Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple cible le jailbreaking dans un procès contre Corellium, une société de virtualisation iOS,
Pour violation de droit d'auteur

Le , par Bill Fassinou

42PARTAGES

6  0 
Apple poursuit actuellement en justice Corellium LLC, une société américaine basée en Floride qui fournit des outils de virtualisation iOS, pour violation de droit d’auteur et pour quelques autres raisons. Le procès qui dure depuis quelques mois maintenant a pris une autre tournure et Corellium a aussi accusé à son tour Apple de vouloir contrôler la façon dont les recherches sur la sécurité sont menées afin de limiter ce que le public apprend sur les vulnérabilités de son système. Corellium a aussi allégué qu’Apple cherche à s’en prendre au Jailbreaking.

En août 2019, Apple a intenté une action en justice contre Corellium, une entreprise qui fournit les frameworks d'un simulateur iOS utilisé par les chercheurs en sécurité. Dans sa plainte, Apple a allégué que la société de logiciels a copié le système d'exploitation, l'interface utilisateur graphique et d'autres aspects des appareils sans autorisation. Elle accuse Corellium d'avoir agi sous prétexte d'aider à découvrir des bugs dans le système d'exploitation de l'iPhone, mais de vendre ensuite l'information « sur le marché libre au plus offrant ».

En réponse à la plainte d’Apple, Corellium a accusé Apple d’utiliser des « pratiques commerciales déloyales auxquelles le tribunal doit mettre fin ». Selon Corellium, Apple connaissait et encourageait son activité jusqu'à ce qu'il décide de proposer son propre produit concurrent. La première version de la poursuite d'Apple accusait Corellium de violation de droits d'auteur. Une nouvelle version a été déposée le 27 décembre et allègue à la fois la violation des droits d'auteur et le trafic illégal d'un produit utilisé pour contourner les mesures de sécurité en violation de la DMCA.


La DMCA (Digital Millennium Copyright Act) est une loi américaine adoptée en 1998. L’objectif est de fournir un moyen de lutte contre les violations du droit d'auteur. Il vise à établir une législation de la propriété intellectuelle adaptée à l'ère numérique. Apple a fait valoir que Corellium donne aux utilisateurs la possibilité d'utiliser iOS à des fins bénignes ou malveillantes. Mais Corellium n’est pas d’accord avec la version d’Apple et l’entreprise a récemment accusé Apple de nuire à la recherche, mais aussi de vouloir utiliser la DMCA pour éliminer le jailbreak.

Le jailbreak qui a pour signification « cellule cassée » consiste à installer des applications non approuvées par Apple sur un iPhone, iPad, iPod, Apple Watch et MacBook. Le système d’exploitation de la marque à la pomme appelé communément iOS est un système très cloisonné. Apple fixe des réglementations particulières aux développeurs. Ainsi, le jailbreak est une pratique autorisée aux États-Unis en raison d'une exemption dans la DMCA accordée par le Bureau américain du droit d'auteur (une division de la Bibliothèque du Congrès).

« La dernière plainte d'Apple devrait donner aux chercheurs en sécurité, aux développeurs d'applications et aux jailbreakers des raisons de s'inquiéter », a déclaré Amanda Gorton, PDG de Corellium, en réponse aux nouvelles allégations d’Apple. « Nous sommes profondément déçus par la diabolisation persistante du Jailbreaking par Apple. Dans l'industrie, les développeurs et les chercheurs s'appuient sur les jailbreaks pour tester la sécurité de leurs applications et des applications de tiers, des tests qui ne peuvent être effectués sans un appareil jailbreaké », a-t-elle expliqué.

Selon Corellium, la plainte d'Apple suggère que quiconque fournit un outil qui permet à d'autres personnes de faire des jailbreaks et quiconque aide à créer un tel outil viole la DMCA. « Apple utilise cette affaire comme un ballon d'essai dans un nouvel angle pour réprimer les jailbreaks et cherche à établir un précédent pour éliminer les jailbreaks publics », a-t-elle ajouté. Cependant, Apple réplique en soutenant que les violations présumées de la DMCA par Corellium permettent à la fois des violations du copyright d'Apple et la propagation de vulnérabilités de sécurité.

Par ailleurs, alors que Corellium soutient que ses logiciels aident les entreprises à identifier les bogues d'iOS dans le but d'améliorer le produit et de protéger les utilisateurs, Apple affirme que Corellium ne fait aucun effort pour limiter l'utilisation de son produit à des recherches et des tests de bonne foi sur iOS. Apple pense plutôt que Corellium ne se soucie pas de la sécurité. Enfin, Corellium n’est pas la seule entreprise ou la seule entité à voir la plainte d’Apple comme un élément nuisible au travail des chercheurs en sécurité. Le fondateur d'iFixit, Kyle Wiens, le pense également.

iFixit est une plateforme en ligne inspirée par le modèle de l'économie circulaire. Le site est accessible et modifiable par tous. Il est basé sur un Wiki et détaille les étapes pour la réparation de matériels électroniques, mais aussi de l'électroménager ou automobile. Wiens a déclaré que « la plainte d'Apple est un dangereux procès DMCA ». Selon lui, si Apple gagne, « les dommages se répercuteront au-delà de la communauté de la sécurité et dans le monde de la réparation et de la maintenance ».

Sources : Première version de la plainte d’Apple (PDF), Deuxième version de la plainte d’Apple (PDF), Corellium

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Apple et Google accusés d’avoir aidé à « faire respecter un système d’apartheid des genres » en Arabie Saoudite après avoir hébergé une app pour traquer des femmes

Brevets d'Apple : les géants de l'IT appellent à réviser l'amende fixée à Samsung pour éviter d'autres procès dans l'industrie

Guerre des brevets : l'amende infligée à Samsung pour violation des brevets d'Apple devrait être revue à la baisse

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !