Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La fusion Hadopi - CSA, confirmée par le ministre de la Culture et de la Communication,
Donnera naissance à une nouvelle entité aux pouvoirs plus étendus

Le , par Stéphane le calme

48PARTAGES

23  0 
Début octobre, après six mois de travaux, c'est un rapport formulant quarante propositions que la mission d’information « sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique » a produit. Sans surprise, la lutte contre le piratage a été notamment mise en avant dans le rapport. « Il y a urgence à agir, car c’est 1,3 milliard d’euros de pertes », soit l’équivalent du chiffre d’affaires des exploitants de cinéma, affirmait alors la députée LREM Aurore Bergé qui était rapporteur. Soixante-cinq millions de vidéos illégales sont consultées chaque mois en France, en particulier par les 15-24 ans. Mais le rapport rappelle qu'en 2017, seules 88 amendes ont été infligées, dont une d’au moins 2000 euros, alors que 17 millions de plaintes d’ayants droit ont été adressées à la Hadopi (Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet).

Partant de ce constat, les parlementaires recommandent de renforcer les pouvoirs de la Hadopi et de la doter d’un pouvoir de transaction pénale, c’est-à-dire la possibilité d’infliger une sanction pécuniaire sans passer par le juge pour ceux qui utilisent les sites de streaming et de téléchargement. Ils plaident aussi pour que l’autorité indépendante puisse bloquer temporairement les liens de live streaming. L’enjeu est d’importance pour des opérateurs comme SFR, qui débourse 350 millions d’euros par an pour la diffusion de la Ligue des champions de football, et des chaînes comme Canal+, qui estime que la baisse du piratage lui permettrait de conquérir 500 000 abonnés en plus.

La mission propose aussi de fusionner la Hadopi avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) « pour créer une autorité unique de régulation des contenus audiovisuels ». C'est une idée qui avait déjà été proposée lors du quinquennat précédent avant d'être abandonnée. « Il est cohérent de fusionner le CSA (qui doit veiller au respect des conventions des chaînes et des stations, protéger le pluralisme, les jeunes publics et, demain, participer à la lutte contre la manipulation de l’information) et la Hadopi (qui a développé une expertise technique et juridique extrêmement forte) pour disposer d’une autorité de régulation vraiment puissante », estimait Mme Bergé.


Le projet de loi qui doit réformer le secteur audiovisuel français prévoit une fusion entre le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et l’autorité de lutte contre le piratage afin de créer un nouveau régulateur aux pouvoirs étendus aux acteurs du numérique, a confirmé mardi Franck Riester, le ministre de la Culture et de la Communication, lors d’une rencontre avec l’association des journalistes de médias.

Le gouvernement finalise un texte qui a pour ambition d’assouplir la réglementation des acteurs de la télévision et de la radio tout en préservant le modèle français de financement des œuvres. Le projet, qui sera présenté en conseil des ministres début novembre avant d’arriver au Parlement début 2020, prévoit de fusionner le CSA et la Hadopi.

Le CSA s’occupe de la diversité culturelle, de l’indépendance des médias et du pluralisme. Mais historiquement, le CSA a pour mission de contrôler l’usage d’un bien public limité : les ondes hertziennes. Or avec le numérique, la rareté de la ressource n’est plus : elle a donc vu son champ d’action se resserrer sur une mission de contrôle de l’information et de l’exception culturelle. La Hadopi, elle, a pour mission de combattre le piratage en ligne via le système de la riposte graduée (bien que limitée aux réseaux pair à pair) et à la promotion de l’offre légale. Là encore, la mission de la Hadopi concerne la régulation des contenus.

Des journalistes présents au déjeuner ont relayé différents points sur Twitter. Nous apprenons par exemple par le biais de la journaliste Mégane Gensous que ce rapprochement avec le régulateur se matérialisera par un système de nomination croisée pour les membres. Carole Villevet, pour sa part, indique que « CSA et Hadopi vont fusionner en une autorité qui aura des pouvoirs étendus ». Le but de cette fusion est de créer une toute nouvelle entité qui bénéficierait de pouvoirs étendus : « l’idée, c’est de créer une autorité nouvelle sur la base de cette fusion qui soit régulateur à la fois des communications audiovisuelles et des communications numériques », explique Frank Riester.


D'autres points sont également abordés, notamment la réglementation de la publicité TV. Selon Gensous, qui a rapporté les déclarations du ministre, son évolution se fera par décret(s) en parallèle du calendrier de la réforme de l’audiovisuel : la modification du décret de 1992 sera présentée fin septembre pour une entrée en application au 1er janvier 2020. Franck Riester a confirmé que la publicité segmentée en télévision et radio sera autorisée, avec pour limite de ne pas mentionner les points de vente à proximité « pour ne pas déstabiliser les autres médias ».

En fait, le texte autoriserait la publicité qui permettra de cibler les messages commerciaux auprès des téléspectateurs, à l’instar de ce qui existe sur Internet. Un décret du 27 mars 1992 « fixant les principes généraux définissant les obligations des éditeurs de services en matière de publicité, de parrainage et de télé-achat » interdit à ce jour ce type de publicités. Son article 13 expose en effet que « les messages publicitaires doivent être diffusés simultanément dans l'ensemble de la zone de service », prohibant toute granularité.

