Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Cinquante femmes affirment que Salesforce a aidé les trafiquants de sexe à les exploiter
Et portent plainte contre l'entreprise de Marc Benioff

Le , par Christian Olivier

94PARTAGES

7  0 
Cinquante femmes se décrivant comme des rescapées du trafic sexuel qui avait cours sur le portail Backpage.com aujourd’hui disparu accusent la société Salesforce d’avoir profité de chaque annonce. Elles ont récemment décidé d’attaquer l’entreprise du milliardaire Marc Benioff devant le tribunal de l’État de San Francisco. Chacune de ces femmes — identifiée sous le pseudonyme de Jane Doe — aurait été vendue à des fins d’exploitation sexuelles dans diverses régions des États-Unis.


Salesforce a connu une croissance rapide au cours des vingt dernières années et a généré un chiffre d’affaires annuel de 13 milliards de dollars au cours de l’exercice 2019. La société a réussi cet exploit en s’efforçant de rendre ses outils attrayants pour un large éventail d’organisations, des plus petites aux plus grandes entreprises du monde.

À partir de 2013, lorsque la croissance de Backpage a commencé à fléchir, Salesforce a adopté le site en tant que client et lui a fourni des outils permettant de gérer sa « ;base de données de trafiquants et de proxénètes ;», ce qui a entraîné sa résurgence, d’après les plaignants. Signalons au passage que Carl Ferrer, l’ancien PDG de Backpage, a plaidé coupable dans trois États américains pour des chefs d’accusation de blanchiment d’argent et de complot trois jours seulement après la clôture définitive de son site Web en avril 2018 dans le cadre d'une enquête fédérale. Ferrer encourt une peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans.


Estimant que les services fournis à Backpage par l’entreprise de Benioff ont contribué aux abus, viols et autres sévices dont elles ont été victimes, les plaignantes assurent que Salesforce avait sciemment soutenu Backpage en lui fournissant des outils de base de données personnalisés qui permettent de commercialiser et revendre des prostituées à des « ;proxénètes, clients et trafiquants ;».

« ;Salesforce avait connaissance du fléau que représente le trafic sexuel puisqu’il cherchait à faire de la publicité pour essayer de l’arrêter ;», selon la plainte, « ;mais en même temps, cette société cotée en bourse était, en réalité, parmi les sociétés délinquantes les plus viles, ne se souciant que de leurs résultats financiers ;».

Toutefois, ce n’est pas la première fois que Salesforce suscite la controverse en raison de sa décision de traiter avec un client particulier. En juin 2018, plus de 650 salariés du groupe ont signé une lettre demandant à Benioff de reconsidérer un contrat passé avec le service américain des douanes et de la protection des frontières (US Customs and Border Protection) en raison des politiques d’immigration de l’administration Trump, notamment en ce qui concerne la séparation des familles appréhendées après la frontière mexicaine côté étasunien. Benioff a, malgré tout, refusé d’annuler la transaction, arguant que le logiciel de Salesforce n’était pas utilisé pour perpétuer des politiques controversées.

Salesforce a confié prendre ces allégations au sérieux, mais a refusé de commenter le procès. « ;Nous sommes profondément attachés à l’utilisation éthique et humaine de nos produits ;», a déclaré à ce propos une porte-parole de Salesforce dans un communiqué. En avril prochain, la société de Benioff devrait contribuer au parrainage d’un événement contre le trafic d’êtres humains.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Salesforce se sépare de deux de ses cadres supérieurs, après leur speech durant l'édition 2017 de la DEF CON
Une ex-modératrice de Facebook porte plainte pour stress post-traumatique, après avoir été exposée à des contenus choquants
Privacy International porte plainte contre sept entreprises de la Tech pour violation du RGPD auprès des autorités européennes
Tumblr devient family-friendly et annonce que le contenu réservé aux adultes sera banni dès le 17 décembre 2018

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/03/2019 à 10:36
Rien de nouveau sous le soleil de la justice américaine...

C'est comme si un mec porte plainte contre son fournisseur télécom et lui demande des millions de dommages et intérêts parce qu'il a utilisé son téléphone pour prendre rendez-vous avec un garagiste qui l'a arnaqué.

Le pire... C'est que cela fonctionne avec la justice US... Salesforce peut déjà préparer les enveloppes de billets et faire une croix sur ses prochains bénéfices
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/03/2019 à 12:02
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
À partir de 2013, lorsque la croissance de Backpage a commencé à fléchir, Salesforce a adopté le site en tant que client et lui a fourni des outils permettant de gérer sa « ;base de données de trafiquants et de proxénètes ;», ce qui a entraîné sa résurgence, d’après les plaignants. Signalons au passage que Carl Ferrer, l’ancien PDG de Backpage, a plaidé coupable dans trois États américains pour des chefs d’accusation de blanchiment d’argent et de complot trois jours seulement après la clôture définitive de son site Web en avril 2018 dans le cadre d'une enquête fédérale. Ferrer encourt une peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans.
Non mais c'est Backpage le problème et pas Salesforce, non ?

C'est un peu comme si on embêtait Hugo Boss, Ford, Bayer, IBM, Siemens, etc, pour avoir travaillé avec les allemands dans les années 30/40.
List of companies involved in the Holocaust

Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
en lui fournissant des outils de base de données personnalisés qui permettent de commercialiser et revendre des prostituées à des « ;proxénètes, clients et trafiquants ;».
« Monde de merde. » George Abitbol.
1  0 
Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/03/2019 à 12:21
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

C'est un peu comme si on embêtait Hugo Boss, Ford, Bayer, IBM, Siemens, etc, pour avoir travaillé avec les allemands dans les années 30/40.
List of companies involved in the Holocaust
On aurait peut-être dû. D'ailleurs, les Français l'ont fait avec les industriels coupables de collaboration, comme Renault. Mais globalement on a tendance à être trop indulgent avec les grandes entreprises qui se rendent complices (ou carrément coupables, Union Carbide par exemple) de crimes. Ce serait bien que pour une fois, la justice sévisse.
1  0