Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

UK : YouTube viole la vie privée des enfants, selon un nouveau procès de 3,2 milliards $,
« Le vrai prix des services "gratuits" de YouTube est que les enfants sont accros, influencés et exploités »

Le , par Stan Adkens

50PARTAGES

4  0 
Google a illégalement "dataminé" des millions d'enfants en dressant le profil d'enfants de moins de 13 ans sur son service de streaming vidéo YouTube, selon une nouvelle affaire majeure portée devant la Haute Cour britannique. Le procès, déposé au nom de plus de 5 millions d'enfants résidant en Angleterre et au Pays de Galles, allègue que YouTube a sciemment violé les lois sur la vie privée des enfants dans ce pays et demande des dommages et intérêts de plus de 2,5 milliards de livres (environ 3,2 milliards de dollars).

Le nouveau procès vise à obliger YouTube à cesser d'espionner les enfants de moins de 13 ans et à indemniser des millions d'utilisateurs mineurs qui ont vu les vidéos sur la plateforme de Google pendant plus de deux ans. Un chercheur en technologie du nom de Duncan McCann a intenté une action en justice devant la Haute Cour du Royaume-Uni et fait office de représentant du demandeur dans cette affaire - une procédure similaire, bien que non identique, à une action collective américaine. Duncan a trois enfants, tous âgés de moins de 13 ans, qui vont sur YouTube et dont les données ont été collectées et les annonces ciblées par Google, selon un communiqué de Foxglove.


Foxglove, une organisation britannique à but non lucratif de défense des technologies, soutient la demande. Le groupe allègue que le fait que YouTube cible et tire profit d'un public d’enfants viole la loi britannique sur la protection des données et le règlement général sur la protection des données (GDPR) de l'UE, qui protègent le droit à la vie privée.

« YouTube et sa société mère Google ignorent les lois destinées à protéger les enfants », a écrit Foxglove dans son communiqué de presse. « Ils savent très bien que des millions d'enfants regardent YouTube. Ils gagnent de l'argent en récoltant illégalement des données sur ces jeunes enfants lorsqu'ils regardent des vidéos sur YouTube, puis en diffusant des publicités très ciblées, conçues pour influencer les jeunes esprits vulnérables », a déclaré Foxglove lundi dans son communiqué de presse.

Dans une déclaration, un porte-parole de Google a dit que YouTube n'est pas destiné aux utilisateurs de moins de 13 ans : « Nous avons lancé l'application YouTube Kids comme une destination dédiée aux enfants et nous nous efforçons toujours de mieux protéger les enfants et les familles sur YouTube ». Quoi qu’il en soit, la popularité de la plateforme auprès des enfants a longtemps éclipsé la télévision traditionnelle.

Selon Foxglove, un rapport du régulateur britannique des médias, Ofcom, a indiqué cette année que les trois quarts des enfants de 5 à 15 ans regardent des vidéos sur YouTube, ainsi que la moitié des 3 à 4 ans. Cette affaire est la première en Europe contre une entreprise de technologie au nom des enfants, et l'une des plus grandes actions de collecte de données à ce jour.

Google a déjà réglé d’autres actions pour la protection de la vie privée des enfants en ligne

Google a vanté la popularité de YouTube auprès des enfants auprès des annonceurs pendant des années. Dans les présentations faites aux fabricants de jouets Mattel (qui fabrique Barbie) et Hasbro (qui fabrique My Little Pony et Play-Doh), Google s'est vanté que YouTube était « le nouveau dessin animé du samedi matin », « le site Web numéro un visité régulièrement par les enfants », « le leader actuel pour atteindre les enfants de 6 à 11 ans contre les principales chaînes de télévision » et « voté à l'unanimité comme le site Web préféré des enfants de 2 à 12 ans », a rapporté le groupe dans son communiqué.

Aux États-Unis, Google a déjà dû payer des régulateurs pour avoir espionné les enfants. L'année dernière, Google a été contraint de verser à la Commission fédérale du commerce (FTC) un montant record de 170 millions de dollars pour des violations présumées de la COPPA, une loi américaine sur la protection de la vie privée des enfants. Une enquête avait été ouverte par la FTC après avoir reçu de nombreuses plaintes venant de groupes de consommateurs et de défenseurs de la vie privée.