En attendant, la Hadopi réclame du ministère de la Culture une enveloppe de 9 millions d’euros de subventions pour assurer ses actuelles missions, dont la riposte graduée, en 2020. Une somme qui devra être votée par le Parlement à l’occasion de l'examen du prochain projet de loi de finances. Dans une autre délibération, votée le 29 juillet, l’institution souligne que sa « trajectoire budgétaire » est désormais « stabilisée », expliquant cette constance budgétaire.


Sources : Reuters, Mégane Gensous, Carole Villevet, Hadopi

Et vous ?

Que pensez-vous de cette fusion ?
Que pensez-vous du budget demandé par la Hadopi ?

Voir aussi :

Loi anti-fake news: le CSA détaille ses recommandations pour les plateformes en ligne, et ouvre une consultation publique
La Hadopi commande une analyse de l'écosystème des sites pirates, au terme de laquelle elle s'avoue désarmée « face à ces nouveaux services »
Hadopi : l'autorité a constaté près de 3000 négligences caractérisées en un an, qui ont conduit à 76 condamnations

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/09/2019 à 18:34
Ben ouais, on va fusionner deux trucs qui marchent pas et qui ne comprennent rien à Internet... et paff ça va faire des chocapics.
14  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/09/2019 à 19:49
Si ils en profitent pour diviser par deux le personnel, c'est une bonne chose. Dans la foulée, ils peuvent diviser par deux les subventions, ça sera encore meilleur.
12  0 
Avatar de darklinux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 04/09/2019 à 1:23
Alors l ' HADOPI est notoirement inefficace et couteuse , le CSA , entité purement politique , ne comprend rien au monde actuelle ... La fusion entre les deux es tout , sauf la bonne santé de la politique culturelle en France , et c 'est la seule réponse qu ' ont nos politiques 1.0 ( pour cité monsieur Bliot ) pour faire une ligne Maginot fasse au GAFA /BATX et à la révolution permanente d ' Internet
7  0 
Avatar de virginieh
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/09/2019 à 10:35
Oui il y avait Hollande en 2012 :p
4  0 
Avatar de Will0171
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 04/09/2019 à 11:58
Et toujours pas de licence globale.....
2  0 
Avatar de narutobaka
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/09/2019 à 13:39
Si seulement il l'a mettait en place la licence globale ..... ça réglerai le problème sans coûter des millions et ça leur rapporterai certainement plus.

En tout cas moi on me dit tu payes 5 euros voir 10 euros max par mois et j'ai accès à tout je signe direct .....

on peut rêver je pense.

ca serai trop simple ......
2  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 0:49
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Séries, films, animés, musique, ce sont généralement ce qu'on va retrouver dans les plateformes dont il est question ici.
Juste la dessus car il est tard :

C'est ce que tu retrouves sur ces plate-formes, mais dans des proportions ridicules, il n'y a que sur les séries / films ou l'offre n'est pas trop dégueulasse, mais si tu pars rien que sur les animes / la musique, à moins de te cantonner au plus commercial / le truc hype du moment, bah t'es obligé de passer par des sites spécialisés pas forcément légaux, les catalogues de ces plates-formes sont très loin d'être exhaustif dans ces trucs là.

Ca s'améliore notamment sur la musique, cela fait un sacré bond ces dernières années, je ne dirais pas le contraire, mais les offres actuelles sont très loin de pouvoir prétendre à une suppression complète du piratage, même si tout était regroupé sous une licence globale te donnant accès à toutes ces plateformes.

Outre la licence globale, il faut encore que les catalogues s'étoffent, et surtout, qu'ils arrêtent ces histoires de zonages, comme sur Netflix où le catalogue n'est pas le même d'un pays à l'autre, et qu'ils arrêtent de supprimer régulièrement des trucs de leurs catalogues, car au final, si ça disparait du catalogue, bah les gens qui veulent le voir sont obligés de se retourner vers le piratage... Après, j'entends bien que tout ceci a un coût et tout ça, j'en suis bien conscient, que cela soit niveau matos ou au niveau des contrats / rémunérations avec les ayant-droits. Mais cela reste pour moi des choses essentielles si l'on veut vraiment diminuer drastiquement le piratage.
2  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 7:18
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Rome ne s'est pas faite en un jour.
Certes, mais il ne faut pas oublier non plus, que nous, nous raisonnons plutôt du côté du "consommateurs", ce qui n'est pas forcément le cas, ni des politiciens, ni des ayant-droits, ni même des plateformes type Netflix ou autres, qui eux pensent surtout "business".

Sans vouloir être pessimiste, rien ne dit qu'ils décideront d'aller dans le "bon sens", d'un point de vue consommateur.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 9:39
Citation Envoyé par blakesnake86 Voir le message
je leur souhaite bien du courage !
L'objectif d'Hadopi n'est pas d'empêcher les gens de copier du contenu illégalement, l'objectif c'est de verser des salaires à des gens qui ne servent à rien. (le bilan d'Hadopi est nul)
Bien qu'Hadopi fasse peur (personne n'a envie de recevoir un courrier suivi parce qu'il s'est fait choppé 3 fois), les gens continueront de copier.
2  0 
Avatar de pierre.E
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/09/2019 à 22:05
placard doré pour des gens qui ne servent à rien du tout
les économies d'impôts passent par la suppression de ces machins
2  0 
Contacter le responsable de la rubrique Droit

Partenaire : Hébergement Web