IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une enquête antitrust formelle de l'UE vise les services ad tech de Google,
L'interdiction par Google des cookies tiers dans Chrome sera également examinée

Le , par Stan Adkens

158PARTAGES

7  0 
Google, qui s'est déjà vu infliger des amendes antitrust d'un montant de plusieurs milliards de dollars en Europe, fait maintenant l'objet d'une nouvelle enquête formelle de l'UE. Cette fois, l'enquête porte sur la position de poids de Google dans le domaine de la technologie de l'affichage publicitaire en ligne, un secteur qui représentait environ 24 milliards de dollars dans l'UE il y a quelques années. La division antitrust de la Commission européenne craint que Google ne fausse la concurrence en ne permettant pas aux autres entreprises de technologie publicitaire de consulter certaines données – sur l'identité et le comportement des utilisateurs – qu'il réserve à son propre usage.

La Commission européenne, qui est l'organe exécutif de l'UE et le principal responsable de l'application des règles antitrust dans l'Union, a annoncé mardi qu'elle avait ouvert une enquête formelle afin de déterminer si Google avait enfreint les règles de concurrence de l'Union européenne en favorisant ses propres services de technologie de publicité par affichage en ligne au détriment des éditeurs, annonceurs et services de technologie publicitaire concurrents. La Commission cherche notamment à déterminer si Google restreint l'accès des tiers aux données des utilisateurs à des fins publicitaires sur les sites Web et les applications.


Il s'agit d'une enquête importante, car elle porte sur l'activité principale de Google, la publicité en ligne, qui a généré 147 milliards de dollars de revenus pour l'entreprise l'année dernière. Environ 16 % de ses revenus proviendraient de son activité d'affichage ou de réseau, dans le cadre de laquelle d'autres sociétés de médias utilisent la technologie de Google pour vendre des annonces. C'est la première fois que l'UE enquête sur l'activité de Google dans le domaine de la publicité par affichage en ligne, où l'entreprise sert d'intermédiaire entre les annonceurs et les éditeurs pour remplir les espaces publicitaires sur les pages Web et les applications.

« Google collecte des données qui seront utilisées à des fins de publicité ciblée, il vend des espaces publicitaires et agit également en tant qu'intermédiaire publicitaire en ligne. Google est donc présent à presque tous les niveaux de la chaîne d'approvisionnement de l’affichage de publicités en ligne », a déclaré la responsable de la concurrence de la Commission européenne, Margrethe Vestager, dans un communiqué publié mardi. « Nous sommes préoccupés par le fait que Google a rendu plus difficile la concurrence des services rivaux de publicité en ligne dans ce qu'on appelle la pile ad tech ».

Antitrust, vie privée et FLoC

Dans ce qui est une autre indication de la confluence croissante de la réglementation antitrust et de la protection de la vie privée dans le contexte de la big tech, Mme Vestager a ajouté que son unité examinera également « les politiques de Google en matière de suivi des utilisateurs pour s'assurer qu'elles sont conformes à une concurrence loyale ».

La Commission a indiqué que son enquête porterait sur les services de Google, notamment Display & Video 360 (DV360) et Google Ads, qui permettent d'acheter des publicités en ligne sur YouTube, Google Ad Manager, qui est utilisé par les éditeurs pour mettre aux enchères des espaces publicitaires, et AdX, qui est l'une des nombreuses places de marché pouvant gérer des enchères. La Commission s'intéresse au fait que les annonceurs qui achètent des spots sur YouTube doivent utiliser ces plateformes pour le faire, ainsi qu'à la "préférence apparente" de Google pour son propre système d'échange d'annonces AdX dans les services.

« Il est essentiel que les règles du jeu soient équitables pour tous les acteurs de la chaîne d'approvisionnement. Une concurrence loyale est importante – à la fois pour que les annonceurs puissent atteindre les consommateurs sur les sites des éditeurs et pour que les éditeurs puissent vendre leur espace aux annonceurs, afin de générer des revenus et de financer le contenu ».

Un autre volet important de l'enquête concerne les récentes mesures prises par Google pour mettre fin au suivi par des tiers des utilisateurs de Chrome et d'Android. Si cette décision est censée être favorable à la protection de la vie privée, elle a suscité la colère d'autres entreprises de technologie publicitaire et d'éditeurs, qui ne seront plus en mesure de cibler les individus aussi directement qu'ils le faisaient depuis des années.


À la place des cookies tiers, Google adopte un mécanisme de suivi appelé FloC ou "Federated Learning of Cohorts", qui fait partie d'un nouveau cadre appelé "Privacy Sandbox". C’est une méthode pour les navigateurs qui permet de faire de la publicité basée sur les activités et les intérêts des utilisateurs. Elle fonctionne en collectant les données des utilisateurs par le biais de leur historique de navigation, puis en rassemblant les groupes d'utilisateurs ayant les mêmes activités dans des cohortes. Les algorithmes utilisés pour créer ces cohortes observent principalement les URL des sites Web que les utilisateurs ont consultés et le contenu de ces sites. Les données relatives aux cohortes sont ensuite utilisées à des fins publicitaires.

Google a déclaré avoir développé le Privacy Sandbox afin de remplacer les cookies tiers « par des alternatives viables et respectueuses de la vie privée, développées aux côtés des partenaires de l'écosystème, qui aideront les éditeurs et les annonceurs à réussir tout en protégeant la vie privée des personnes lorsqu'elles se déplacent sur le Web ». Google fait valoir que le système qu'il envisage est plus protecteur de la vie privée des utilisateurs que les méthodes actuelles, car il suit des groupes de personnes plutôt que des utilisateurs individuels.

Cependant, FloC a été critiqué par des groupes soucieux de la vie privée des utilisateurs, comme l'Electronic Frontier Foundation. Les fabricants de navigateurs concurrents ne l'apprécient pas non plus, comme l'a récemment déclaré Mozilla, le fabricant de Firefox : « Nous n'adhérons pas à l'hypothèse selon laquelle l'industrie a besoin de milliards de points de données sur les gens, qui sont collectés et partagés sans leur compréhension, pour servir des publicités pertinentes ». Le fabricant de navigateurs Brave a déclaré que « le pire aspect de FLoC est qu'il porte matériellement atteinte à la vie privée des utilisateurs, sous couvert d'être respectueux de la vie privée

Google et les autorités antitrust et de protection de la vie privée du Royaume-Uni ont récemment conclu un accord qui est actuellement ouvert à la consultation. S'il est adopté, Google devra éviter toute discrimination à l'égard de ses rivaux en matière de publicité et de technologie publicitaire dans ses technologies "Privacy Sandbox" post-cookie – et les changements qu'il apportera, sous le regard des régulateurs britanniques, seront applicables dans le monde entier.

La réaction de Google à l’enquête antitrust officielle

L'enquête officielle intervient alors que l'activité ad tech de Google est également sous le feu des critiques aux États-Unis, où le ministère de la Justice, rejoint par certains États, l'a poursuivie l'année dernière pour abus de sa position dominante dans les annonces de recherche. Un groupe d'États, emmené par le Texas, a ensuite intenté une action en justice pour comportement anticoncurrentiel dans le domaine des réseaux.

Cette enquête est la dernière mesure antitrust prise par l'UE à l'encontre de Google. Elle est le signe d'un nouvel effort de Margrethe Vestager, responsable de la concurrence à la Commission européenne et vice-présidente exécutive pour le numérique, pour limiter le pouvoir de marché de Google.

La dernière grosse amende antitrust de l'UE infligée à Google, un gros montant de 1,7 milliard de dollars prélevé en 2019, concernait également la publicité. Cependant, elle concernait la gestion par Google de ses boîtes AdSense for Search que les entreprises peuvent inclure sur leurs sites Web. Les amendes antérieures comprennent 5 milliards de dollars pour la gestion de la plateforme mobile Android par Google, prélevés en 2018, et une amende de 2,7 milliards de dollars l'année précédente pour la promotion excessive du service d'achat de Google dans ses résultats de recherche.

En réaction à la dernière enquête antitrust officielle, Google a déclaré qu'il allait « s'engager de manière constructive » avec la Commission européenne. « Des milliers d'entreprises européennes utilisent chaque jour nos produits publicitaires pour atteindre de nouveaux clients et financer leurs sites Web », a déclaré la société dans un communiqué. « Elles les choisissent parce qu'ils sont compétitifs et efficaces ». Google affirme que de nombreux grands annonceurs utilisent jusqu'à quatre plateformes pour acheter des annonces, et que ses technologies sont interopérables avec 700 plateformes publicitaires rivales, et 80 plateformes de publication rivales.

Une nouvelle enquête de l'UE pourrait finir par viser l'ensemble de l'empire publicitaire de Google, selon Reuters. Selon l'entreprise d'études de marché eMarketer, Google pourrait contrôler 27 % des dépenses publicitaires mondiales en ligne cette année, dont 57 % pour les annonces de recherche et 10 % pour l'affichage. Si ces chiffres ne semblent pas représenter un monopole à première vue, les annonceurs et les rivaux affirment que les différents logiciels de Google jouent un rôle dans tellement de facettes du marché qu'il est impossible d'éviter l'entreprise.

Source : Communiqué de presse

Et vous ?

Que pensez-vous de la nouvelle enquête de l’UE qui vise les services ad tech de Google ?

Voir aussi :

Le ministère US de la Justice accuse Alphabet (Google) de protéger illégalement son monopole sur le marché de la recherche à coups de milliards de dollars, et n'exclut pas un démantèlement
Antitrust : la Commission européenne ouvre une procédure d'examen contre Google, relative à ses pratiques de collecte de données et de publicité
Google teste le "FLoC" sur les utilisateurs de Chrome du monde entier, voici comment découvrir si vous faites partie de ce test
4,3 milliards d'euros ! C'est l'amende infligée à Google par la Commission européenne, pour abus de position dominante avec Android

