IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : des députés LR réclament une commission d'enquête pour évaluer les risques sanitaires de la 5G
Et « s'assurer que l'ensemble des conditions nécessaires à son déploiement soit rempli »

Le , par Stan Adkens

128PARTAGES

4  0 
La cinquième génération (5G) de la téléphonie mobile présentée comme une véritable rupture technologique est attendue pour combler les limites de la précédente génération, la 4G. Mais selon un groupe de député LR, « Si pour ces raisons, il faut accueillir avec enthousiasme l’arrivée à maturité technologique de ce nouveau standard, il n’en est pas moins indispensable de s’assurer que l’ensemble des conditions nécessaires à son déploiement soit rempli ». Pour s’assurer que ces conditions seront étudiées avant le déploiement à grande échelle de la 5G en France, ces députés ont déposé une proposition de résolution « tendant à la création d’une commission d’enquête sur le déploiement de la 5G ».

Dans la proposition qui date du 4 mai, les députés ont rappelé trois défis principaux que doit relever la 5G à savoir : l’engorgement des réseaux de communications électroniques face à la massification des usages mobiles ; la capacité à fournir un accès aux réseaux et un débit suffisant à une grande quantité d’objets connectés (individuels, domotiques ou industriels) ; et enfin, pallier les trop longs délais de latence pour des services innovants qui requerront des temps de réaction à l’échelle de la milliseconde. Toutefois, le développement de la 5G n’est pas exempt de risques. C’est ce qu’ils tentent de prévenir en proposant la mise en place d’une commission chargée d’étudier d’éventuels impacts préalablement au déploiement de a technologie.


Les préoccupations des députés LR

Dans leur proposition de résolution, les députés ont évoqué les enjeux sécuritaires qui ont déjà fait l’objet d’une proposition de loi. Ils ont également touché la question des impacts sanitaires du déploiement massif de la 5G. « Dans son rapport préliminaire publié en janvier 2020, l’Agence nationale de sécurité sanitaire note un manque de données statistiques sur les effets sanitaires de l’exposition à certaines fréquences utilisées par la 5G », ont-ils rappelé.

« Le travail d’identification des publications a mis en évidence un manque important, voire une absence de données relatives aux effets biologiques et sanitaires potentiels dans les bandes de fréquences considérées », disent-ils. S’il y a des travaux sur les fréquences déjà exploitées et qui seront encore utilisées pour la 5G, il n’y en a pas sur les nouvelles fréquences, 3,5 Ghz ou 26 Ghz, qui seront aussi utilisées.

« Ces risques accrus font peser des exigences nouvelles de sécurité sanitaire sur les équipements qui supporteront les futurs réseaux 5G, relatives tant à leurs caractéristiques techniques intrinsèques, qu’aux obligations morales de devoir connaître les impacts sur la santé de leur utilisation », lit-on dans la proposition de résolution. Cette préoccupation avait déjà été soulignée dans le rapport préliminaire de l’ANSES.

Les députés souhaitent aussi que le déploiement de la 5G tienne compte des zones où l’accès à Internet est encore difficile jusqu’à présent. « La couverture numérique et l’accès au très haut débit constituent le deuxième élément le plus important pour les Français pour apprécier l’endroit où ils vivent après l’accès aux services publics ». Ils s’interrogent également sur l’impact environnemental à cause de la multiplication des installations d’antennes qui accompagneront la 5G ; sur l’impact de la consommation énergétique de la 5G et sur l’empreinte carbone induite par les émissions comme autant d’enjeux qui doivent être soulevés en amont de son déploiement.

La procédure d'attribution et de délivrance les autorisations d’utilisation de fréquences aux lauréats est prévue pour être achevée au cours du premier semestre 2020. Mais dès janvier 2020, des associations ont contesté l’arrêté du 30 décembre 2019 concernant les modalités et les conditions d’attribution des autorisations pour utiliser les fréquences dans la bande 3,5 GHz, en métropole. Les associations ont, non seulement, dénoncé un lancement trop précipité ainsi qu’un potentiel impact sanitaire et environnemental de la 5G, mais également, une augmentation de la consommation électrique et une multiplication de l’exposition aux ondes de la population.

Le 10 avril dernier, les craintes sur le déploiement des infrastructures étaient jugées « légitimes » par Sébastien Soriano, président de l’Arcep, qui dégommait dans le même temps la profusion d’infox sur le sujet, notamment dans le contexte pandémique. Maintenant, les députés LR proposent que ces craintes soient levées à travers une enquête préalable avant tout déploiement de la 5G.


La proposition de résolution des députés

La proposition des députés tient en un article unique : « En application des articles 137 et suivants du Règlement de l’Assemblée nationale, est créée une commission d’enquête de trente membres, chargée d’évaluer les risques sanitaires du déploiement de la 5G, d’estimer au mieux les scénarii d’exposition et d’anticiper les éventuels impacts sur la santé de la population. Elle sera chargée d’étudier les perspectives de déploiement sur nos territoires, notamment en vue de réduire la fracture du numérique et d’en mesurer son futur impact environnemental ».

Pour rappel, l’Agence nationale des fréquences a déjà publié mi-2019 plusieurs études sur la 5G dans la bande des 3,5 GHz (qui n’existe pas pour les 2G, 3G et 4G) : « Trente-six sites ont déjà fait l’objet de mesures qui ont montré qu’avant allumage des sites 5G, il n’y avait pas d’émission dans cette bande de fréquence et qu’après allumage des sites 5G, en l’absence de trafic, le niveau moyen d’exposition dans la bande 5G s’établit à 0,06 V/m avec un niveau maximal de 0,36 V/m. Ces niveaux se situent très au-dessous de la valeur limite réglementaire qui est fixée à 61 V/m dans cette bande de fréquences ». L’ANFR expliquait également en avril qu’elle travaillait sur les expérimentations de la 5G afin de « caractériser les réseaux 5G en termes d’exposition du public aux ondes électromagnétiques ».

Les députés veulent en savoir plus sur les impacts de la 5G alors que le mouvement anti-5G reste actif un peu partout dans le monde. Par exemple, sur les réseaux sociaux, les forums et les blogs en ligne, les activistes anti-5G attribuent à la 5G un large éventail de maladies notamment le cancer, la stérilité, l'autisme, l’hypersensibilité et la maladie d'Alzheimer. Vers la fin de l’année 2018, un message viral sur Facebook attribuait à un mât de test 5G la mort mystérieuse de 300 oiseaux aux Pays-Bas (le test avait pourtant eu lieu plusieurs mois auparavant).

Un autre appel qui a exprimé des craintes à propos de la technologie 5G est une analyse scientifique baptisée « Le déploiement de la 5G entraînera une augmentation massive de l’exposition involontaire et incontournable au rayonnement du sans-fil » qui a été publiée par 5G Space Appeal en 2019. Les nouvelles accusations vont un peu plus loin en attribuant le nouveau coronavirus à la 5G. Les principaux arguments avancés par les détracteurs de la 5G manquent de preuves à ce jour pour être pris au sérieux, mais dans le même temps, les développeurs de la technologie 5G n’ont pas non plus apporté de preuves du contraire de ce qu'annoncent les groupes anti-5G. Qui a raison et qui a tort à propos de la technologie 5G ?

Si la proposition de résolution est adoptée, de nouvelles études devront être conduites, modifiant davantage le calendrier de déploiement de la 5G en France.

Un commentateur, qui ne voit pas l’utilité de la création d’une commission d’enquête sur le déploiement de la 5G, a écrit : « S'ils y tiennent vraiment, qu'ils commencent par le faire sur la 4G puisqu'on a du recul ». Par contre un autre a écrit : « Je suis contre la 5G, c'est inutile, consommateur de ressources et d'électricités, augmentation de la pollution, etc. ». Il a ajouté en disant : « Mais pour les risques sanitaires, je pense que ce n'est pas plus dangereux que la 4G et le Wi-Fi ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

Source : Assemblée nationale

Et vous ?

Que pensez-vous de cette proposition de résolution ?
Faut-il mener une étude exhaustive des éventuels impacts avant le déploiement de la 5G, selon vous ?
Pensez-vous que la proposition des députés sera adoptée ?

Lire aussi

L'Anses publie son rapport intermédiaire relatif à l'exposition de la population aux champs électromagnétiques liée au déploiement de la 5G et aux effets sanitaires associés
5G : la France dévoile son ambitieuse feuille de route pour un déploiement sur le territoire, l'Arcep prévient qu'être en retard n'est pas une option
5G en France : un recours contre la technologie a été déposé au Conseil d'État, soulignant un lancement précipité ainsi que des risques pour la santé, la consommation énergétique et autre
Un collectif scientifique lance un appel international demandant l'arrêt du déploiement de la 5G pour une planète viable

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/08/2020 à 10:59
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Les États-Unis affirment que les équipements de Huawei pourraient être utilisés par le gouvernement chinois à des fins d'espionnage (une déclaration tout de suite contestée par Huawei et Pékin) et ont fait pression sur leurs alliés pour qu'ils l'interdisent à leur tour.
On peut soupçonner les entreprises chinoises de faire de l'espionnage, mais en parallèle on a la certitude que les entreprises US nous espionnent (grâce notamment au lanceur d’alerte Snowden).
On sait même ça : NSA: Obama promet de ne plus écouter Merkel ou Hollande, quand ce sont les USA qui nous écoutent on ne dit rien...

Les pro UE disent toujours que l'UE nous protège de la super puissance US, et au final on est systématiquement contraint de se soumettre à la volonté US.
Les USA nous imposent de nous débarrasser des antennes Huawei et ont le fait...
Bon après les présidents des nations européennes se disent peut-être "je préfère que mon peuple soit surveillé par les USA que par la Chine".

Les USA ont probablement infiltré Nokia et Ericsson :
5G : pourquoi Washington s'intéresse à Nokia et Ericsson
Ce serait bien de se libérer des USA.

Bon après antennes 5G Huawei ou pas, les USA nous espionneront toujours, ils ont Google (Android, Chrome, GMail), Apple (iOS, MacOS), Microsoft (Windows), Amazon (Alexa, Amazon Echo), Facebook, Twitter, etc.
Il y a des backdoors de tous les côtés. La NSA et le FBI peuvent avoir accès à toutes vos données (emails, SMS, messages privés, appelles, etc, maintenant ils peuvent même vous écouter avec les enceintes connectées et les smartphones).

Je ne vois pas en quoi c'est mieux d'avoir la certitude d'être espionner par les USA qu'avoir la suspicion d'être espionné par la Chine.
Ça me rappelle un passage de Futurama :
Leela: But Nixon's the worst president in history. And alternate history! The rest of you aren't voting for him, are you?
Fry: Sure, we are!
Zoidberg: Why not?
Farnsworth: Of course!
Amy: Spluh!
Zoidberg: He may not be perfect, but do we really want some unknown new guy? I'll stick with the evil maniac I know, thank you.
3  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 11/05/2020 à 23:23
Les députés veulent en savoir plus sur les impacts de la 5G alors que le mouvement anti-5G reste actif un peu partout dans le monde. Par exemple, sur les réseaux sociaux, les forums et les blogs en ligne, les activistes anti-5G attribuent à la 5G un large éventail de maladies notamment le cancer, la stérilité, l'autisme, l’hypersensibilité et la maladie d'Alzheimer. Vers la fin de l’année 2018, un message viral sur Facebook attribuait à un mât de test 5G la mort mystérieuse de 300 oiseaux aux Pays-Bas (le test avait pourtant eu lieu plusieurs mois auparavant).
Pour mettre en place une mesure de sécurité, on évoque toujours la sainte trinité : "terrorisme", "pédophilie", et "nazisme".

Pour les choses touchant à la santé, c'est "autisme", "stérilité", et "cancer". Et si ça touche l'écologie, on rajoute les oiseaux.

Bon on notera qu'ils ne semblent pas avoir osé rajouté "Coronavirus" à leur liste.
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 12/05/2020 à 9:43
Plus une fréquence électromagnétique est élevée, plus elle est potentiellement dangereuse, et plus la source est puissante, plus on est en danger. Le danger diminue également avec la distance.

Les études ne semblent pas démontrer un danger immédiat. Ca ne veut pas dire qu'il n'y en a pas du tout, tout comme une exposition à l'amiante qui a été utilisé pendant des années. Là encore, le danger dépend de la durée d'exposition, de la quantité inhalée, mais il est maintenant interdit de l'utiliser. L'utilisation massive des ondes dans les plages de fréquence wifi/3g-5g est relativement récente pour avoir des études à long terme valables.

Il est recommandé d'utiliser un kit main libre, c'est pas pour rien.

La norme admise actuellement est le DAS (Débit d'Absorption Spécifique). Cette norme évoluera certainement vers du plus draconien.
2  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/07/2020 à 10:58
Sacré Bruno!

Est-ce que quelqu'un lui a expliqué que les télécom, c'est un réseau? Et que si il installe quelque part sur le sol français une infrastructure Huawei, à moins que ses "sites sensibles" ne fonctionnent en vase clos avec papier carbone et la bonne vieille machine à écrire, les "sites sensibles" ne seront pas plus protégés de Huawei que Mme Michu ma boulangère parce qu'ils communiquent sur les réseaux de télécom de monsieur madame Tout-le-monde?

Les chinois qui l'écoutent doivent se rouler par terre de rire...
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/07/2020 à 11:21
Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
Après cette déclaration, il reste peu de marge à Huawei en France.
C'est compliqué, le gouvernement doit jongler pour rester en bon terme avec les USA et avec la Chine.
Donc là en pratique il n'y aura quasiment pas d'antennes Huawei, donc les USA vont être content et on ne se fâche pas trop avec la Chine parce qu'on dit que théoriquement on pourrait installer 2, 3 antennes Huawei quelque part.

Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Est-ce que quelqu'un lui a expliqué que les télécom, c'est un réseau?
Ouais mais ce n'est pas parce que tu es connecté à un réseau que tu peux voir tout ce qui entre et tout ce qui sort.

Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
Pensez-vous que Huawei pourrait effectivement espionner les différents pays où ses réseaux 5G seront installés, quand on sait que la 4G a été largement installée par Huawei dans de nombreux pays ;?
C'est possible.
Par contre on sait avec certitude que les USA récupèrent toutes nos données (ils peuvent lire nos emails, nos messages privés, ils peuvent avoir notre géolocalisation et nous mettre sur écoute).
1  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/07/2020 à 11:38
De toute façon, la France a déjà donné son c** aux États-Unis, notamment avec l'accord avec Cisco. Les Etats-unis ont déjà tout le loisir de nous espionner, pourquoi pas les Chinois ? De toute façon, notre pauvre pays est devenu dépendant dans tous les domaines, nous sommes des p**** de ce monde ! C'est triste à dire mais c'est comme ça : nous allons aux plus offrants et les chinois nous tiennent par les c******.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/08/2020 à 11:48
Citation Envoyé par spyserver Voir le message
les USA peuvent tjrs espionner mais on peut les allumer avec la RGPD etc.
lol

Citation Envoyé par spyserver Voir le message
Mais bon clairement il faudrait commencer à verrouiller nos équipements réseaux avec du matériel FR ou EU, remplacer nos postes Windows par du Linux, ne plus stocker nos données ds les cloud GAFAM mais plutôt dans des cloud Français ou Europeen (OVH, Outscale, OBS, Online, Exaion, etc.).
On pourrait favoriser les fabricants européens pour se passer de Cisco, etc, le problème c'est que les USA risquent d'infiltrer les entreprises européennes.
Effectivement se serait un peu mieux d'acheter du matériel français qu'acheter du matériel US, au moins ça ferait tourner des usines en France.

Le gouvernement français ne favorise jamais les entreprises françaises :
https://twitter.com/CoralieDelaume/s...95799745044480
Achat d'acier turc, de fibre chinoise ds le cadre de marchés publics français, sans réciprocité : les Turcs et Chinois réservent leurs MP à leurs entreprises.

Pr rappel, tx d'ouverture des MP :
- UE : 90%
- USA : 28%
- Canada : 16 %

Nous sommes les ânes de la mondialisation.
Les industriels français dénoncent les achats non européens de la commande publique
La Société du Canal de Provence a préféré des canalisations en acier turc à celles de Pont-à-Mousson et les achats de fibre optique chinoise explosent en France. La commande publique ne joue pas le jeu de la relocalisation. Les industriels réclament aux acheteurs publics d'appliquer la clause de réciprocité excluant des marchés publics français les Chinois, Indiens, Turcs, etc. dont les propres marchés publics sont fermés.
La gendarmerie va acheter des Seat au lieu d'acheter des Peugeot...
Peugeot 308 RC, la bombe refusée par la gendarmerie nationale
D'après Virages-Auto, ByFactory a approché la gendarmerie nationale, dans le cadre de son appel d'offre passé pour remplacer ses vieilles Megane RS. Et les gendarmes auraient refusé la machine, probablement jugée comme « trop radicale ». Rappelons qu'ils ont vraisemblablement opté pour des Seat / Cupra Leon.
C'est dommage, ce serait plus vertueux d'acheter français.
1  0 
Avatar de dourouc05
Responsable Qt & Livres https://www.developpez.com
Le 28/08/2020 à 16:34
Citation Envoyé par spyserver Voir le message
La Chine est plus imprévisible je pense, les USA peuvent tjrs espionner mais on peut les allumer avec la RGPD etc.
Avec Trump, les USA prévisibles ? Je dirais plutôt que la Chine est extrêmement prévisible : tout partenariat avec la Chine se fait surtout au bénéfice presque exclusif de la Chine… En tout cas, au niveau scientifique, énormément de choses se passent comme ça.

Sinon, pour le matériel réseau, on peut se fier à des sociétés comme Nokia ou Ericsson, bien européennes (mais vraiment au-dessus de tout soupçon ?). Heureusement que la 5G prévoit énormément de logiciel plutôt que de matériel pour une bonne partie de l'infrastructure, ça devrait permettre d'utiliser du matériel de plusieurs fabricants et de limiter les risques.
1  0 
Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/10/2021 à 13:45
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Ça je ne sais pas, mais ce qui est certains c'est qu'il n'y aura jamais de 5G dans les petits villages, la 5G c'est un truc de grandes villes, les antennes émettent moins loin car les fréquences sont plus élevées.
C'est faux. La seule raison pour laquelle les réseaux 5G fonctionnent sur la bande n78 (3.5GHz) en France, c'est que les autres fréquences sont déjà utilisées.

Pour autant, la 5G peut très bien fonctionner sur les bandes n7 (2.6 GHz), n1 (2.1GHz), n3 (1.8GHz), n20 (800MHz), n28 (700MHz) attribuées pour l'instant à la 4G.

La 4G elle-même fonctionne sur des fréquences jadis affectées à la 2G.
2  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/10/2021 à 13:54
Le but c'est d'utiliser la bande de fréquence 26 GHz, la 5G ne va pas rester entre 3,4 et 3,8 GHz et encore moins à 700MHz…

5G : il faudra un nombre colossal d’antennes pour déployer le réseau en France
En effet, toutes les bandes de fréquences n'ont pas les mêmes caractéristiques de propagation. Plus les fréquences sont basses, plus ces dernières pénètrent à l'intérieur des bâtiments et portent loin – mais comme elles sont plus basses et que la largeur de bande est plus faible, elles ne permettent pas une bande passante très élevée. A contrario, plus les fréquences sont élevées, plus la portée diminue et le débit augmente. Il faut ainsi plus d'antennes 3,5 GHz que d'antennes 700 MHz. Quant aux antennes dans la bande 26 GHz, elles ne portent que sur une centaine de mètres.

Ainsi, Tactis souligne que la bande des 700 MHz ne permettra pas de bénéficier « de toutes les promesses de la 5G », et explique qu'il faudra davantage d'antennes 3,5 GHz et encore plus dans la bande 26 GHz pour obtenir la même couverture. En zone péri-urbaine, il faudrait ainsi 30% de sites supplémentaires par rapport au réseau 4G. En zone rurale, peu denses, “il serait nécessaire de construire 2 fois plus de sites pour avoir une couverture équivalente, et même 3 fois plus de sites pour délivrer un service haut débit, a minima 8 Mbps”, note Tactis.
5G : un nombre colossal d’antennes sera nécessaire pour couvrir le pays
Pour arriver à ces estimations, les experts de Tactis ont simulé la couverture 4G dans plusieurs zones péri-urbaines et rurales à partir des sites d'antennes mobiles existants. Ils ont ensuite simulé ce que serait la couverture 5G, à partir de ces mêmes sites. Chose importante : dans ses projections, Tactis n'utilise qu'une des trois bandes de fréquences allouées à la 5G, celles des 3,5 GHz, dont le spectre sera vendu aux opérateurs au printemps. Le constat est sans appel : la couverture est à chaque fois bien moindre en 5G qu'en 4G.
1  0