Apple dit à des législateurs US que les gens se feront du mal en essayant de réparer leurs iPhone
Et réussit à reporter l'examen du Fair Repair Act

89PARTAGES

4  0 
Selon un nouveau rapport publié par le site Motherboard, un porte-parole d’Apple qui est également le représentant de CompTIA, un groupe de pression qui sert les intérêts des grandes entreprises de l’industrie technologique, a rencontré des législateurs de l’État de Californie pour les convaincre de la nécessité de renoncer au Fair Repair Act ou, au moins, de reporter son examen à une date ultérieure.


Pour rappel, la législation sur le droit de réparer, plus connue sous le nom de Fair Repair Act au sein de certains États, a été élaborée pour faciliter la réparation du matériel électronique défectueux tel que les smartphones, les ordinateurs, les appareils électroménagers, les appareils photo et même les machines agricoles comme les tracteurs.

La mise en œuvre de cette nouvelle réglementation obligerait les fabricants à divulguer au public les informations relatives à la réparation de leurs produits ainsi qu’à vendre des pièces de rechange aux propriétaires et aux ateliers de réparation indépendants qui peuvent dans certains cas proposer des services de réparation plus avantageux (prix, garanties, etc.) aux utilisateurs que ceux recommandés par le constructeur.

Le représentant de CompTIA aurait, lors de ses entrevues avec les législateurs californiens, insisté sur le fait qu’il était dangereux de laisser les consommateurs réparer eux-mêmes leur iPhone, car une fausse manipulation (percer accidentellement la batterie par exemple) pouvait conduire à l’explosion de la batterie lithium-ion. Il estime qu’adopter le Fair Repair Act exposerait les consommateurs à de nouveaux risques mettant en péril la sécurité des consommateurs. Cette position est similaire à celle avancée publiquement en 2017 par Lisa Jackson, cadre d’Apple, lors d’un évènement au cours duquel elle a déclaré que l’iPhone est « ;trop complexe ;» pour que les gens normaux puissent le réparer.

Au moins huit États envisagent d’adopter une législation favorable à la culture du DIY (Do-It-Yourself) et à un encadrement moins strict des activités de réparation cette année aux États-Unis, en incluant l’État de New York, le Massachusetts, le Nebraska, le Minnesota, le Kansas et le Wyoming. Dans l’État de Californie, le régulateur en charge de la validation de ce projet de loi est le California’s Privacy and Consumer Protection Committee. Et ce dernier était sur le point de rendre son verdict concernant ce dossier. Mais nombreux sont ceux qui pensent que le projet de loi n’avait aucune chance d’aboutir au vu des efforts déployés par les différents groupes de pression servant les intérêts des grands groupes de l’industrie technologique.

Au final, le projet de loi a été retiré par son parrain, Susan Talamantes-Eggman qui s’exprimant à ce propos a déclaré : « ;Bien que cette décision n’ait pas été facile à prendre, il est devenu évident que le projet de loi ne recevrait pas l’appui dont il avait besoin aujourd’hui. Les fabricants avaient semé suffisamment de doutes avec des allégations vagues et non étayées relatives à des préoccupations en matière de protection des données privées et de sécurité ;». Le projet de loi californien sur le Fair Repair Act devrait être réintroduit en janvier 2020.


Apple, comme beaucoup d’autres entreprises technologiques, est activement impliquée dans des activités de lobbying pour contrer le Fair Repair Act. Les résultats d’une enquête en caméra cachée parus en octobre dernier suggéraient d’ailleurs fortement que le fabricant d’iPhone faisait de la surenchère lorsqu’il faut réparer l’un de ses dispositifs auprès des partenaires agréés. La firme de Cupertino a même déployé, il y a quelques mois, un nouveau logiciel propriétaire afin d’empêcher ou de compliquer la réparation des iMac Pro et MacBook Pro 2018 par des ateliers indépendants.

Source : Twitter

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Apple : Tim Cook estime que le remplacement des batteries a contribué à la faible demande d'iPhone, un aveu que la réparation nuit aux ventes ?
Des clients Apple se plaignent des mauvaises performances de leurs iPhone Xs et Xs Max en réception cellulaire et Wi-Fi, à qui la faute ?
Sous la pression du mouvement Right To Repair, Apple a déployé des outils de réparation d'iPhone ! Vers une démocratisation de cette activité ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de NBoulfroy
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 03/05/2019 à 12:21
Il est pas venu à quelqu'un de dire à Apple notamment pour la batterie "on autorise bien les gens à bidouiller leurs ordinateurs portables [HP, Packarbell, etc. ...] alors on a qu'à faire une législation pour forcer que les batteries soient un minimum sécurisées comme pour ces dits produits électroniques comme l'UE a fait" au lieu de croire leurs propos.

Et après, on s'étonne qu'ils se gavent sans vergogne ...
2  0 
Avatar de esperanto
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 03/05/2019 à 14:12
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Le représentant de CompTIA aurait, lors de ses entrevues avec les législateurs californiens, insisté sur le fait qu’il était dangereux de laisser les consommateurs réparer eux-mêmes leur iPhone,
Et bien entendu le législateur est trop con pour faire la différence entre "réparer soi-même" et "faire réparer par un professionnel" (mais qui n'est pas directement affilié à Apple)
Un peu comme les voitures, en somme, qu'autrefois on emmenait au garage de son choix mais dont de plus en plus souvent, seuls les concessionnaires du même constructeur peuvent avoir accès à assez d'infos de l'ordinateur de bord.
A quand le contrôle technique obligatoire chez le constructeur, qui bien sûr vous dira en toute objectivité que votre voiture n'est plus sûre et qu'il faut la changer, mais chez lui bien sûr il vous fera une offre imbattable...
2  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Droit

Partenaire : Hébergement Web