Il a été reproché à la société de n'avoir pas protégé les enfants qui utilisaient sa plateforme et d'avoir collecté leurs données de manière abusive. En vertu de la loi COPPA, les sites Web, les applications et les plateformes numériques qui collectent des données sur des enfants de moins de 13 ans doivent afficher une politique de confidentialité et obtenir le consentement des parents, donner aux parents la possibilité de refuser que les informations sur leurs enfants soient partagées avec des tiers, permettre aux parents d'examiner les données de leurs enfants et suivre des politiques solides de stockage et de conservation des données.

Il n'est pas nécessaire d'être connecté ou enregistré pour visionner la plupart des vidéos sur YouTube, il n'y a donc pas de classement par âge. Tout le monde peut regarder des vidéos, y compris les enfants. Selon un courriel obtenu par la FTC à l’époque, un employé de Google a écrit : « Nous n'avons pas d'utilisateurs de moins de 13 ans sur YouTube et la plateforme/site est grand public, il n'y a donc pas de chaîne/contenu destiné aux enfants et il n'est pas nécessaire de respecter la COPPA ».


YouTube n'est pas « gratuit - nous le payons avec notre vie privée et la santé mentale de nos enfants ».

Le procès britannique fait référence aux mêmes revendications que YouTube a faites à Mattel et Hasbro et les associe à un rapport du gouvernement britannique datant de février. La législation britannique, comme la COPPA, protège les informations personnelles des enfants de moins de 13 ans. Foxglove affirme que cela fait des actions de YouTube des actions contre la loi :

« Nous pensons que c'est illégal parce que YouTube traite les données de chaque enfant qui utilise le service, y compris les enfants de moins de 13 ans. Ils tirent profit de ces données, car ils sont payés par les annonceurs pour placer des publicités ciblées sur leur site YouTube. Ils font tout cela sans obtenir le consentement explicite des parents des enfants. En vertu de la GDPR et de la législation britannique, les entreprises ne peuvent pas traiter les données des enfants de moins de 13 ans *tout court* sans l'accord explicite des parents. Les parents n'ont pas donné leur accord sur les nombreuses façons dont YouTube utilise les données des enfants ».

McCann, le représentant des demandeurs dans l'action, a déclaré : « Mes enfants adorent YouTube, et je veux qu'ils puissent l'utiliser. Mais ce n'est pas "gratuit" - nous le payons avec notre vie privée et la santé mentale de nos enfants. J'essaie d'être relativement conscient de ce qui se passe avec les données de mes enfants en ligne, mais même ainsi, il est tout simplement impossible de lutter contre l'attrait et l'influence de Google, qui vient de son pouvoir de surveillance. Il y a un énorme déséquilibre de pouvoir entre eux et nous, et il faut le corriger ».

Si l'affaire de Duncan aboutit, chaque enfant qui a regardé YouTube depuis le 25 mai 2018 en Angleterre et au Pays de Galles pourra avoir droit à une indemnisation comprise entre 100 et 500 livres sterling (environ 128 et 643 dollars), ainsi que ses parents. Et, plus important encore, Google et d'autres géants de la technologie seraient incités à changer leur comportement à l'avenir.

« La volonté de Google de profiter de l'attention des enfants a transformé les coins de YouTube en un étrange cauchemar "technicoloré" », a déclaré la directrice de Foxglove, Cori Crider. Le vrai prix des services "gratuits" de YouTube est que les enfants sont accros, influencés et exploités par Google. C'est déjà illégal de "dataminer" les enfants de moins de 13 ans. Mais Google ne fera pas le ménage avant d'y être contraint par les tribunaux ».

« Les lois britanniques et européennes sont là pour protéger la vie privée et les droits des citoyens en matière de données, avec des protections spéciales pour les enfants. Cependant, Google continue d'enfreindre ces lois. L'entreprise doit être tenue de rendre des comptes et de verser une compensation à toutes les familles qui utilisent YouTube en Angleterre et au Pays de Galles », a déclaré Lesley Hannah, l'associée de Hausfeld chargée du litige.

Source : Foxglove

Et vous ?

Que pensez-vous de cette nouvelle action en justice contre Google ?
« Nous n'avons pas d'utilisateurs de moins de 13 ans sur YouTube », a dit un représentant de Google. Quel commentaire en faites-vous ?
Pour protéger les enfants, Google devrait-il, d’une manière ou d’une autre, les tenir éloigner de Youtube ? Ou que devrait-il faire, selon vous ?

Voir aussi :

YouTube fait actuellement l'objet d'une enquête fédérale pour son incapacité à protéger les enfants, d'après un rapport du Washington Post
YouTube annonce avoir pris des mesures strictes pour lutter contre les vidéos avec les mineurs, et pouvant faire l'objet de commentaires prédateurs
Une mère découvre des instructions de suicide en vidéo sur YouTube et YouTube Kids, dissimulées entre des extraits d'un jeu vidéo populaire
Le Nouveau-Mexique poursuit Google, Twitter et plusieurs dev pour collecte illégale de données sur des enfants, les entreprises s'expliquent

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/09/2020 à 13:08
J'ai regardé "derrière nos écrans de fumée", documentaire Netflix avec les témoignages de ceux qui ont créé les mécaniques des réseaux sociaux pour les rendre addictifs. C'était très instructif. On y voit les créateurs eux même drogués à leur création tout en sachant pertinemment que ce sont des algorithmes et des machines derrière. Alors savoir que des enfants sont la marchandise de YouTube fait frémir lorsqu'on voit déjà les dégâts sur les ados et la démocratie.

Les réseaux sociaux sont incapables de protéger les utilisateurs des biais de leur création car c'est leur business model. Il faut qu'ils y soient contraints par la loi.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/09/2020 à 12:45
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Selon un courriel obtenu par la FTC à l’époque, un employé de Google a écrit : « Nous n'avons pas d'utilisateurs de moins de 13 ans sur YouTube et la plateforme/site est grand public, il n'y a donc pas de chaîne/contenu destiné aux enfants et il n'est pas nécessaire de respecter la COPPA ».
Il a dit ça en quelle année le type ?
Parce qu'aujourd'hui quand tu publies une vidéo sur YouTube on te demande ça :


Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Pour protéger les enfants, Google devrait-il, d’une manière ou d’une autre, les tenir éloigner de Youtube ? Ou que devrait-il faire, selon vous ?
Les jeunes enfants sont une mine d'or pour YouTube.
Souvent ils n’utilisent pas adblock et ils regardent du contenu qui plait aux annonceurs. (ça doit souvent être des fabricants de jouets)

Des enfants sont devenus millionnaires grâce aux placements de produit :
Le youtubeur Ryan, 8 ans, gagne 22 millions de dollars par an en déballant des jouets
D'ailleurs il y a des histoires glauque de parent qui exploitent leurs enfants, c'est choquant. (c'est très lucratif)

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Selon Foxglove, un rapport du régulateur britannique des médias, Ofcom, a indiqué cette année que les trois quarts des enfants de 5 à 15 ans regardent des vidéos sur YouTube, ainsi que la moitié des 3 à 4 ans. Cette affaire est la première en Europe contre une entreprise de technologie au nom des enfants, et l'une des plus grandes actions de collecte de données à ce jour.
Il y a des parents qui laissent leurs enfants utiliser une tablette comme ça ils ferment leur gueule. Si en plus ils portent des écouteurs ou un casque, les parents sont tranquille.
Il y a des parents qui sont plus strict envers la technologie.
0  0 
Avatar de Jon.D0S
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 16/09/2020 à 3:52
Envoyé spécial | Smartphone : sommes-nous tous accros ?
https://www.france.tv/france-2/envoy...us-accros.html
|1:50:17_1:18:35] #Waldof School] [...] ce monde ultra connecté qu'ils nous ont façonné, ils n'en veulent pas pour leurs enfants […]
0  0