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/10/2021 à 14:36
A l'initiative de quelle entreprise a été décidé la réunion des GAFAM au mois d'août 2019 ? Peut-être les 5 en même temps... Je suis curieux de savoir ça.
Edit : apparemment ce serait Google je viens de relire le passage. 1 coupable et 4 complices dont Apple qui fait de la publicité sur la protection de la vie privée et même un argument de vente. C'est ce qui me sidère le plus dans la news.
2  0 
Avatar de coolspot
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/10/2021 à 14:05
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
A l'initiative de quelle entreprise a été décidé la réunion des GAFAM au mois d'août 2019 ? Peut-être les 5 en même temps... Je suis curieux de savoir ça.
Edit : apparemment ce serait Google je viens de relire le passage. 1 coupable et 4 complices dont Apple qui fait de la publicité sur la protection de la vie privée et même un argument de vente. C'est ce qui me sidère le plus dans la news.
En meme temps si ca peut ouvrir les yeux au gens d'arreter de croire à toutes ses conneries d'entreprise qui protege la vie privée. Ca n'a jamais existé et ca n'existera jamais, il n'y a que nous même pour protéger notre propre vie privée. Aucune entreprise au monde ne protegera votre vie privée et ceux quelque soit les "garantie" qu'elle dit prendre
2  0 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/07/2022 à 17:05
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Un document interne révèle que Google et Facebook sont accusés de favoriser leurs propres produits
afin d’éliminer la concurrence
A ben ça alors, incroyable !
2  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 24/06/2021 à 18:29
Apple semble étonnament protégée par rapport à Google en ce qui concerne ses pratiques anticoncurrencielles sur les Stores. Quand à Google versus Inde, les fabricants de tv sont quand même bien content d'économiser de la R&D sur la partie logicielle de leurs hardwares.
1  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 29/10/2021 à 18:23
En moins de 30 ans, ils ont pris internet d'assaut et ils en ont fait du gloubiboulga.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 8:41
Il y avait peut-être un terme plus approprié que "technologie" dans ce contexte.
Il y a beaucoup moins de liens entre Sony et Tesla qu'entre Google et Apple.
Et là on parle du marché de la recherche sur Internet et je ne vois pas Sony ou Tesla sortir un moteur de recherche…
1  0 
Avatar de tanaka59
Inactif https://www.developpez.com
Le 31/10/2021 à 0:26
Bonsoir,

Que pensez-vous de la mise en garde de Google ?
Google fait du "marketingbashing". Leur situation monopolistique est ci puissante , elle est quasi impossible à casser. Google essaye de faire peur au consommateur pour qu'il aille dans son sens.

Êtes-vous pour ou contre l’avis de Google ?
En appliquant du bon sens, contre.

Croyez-vous vous que les GAFAM abusent de leur pouvoir pour favoriser leurs propres produits ou services ?
C'est même une évidence. Ils sont en situation monopolistique.

Quelles solutions préconisez-vous pour lutter contre ces pratiques ?
A part une solution législative groupée venant de pays riches (USA + UE + certains pays d’Océanie ... ), je ne vois guère 36 solutions. Comme économiquement les USA sont à la manœuvre. Je ne me fait guère d'illusion quant à une issue favorable de la moindre régulation.
0  0 
Avatar de koyosama
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 7:36
Je crois que j'ai déjà entendu cela avec Facebook.
Je ne serais pas surpris que le prochain c'est tesla ou PlayStation (peut-etre Microsoft).
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 13:18
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
La plainte prétend que les moyens utilisés pour effectuer l'accord de non-concurrence comprenaient :
  1. le fait que Google partagerait ses bénéfices de recherche avec Apple ;
  2. le fait qu'Apple accorderait un traitement préférentiel à Google pour tous les appareils Apple ;
  3. des réunions secrètes régulières entre les dirigeants des deux sociétés ;
  4. des paiements annuels de plusieurs milliards de dollars par Google à Apple pour ne pas concurrencer dans le secteur de la recherche ;
  5. la suppression de la concurrence des concurrents plus petits et exclusion des concurrents du marché de la recherche ;
  6. l'acquisition des concurrents réels et potentiels.
C'est une plainte complotiste
Il est impossible qu'il existe des arrangements secrets illégaux à plusieurs milliards de dollar entre les plus grandes entreprises du monde

Citation Envoyé par koyosama Voir le message
Je ne serais pas surpris que le prochain c'est tesla ou PlayStation
Ils ne sont pas dans la domaine de la technologie, c'est automobile et jeux-vidéo, pourquoi ils feraient un moteur de recherche ?
Qu'Apple fasse son propre moteur de recherche ça a du sens, ils ont bien leur propre Deezer/Spotify.
Et Microsoft a un moteur de recherche : Bing.

Google s'arrange pour être le principal moteur de recherche, comme ça ils peuvent mettre leur magasins en avant.
0  0 
Avatar de jo1244
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 7:37
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est une plainte complotiste
Ils ne sont pas dans la domaine de la technologie, c'est automobile et jeux-vidéo, pourquoi ils feraient un moteur de recherche ?
ptdr : il n'a pas dit que Tesla et PlayStation pourraient passer un accord sur les moteurs de recherche !
donc pour toi les activités de Tesla ou PlayStation ne relèvent pas de la technologie ? et il ne pourrait pas y avoir un domaine où ils pourraient être en concurrence ?
0  0