien de la concurrence
La moitié des commerçants en ligne pensant que l'entreprise favorise ses propres produits

Le , par Sandra Coret

14PARTAGES

3  0 
Amazona refusé de décrire son système de recherche de produits à un régulateur australien de la concurrence qui a entendu des plaintes concernant les grandes plateformes de marché donnant la préférence aux produits maison.

La rétention de l'information par l'entreprise ouvre la voie à une répétition possible de l'épreuve de force qui a opposé l'Australie à Facebook et à Google d'Alphabet en 2021 et qui a conduit ces entreprises à payer des redevances sur le contenu aux organisations de médias.

Le régulateur, la Commission australienne de la concurrence et de la consommation (ACCC), a mentionné la position d'Amazon dans un rapport publié jeudi qui faisait partie de la même révision quinquennale de la réglementation des grandes technologies qui impliquait Facebook et Google.

L'ACCC a déclaré qu'elle avait interrogé 80 commerçants en ligne et que près de la moitié d'entre eux pensaient que les grandes plates-formes de marché faussaient les recherches et la présentation des sites Web pour favoriser les produits maison.

Amazon a déclaré au régulateur qu'il n'accordait pas d'avantage à ses propres produits, mais "l'ACCC a demandé des détails sur les entrées des algorithmes d'Amazon, qui n'ont pas été fournis", selon le rapport.

En conséquence, "l'ACCC ne dispose pas d'informations sur la manière dont les algorithmes d'Amazon produisent les résultats de recherche", indique le rapport.

Le directeur de la politique publique d'Amazon Australie, Michael Cooley, a déclaré dans un communiqué que les offres de la société étaient "celles que nous pensons que les clients préfèrent, qu'elles proviennent d'Amazon ou de l'un de nos partenaires vendeurs".

"Nous fournissons des données directement aux partenaires vendeurs pour les aider à gérer leurs activités et leur donner des informations clés", a-t-il ajouté.

Les données qu'Amazon fournit aux vendeurs comprennent "des outils en ligne fournissant des analyses de données sur leurs propres ventes, le nombre de clients qui consultent les produits qu'ils vendent, et leurs taux de conversion", a déclaré M. Cooley.


Les résultats du questionnaire publiés avec le rapport de l'ACCC comprenaient plusieurs commentaires accusant Amazon de donner la préférence à ses propres produits. Un répondant anonyme a écrit : "Les produits Amazon sont toujours listés en premier, puis les produits d'occasion sont disponibles en petits caractères en bas de la liste".

L'ACCC a noté que, contrairement à d'autres grands marchés de vente au détail en ligne, tels que ceux des États-Unis et de la Grande-Bretagne, celui de l'Australie n'était pas dominé par Amazon. L'entreprise n'a commencé ses activités dans le pays qu'en 2017.

Ses ventes au cours de l'année qui s'est terminée en juin 2021 ne représentaient qu'un quart des 5,3 milliards de dollars australiens (3,8 milliards de dollars) générés par eBay Inc, a indiqué l'ACCC.

Pourtant, autoriser les grandes plateformes à accorder un traitement préférentiel à leurs propres produits pourrait influencer les décisions d'achat et nuire à la concurrence, a déclaré le régulateur. Les plateformes devraient être obligées de divulguer toute activité favorisant leurs propres produits, indique le rapport.

"Les places de marché hybrides, comme d'autres plateformes numériques intégrées verticalement, sont confrontées à des conflits d'intérêts et peuvent agir de manière à favoriser leurs propres produits, avec des effets potentiellement négatifs", a déclaré Gina Cass-Gottlieb, présidente de l'ACCC, dans une déclaration accompagnant le rapport.

"Nous sommes préoccupés par des exemples particuliers d'auto-référencement par des places de marché hybrides en Australie, qui reflètent des préoccupations similaires soulevées par des régulateurs étrangers."

Source : La Commission australienne de la concurrence et de la consommation (ACCC)

Et vous ?

Que pensez-vous de ce refus d'Amazon de décrire son système de recherche de produits ?
A votre avis, Amazon donne-t-elle une préférence à ses propres produits ?

Voir aussi :

Pour faire concurrence à Amazon, un collectif de librairies indépendantes et d'éditeurs lancent un service en ligne, mais celui-ci est hébergé dans le cloud sur Amazon Web Services

Le nouveau plan d'Elizabeth Warren : démanteler les géants Amazon, Google et Facebook, pour promouvoir la concurrence dans le secteur technologique

Amazon aurait copié des produits et truqué ses résultats de recherche pour promouvoir ses propres marques, selon des documents internes

Amazon aurait exploité les données de vendeurs tiers sur sa plateforme pour lancer des produits concurrents, une pratique qui va à l'encontre des politiques de l'entreprise

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !