IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Sénat américain vote une série de lois pour essayer de contrer la menace technologique de la Chine,
Des partis divisés s'unissant pour tenter de remporter la "course aux technologies du futur"

Le , par Stan Adkens

39PARTAGES

15  0 
Le Sénat américain a approuvé mardi à une écrasante majorité (par 68 voix contre 32) un projet de loi visant à stimuler la production américaine de semi-conducteurs et le développement de l'intelligence artificielle et d'autres technologies face à la concurrence internationale croissante, notamment celle de la Chine. Le désir d'adopter une ligne dure dans les relations avec la Chine est l'un des rares sentiments bipartisans au sein du Congrès américain, profondément divisé et contrôlé de justesse par les démocrates. 54 milliards de dollars seront autorisés pour accroître la production et la recherche américaines dans le domaine des semi-conducteurs et des équipements de télécommunications.

La pièce maîtresse du projet de loi est une allocation d'urgence de plus de 50 milliards de dollars au ministère américain du Commerce pour stimuler le développement et la fabrication de semi-conducteurs par le biais de programmes de recherche et d'incitation précédemment autorisés par le Congrès. Dans ce montant autorisé, 2 milliards de dollars seront consacrés aux puces utilisées par les constructeurs automobiles qui ont connu des pénuries massives et ont procédé à d'importantes réductions de production. La mesure autorise au total environ 190 milliards de dollars, la plupart des dépenses étant prévues pour être effectuées au cours des cinq premières années.


Une étude de l’industrie américaine des semi-conducteurs a révélé que des incitations fédérales pour la fabrication nationale de semi-conducteurs renforceraient la production américaine de puces, l'économie, la sécurité nationale et les chaînes d'approvisionnement. L’étude, qui a constaté que de solides incitations fédérales permettraient d'inverser la trajectoire du déclin de la production de puces aux États-Unis, a recommandé que le gouvernement fédéral déploie entre 20 et 50 milliards de dollars pour rendre les États-Unis aussi attractifs que Taïwan, la Chine, la Corée du Sud, Singapour, Israël et certaines parties de l'Europe afin d’y implanter des usines.

Le projet de loi voté mardi se dirige maintenant vers la Chambre des représentants, qui a déjà adopté une version différente. Les deux devront être réconciliées en un seul projet de loi avant d'être envoyées à la Maison-Blanche pour la signature du président.

Le président Joe Biden s'est dit « encouragé » par l'adoption par le Sénat de la loi sur l'innovation et la concurrence aux États-Unis. « Nous sommes dans une compétition pour gagner le 21e siècle, et le coup d'envoi a été donné », a déclaré Joe Biden. « Alors que d'autres pays continuent à investir dans leur propres recherche et développement, nous ne pouvons pas risquer de prendre du retard. L'Amérique doit maintenir sa position de nation la plus innovante et la plus productive de la planète ».

Le parlement chinois a exprimé « une forte indignation et une opposition résolue » au projet de loi. Il a déclaré dans un communiqué que le projet de loi américain témoignait d'une « illusion paranoïaque de vouloir être le seul gagnant » et avait dénaturé l'esprit originel d'innovation et de concurrence, a rapporté CGTN News.

Les partisans ont décrit le projet de loi comme le plus gros investissement dans la recherche scientifique que le pays ait connu depuis des décennies. Il intervient alors que la part du pays dans la fabrication des semi-conducteurs au niveau mondial s'est progressivement érodée, passant de 37 % en 1990 à environ 12 % aujourd'hui, et qu'une pénurie de puces a mis en évidence les vulnérabilités de la chaîne d'approvisionnement américaine.

« La prémisse est simple : si nous voulons que les travailleurs et les entreprises américains continuent de dominer le monde, le gouvernement fédéral doit investir dans la science, la recherche fondamentale et l'innovation, comme nous l'avons fait des décennies après la Seconde Guerre mondiale », a déclaré Chuck Schumer, chef de la majorité au Sénat.

« Celui qui gagnera la course aux technologies du futur sera le leader économique mondial, avec des conséquences profondes pour la politique étrangère et la sécurité nationale également. Si nous ne faisons rien, nos jours en tant que superpuissance dominante pourraient prendre fin. Nous n'avons pas l'intention de laisser ces jours se terminer sous notre surveillance. Nous n'avons pas l'intention de voir l'Amérique devenir une nation moyenne au cours de ce siècle ».

Autres dispositions du projet de loi relatives à la Chine

Le projet de loi contient un certain nombre d'autres dispositions relatives à la Chine, notamment l'interdiction de télécharger l'application de médias sociaux TikTok sur les appareils gouvernementaux, et le blocage de l'achat de drones fabriqués et vendus par des entreprises soutenues par le gouvernement chinois. La loi fera également obligation aux diplomates et aux militaires taïwanais d'arborer leur drapeau et de porter leur uniforme lorsqu'ils se trouvent aux États-Unis pour des activités officielles. TikTok a connu des moments difficiles au cours des derniers mois de la présidence de Donald Trump, mais les utilisateurs américains peuvent toujours télécharger et recevoir les mises à jour de l'application.

Le projet de loi créerait également de nouvelles sanctions obligatoires de grande ampleur à l'encontre des entités chinoises impliquées dans des cyberattaques américaines ou dans le vol de propriété intellectuelle d'entreprises américaines, et prévoit un examen des contrôles à l'exportation d'articles qui pourraient être utilisés pour soutenir des violations des droits de l'homme.

Le chef de la minorité sénatoriale, Mitch McConnell, a soutenu le projet de loi, mais a déclaré qu'il était incomplet, car il n'intégrait pas davantage d'amendements parrainés par les républicains. « Il va sans dire que l'adoption finale de cette législation ne peut être le dernier mot du Sénat sur notre concurrence avec la Chine », a-t-il déclaré. « Ce ne sera certainement pas le mien ».

En 2017, la Chine a vu ses ambitions à la hausse en positionnant le secteur des semi-conducteurs dans ses priorités dans son initiative "Made in China 2025" et y a versé des milliards. Pékin semble avoir bien compris les enjeux du développement de l'IA et ne souhaite pas rester les bras croisés en regardant d’autres pays investir massivement dans cette industrie qui sera sans doute décisive et incontournable dans le futur. Par ailleurs, en 2018, la Chine prévoyait un fonds de 47 milliards de dollars pour stimuler son industrie de semi-conducteurs. Ce qui serait un sujet d’inquiétude pour les États-Unis et les autres pays dans la course aux technologies du futur.


Certains critiques ont même comparé le dernier effort de financement du Sénat à la poussée de développement industriel de haute technologie de la Chine, baptisée "Made in China 2025", qui a longtemps irrité les États-Unis.

La secrétaire d'État au commerce, Gina Raimondo, a déclaré que ce financement pourrait entraîner la création de sept à dix nouvelles usines de semi-conducteurs aux États-Unis. De nombreuses entreprises américaines ont également fait l'éloge du projet de loi. General Motors Co a déclaré que la législation « représente une étape importante pour remédier à la pénurie de semi-conducteurs qui continue d'affecter la construction automobile américaine ».

Le projet de loi vise également à contrer l'influence mondiale croissante de Pékin par la diplomatie, en travaillant avec les alliés et en augmentant la participation des États-Unis dans les organisations internationales après le programme "America First" de l'ancien président républicain Donald Trump.

La sénatrice Maria Cantwell a noté que le projet de loi autoriserait les dépenses de la NASA et sa mission Artemis vers la Lune. « Comme la Chine l'a clairement indiqué, ils vont sur Mars, nous retournons sur la Lune pour nous préparer à aller sur Mars », a déclaré Cantwell.

Bien que le projet de loi bénéficie d'un soutien bipartite, un groupe restreint de sénateurs républicains émet des réserves quant à son coût. Une autre disposition du projet de loi prévoit la création d'une nouvelle direction axée sur l'intelligence artificielle et la science quantique au sein de la National Science Foundation. Le projet de loi autoriserait jusqu'à 29 milliards de dollars sur cinq ans seulement pour cette nouvelle direction au sein de la fondation.

Rand Paul, sénateur républicain du Kentucky, a déclaré que le Congrès devrait réduire le budget de la fondation, et non l'augmenter. Il a qualifié l'agence de « roi des dépenses inutiles ». L'agence finance environ un quart de toutes les recherches financées par le gouvernement fédéral et menées par les collèges et universités américains.

Sources : Sénat américain, CGTN News

Et vous ?

Que pensez-vous du nouveau projet de loi soutenu par les deux partis américains ?
Pensez-vous que ces mesures pourront maintenir les États-Unis en tête de la course aux technologies du futur ?
Que pensez-vous de la réaction du parlement chinois ?

Voir aussi :

La Chine veut devenir leader mondial de l'intelligence artificielle, avec un plan de développement national visant à augmenter son poids économique
USA : l'industrie des puces veut 50 milliards de dollars pour maintenir la fabrication au sein du pays, alors que la Chine soutient le secteur national de semi-conducteurs
La Corée du Sud compte investir 1,34 milliard $ dans les semi-conducteurs, pour faire du pays un pôle mondial de nouvelle génération dans le secteur
La pénurie mondiale de puces menace la production d'ordinateurs portables, de smartphones et autres, la constitution de réserves par Huawei citée parmi les causes de cette pénurie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/06/2021 à 12:31
Le budget de l'armée américaine est de 700 milliards lorsque le budget de la NASA est de 24 milliards. Les Etats-Unis devraient rééquilibrer la charge de leurs dépenses en fonction des priorités.
3  0