Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Adobe désactive tous les comptes vénézuéliens, y compris les comptes gratuits,
Pour se conformer au décret exécutif américain

Le , par Stan Adkens

7PARTAGES

8  1 
Adobe, l'éditeur américain de logiciels ferme tous ses comptes au Venezuela pour se conformer au décret exécutif américain, laissant des milliers d'utilisateurs sans accès à Photoshop et Acrobat Reader. « Le gouvernement américain a publié le décret exécutif 13884, dont l'effet pratique est d'interdire presque toutes les transactions et tous les services entre les sociétés, entités et individus américains au Venezuela. Pour rester conforme à cette ordonnance, Adobe désactive tous les comptes au Venezuela », a expliqué la société dans un document publié le lundi. « Nous regrettons tout inconvénient que cela pourrait vous causer. », a-t-elle également dit dans les courriers envoyés aux utilisateurs.

En effet, en août, l'administration Trump a émis l'ordre de sanction contre le gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro pour avoir prétendument usurpé la présidence et perpétré des violations des droits humains contre les citoyens du pays. Ce décret exécutif vise à empêcher les entreprises américaines de faire des affaires directement - et indirectement - avec le régime Maduro, explique la décision d’Adobe d'annuler tous ses abonnements dans le pays.


Adobe a déclaré qu'elle ne pouvait pas rembourser les Vénézuéliens pour leurs achats, car cela impliquerait également des transferts d'argent qui violeraient les sanctions américaines. L’entreprise californienne dit que « le décret exécutif 13884, ordonne la cessation de toute activité avec les entités, y compris les ventes, le service, le soutien, les remboursements, les crédits, etc. ». Même l'accès gratuit aux produits est également fermé aux citoyens vénézuéliens.

Les changements d’Adobe prendront effet le 28 octobre prochain. Les utilisateurs vénézuéliens ont donc jusqu’à cette date pour télécharger leurs données stockées sur les logiciels Adobe. Après cela, tous les comptes vénézuéliens seraient désactivés. La mauvaise nouvelle pour les citoyens du Venezuela est encore renforcée par le fait qu'Adobe ait opté pour un modèle en nuage par abonnement uniquement pour les dernières versions de ses produits. Adobe dit aussi qu’aucun achat des principaux logiciels de l'entreprise ne sera possible en magasin ou sur Adobe.com.

La période d’attente pour accéder à nouveau à leur compte n’est précisée. Il faut attendre que le gouvernement Trump change d’avis. « Le décret-loi 13884 a été publié sans date d'expiration - la décision de l'abroger appartient uniquement au gouvernement des États-Unis. Nous continuerons de suivre de près l'évolution de la situation et ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour rétablir les services au Venezuela dès que la loi le permettra », a écrit l’éditeur de Photoshop.

Le gouvernement américain a imposé des sanctions de plus en plus sévères à Caracas au cours des deux dernières années afin de forcer M. Maduro à quitter le pouvoir. Bien que les difficultés économiques du Venezuela soient antérieures à ces mesures, elles ont exacerbé la situation sur le terrain. Malgré les sanctions, M. Maduro a refusé de démissionner et bénéficie toujours du soutien financier de la Russie et de la Chine.

La pression s’est accentuée en début août dernier. Les nouvelles sanctions de Washington gèlent les avoirs du gouvernement vénézuélien aux États-Unis et mettent un terme à son commerce avec les autres pays, dans l’objectif de pousser un peu plus le président Maduro à se retirer.

En déplacement au Pérou en début août dernier, le conseiller américain à la sécurité a indiqué que les États-Unis sont prêts à cibler tout pays soutenant le président vénézuélien : « C’est un outil très rarement utilisé par les États-Unis. Nous l’avons fait avec parcimonie au cours des cinquante dernières années. Mais le régime de Maduro se joint maintenant à ce club exclusif d’États voyous comme Cuba, l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord qui sont assujettis à cette forme de sanctions », avait affirmé John Bolton.

Protestations contre la décision d’Adobe de désactiver l'ensemble des comptes au Venezuela

La décision de désactiver tous ses comptes au Venezuela a suscité une avalanche de protestations sur les médias sociaux. En effet, les utilisateurs vénézuéliens ont reçu des courriels de l'entreprise au sujet de l'annulation prochaine. Venezuelanalysis.com, un site Web indépendant réalisé par des individus qui se consacrent à la diffusion de nouvelles et d'analyses sur la situation politique actuelle au Venezuela, qui a reçu le courrier d’Adobe, a pointé du doit les effets d'entraînement dus aux sanctions mortelles américaines.


