Royaume-Uni : la loi sur la vérification de l'âge des utilisateurs de sites porno est retardée d'au moins 6 mois
Pour des raisons administratives

Le , par Bill Fassinou

23PARTAGES

9  0 
Au Royaume-Uni, la loi sur la vérification de l’âge des utilisateurs de sites pornographiques prévue pour entrer en vigueur le 15 juillet 2019 sera finalement retardée d’environ six mois encore pour des raisons administratives. Le gouvernement britannique aurait oublié que le Brexit n’a pas encore été prononcé et a donc par la suite oublié d’informer l’instance européenne de ses propositions. C’est ce qu’a confirmé cette semaine le Département de la culture, des médias, des sports et du numérique (DCMS) du pays. Par conséquent, le secrétaire du DCMS, Jeremy Wright, pourrait bien annoncer sa démission au Parlement.

Le système britannique de vérification de l’âge pour la pornographie en ligne est destiné à obliger tous les internautes adultes souhaitant regarder de la pornographie légale à prouver qu'ils ont plus de 18 ans en fournissant une pièce d'identité. À en croire les informations rapportées par The Guardian, plusieurs fournisseurs de produits pornographiques seraient déjà aptes à introduire leurs nouveaux systèmes de vérification de l’âge défini à 18 ans et plus à partir du 15 juillet, mais que l’annonce du report pourrait leur porter préjudice. Le principal frein au déploiement de cette loi serait le report sans cesse du Brexit.

Quand le report a été annoncé cette fois, certains ont expliqué que le gouvernement craignait que l'identité des internautes et leurs habitudes de navigation ne soient suivies, ce qui créerait un chantage et une surveillance en ligne, mais le DCMS a annoncé un peu plus tard dans la journée d'hier que le report est dû au fait que le gouvernement britannique n’avait pas tenu informé l’UE de ses propositions sur la question. Selon le quotidien britannique The Guardian, le secrétaire à la Culture, Jeremy Wright, a déclaré à la Chambre des communes que la loi n’entrera pas en vigueur le 15 juillet 2019, car les lois européennes ne sont pas respectées dans la manière dont les textes réglementaires sont adoptés.


« À l'automne dernier, nous avions déposé trois instruments devant la Chambre. L’un d’eux définit les normes que les entreprises doivent respecter. Cela aurait dû être notifié à la Commission européenne, mais ce ne fut pas le cas. Cela entraînera un retard de six mois environ », a déclaré Jeremy Wright, le secrétaire du département de la culture, des médias, des sports et du numérique. Dans sa déclaration, Wright a néanmoins pris la peine de rappeler que ce report de plus ne signifie pas que le gouvernement se retire de l’adoption de la loi au profit de ceux qui luttent contre elle, mais qu’il s’agit juste d’un moment de pause en attendant que les procédures administratives au sein de l’Union européenne soient toutes respectées. « Laissez-moi être clair, bien qu'il s'agisse d'une excuse pour le retard, ce n'est pas un changement de politique. La vérification de l'âge doit avoir lieu et elle le doit dans l'intérêt des besoins des enfants », a-t-il déclaré.

Sur la question de la vérification de l’âge, la loi reste ferme. Elle prévoit qu'après son entrée en vigueur, les sites Web qui refuseraient de mettre en œuvre les checks seraient bloqués par les fournisseurs d’accès Internet britanniques ou encore de se voir retirer leurs accès à des services de paiement. Cependant, beaucoup ont lutté contre cela stipulant que, malgré l'assurance des sites de vérification de l'âge, il est possible de relier les habitudes de navigation d'un individu à son identité, une chose qui pourrait ensuite être exposée à une fuite de données. La plupart d’entre eux ont également pointé du doigt les organismes auxquels le gouvernement a confié la mise en place du système de vérification.

D’après The Guardian, le système aurait été confié à des sociétés privées, qui seraient placées sous la tutelle du British Board of Film Classification, un organisme disposant d’une expérience limitée en matière de réglementation technique de l’Internet. À cet effet, Jim Killock, un membre d’Open Rights Group qui a fait campagne contre la loi a averti la semaine dernière que les normes de protection des données définies dans le système proposé étaient « inutiles, trompeuses et potentiellement dangereuses pour les consommateurs cherchant des produits sûrs ». Pour sa part, Cat Smith, du parti travailliste, a déclaré que l’annonce du report de l’entrée en vigueur de la loi était la « preuve qu'un problème politique important est tombé dans un véritable désastre ».

Il a continué en disant que lorsque ce projet de loi a été adopté, les syndicats ont exprimé de sérieuses préoccupations quant à la viabilité du processus de vérification. « Ce retard montre que nous avions raison de nous inquiéter », a-t-il expliqué. De plus, le gouvernement a également été contraint d'exempter de l'interdiction les grands sites de médias sociaux, craignant qu'une mise en œuvre stricte n'entraîne le blocage de Twitter, Reddit et Imgur pour les contenus destinés aux adultes. Par contre, les partisans de la loi ne voient pas du tout la chose ainsi.

Ces derniers prétextent que cette loi est conçue pour empêcher les jeunes enfants de consulter accidentellement ou volontairement sur du contenu pornographique tout en naviguant sur Internet, mais ils acceptent que ce ne soit pas une interdiction effective des adolescents plus âgés et plus persistants. Pourquoi la loi est-elle si difficile à mettre en oeuvre depuis près de quatre années maintenant qu’elle a été proposée ? Selon The Guardian, ce retard observé dans l’une des principales politiques du gouvernement en matière de sécurité d’Internet témoigne des énormes défis à relever pour tenter de réglementer Internet.

Toujours à propos de ce retard, le média britannique explique qu’il serait préjudiciable à de nombreuses entreprises britanniques de vérification de l'âge qui ont investi des sommes considérables dans le développement de systèmes afin de fournir les outils nécessaires pour vérifier l'identité des utilisateurs d'Internet. Ils comptaient sur le bon déroulement du lancement pour vendre leurs produits dans le monde entier et faire du Royaume-Uni une plaque tournante des systèmes mondiaux de vérification de l'âge, dont beaucoup seraient soutenus par de petits investisseurs qui pourraient perdre en cas de retard.

Source : The Guardian

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

UK : à compter du 15 juillet, les sites pornographiques seront obligés de procéder à une vérification de l'âge, sous peine d'être bloqués par les FAI

Le Royaume-Uni vote « la loi de surveillance la plus extrême jamais passée dans un pays démocratique » d'après Jim Killock, directeur de Open Rights

France : la taxe YouTube entre en vigueur, une taxe de 2 % sera prélevée sur les revenus publicitaires des sites de diffusion de contenus audiovisuels

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de NotAèfka
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/06/2019 à 10:00
Mais pourquoi leur interdire l'accès ?
Si qqn veut voir ce contenu, qu'il le voit!
Il sait ce qu'il fait quand même !
Surtout que ce petit blocage est ridicule face aux vpn
1  2 
Avatar de Sarénya
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/06/2019 à 17:30
Citation Envoyé par steel-finger Voir le message
Je vois pas le rapport avec les VPN car ce sont les sites porno eux même qui vont demandé la carte d’identité
Il ne vont la demander que si ils détectent que tu es au Royaume_Uni, si ton VPN passe par un autre pays, tu n'auras pas la demande.
1  0 
Avatar de steel-finger
Membre actif https://www.developpez.com
Le 21/06/2019 à 16:20
Je vois pas le rapport avec les VPN car ce sont les sites porno eux même qui vont demandé la carte d’identité, bien sur tu peux trouver ce contenu ailleurs sans vérification de quoi-que ce sois .
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Droit

Partenaire : Hébergement Web