Selon José Miguel Vivanco, directeur de Human Rights Watch, basé à New York, les sanctions américaines affaiblissent la société civile. « Un désastre total ! Il faut expliquer à Trump que l'idée est de renforcer et non d'affaiblir une société civile qui lutte bec et ongles contre la dictature Maduro », a-t-il tweeté.


Même les Vénézuéliens vivant à l'extérieur du pays ont déclaré avoir été informés par Adobe que leur compte serait fermé parce qu'ils étaient initialement enregistrés au Venezuela. « Adobe ferme maintenant des comptes aux citoyens vénézuéliens sans distinction ? » a demandé un utilisateur de Twitter. « Je ne suis pas associé au gouvernement vénézuélien et je ne vis même pas au Venezuela », a-t-il indiqué. « Cette interprétation des sanctions est absurde et injuste pour les quelques entreprises honnêtes qui survivent encore au Venezuela », a déclaré un autre utilisateur sur Twitter. « Sans le secteur privé, il ne peut y avoir de reprise », a-t-il ajouté.

Geoff Ramsey, un expert vénézuélien du Bureau de Washington pour l'Amérique latine, a aussi qualifié cette initiative d’ « incroyablement contre-productive ». « Toute ONG de la société civile ou tout média indépendant qui utilise des copies enregistrées de Photoshop, InDesign ou Acrobat sera touché », a-t-il tweeté.


Adobe n’a pour l’instant pas fait d’autre commentaire après la publication de son document support, mais le compte Twitter du service à la clientèle de l'entreprise a traité certaines plaintes. Si un utilisateur basé en dehors du Venezuela a été indûment signalé, Adobe conseille aux utilisateurs de vérifier et de modifier l'adresse du pays indiquée sur leur compte. « Votre adresse municipale pour l’identifiant du compte Adobe est-elle toujours basée au Venezuela ? Nous pouvons vérifier cela pour vous, car il se peut que vous ayez besoin de changer l'adresse du pays pour le compte Adobe. », lit-on d’un tweet.


D'autres entreprises de technologie avaient déjà pris des mesures similaires. Certains utilisateurs de Twitter ont rapporté que TransferWise, un service de transfert d'argent en ligne basé au Royaume-Uni, a adopté pareilles mesures, en envoyant des lettres à ses clients au Venezuela lundi pour les informer qu'ils ne pourraient plus utiliser ce service après le 21 octobre. Cette décision est prise alors que de nombreux Vénézuéliens comptent sur ces virements d’argent qui proviennent des amis et des membres de leur famille vivant à l'étranger pour les aider à survivre à l'effondrement économique catastrophique de leur pays.

En juillet, GitHub de Microsoft a limité l'accès pour les utilisateurs payant basés en Syrie, à Cuba, en Crimée et en Iran, citant une ordonnance de sanction américaine distincte.

Pour contourner l'interdiction, les clients vénézuéliens devront peut-être envisager d'utiliser un service VPN, qui leur permettra d'accéder à Internet à partir de serveurs situés hors de leur pays d'origine. Mais le piratage pourrait également être une solution pour les citoyens afin de continuer à utiliser les produits d’Adobe.

Le président vénézuélien, a souvent fait parler de lui à propos de certaines de ces décisions. Nicolas Maduro se serait attaqué à l’Internet en bloquant l'accès à Wikipédia, l'encyclopédie gratuite en ligne, selon un rapport publié par le quotidien Haaretz en janvier dernier. En décembre 2018, le gouvernement du Venezuela cherchait imposer aux personnes âgées le paiement de leur pension mensuelle en cryptomonnaie Petro.

Sources : Adobe, Décret exécutif, Tweets (1 & 2)

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision d’Adobe  ?
Quel commentaire faites-vous du refus de remboursement des utilisateurs payant en citant les sanctions américaines ?
Pensez-vous que plusieurs autres entreprises américaines suivront avec des mesures similaires au Venezuela ?

Lire aussi

Le gouvernement du Venezuela veut contraindre les personnes âgées, à se servir de sa cryptomonnaie Petro
Le Venezuela aurait bloqué Wikipedia suite à « l'éviction » de Maduro d'un article, au profit du leader de l'opposition Guaidó, d'après NetBlocks
  ZTE aurait aidé le Venezuela à créer une nouvelle carte d'identité numérique, pour surveiller le comportement de ses citoyens

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nasserk
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 08/10/2019 à 10:55
C'est du vol pur et dur sous couvert de pretendue defense de la democratie, interdire les remboursement des clients qui n'ont rien à voir avec ce genre de politique, c'est vraiment de la poitique ultra low cost...
14  0 
Avatar de emilie77
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/10/2019 à 11:02
Le probleme n'est pas seulement Adobe, mais Microsoft, Google, + cloud, internet, dns, ....
Ce sont des choses en main USA et c'est un gros probleme pour les autres. Ils pourraient eteindre le tout en cinq minutes.
Si la France/UE ne poussent pas l'open source et une toile europeenne on est a leurs choix
12  0 
Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 4:18
Adobe va finalement rembourser ses clients du Venezuela qui verront leurs comptes désactivés
Et leur accés aux services en ligne payant du groupe bloqué à cause de l’embargo américain visant Caracas

Les clients d’Adobe au Venezuela, qui ont été informés par courriel ce lundi que leur compte serait désactivé à la fin du mois en raison de sanctions américaines pesant sur leur pays, pourront en fin de compte être remboursés. L’entreprise technologique américaine avait initialement justifié sa décision de suspendre l’ensemble de ses activités au pays de Nicolas Maduro et de fermer les comptes de ses clients dans ce pays sans procéder à des remboursements par la nécessité de se conformer au décret exécutif 13884 en vigueur aux États-Unis, précisant que d’éventuels transferts d’argent vers ce pays violeraient les sanctions américaines. Les changements prévus par l’éditeur de Photoshop prendront effet le 29 octobre prochain.


Adobe a récemment mis à jour son communiqué et indique désormais que les clients qui ont acheté directement chez Adobe obtiendront un remboursement d’ici la fin du mois. L’entreprise ajoute que les utilisateurs du Venezuela auront accès à sa plateforme Behance qui propose un service gratuit en ligne permettant de se créer un portfolio personnel ou d’entreprise dans une communauté créative, alors que précédemment, elle avait déclaré que l’interdiction aurait également une incidence sur les services gratuits.

« ;Afin de se conformer à ce décret, Adobe désactivera tous les comptes au Venezuela le 29 octobre 2019, à l’exception de Behance. Les clients qui ont acheté leurs produits directement chez Adobe seront remboursés avant la fin du mois ;», a écrit Adobe sur son site.

L’administration Trump a imposé des sanctions de plus en plus sévères à Caracas au cours des deux dernières années afin de forcer M. Maduro à quitter le pouvoir. Bien que les difficultés économiques du Venezuela soient antérieures à ces mesures, elles ont exacerbé la situation sur le terrain. Malgré les sanctions, l’administration Maduro, qui bénéficie toujours du soutien financier de la Russie, de la Chine et vraisemblablement de la majeure partie de la population locale, a refusé de démissionner.

Source : Adobe

Et vous ?

Que pensez-vous de ce retournement de situation ?

Voir aussi

Le gouvernement du Venezuela veut contraindre les personnes âgées, à se servir de sa cryptomonnaie Petro
Le Venezuela aurait bloqué Wikipedia suite à « l'éviction » de Maduro d'un article, au profit du leader de l'opposition Guaidó, d'après NetBlocks
ZTE aurait aidé le Venezuela à créer une nouvelle carte d'identité numérique, pour surveiller le comportement de ses citoyens
7  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/10/2019 à 11:32
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Quel commentaire faites-vous du refus de remboursement des utilisateurs payant en citant les sanctions américaines ?
Pensez-vous que plusieurs autres entreprises américaines suivront avec des mesures similaires au Venezuela ?
Le gouvernement US veut asphyxié le Venezuela depuis longtemps, les très lourdes sanctions imposées par les USA sont la source du mal au Venezuela.
Le gouvernement Vénézuélien actuel n'est pas tellement pro USA, le gouvernement US aimerait bien que ça change, le plan des USA c'est de rendre le Venezuela invivable pour que le peuple se retourne contre son gouvernement.

Le gouvernement US a du s'arranger avec des entreprises US pour enfoncer ce pays un peu plus.
Adobe a du gagner quelque chose dans cette opération, d'autres entreprises vont peut-être suivre.

Le pays continu de résister :
PÉTROLE : LE VENEZUELA VEUT DOUBLER SA PRODUCTION MALGRÉ LES SANCTIONS DES ETATS-UNIS
Le Venezuela affiche ses ambitions sur le front de l'or noir, la principale richesse du pays. Le premier exportateur de pétrole d'Amérique latine, plongé dans une profonde crise, veut doubler sa production en 2020 malgré les sanctions américaines, a déclaré jeudi à Moscou son ministre du Pétrole. "Nous avons un plan pour revenir aux niveaux (de production de pétrole) de 2018, entre 1,5 et 1,6 million de barils" par jour en 2019, a déclaré le ministre du Pétrole du Venezuela, Manuel Quévédo, lors d'un forum énergétique à Moscou.
Le Venezuela, un géant du pétrole aux réserves sous-exploitées
Le Venezuela a vu sa production de pétrole chuter en trente ans mais détient les plus grosses réserves du monde, si bien que les troubles politiques sur place et un éventuel changement de régime pourraient se faire ressentir dans le monde entier.

Le pays dispose de 17,9% des réserves prouvées de pétrole dans le monde, devant l'Arabie saoudite (15,7%), le Canada (10,0%) et l'Iran (9,3%), selon les chiffres du groupe pétrolier britannique BP.
5  1 
Avatar de degrécelcius
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 10:22
Il me semble que le problème posé est beaucoup plus vaste ...
Une entreprise (ou une personne) basée hors des USA peut-elle avec les lois en vigueur dans ce pays laisser son système informatique et de production aux mains de sociétés américaines, quelque soit la bonne volonté des sociétés en question.
Et encore plus avec un principe d'abonnement qui permet à un fournisseur de bloquer d'un clic l'ensemble de votre entreprise ...

Avec ces affaires, est-il encore sérieux, raisonnable et "Secure" pour l'entreprise Européenne (et les autres) de vivre avec des solutions GSuite, iCloud, Office365, AWS ...
Un éternuement dans les relations entre votre pays et l'oncle Sam et votre entreprise est bloquée ...
L'Europe doit d'une manière urgente mettre les moyens nécessaires (absolument énormes j'en conviens) pour proposer des solutions alternatives à ces outils.
Un défit immense, que seule l'Europe peut mener grâce à la stabilité politique inhérente à son ADN mais néanmoins indispensable si l'on ne veut pas vivre éternellement en sursis !
4  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 08/10/2019 à 11:36
Maduro fait des conneries, il fait souffrir son peuple... et on en rajoute une couche qui fera souffrir son peuple encore plus, pendant que lui n'en aura rien à foutre. Je ne sais pas lequel des deux est le plus pitoyable.
7  4 
Avatar de eldran64
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 9:03
Ce n'est pas un retournement de situation. L'administration de Trump a permis a une entreprise américaine de ne pas trop dégrader son image.
Au final Photoshop ne pourra plus être utilisé au Venezuela.
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 9:30
Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
Au final Photoshop ne pourra plus être utilisé au Venezuela.
Ouais, c'est pour essayer de retourner des vénézuéliens contre leur gouvernement.
Bon la majorité comprend très bien que le problème c'est les USA.
Mais il y a une minorité peut-être grandissante qui se dit "il fait chier Maduro on devrait on se soumettre aux USA et arrêter de subir les sanctions", bon après c'est plutôt les riches parce que les pauvres vont utiliser des logiciels craqués.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 10:24
Citation Envoyé par degrécelcius Voir le message
Avec ces affaires, est-il encore sérieux, raisonnable et "Secure" pour l'entreprise Européenne (et les autres) de vivre avec des solutions GSuite, iCloud, Office365, AWS ...
Il y a encore pire que ça, si les USA veulent handicaper un pays elle peut le déconnecter du réseau Swift.
C'est ultra dangereux de dépendre d'une solution contrôlé par les USA.
2  0 
Avatar de matthius
Inactif https://www.developpez.com
Le 08/10/2019 à 20:26
Le dollar permet de faire ce qu'on veut si on parle en anglais.
1  1